L’ETAT FRANÇAIS SORT VICTORIEUX DE SON BRAS DE FER AVEC CARLOS GHOSN !

Nissan Carlos Ghosn

 

CARLOS-GHOSN-Président-du-Groupe-RENAULT

CARLOS-GHOSN-Président-du-Groupe-RENAULT

 

Le gouvernement Français est donc sorti victorieux de son bras de fer avec Carlos Ghosn !

Les actionnaires de Renault ont en effet, rejeté ce jeudi 30 avril, une résolution instaurant le principe ‘une action une voix’, défendue par le PDG de Renault, Carlos Ghosn mais que contestait l’Etat français, principal actionnaire du constructeur automobile.

Après plusieurs semaines de tension, l’Assemblée Générale de Renault a pourtant été assez calme.

Et l’État Français, en est finalement sorti comme le grand vainqueur du jour dans le bras de fer qui l’opposait ces dernières semaines avec le conseil d’administration de Renault et son Président, le franco Libanais Carlos Ghosn.

Il faut dire que la fameuse résolution, la N°12, qui permettait de déroger à l’application des droits de vote double chez le constructeur, n’a été suivie et adoptée que par 60,5 »% des actionnaires.

Or, iI aurait fallu qu’elle le soit par 66% pour être adopté.

39,39% ont voté contre

Comme on l’imagine, le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, a salué cette décision comme étant une bonne nouvelle

 

Dans deux ans, l’Etat Français, qui ne possédera plus que 15% du capital de la firme au losange contre 19,7% actuellement, disposera donc de 28% des droits de vote.

Pourtant ce résultat était très loin d’être acquis, car les actionnaires s’étaient mobilisé.

D’ailleurs il y avait la foule des grands jours dans la salle du Carrousel du Louvre, à Paris, et on a rapporté dans l’urgence 200 sièges.

Et si le taux de participation n’était que de 65% l’an dernier, il a été de 72,45%  cette année. Preuve de la mobilisation

Même s’il n’a pas gagné son bras de fer, face  à l’Etat Français, Carlos Ghosn, visiblement beau joueur, a joué l’apaisement, mais pouvait-t-il en être autrement ?

Au passage, ses émoluments, 7,2 millions d’€ dont 25% en numéraire, ont été approuvé.

Comme nous le précisait un analyste financier, une approbation qui reste consultative, mais qui demeure extrêmement importante sur le plan de l’image.

 

Aurélie ELBAZ

Photo : RENAULT

Economie

About Author

gilles