PHILIPPE BIANCHI DONNE DES NOUVELLES DE SON FILS JULES BIANCHI

F1-MONACO-Philippe-BIANCHI-devant-le-stand-MARUSSIA-et-le-box-de-son-fils-Jules

 

 

F1-MONACO-Philippe-BIANCHI-devant-le-stand-MARUSSIA-et-le-box-de-son-fils-Jules

F1- GP de MONACO 25 mai 2014-Philippe-BIANCHI devant le stand MARUSSIA et le box de son fils Jules – Photo Jean François THIRY

 

Dans un entretien qu’il a accordé ce dimanche 12 avril à notre confrère Gil Léon du quotidien Nice Matin, Philippe, le papa de Jules Bianchi, donne les dernières nouvelles.

Et plus de six mois après le drame du Grand Prix du Japon survenu sur la piste de Suzuka, le dimanche 5 octobre 2014, Philippe Bianchi qui continue de visiter Jules régulièrement dans sa chambre d’un centre médicalisé Azuréen, ayant été transféré depuis l’hôpital St Roch de Nice, reconnait que Jules se trouve toujours plongé dans le coma, n’ayant jamais repris connaissance depuis cet horrible drame

Désormais installé sur les hauteurs de Roquebrune-Cap-Martin, après avoir déménagé de Brignolles, il confie :

«  Ces gens qui pensent à lui, qui prient pour lui, c’est une fabuleuse source de motivation. Sûr que Jules les entend ! »

Et il précise :

« Je parle de Jules par respect pour tous les gens qui continuent quotidiennement d’adresser à Jules de magnifiques témoignages d’encouragement d’affection.»

Avant de lâcher avec une immense émotion :

« La seule chose que l’on puisse affirmer, c’est que mon fils se bat avec force, comme il s’est toujours battu, avant et après l’accident. Chaque jour, Jules accomplit un marathon. D’un point de vue médical, son état est stable. Il est assez autonome. Pas de problème physique. Tous ses organes fonctionnent normalement, sans assistance. Mais, pour l’instant, il reste inconscient, dans le coma. »

Notre confrère de Nice-Matin, Gil Léon, lui parlant de possibles évolutions, Philippe explique :

« Pour ce genre de traumatisme, on le sait, l’évolution est très lente. Par rapport à ce que nous a dit le professeur Japonais qui l’a tout de suite opéré à Yokkaichi, c’est déjà le jour et la nuit. Là-bas, quand nous sommes arrivés, avec Christine la maman de Jules, il n’y avait plus d’espoir. Le pronostic était alarmiste. On parlait de lésions irréversibles. D’un an de délai au moins avant de pouvoir le transférer, ce qui fut finalement fait au bout de sept semaines, car il a très vite pu respirer à nouveau par ses propres moyens. »

Et Philippe indique :

« Neurologiquement, les médecins nous ont expliqué qu’il n’y a pas d’intervention particulière à faire. Le plus important, pour stimuler Jules, c’est qu’il sente une présence constante à ses côtés. Voilà pourquoi nous nous relayons chaque jour, sa maman, sa grande sœur, son petit frère et moi. Il y a aussi, Gina, la petite amie allemande de Jules, qui vit ici, désormais. »

Et il conclut :

« Jules est jeune. Il a 25 ans. Il est très fort physiquement puisqu’il a survécu à un tel choc (93 G)   Vous savez, je suis très fier de Jules. Je l’ai toujours été, mais là… Il fait un putain de boulot. Il avance. Donc on espère une nouvelle évolution. La prochaine, ce serait qu’il sorte du coma. De temps en temps, à son chevet, on voit qu’il se passe des choses. À certains moments, il est plus actif, il bouge plus, sa main nous serre. Mais s’agit-il de simples réflexes ou de vraies réactions? Difficile de savoir. L’important, c’est qu’il soit suivi par d’excellents spécialistes. Et près des siens. S’il a quitté le CHU Saint-Roch, il reste hospitalisé à Nice. »

 

 ENKEYDESIGN-Hommage-a-JULES-BIANCHI.


ENKEYDESIGN-Hommage-a-JULES-BIANCHI.

 

Au sujet de l’enquête de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile) qui a conclu à une vitesse trop rapide sous drapeaux jaunes, Philippe Bianchi, indique :

« C’était une enquête interne. Elle n’engage que ceux qui l’ont initié. Concernant ce sujet, je n’ai rien de nouveau à dire. Des gens très compétents s’occupent en ce moment de défendre les intérêts de Jules. Si un responsable est désigné un jour, il devra payer. Moi, franchement je suis trop bouleversé pour parler de ça. Mon énergie, je préfère la concentrer sur Jules. »

 

 F1-2014-MONACO-JULES-BIANCHI-pose-apres-l-arrivee-P9-Photo-Jean-Francois-THIRY.jpg


F1-2014-MONACO-JULES-BIANCHI-pose-après-l’arrivée-P9-Photo-Jean-Francois-THIRY.

 

Et comme nous l’indiquait notre autre confrère marseillais Charles Bernard Adréani :

« Plus le Grand Prix de Monaco va approcher, plus Jules reviendra dans nos pensées et nous fera à nouveau plonger dans le flot d’émotions et de bonheur qu’il déclencha l’an passé lorsqu’il marqua les premiers points de l’histoire du team Marussia en F1. C’était au temps des jours heureux. Puissent-ils revenir. »

Un GP auquel Philippe Bianchi ne pense pas assister

«  Je me tiens informé sans regarder la télé. Retourner sur les circuits de karting où je m’occupe de deux espoirs, ça ravive déjà en moi une foule de souvenirs difficiles à supporter. Peut-être que j’irai à Monaco pour voir la course de Formule E (le Championnat de monoplaces électriques). Le Grand Prix F1, en revanche, ce n’est pas prévu. Même si plusieurs pilotes et responsables de teams pensent souvent à Jules, je ne me sens pas capable de replonger dans cette ambiance. »

 

 F1-MONACO-2014-LE-TEAM-MARUSSIA-FETE-LA-9éme-place-de-Jules-BIANCHI-et-sestous-premiers-points-au-CHAMPIONNAT-DU-MONDE-Photo-Jean-Francois-THIRY


F1-MONACO-2014-LE-TEAM-MARUSSIA-FETE-LA-9éme-place-de-Jules-BIANCHI-et-sestous-premiers-points-au-CHAMPIONNAT-DU-MONDE-Photo-Jean-Francois-THIRY

 

Un GP de Monaco qui avait révélé Jules Bianchi le dimanche 25 mai 2014, le pilote Niçois se classant à une sensationnelle neuvième place du plus prestigieux de tous les GP, au volant de sa pourtant bien modeste Marussia.

Des larmes de joies de ce début d’été, la vie a hélas soudainement fait passé, aux larmes de peine, un peu plus de quatre mois plus tard…

 

 F1-2014-MONACO-JULES-BIANCHI-MARUSSIA-Photo-Jean-Francois-THIRY


F1-2014-MONACO-JULES-BIANCHI-MARUSSIA-Photo-Jean-Francois-THIRY

 

Quoiqu’il en soit, tous ceux qui comme nous depuis l’époque où il brillait dans les GP Karting , ont eu le bonheur de côtoyer ce garçon bourré de talent, ont un peu le cœur qui saigne devant ce drame qui nous rend malheureux, de vivre un tel gâchis, pour une faute qu’il n’a surement pas commise…

Putain de tractopelle de merde

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Jean François THIRY  !

 

JULES BIANCHI Sticker TOUS AVEC JULES

Sport

About Author

gilles