ENDURANCE: L’ACO ET L’IMSA ASSURENT L’AVENIR DE LA CATEGORIE LMP2

ELMS-2015-SILVERSTONE-LA-LIGIER-du-Team-KROHN-Photo-Max-MALKA

 

WEC-2015-SILVERSTONE-HPD-ARX-03b-Team-TEQUILA-PATRON-EXTREME-SPEED-et-LIGIER-G-DRIVE-Photo-Max-MALKA

WEC-2015-SILVERSTONE-HPD-ARX-03b-Team-TEQUILA-PATRON-EXTREME-SPEED-et-LIGIER-G-DRIVE-Photo-Max-MALKA

 

Assurer l’avenir de la catégorie LM P2 !

 

L’Automobile Club de l’Ouest, l’IMSA et la FIA travaillent actuellement d’arrache-pied concernant l’introduction du nouveau règlement technique de la catégorie Le Mans Prototype 2, plus communément dénommée LMP2 et prévu à partir de la saison 2017.

L’ambition conjointe restant d’assurer un succès à long terme pour cette classe grâce à la réduction des coûts et la garantie de la stabilité réglementaire

 

 WEC-2015-PAUL-RICARD-Essai-de-nuit-Vendredi-27-Mars-HPD-ARX-03-Team-EXTREM-PATRON-TEQUILA-N°30-Photo-Max-MALKA


WEC-2015-PAUL-RICARD-Essai-de-nuit-Vendredi-27-Mars-HPD-ARX-03-Team-EXTREM-PATRON-TEQUILA-N°30-Photo-Max-MALKA

Les objectifs prioritaires fixés à ce nouveau règlement sont 

 

  1. Une voiture LM P2 meilleure pour un budget inférieur.
  2. Assurer une compétition serrée et sportive.
  3. Créer un modèle économique propre pour développer et engager les LM P2.
  4. Protéger les concurrents contre une compétition déloyale et la course à l’armement.
  5. Créer une catégorie internationale permettant aux équipes d’aligner des LM P2 en Asian Le Mans Series, en European le Mans Series et dans le TUDOR United SportsCar Championship, – compte-tenu des spécificités de ce dernier Championnat demandées par l’IMSA – ainsi qu’à l’échelon mondial : en Championnat du Monde d’Endurance de la FIA et aux 24 Heures du Mans.

L’actuel règlement technique régissant la catégorie LM P2, déjà âgé de …11 ans, fut légèrement modifié dés 2009, avant l’instauration d‘un système de limitation des coûts imposé en 2011.

En effet à partir de 2011, les règles actuelles étaient garanties pour cinq ans avant d’être prolongées d’une année encore, tout en prenant en considération la possibilité d’engager des voitures anciennes mais toujours performantes.

 

 WEC-2015-SILVERSTONE-LIGIER-OAK-Racing-Photo-Max-MALKA


WEC-2015-SILVERSTONE-LIGIER-OAK-Racing-Photo-Max-MALKA

 

Tout cela a contribué à une période de stabilité sans précèdent pour cette catégorie, permettant ainsi aux équipes et aux pilotes de choisir les combinaisons châssis-moteur les plus adéquates de manière à s’engager aussi bien dans les séries continentales qu’au niveau mondial.

Dans le même temps, les couts afférents furent baissés de manière significative, conformément aux souhaits exprimés à partir de 2010.

 

WEC-2015-SILVERSTONE-ORECA-05-du-Team-KCMG-de-HOWSON-BRADLEY-TANDY-Photo-Max-MALKA

WEC-2015-SILVERSTONE-ORECA-05-du-Team-KCMG-de-HOWSON-BRADLEY-TANDY-Photo-Max-MALKA

 

Bien que de nouvelles voitures firent leur apparition – en 2015, quatre nouveaux modèles sont ainsi lancés – les châssis plus âgés demeurent compétitifs grâce à la stabilité de ce règlement

En 2014, Zytek avec l’équipe JOTA Sport, a ainsi remporté les 24 Heures du Mans en catégorie LM P2 avec une voiture datant de 2011. En 2014 toujours, Honda Performance Development (HPD) gagna une course du TUDOR United SportsCar Championship avec un modèle de 2011.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2014-Team-JOTA-ZYTEK.

24-HEURES-DU-MANS-2014-Team-JOTA-ZYTEK.

 

Oreca gagna des épreuves en ELMS et WEC, là encore avec une voiture lancée en 2011, voiture qui fut aussi la plus rapide aux 24 Heures du Mans.

Ces châssis purent demeurer compétitifs grâce aux développements qui leur fut apportés, prouvant ainsi, avant l’introduction de ce nouveau règlement en 2017, que les équipes peuvent rester performantes sans avoir besoin d’acquérir un nouveau modèle.

 

WEC-2015-PAUL-RICARD-Essai-de-nuit-Vendredi-27-Mars-MORGAN-Equipe-SARD-MORAND-Photo-Max-MALKA

WEC-2015-PAUL-RICARD-Essai-de-nuit-Vendredi-27-Mars-MORGAN-Equipe-SARD-MORAND-Photo-Max-MALKA

 

Néanmoins, devant le nombre de châssis différents disponibles pour les équipes clientes – certains constructeurs ne produisant qu’un ou deux exemplaires de chaque modèle – le coût par voiture se révèle beaucoup plus élevé que si un seul et unique fabricant réalise dix châssis pour différentes écuries.

En limitant le nombre de constructeurs autorisés à produire des LM P2, le modèle économique se révèlera beaucoup plus équilibré tout en offrant aux équipes clientes des châssis de meilleure qualité, bénéficiant de coûts de maintenance et d’exploitation moins élevés.

 

WEC-2015-Les-dirigeants-du-WEC-Pierre-FILLON-Lindsay-OWEN-JONES-et-Patrick-GRUAU-Photo-Antoine-CAMBLOR

WEC-2015-Les-dirigeants-du-WEC-Pierre-FILLON-Lindsay-OWEN-JONES-et-Patrick-GRUAU-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Pierre Fillon, Président de l’Automobile Club de l’Ouest explique :

« La catégorie LM P2 a connu un succès sans précédent dans l’histoire du sport automobile et l’ACO en est particulièrement fier. Nous menons actuellement des discussions avec les constructeurs et les équipes pour trouver la meilleure solution possible en vue du nouveau règlement technique 2017. Nous devons avoir bien en tête que le LM P2 n’est pas une catégorie pour les grands constructeurs automobiles en dehors de l’Amérique du Nord, mais est avant tout destiné aux équipes privées et aux pilotes. Nous devons donc bâtir un modèle économique performant pour eux mais aussi pour les fabricants de châssis et les motoristes. »

Il poursuit :

« Vingt-et-un motoristes ont d’ores et déjà été consultés sur la meilleure solution de réduction des coûts. Et l’unanimité s’est faite sur le fait de ne retenir qu’un seul et unique fournisseur de moteurs. Une décision récemment annoncée en Conseil Mondial du Sport Automobile et l’appel d’offres sera lancé l’été prochain. »

Avant de conclure :

« Nous poursuivons également cette logique d’économie d’échelle pour la partie électronique (équipement unique) et châssis (nombre de constructeurs limité) tout en prenant garde de conserver une variété de voitures chère à nos fans. La priorité est de parvenir à une réduction des coûts en LM P2 de l’ordre de 20 % sans altérer la compétitivité de machines à même de courir en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. Nous faisons tout pour que la catégorie LM P2 offre aux équipes et aux pilotes la meilleure solution aux équipes pour courir en endurance dans un prototype de type Le Mans lors des années à venir.»

 

ELMS 2015 PAUL RICARD -ORCE 05-NISSAN du Team THIRIET by TDS - Photo Max MALKA.

ELMS 2015 PAUL RICARD -ORCE 05-NISSAN du Team THIRIET by TDS – Photo Max MALKA.

 

Suite aux discussions qui sont menées actuellement et devant la somme importante de travail encore à réaliser, plus de détails sur le règlement technique LM P2 pour 2017, seront communiqués en juin prochain lors de la Conférence de Presse de l’ACO, organisée au cours de la semaine de la 83éme édition des 24 Heures du Mans.

Une chose est sure, cette catégorie des LMP2 connait un énorme succès auprès des écuries privées, celles qui aiment la catégorie des prototypes et qui ne peuvent accéder et fréquenter, la catégorie reine, celle des LMP1 réservée aux seules usines, vu les budgets énormes qu’elle engendre …

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Max MALKA et Antoine CAMBLOR

 

 WEC 2015 SILVERSTONE -DOME STRAKKA et LIGIER JSP2 OAK Racing - Photo Max MALKA


WEC 2015 SILVERSTONE -DOME STRAKKA et LIGIER JSP2 OAK Racing – Photo Max MALKA

WEC-2015-SILVERSTONE-ALPINE-SIGNATEXH-N°36-de-PANCIATICI-CHATIN-CAPILLAIRE-Photo-Max-MALKA

WEC-2015-SILVERSTONE-ALPINE-SIGNATECH-N°36-de-PANCIATICI-CHATIN-CAPILLAIRE-Photo-Max-MALKA

ELMS-2015-SILVERSTONE-LA-LIGIER-du-Team-KROHN-Photo-Max-MALKA

ELMS-2015-SILVERSTONE-LA-LIGIER-du-Team-KROHN-Photo-Max-MALKA

 WEC-2015-SILVERSTONE-LIGIER-tEAM-G-Drive-la-N°26-Photo-Max-MALKA


WEC-2015-SILVERSTONE-LIGIER-tEAM-G-Drive-la-N°26-Photo-Max-MALKA

Sport

About Author

gilles