IL Y A 40 ANS CE 26 JANVIER, CARLOS PACE REMPORTAIT SON PREMIER GP

 

 

 

 

 

 Carlos-PACE-©-Manfred-GIET


Carlos-PACE-©-Manfred-GIET

 

 

Ce 26 janvier, cela fera 40 ans que le pilote Brésilien Carlos PACE, remportait à domicile, sur le circuit d’Interlagos à Sao Paulo, qui porte désormais son nom, son premier GP, l’emportant devant son compatriote et rival, le double Champion du monde, Emerson FITTIPALDI, sacré en 1972 et 1974.

Né de parents d’origine Italienne et émigrés à Sao Paulo au Brésil, mais ayant transités à différentes époques, entre le Brésil et l’Italie, avec comme conséquence que José Carlos  surnommé « Moco »- le malentendant – parce que longtemps, enfant, il ne maîtrisait pas la langue Portugaise.

Ses débuts en sport-auto, il les fit comme beaucoup de jeunes à l’époque en Karting, où il fit la connaissance des frères Emerson et Wilson FITTIPALDI.

Après quelques tentatives en épreuves de tourisme, le jeune Carlos, opta pour la monoplace, une discipline dans laquelle il s’illustra rapidement par la conquête de deux titres de Champion du Brésil en 1967 et 1969.

A la recherche de nouveaux défis, dès 1970, il s’exila en Angleterre et où il s’imposa dès sa première saison en remportant le titre en F3 !

L’accès à la F2, un an plus tard, ne s’avéra pas simple pour ce jeune Brésilien réservé et taiseux, car il dut véritablement aller mendier au Brésil pour trouver quelques moyens financiers, lui permettant de trouver un baquet dans la petite équipe d’un certain…Frank WILLIAMS !

Impressionné par les qualités du Brésilien, tout à fait dans la lignée d’une autre star Brésilienne, Emerson FITTIPALDI, Frank WILLIAMS,  lui offrit l’occasion d’accéder à la F1, en 1972, avec il est vrai, une peu compétitive MARCH 711 de l’année précédente et sur laquelle, PACE, parvint néanmoins à récolter trois maigrichons petits points.

En participant fin 1972 à la WORLD CHAMPIONSHIP VICTORY RACE, une épreuve de F1 ‘hors-championnat’, au volant d’une SURTEES TS 9B, voiture avec laquelle il termina deuxième, John SURTEES n’hésita pas à l’engager dans son Team pour la saison 1973.

La SURTEES TS 14A, ne s’avéra toutefois pas très fiable, ce qui n’empêcha pas Carlos de faire étalage de toutes ses qualités de pilotage à de nombreuses occasions, comme  sur le toboggan de « l’enfer vert » du Nürburgring, en terminant brillant quatrième derrière des ‘clients’  comme l’étaient les STEWART, CEVERT et autres ICKX, ou encore à Zeltweg en finissant sur le podium derrière PETERSON et STEWART avec cette modeste SURTEES, techniquement largement inférieure aux LOTUS, TYRRELL ou Mc LAREN.

 

 Carlos PACE-Ferrari 312 PB 1973-© Manfred GIET


Carlos PACE-Ferrari 312 PB 1973-© Manfred GIET

 

En 1973, parallèlement à la F1, il fut engagé dans le giron de la SCUDERIA FERRARI pour piloter une des barquettes 312PB dans le Championnat du Monde des Voitures de Sport  aux côtés de l’Italien Arturo MERZARIO.

A l’époque, il était d’usage pour les pilotes de renom de disputer des épreuves dans différentes disciplines, passant ainsi d’un week-end  l’autre d’un baquet de F1 à celui d’une F2, voire d’un sport proto, schose malheureusement devenue  impensable actuellement !

En sports-protos, son meilleur résultat, il l’a obtenu aux 24 HEURES DU MANS 1973, où associé à MERZARIO, ils terminèrent deuxième à six tours des vainqueur, le tandem PESCAROLO-LARROUSSE avec l’inoubliable MATRA MS 670 B.

Début 1974, et toujours engagé chez SURTEES sur la SURTEES  TS 16, il se rendit rapidement compte que la nouvelle construction de l’ancien pilote double Champion du monde (moto et F1) n’était qu’un canard boiteux avec pour première conséquence, qu’en plein milieu de saison, il répondit favorablement à l’appel d’un certain… Bernie ECCLESTONE, alors le patron du Team BRABHAM et où il trouva un ingénieur d’exception, le Sud-Africain Gordon MURRAY.

 

 Carlos PACE chez Brabham avec comme Patron Bernie ECCLESTONE et Gordon Murray commeingénieur-© Manfred GIET


Carlos PACE chez Brabham avec comme Patron Bernie ECCLESTONE et Gordon Murray commeingénieur-© Manfred GIET

 

Mais comme les baquets d’usine étaient occupés par Carlos REUTEMANN et Rikky VON OPEL, Bernie l’intégra en attendant dans le Team privé HEXAGON-BRABHAM qui engageait des anciennes BT 42 de l’usine et où il se retrouvait aux côtés de John WATSON et pour lui porter de l’ombre rapidement puisqu’en fin de Championnat, il scora et marqua plus de points que l’Irlandais !

Pour la saison 1975, il se retrouva incorporé au sein du Team usine, en remplacement de VON OPEL et à côté de l’Argentin REUTEMANN pour former un duo typiquement  ‘sud-américain’.

Dès son deuxième GP pour le Team officiel BRABHAM, Carlos brilla et remporta le Grand Prix du Brésil dans son jardin, sur le tracé d’Interlagos de Sao Paulo, déclenchant dans les tribunes archi combles, un véritable délire parmi les fans Paulistas.

 

Carlos-PACE-Brabham-BT-44B-1975-©-Manfred-GIET

Carlos-PACE-Brabham-BT-44B-1975- 1ére victoire en Grand Prix à INTERLAGOS ©-Manfred-GIET

 

Face à la domination des FERRARI en seconde moitié de saison, le reste du Championnat,  fut un peu plus compliquée pour les BRABHAM ‘Boys de Bernie ECCLESTONE, obligés de rentrer dans les rangs.

Avec un sixième rang final au Championnat du Monde 1975, le Brésil découvrait en F1, néanmoins une deuxième star, après Emo FITTIPALDI  .

1976 par contre fut nettement plus laborieux. Toujours chez BRABHAM avec REUTEMANN sur la superbe BT 45 motorisée dorénavant par le moteur italien ALFA-ROMEO V12 en remplacement du très fiable COSWORTH DFV, les problèmes de fiabilité liés au bloc italien reléguèrent l’équipe officielle BRABHAM au neuvième rang des constructeurs derrière l’inamovible trio de tête FERRARI-McLAREN-TYRRELL, tandis que PACE se retrouvait au 14ème rang du classement des pilotes, mais devant son équipier REUTEMANN, classé, lui, 16ème.

 

Carlos-PACE-Brabham-Alfa-Romeo-BT-45-1976-©-Manfred-GIET.

Carlos-PACE-Brabham-Alfa-Romeo-BT-45-1976-©-Manfred-GIET.

 

1977 s’annonçait toutefois sous de meilleurs auspices pour PACE, toujours au volant d’une BRABHAM officielle BT45 mais avec comme nouvel équipier… John WATSON, puisque dès le premier Grand Prix de la nouvelle saison il termina deuxième derrière le vainqueur Jody SCHECKTER qui pilotait la nouvelle WOLF.

A Interlagos, Carlos dut se retirer suite à un accrochage et en Afrique du Sud, à Kyalami, parti de la première ligne aux côtés de James HUNT avec sa Mc LAREN, il fut ralenti par des ennuis et termina à deux tours du vainqueur, la Ferrari de l’Autrichien Niki LAUDA.

Malheureusement, ce fut son ultime et dernier GP puisqu’à peine deux semaines plus tard, le 18 mars 1977, Carlos PACE se tuait, trouvant la mort à bord de son petit avion privé et non loin de Sao Paulo, sa ville natale et de résidence.

Du coup, le Brésil et le monde de la F1, perdait un immense talent, et qui malgré ses déjà 32 ans aurait certainement encore brillé un long moment, grâce à son immense talent  sur  les circuits de F1 du monde entier.

Ce 26 janvier, ceux qui l’ont connu et comme nous, ne manqueront pas d’avoir une petite pensée pour Carlos PACE, trop tôt disparu…

 

 

Manfred GIET

Photos : PUBLIRACING

 

 Carlos PACE-Brabham BT44 B ici devant Brambilla en 1975-© Manfred GIET.


Carlos PACE-Brabham BT44 B ici devant Brambilla en 1975-© Manfred GIET.

 

F1 Personnalités Sport

About Author

gilles