BENOIT TRELUYER : AFFÛTÉ, DÉTERMINÉ ET ADMIRATIF DE SA NOUVELLE AUDI WEC

WEC-2015-PAUL-RICARD-Prologue-27-mars-AUDI-R18-e-tron-N°7-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

WEC.-2015-PAUL-RICARd-Essai-samedi-28-Mars-Les-deux-AUDI-la-7-devant-la-8-Photo-Antoine-CAMBLOR

WEC.-2015-PAUL-RICARd-Essai-samedi-28-Mars-Les-deux-AUDI-la-7-devant-la-8-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

 

Ce week-end, du 10 au 12 avril, à Silverstone, en Grande-Bretagne, l’équipe Audi Sport lance sa campagne mondiale dans le Championnat d’endurance WEC 2015.

Avec ses équipiers et amis, Marcel Fässler et André Lotterer, le Français Benoît Tréluyer vise cette saison, une quatrième victoire aux 24 Heures du Mans et aussi bien sûr naturellement, un deuxième titre de Champion du monde d’Endurance WEC.

Si les objectifs sont élevés, ils répondent aux espoirs placés dans la nouvelle Audi R18 e-tron quattro du constructeur d’Ingolstadt…

 

 WEC-2015-PAUL-RICARD-Prologue-27-mars-AUDI-N°7-de-LOTTERER-FASSLER-TRELUYER-Photo-Max-MALKA


WEC-2015-PAUL-RICARD-Prologue-27-mars-AUDI-N°7-de-LOTTERER-FASSLER-TRELUYER-Photo-Max-MALKA

 

« Affûté », « déterminé » et « admiratif » sont les trois adjectifs qui dépeignent sans doute le mieux Benoît Tréluyer à la veille de la première manche du Championnat du Monde d’Endurance 2015.

« Affûté » car il ne s’est sans doute jamais aussi bien préparé physiquement que durant l’intersaison qui s’achève, « déterminé » car il est conscient des enjeux que représente cet exercice 2015 pour Audi et le WEC et enfin, « admiratif » car il a pu mesurer le travail effectué par la firme Allemande au cours de l’hiver et la longue inter-saison.

 

 WEC-2015-PAUL-RICARD-Prologue-27-mars-AUDI-7-Photo-Antoine-CAMBLOR


WEC-2015-PAUL-RICARD-Prologue-27-mars-AUDI-7-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Benoît, lâche, sans préambule:

« Un sacré palier a été franchi depuis la conclusion du Championnat 2014. Un travail exceptionnel a été fourni par Audi, tant au niveau du groupe propulseur qu’en matière de grip aérodynamique et mécanique. Le V6 TDI de 4 litres de cylindrée a vu sa puissance portée à 558 cv alors qu’en termes d’énergie électrique, nous évoluons désormais dans la classe d’ERS 4 MJ avec un autre gain substantiel à la clé. En ce qui concerne la R18 e-tron quattro, hormis la coque qui est identique, elle n’a plus grand-chose à voir avec la voiture de 2014.»

 

 WEC-2015-PAUL-RICARD-Le-jeudi-26-Mars-AUDI-N°-7-Photo-Max-MALKA


WEC-2015-PAUL-RICARD-Le-jeudi-26-Mars-AUDI-N°-7-Photo-Max-MALKA

Et il poursuit:

« Si l’on regarde l’histoire d’Audi, on peut constater que l’écurie a toujours accompli ses plus grandes avancées en faisant évoluer un modèle existant. Je suis admiratif de la manière dont ils parviennent chaque année à trouver un gain énorme. Cette fois, un gros travail a par exemple été effectué sur le capot et l’aileron avant, et comme l’avant dicte l’arrière…»

 

 WEC-2015-PAUL-RICARD-Prologue-27-mars-AUDI-R18-e-tron-N°7-Photo-Antoine-CAMBLOR


WEC-2015-PAUL-RICARD-Prologue-27-mars-AUDI-R18-e-tron-N°7-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

 

Benoit, précise:

« Lors du Prologue qui s’est tenu au Paul Ricard, j’ai pu ressentir physiquement tout ce travail sur l’aéro. J’ai vraiment pris mon pied dans la voiture et expérimenté des sensations nouvelles sur cette piste que je connais pourtant bien. Tous les virages du secteur 1, c’était juste de la folie… »

 

 WEC.-2015-PAUL-RICARd-Essai-samedi-28-Mars-La-patrouille-AUDI-la-7-devant-la-8-Photo-Max-MALKA


WEC.-2015-PAUL-RICARd-Essai-samedi-28-Mars-La-patrouille-AUDI-la-7-devant-la-8-Photo-Max-MALKA

 

Par superstition ou crainte d’apparaître trop confiant, c’est à demi-mot seulement que le Français consent à juger les derniers mois écoulés.

 

Lequel finit par expliquer:

« Je crois que nous n’avons jamais débuté une saison aussi bien préparés. Avec Marcel et André, nous sommes au top physiquement. À titre personnel, c’est la première fois que je ne prends pas de poids durant l’hiver ! Nous avons le même bon feeling avec la voiture et sommes tous les trois satisfaits de la manière dont se sont déroulés les essais effectués jusqu’à présent. »

 

 24-HEURES-DU-MANS-2014-Arrivée-victorieuse-AUDI-N°-2-qui-passe-sous-le-drapeau-a-damiers


24-HEURES-DU-MANS-2014-Arrivée-victorieuse-AUDI-N°-2 de TRELUYER – FASSLER et LOTTERER qui-passe-sous-le-drapeau-a-damiers en grand vainqueur et pour la 3éme fois. Photo Thierry COULIBALY

 

Si l’équipage déjà triple vainqueur des 24 Heures du Mans et Champion du monde 2012 se sait prêt au combat, il se dit aussi un peu méfiant car la concurrence n’a jamais été aussi musclée.

Benoit, poursuit:

« Le WEC propose un programme et un plateau très relevés. Tous les ingrédients sont réunis et si la saison tient ses promesses, le WEC va passer un nouveau cap et définitivement pérenniser son avenir. On voit qu’il se passe quelque chose autour de ce Championnat, qui suscite la curiosité et apporte une certaine bouffée de fraîcheur. L’an passé, les fans ont été séduits. Cette année ils veulent être convaincus. Il va falloir de la bagarre, de belles courses, mais je ne suis pas inquiet pour la qualité du show. Avec trois grands constructeurs prêts à en découdre et un quatrième présent pour faire ses classes, le résultat va être grandiose. Le WEC donne envie ! »

 

 WEC-2015-Circuit-PAUL-RICARD-Essai-de-nuit-Stand-AUDI-R18-e-tron-quattro-N°7-Photo-Antoine-CAMBLOR


WEC-2015-Circuit-PAUL-RICARD-Essai-de-nuit-Stand-AUDI-R18-e-tron-quattro-N°7-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Pour Benoît et ses acolytes d’Audi Sport, la première mission en terre anglaise servira à mesurer les progrès accomplis depuis la saison dernière.

« Silverstone réclame beaucoup d’aéro et nous devrions être bien. Le seul petit point d’interrogation concerne le revêtement parfois bosselé du tracé et notamment à « Becketts » qui nous a posé quelques problèmes l’an passé. Nous avons progressé dans ce domaine, mais sera-ce suffisant ?»

Benoit Treluyer, concluant :

« Silverstone, c’est également là que nous avons perdu le Championnat l’an passé en repartant avec zéro point… En WEC, il n’y a pas 19 ou 20 manches comme en F1. Il faut marquer à chaque fois. C’est donc un week-end important à plus d’un titre qui nous attend !»

 

 WEC-2015-PAUL-RICARD-Le-jeudi-26-Mars-Presentation-des-trois-Reines-de-la-saison-PORSCHE-AUDI-TOYOTA-Photo-Max-MALKA


WEC-2015-PAUL-RICARD-Le-jeudi-26-Mars-Presentation-des-trois-Reines-de-la-saison-PORSCHE-AUDI-TOYOTA-Photo-Max-MALKA

 

Il est vrai qu’avec huit courses seulement au calendrier et la qualité de la concurrence qui s’est sérieusement renforcée ces dernières saisons, pas question, plus question de louper une étape!

Au vu des récents essais lors du Prologue en Provence sur la piste Varoise du Paul Ricard, chez Toyota l’équipe sacrée Championne du monde l’an dernier mais aussi chez Porsche de retour dans la discipline en 2014, les nouvelles voitures version 2015 paraissent sérieusement performantes…

Cela laisse augurer de sacrées luttes en piste!

Et ce des ce dimanche pour l’épreuve inaugurale de la saison WEC 2015.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Max MALKA- Antoine CAMBLOR- Thierry COULIBALY

 

 WEC-2015-PAUL-RICARD-Prologue-27-mars-AUDI-N°7-equipage-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER-Photo-Max-MALKA


WEC-2015-PAUL-RICARD-Prologue-27-mars-AUDI-N°7-equipage-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER-Photo-Max-MALKA

Sport WEC Championnat du monde

About Author

gilles