HISTOIRE DU CARNAVAL DE VENISE

 

 

 HISTOIRE DU CARNAVAL DE VENISE

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

 

Il n’y a pas que le vroom vroom dans la vie, c’est la raison d’être de notre rubrique Life Style.

Voici donc le mondialement connu Carnaval de Venise, son histoire et les photos qui nous ramènent des siècles de fête en arrière et … très hautes en couleurs!

Le premier doge à autoriser le carnaval, fut Vitale Falier, en 1094 !

Le Carnaval de Venise débutait par un bal et se poursuivait par de petites fêtes locales sur les campi : théâtre, concerts ou jeux.

Les Vénitiens, de toutes conditions sociales, enfilaient alors le TABARRO (une longue cape noire) et dissimulaient leur identité derrière la BAUTA (un masque blanc, prononcez la Baouta) et sous un tricorne.

Tous devenaient alors égaux et tout était permis à tous.

Bientôt, les déguisements devinrent plus évolués, en puisant leur inspiration dans les costumes que l’on connaissait alors, ceux de la célèbre Comedia dell’Arte.

La ville toute entière se transformait, chantait, dansait. Venise était la ville de la séduction et du plaisir de vivre.

Mais certaines pratiques furent contestables. Les jeunes, déguisés en clowns dans leur costume de MATTACINO, lançaient des œufs emplis d’eau de rose sur les belles passantes.

Quant à celles jugées moins séduisantes, elles recevaient des œufs … pourris !

 

La Tradition du Carnaval à Venise, « il Carnevale di Venezia »

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

 

Dès le Xe siècle, le peuple profitait un maximum des derniers jours précédant les mortifications du carême, en se divertissant et en savourant les plaisirs et les joies de la vie.

En 1094 le carnaval était déjà mentionné dans une charte du doge Faliero, et en 1269, le Sénat prescrivait qu’on eût à considérer la veille du Carême comme un jour de fête (mardi gras).

On pouvait alors porter le masque, grâce auquel on retrouvera plus tard une ombre de l’égalité perdue au cours du temps, quand sous des vêtements d’emprunt les nobles fraternisaient encore avec le bon peuple.

En compensation à son inaction politique, le peuple s’attachait à ce faste glorieux qui caractérisait les fêtes commémoratives de Venise, et s’oubliait dans les conflits entre les grandes familles, dans les chasses au taureau et bien sûr dans les fêtes du carnaval, qui servaient à montrer toutes les séductions de la richesse, tous les caprices de la mode.

 

La Réputation du Carnaval de Venise

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

 

Les raisons du succès et de la réussite du carnaval de Venise depuis la renaissance (et peut-être même avant) étaient à la fois politiques et économiques.

Le peuple, qui aimait les fêtes et les divertissements publics, trouvait dans le carnaval, l’amusement et le plaisir, mais il y trouvait surtout une liberté d’expression qui n’existait nulle part ailleurs.

On pouvait critiquer et se moquer de qui on voulait comme on voulait : pendant le carnaval, la République aristocratique devenait démocratie sous la forme du rire et de la joie.

Les règles de préséance s’effaçaient, seule la fête du carnaval rassemblait tout le monde sous sa bannière. Le défoulement du carnaval était un facteur de paix sociale.

 

L’histoire du carnaval de Venise actuel

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

 

Le carnaval dure aujourd’hui les dix jours précédant le mercredi des Cendres.

Malgré l’enjeu économique, qui aurait pu ternir cette fête extraordinaire, le carnaval de Venise attire encore les visiteurs du monde entier. Dans Venise, tout est loué et réservé longtemps à l’avance. Les prix s’envolent. Les rues et les ruelles sont saturées de promeneurs.

Quelques embouteillages piétonniers devant les vaporetti, sur les pontons ou dans les étroites ruelles.

Mais, ce piétinement se fait toujours avec un esprit de fête… du moins pour les touristes.

De nos jours, les costumes (traditionnels ou originaux) sont laissés à la libre appréciation de chacun. Ils ne sont pas obligatoires, bien sûr, mais participent de l’esprit de carnaval de Venise.

 

MAIS ATTENTION 

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

 

On ne se déguise pas au Carnaval de Venise. On se costume. Rien de trivial, rien de grossier.

Car à Venise, c’est le Carnaval de l’élégance et du raffinement.

 

Texte et photos : Max MALKA

 

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL DE VENISE Photo Max MALKA E

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

CARNAVAL-DE-VENISE-Photo-Max-MALKA

Life Style

About Author

gilles