MOTOGP 2015 : LE GP DE FRANCE, GROSSES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES ! ESTIMATION, DIX MILLIONS…

 

Vous pourrez lire ci-dessous le communiqué de Claude Michy, promoteur du GP de France Moto au Bugatti, publiant les estimations de retombées économiques de cet événement sur la ville du Mans, sur la Sarthe, sur la région Pays de la Loire.

J’ai demandé à Claude Michy pourquoi ce communiqué…

« L’idée m’est venue en parlant avec des journalistes de la presse régionale, en dehors de ceux qui écrivent sur la moto et l’auto, qui m’avaient dit que ça les intéresserait. Simplement parce qu’en ce qui concerne le GP moto ça n’a jamais été fait ! Le chiffre des retombées des 24 heures du Mans Auto, le plus grand événement au monde, sont connus, et l’on sait aussi que le seul circuit de l’ACO génère pour la région l’équivalent d’une entreprise de 2000 employés à l’année !On s’y est donc mis et ce chiffre final de 10 millions d’euro de retombées c’est un belle information. Si je regarde le budget de l’événement et que je le transforme en emplois à 1500 euro mensuels, l’équivalence générée est de l’ordre de 400 emplois à l’année ! »

 

CLAUDE MICHY

CLAUDE MICHY

 

J’ai encore demandé à Claude si par exemple, après le GP, c’était la collectivité qui se cognait le nettoyage et l‘évacuation des déchets.

Il est vrai que quand nous journalistes quittons le circuit le dimanche soir, après le public car nous restons en salle de presse pour faire nos papiers, les interviews etc…, l’état des lieux fait un peu peur !

Comme tout événement public d’ailleurs, ce n’est pas un désastre, les motards ne sont pas de gros dégueulasses, mais vu l’échelle du circuit, ça fait peur.

C’est Claude Michy qui s’en occupe et selon une expression qui nous est chère, nous nous connaissons depuis un milliard d’années,  « C’est un billet de 200 000 »...

Ce qui en effet colossal, mais c’est le promoteur qui paie, pas le contribuable.

Quant au bilan carbone, que bien des gens manipulés par la presse suiviste pensent énorme puisqu’il s’agit de sports mécaniques, il est largement inférieur à des événements comme Roland Garros par exemple.

Ce serait donc là encore un mauvais procès à faire à ce GP !

Non décidément, cette course mérite son succès colossal sur le plan sportif parce que le circuit est sublime, sur le plan du public, dont les statistiques figurent sur le communiqué, parce qu’il est reçu comme un roi et on apprend aussi que c’est une vraie bénédiction pour la ville, le département, la région et même bien au-delà !

 

DES COURSES COLOSSALES

DES COURSES COLOSSALES

 

Vive la moto alors…

Voici le texte du communiqué…

 

L’impact économique du Grand Prix de France Moto :

Près de 10 millions d’euros injectés dans l’économie locale

 

Depuis 1994, PHA/Claude MICHY est détenteur des droits d’organisation du Grand Prix de France Moto et promoteur/organisateur de la manche française du Championnat du Monde MotoGP, événement international réunissant l’élite mondiale des pilotes de vitesse lors de 18 épreuves réparties sur 4 continents (Amérique, Europe, Asie et Océanie) et disputées entre mars/avril et novembre selon les années.

A ce jour, 17 des 21 épreuves organisées par PHA se sont déroulées sur le circuit du Mans : tout d’abord en 1994 et 1995, puis retour en 2000 où une collaboration a été mise en place avec l’Automobile Club de l’Ouest, les 4 éditions de 1996 à 1999 ayant eu lieu au Paul Ricard.

 

 

En termes d’affluence, le Grand Prix de France est la 1ère épreuve française de sports moto et la 2ème épreuve de sports mécaniques derrière les 24 Heures du Mans Auto.

Le Grand Prix de France Moto fait donc partie des événements phares organisés en France, et plus précisément sur le circuit du Mans et participe ainsi au rayonnement médiatique et économique de cette infrastructure de qualité.

 

 

Un événement comme celui-ci, réunissant 84 000 spectateurs en moyenne depuis 2010, soit environ 100 000 personnes en prenant en compte les compétiteurs, organisateurs, personnels divers et bénévoles, est un véritable poumon pour le tissu économique local. En comptabilisant les frais pris en charge par l’organisateur, par les équipes et pilotes participants (hébergements, déplacements, restauration, dépenses diverses de la vie quotidienne, …), cumulés aux mêmes frais pour l’ensemble des spectateurs, nous arrivons à un montant de dépenses globales avoisinant les 10 millions d’euros.

 

EPOQUE STONER

EPOQUE STONER

 

Cet état de fait confirme l’importance de l’organisation d’événements de cette envergure, qui font partie intégrante de l’économie des entreprises locales et régionales.

 En listant de manière non exhaustive les différents types de dépenses lors d’un tel événement, et en partant sur la base d’une fréquentation à hauteur de 80 000 spectateurs, nous atteignons les montants suivants :

 

-> Dépenses de l’organisateur de l’événement :  2. 500. 000 €

-> Dépenses des prestataires  : 400 000 €

-> Hébergements :  1. 500. 000 €

(base sur 3 000 chambres d’hotel et 500 chambres d’hôtes, soit environ 6 000 personnes)

-> Restauration :  600. 000 €

(sur cette base de 6 000 personnes sur 3 jours)

-> Dépenses locales :   40. 000 €

(dépenses en carburant, péages, achats divers, …sur cette base de 6 000 personnes)

-> Dépenses locales des Campeurs :  3. 000. 000 €

(sur une base de 40 000 campeurs)    

-> Dépenses locales des autres spectateurs :  1. 360 000 €

(sur une base de 34 000 personnes)

 -> Total de cette estimation de dépenses :  9. 600 000 €

 

A cela s’ajoutent des frais non intégrés à ce calcul mais à prendre également en compte :

– les frais de transport (tramway, bus, taxi), les autres offres d’hébergements (Airbnb, particuliers louant chambres, appartements ou maisons), …

– les dépenses de l’organisateur, hors secteur géographique local, à hauteur de 3,5 millions d’euros.

 

 

 Voilà donc en chiffres le formidable impact du GP de France Moto dans la vie économique locale, départementale et régionale.

 

LA FOLIE DU MANS A TOUCHÉ AUSSI POL ESPARGARO...

LA FOLIE DU MANS A TOUCHÉ AUSSI POL ESPARGARO…

 

J’aimerais y ajouter un tout petit plus perso : ce circuit, en version Bugatti (GP Moto, GP camions, endurance moto etc…) ou en version longue (Les 24 Heures auto sur le grand circuit) a une âme exceptionnelle et ceci partout, où que l’on soit sur le tracé.

Pas seulement la fête, pas seulement l’émotion, pas seulement le fait d’être heureux et ensemble !

J’ai commencé à y bosser, comme speaker des 24 Heures auto il y a, euh, des dizaines d’années, puis comme journaliste,  et chaque fois que j’y retourne, comme le chante Ferrat, « C’est toujours la première fois… ».

 

ENCORE! ENCORE!

ENCORE! ENCORE!

 

Si l’amour existe, ça doit ressembler à ça…

Sauf que l’amour ne rapporte que des emmerdes, alors que le GP rapporte des millions…

Le Mans est donc un secret d’initiés…

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : ORGANISATION, MOTOGP et SPECIAL THANKS à MOTO JOURNAL

 

les GRID GIRLS MONSTER  du  GP de FRANCE MOTO GP

les GRID GIRLS MONSTER du GP de FRANCE MOTO GP

MOTO-GP-2014-GP-FRANCE-MONSTER-Grid-GIRL

MOTO-GP-2014-GP-FRANCE-MONSTER-Grid-GIRL

Moto Sport

About Author

jeanlouis