A SILVERSTONE EN WEC, STRATEGIE DIFFERENTE POUR LES RELAIS AVEC LES MICHELIN!

WEC-2015-SILVERSTONE-STAND-PORSCHE-Photo-Max-MALKA

 

 WEC-2015-SILVERSTONE-Ultime-arret-pour-la-TOYOTA-TS040-N°1-Photo-Max-MALKA


WEC-2015-SILVERSTONE-Ultime arrêt pour la TOYOTA TS040-N°1-Photo-Max-MALKA

 WEC A SILVERSTONE. UNE HISTOIRE DE GOMMES 

  

A Silverstone, pour la manche d’ouverture du Championnat du monde d’endurance WEC millésime 2015, les trois grandes équipes – Audi, Porsche et Toyota- qui s’alignent dans la catégorie reine, celle des LMP1, ont utilisé une stratégie différente pour cette épreuve longue de Six Heures, en ce qui concerne les pneumatiques

C’est ce que nous expliquait à la fin de la course, l’ingénieur de chez Michelin, Jérôme Mondain, l’homme en charge de l’endurance chez Bibendum.

 

 WEC-2015-SILVERSTONE-AUDI-N°7-Photo-Max-MALKA


WEC-2015-SILVERSTONE-L’AUDI-N°7 file vers la victoire mais la Porsche N°17 terminera à 4 » seulement après six heures de course et une stratégie différente -Photo-Max-MALKA

Sachant, qu’en Championnat du Monde WEC, à partir de cette année, chaque équipe en LM P1, a droit désormais à six trains de pneumatiques maximum pour la séance des qualifications et pour la course, ce qui pourrait être inférieur au nombre de relais nécessaire, pour couvrir la distance de la course.

Dans ce cas, toutes les équipes du LM P1 seraient contraintes à doubler au moins un relais avec leurs pneumatiques.

A Silverstone, les concurrents de la catégorie reine, ont donc mis en place des stratégies des pneumatiques différentes, tout en doublant au moins un relais.

 

 WEC-2015-SILVERSTONE-12-avril-AUDI-N°7-de-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER-Photo-Max-MALKA


WEC-2015-SILVERSTONE-12-avril- L’AUDI  N°7 de TRELUYER-FASSLER-LOTTERER après son dernier arrêt -Photo-Max-MALKA

 

Ainsi, chez Audi, l’équipe finalement victorieuse avec 4’’ d’avance sous le drapeau à damiers, sur la voiture N°7 qui triomphe avec l’équipage, formé du Français Benoit Treluyer, du Suisse Marcel Fassler et de l’Allemand André Lotterer, on a effectué un double relais, à la mi-course, lors du 4éme arrêt aux stands, alors qu’André Lotterer se trouvait au volant.

 

 WEC-2015-SILVERSTONE-STAND-PORSCHE-Photo-Max-MALKA


WEC-2015-SILVERSTONE-STAND-PORSCHE-Photo-Max-MALKA

Chez Porsche en revanche, pour la voiture 17, celle qui finit à la seconde place avec le trio composé du Français Romain Dumas, du Suisse Neel Jani et de l’Allemand Marc Lieb, l’opération identique a été réalisée à la fin de l’épreuve, lors du sixième arrêt, lorsque Neel Jani, pilotait la 919 Hybride

 

WEC-2015-SILVERSTONE-STAND-TOYOTA-Photo-Max-MALKA

WEC-2015-SILVERSTONE-STAND-TOYOTA-Photo-Max-MALKA

Enfin du côté de Toyota, la stratégie fut différente car les Japonais ont beaucoup misé sur la longévité de leurs Michelin.

Si la N°1, Championne du Monde en titre, à commencé à doubler ses relais, à partir de son 4ème arrêt aux stands, quand pilotait le Britannique Anthony Davidson, la N°2 que conduisait, alors Alex Wurz avait déjà testé la longévité des pneus lors de son deuxième arrêt aux stands.

Comme la N°1, sa jumelle continuera à doubler les relais jusqu’à la fin de l’épreuve.

Ainsi elle parviendra à monter sur la troisième marche du podium.

 

WEC-2015-SILVERSTONE-Le-podium-des-Six-Heures-avec-1-AUDI-2-PORSCHE-3-TOYOTA-Photo-Max-MALKA

WEC-2015-SILVERSTONE-Le-podium-des-Six-Heures-avec-1-AUDI-2-PORSCHE-3-TOYOTA-Photo-Max-MALKA

 

Trois marques, un seul manufacturier identique Michelin, mais trois stratégies différentes pour les ingénieurs du manufacturier de Clermont Ferrand!

Lequel en sort de toutes façons gagnant… à la fois sur le plan purement sportif mais naturellement aussi également sur le plan technique…

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Max MALKA

 

WEC-2015-SILVERSTONE-12-avril-Le-départ-du-tour-de-chauffe-des-SIX-Heures-Photo-Max-MALKA

WEC-2015-SILVERSTONE-12-avril-Le-départ-du-tour-de-chauffe-des-SIX-Heures-Photo-Max-MALKA

Sport WEC Championnat du monde

About Author

gilles