PÉRIPH À 70 KM/H : LE BILAN UN AN APRÈS

 

 

 

PÉRIPH À 70 KM/H : LE BILAN UN AN APRÈS

 

 

BOULEVARD PERIPHERIQUE DE PARIS PORTE DE ST CLOUD

 

 

Le JDD (Journal du dimanche) publiait hier, dimanche 18 janvier 2015, un article sur le périphérique parisien où, depuis un an, la limitation de vitesse est passée de 80 à 70 km/h.

Selon le JDD, la mairie de Paris ainsi que la Préfecture de police dressent un bilan positif.

« 40 millions d’automobilistes » décrypte les arguments.

Premièrement, d’après le JDD, les Parisiens bénéficieraient d’une diminution du bruit de 1,2 décibel la nuit et de 0,5 le jour. Or, Il faut savoir que diminuer le volume des nuisances sonores de 1 dB est imperceptible pour l’oreille humaine.

D’autre part, selon la mairie de Paris, la baisse de la limitation de vitesse sur le périphérique aurait permis de réduire les bouchons (« l’effet accordéon »).

Or, les Franciliens qui empruntent régulièrement le périphérique estiment au contraire que le temps passé dans les embouteillages a plutôt augmenté depuis un an.

Dans cet article, on nous explique également que le nombre de décès sur le périphérique parisien a diminué grâce à une réduction de la vitesse. Or, paradoxalement, la vitesse moyenne sur le périphérique a augmenté, de même que le nombre d’usagers flashés !

 

 PARIS-le-Boulevard-Péripherique-Porte-de-la-Muette


PARIS-le-Boulevard-Péripherique-Porte-de-la-Muette

 

Cela signifie que les automobilistes ont roulé plus vite que la limite autorisée, mais qu’ils ont eu aussi moins d’accident. Il n’existe donc aucune corrélation entre réduction de la vitesse et réduction de l’accidentalité routière.

La ville de Paris a également réduit, dans bon nombre de quartiers, la vitesse maximale autorisée, passant ainsi de 50 à 30 km/h.

Malheureusement, le nombre d’accidents de la route a augmenté.

Donc faut-il réduire le périphérique parisien à 50 km/h, comme l’évoque aujourd’hui Christophe Nadjovski, adjoint à la mairie de Paris ?

No comment car comme d’habitude, chacun fait dire et interprète ces chiffres comme cela l’arrange…

Une chose est cependant évidente, ce n’est absolument pas la vitesse qui est en cause sur le périph.

Mais, d’une part, trop souvent l’inattention des conducteurs et d’autre part, l’inconscience de bien des usagers de deux –roues qui eux, on peut tous le constater quotidiennement, roulent beaucoup trop vite entre les files des automobilistes!

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : autonewsinfo

 

 

PARIS-le-Boulevard-périphérique

PARIS-le-Boulevard-périphérique

Législation Sécurité

About Author

gilles