COL SAINT PIERRE. AUX ESSAIS, L’ITALIEN FAGGIOLI REMET LA GOMME….

MONTAGNE-2015-COL-ST-PIERRE-FAGGIOLI-NORMA-Photo-TOP-MONTAGNE

 

 

MONTAGNE 2015  COL ST PIERRE - SIMONE FAGGILOLI et sa NORMA

 

C’est sous un soleil de plomb et par des températures printanières que se sont déroulés ce samedi les essais officiels de la 43ème édition du Col Saint-Pierre.

A l’issue de cette première confrontation à Saint-Jean-du-Gard, Simone Faggioli a installé sa Norma en tête, devant celles de Nicolas Schatz et de Sébastien Petit.

Du côté des Productions, c’est Nicolas Werver qui se positionne aux avant-postes devant Francis Dosières et le Tchèque Jaromir Maly.

 

Faggioli remet la gomme !

MONTAGNE-2015-COL-ST-PIERRE-FAGGIOLI-NORMA-Photo-TOP-MONTAGNE

MONTAGNE-2015-COL-ST-PIERRE-FAGGIOLI-NORMA-Photo-TOP-MONTAGNE

 

Après avoir quitté l’an dernier le constructeur transalpin Osella pour la marque Française Norma, le campionissimo est allé se chausser cette saison chez… le manufacturier Pirelli, mettant également ainsi fin à un long partenariat avec la firme Marangoni !

Au Col Saint Pierre dans le Gard ce samedi, ses deux montées d’essai pour la manxche Européenne du Championnat de la montagne, ont clairement validé son choix.

A défaut d’essai libre, sa première montée chrono en pneus « soft », un poil moins rapide que celle du quadruple Champion de France en titre, Nicolas Schatz, l’incita alors à chausser aussitôt des « super soft » pour la seconde tentative et cemalgré la température printanière.

Résultat ?

Un temps à une seconde du record qu’il détient depuis l’an dernier, qui laissait les Français Nicolas Schatz et Sébastien Petit, loin à près de… 4 et 5 secondes, avec leurs Norma BMW 4 Litres !

 

MONTAGNE 2015 -  COL ST PIERRE  - Nicolas SCHATZ

 

Rappelons tout de même que ces derniers ne disposent pas des mêmes moyens, le règlement du Championnat de France de la montagne, leur imposant de n’utiliser que des pneumatiques en nombre limité et  préalablement identifiés par les commissaires de la FFSA.

Ils peuvent cependant déroger à la règle uniquement pour les essais des deux premières courses de la saison.

David Guillaumard, pilote sous contrat avec Michelin comme Raynald Thomas,  a profité de cette tolérance pour tester avec  sa monoplace de F3 des pneus « développement » lors de la seconde montée.

A l’issue de son run, le pilote de la Dallara Mercedes, confiant avant le duel face à Billy Ritchen qui l’attend dimanche sur trois montées de 5,28 Km, expliquait.

« La consigne était de piloter sans attaquer plus qu’au premier essai pour que la comparaison soit valable»  

 

COURSE A DEUX VITESSES AUSSI EN GROUPE N

 MONTAGNE-2015-COL-ST-PIERRE-Muhvic-Tomislav


MONTAGNE-2015-COL-ST-PIERRE-Muhvic-Tomislav

 

Sur sa lancée de Bagnols Sabran, Pascal Cat s’est promis de gâter encore les supporters de son inoxydable M3. Il précède aux essais, ses compatriotes Bertrand Simonin et Jean-Claude Brazey, mais les BMW des Français ne jouent pas dans la même cour que les Mitsubishi Lancer, aux turbos débridés par le reglement FIA.

Le Croate Tomislav Muhvic et le Macédonien Igor Stefanovski, suivis du Tchèque Jiri Los, ont donc logiquement dominé les essais en groupe N.

Les deux leaders sont même accrochés à l’Alésien Guillaume Plan, en tête du groupe A « FFSA » sur sa Mitsubishi.

Premier Français avec sa BMW (N° 108), Pascal Cat est cinquième du groupe N, à 83 millièmes du Tchèque Martin Jerman. A deux secondes, Simonin et Brazey gardent espoir pour la course.

Le Parisien Brazey (N° 115) analysait :

« A Sabran, Pascal nous a assommés d’entrée mais il ne faut pas chercher de mystère. Depuis 15 ans les mêmes courses avec la même voiture et un sacré coup de volant, ça fait la différence. »

Avant de conclure :

 « J’ai débuté en même temps que Dosières et je vais m’accrocher pour reprendre le rythme du Championnat »

Après Sabran, la déception était visible chez Bertrand Simonin (N° 114), qui attendait mieux de sa M3 transformée cet hiver en version 3,2 Litres.

Le jeune Lorrain avant le Col Saint Pierre, confiait :

 « Je vais un peu plus vite que l’an dernier mais mon ressenti au volant n’est pas bon et surtout ma performance est trop loin de celle de Pascal. Je me donne encore deux courses pour trouver la solution. C’est la condition pour continuer en  championnat de France. »

Que le ciel l’entende !

 

Jean Paul CALMUS

Photos : TOP MONTAGNE     

Montagne

About Author

gilles