AFRICA RACE JOUR 11: SABATIER, ULLEVALSETER, SHIBALOV SONT LES ROIS DU SABLE!

ULLEVALSETER,PRINCE DU SABLE

ULLEVALSETER, ROI DU SABLE

ANTON SHIBALOV,"TRUCKERS KING"

ANTON SHIBALOV, »TRUCKERS KING »

 

Ce soir le rallye sera à St Louis du Sénégal, un endroit paradisiaque qui a vu lui aussi passer les avions et les pilotes de l’Aéropostale, un des repaires de St Ex et Mermoz !

Auparavant, on aura roulé une spéciale de 200 km, puis, cela fait un bout de temps, une liaison pour sortir e Mauritanie et entrer au Sénégal.

Ce que cela donne en style codé rallye…

SAMEDI 10 JANVIER 2015/ÉTAPE N°11 : TOUEILA  / SAINT LOUIS : 349 km/TRANSFERT BIVOUAC / DÉPART DE SPÉCIALE : 6 km/SPÉCIALE TOUEILA / GHREIDÂT LIGHJOÛLÉ : 201 km/LIAISON : GHREIDÂT LIGHJOÛLÉ / SAINT LOUIS : 291km

Dit par René Metge, c’est plus poétique…

 

 

« Nous avons gardé exactement la même spéciale que l’année dernière car elle est top avec des dunes magnifiques dorées, plutôt faciles à franchir et de belles portions où le pilotage fera la différence. Une dernière journée normalement tranquille avec ces 200 derniers kilomètres chronométrés, mais nous avons vu par le passé que rien n’est jamais joué et il faudra donc resté concentré jusqu’au bout. Y compris dans la liaison pour rejoindre Saint Louis et son bivouac au bord de la lagune, car évoluer sur les routes africaines est toujours un grand moment. Mais cela fait aussi partie de l’aventure de l’AFRICA Race ! Le dernier bivouac sera installé dans la périphérie de Saint Louis, une des grandes villes du Sénégal située aux confins de l’Océan, du Sahara et de la brousse. Après une dernière nuit sous le sublime ciel étoilé du Sénégal, c’est le cœur léger que les finishers de l’AFRICA ECO RACE® 2015 vont s’élancer dans l’ultime liaison vers Kayar, village de pêcheurs au bord de l’Océan Atlantique d’où le départ en ligne sera donné sur la plage. Les 24 derniers kilomètres de spéciale sonneront comme une récompense et même, pour certains, comme une délivrance. Le podium dressé sur les bords du Lac Rose sur lequel tous les héros de cette septième édition recevront leurs trophées devrait être, une fois encore, le théâtre de beaucoup d’émotion et de joie. »

La carte de la journée

 

 

La journée en coupe…

 

 

Sur la totalité de la carte on voit que l’on s’approche de Dakar, sa plage, et le fameux Lac Rose.

 

 

Mais ça c’est demain.

Aujourd’hui, avec le récit de la journée nous ferons un clin d’œil en forme de remerciement à celles et ceux qui ont fait un bijou de ce vrai et authentique rallye-raid sur les traces de Thierry Sabine, le vrai Paris Dakar en fait…

8h00, le premier motard est lâché.

 

MOTOS : « ULLE » LE VIKING FINIT EN MAJESTÉ… ULLEVAL…MASTER!

 

C’est l’Autrichien Theuretzbacher, vainqueur hier de la spéciale en se contentant de rattraper les deux pilotes partis devant lui et de s’accrocher à eux, d’autant plus que par endroits, le vent soulevait des nuages de sable et la visibilité devenait carrément nulle.

Derrière lui, sont partis le Norvégien Ullevållseter, dit le Viking, maestro incontesté de ce rallye 2015, puis le Namibien Waldschmidt, qui a pris, en suivant de près les deux hommes de tête le bon wagon la veille, évitant le piège dans lequel Vanderweyen et Dubois ont perdu chacun une place au général.

Lindtjorn, autre Norvégien suit le train, et notre mascotte, la jeune Russe Nifontova présentée dans notre papier d’hier, qui a fait une navigation sublime la veille, est donc arrivée cinquième au scratch et part cinq sur la grille!

 

NIFONTOVA,LE SEUL TRUC QUI N4A PAS CHERCH2 C4EST SON TRACKING GPS!

NIFONTOVA, LE SEUL TRUC QUI N’A PAS MARCHÉ EST SON TRACKING GPS!

 

Chapeau bas miss…

On roule vite, 100/120 km/h, comme chaque début d’étape de ce rallye magnifiquement tracé par René Metge, on suit un  gros cordon de dune que l’on va traverser plus au nord est;

Ensuite on redescendra dans ces dunes mais je l’ai dit, ces tas de sable effroyables ont un sens général du au vent dominant et on sera dans le sens des fibres des dunes.

Il y aura largement de quoi se planter, s’égarer, se mettre sur le toit mais la partie la plus difficile restera la traversée du cordon avant de repartir vers l’arrivée.

 

MAUVAISE JOURNEE POUR THEURETZBACHER, GROSSE CHUTE, QUI FINIRA DEUXIEME AU GENERAL MAIS A TROIS HEURES DE ULLEVALSTER

 

On ne peut pas gagner le rallye ici mais on peut le perdre, une moto, une auto, un camion ça casse, un pilote peut se mettre sur le toit ou sur le côté, un navigateur peut aussi faire des erreurs colossales, certaines autos et pas des moindres ont suivi la veille Vanderweyen dans son erreur et l’ont payée très très cher…

Au début de cette spéciale, il ya des traces partout, le rallye est passé ici la veille dans l’autre sens, ce qui complique aussi le pilotage moto, passer dans une ornière de sable de camion, ça vous envoie valdinguer sévère, en tous cas quand on envoie du lourd…

Nifontova a remonté et passé Lindtjorn, grosse forme la jeune fille…

Bon, le Viking numéro 2 ne va pas se laisser faire mais elle roule quand même sacrément bien !

 

LINDTJORN, L'AUTRE NORVEGIEN

LINDTJORN, L’AUTRE NORVEGIEN

 

Le Viking numéro 1 roule avec Waldschmidt, aucune envie pour l’instant d’aller chercher Theuretzbacher qui va encore s’accrocher à sa roue arrière comme un pou sur le cou d’un chat.

C’est peut-être le moment de vous présenter une partie de celles et ceux qui permettent à ce rallye d’avancer, de bouffer, dormir, qui en assurent le suivi sportif, la sécurité, le ramassage de ceux qui abandonnent, de ceux qui volent pour assurer les relais transmissions radio, on l’a dit, c’est un système utilisé par le Tour de France, et ça marche totalement bien.

UN INSTANT DE DEVOUEMENT ET DE GENTILLESSE  DANS CE MONDE DE BRUTES.

AU PC DE LA COURSE, C'EST "H24", 24 HEURES SUR 24!

AU PC DE LA COURSE, C’EST « H24 », 24 HEURES SUR 24!

 

Voici donc l’ossature du rallye, des gens qui dorment peu, c’est déjà le cas des pilotes et des navigateurs, que dire des journalistes qui doivent en plus trier les photos le soir, écrire leurs papiers, mais les gens que nous présentons ici sont de vrais increvables qui doivent être bien rincés, ils se lèvent bien avant tout le monde et se couchent bien après !

Ainsi par exemple les vrais anges gardiens du camion balai.

 

 

Ils partent derrière le dernier concurrent, et ne doivent pas laisser qui que ce soit en arrière, ils ramassent donc motos et pilotes motos qui laissent tomber pour casse mécanique ou morale, ils attendent aussi au cul des autos et camions scotchés, voire sur le côté comme ça a été le cas pour Essers, et ils emmènent les infortunés du sable jusqu’au bivouac où ils arrivent très très tard…

Eux, l’arrivée au petit jour pour repartir deux heures après, ils savent ce que c’est.

Autre mot pour les gens qui tiennent les CP, ces contrôles de passage, qui sont en plein cagnard dans des endroits souvent très beaux mais souvent aussi improbables, il faut qu’ils soient là très en avance, il arrive souvent qu’ils couchent sur place.

 

TENIR UN CP, C'EST UN APOSTOLAT!

TENIR UN CP, C’EST UN APOSTOLAT!

 

 

Et ils restent fort tard, roulant ensuite de nuit pour se rendre à leur point d’affectation le lendemain.

Bravo au PC qui centralise tout, les infos, la sécurité, les transmissions, les chronos, eux c’est à se demander quand il dorment, leur PC est allumé toute la nuit.

 

LE PC "BACKSTAGE", MERCI A EUX!

LE PC « BACKSTAGE », MERCI A EUX!

 

J’ai dû les appeler plusieurs fois sur la ligne de sécurité des concurrents, c’est le numéro à faire s’ils sont en difficulté, et ces gens ont été d’une gentillesse phénoménale, tout en me rappelant bien sûr qu’il fallait faire vite pour libérer la ligne. Merci à eux et bravo, car il ne fait pas oublier qu’en plus, ils doivent rouler pour petre en fin de spéciale.

Un métier de fous, mais de fous actifs, efficaces et adorables..

Voici encore les gens, souvent des jeunes filles bénévoles, qui s’occupent des repas.

 

LE REPAS DU GUERRIER

LE REPAS DU GUERRIER

 

C’est primordial pour les concurrents, les mécanos, les organisateurs, et c’est long car eux aussi doivent rouler dans la journée, se lever à des heures pas possibles pour les petits dej, et se coucher à point d’heure parce que l’on essaie toujours de garder à bouffer pour les retardataires, et un retard sur un rallye raid, c’est des heures et des heures…

Bravo aux mécanos, on ne parle jamais d’eux, on les montre jamais, Alain Rossignol m’a envoyé quelques beaux clichés sur ces hommes et ces femmes.

 

Et un coup de chapeau aux avions de relais radios, cette année Jean Louis Schlesser en était, fana de pilotage dans les airs aussi, le gaillard sait vraiment tout faire et tout faire bien !

 

JEAN LOUIS SCHLESSER AVIATEUR DU RALLY

JEAN LOUIS SCHLESSER AVIATEUR DU RALLY

 

Retour au sable…

 

VROUM !

 

Le désert explose donc de bruits bizarres, des moteurs qui forcent à s’en faire sauter les bielles, motos, autos et camions sur la piste, sur les routes pour les assistances et le bivouac qu’il faut démonter et remonter chaque jour, les hélicos de commandement, de médecins, de cameramen et photographes, et au dessus les avions de transmission des systèmes radio…

Les camions en particulier rugissent, font trembler les dunes, le tout dans un sous concert de trucs qui grincent, suspensions, essieux, transmissions etc…

Miracle, à moto, Theuretzbacher, dont on sait qu’il navigue assez mal, a pris les bons changements de caps dans les dunes, là où cela commence à devenir ardu.

On roule beaucoup moins vite, de l’ordre de 35km/h, c’est dire que c’est mou et pas évident en nav…

Puis quand on revient dans le sens des dunes, on remet ça à plus e 120km/h…

René Metge a trouvé des sortes de couloirs entre les énormes cordons, qui font d’ailleurs un excellent repère, le sol est moins miné, cela permet d’envoyer du gaz.

Les 20 km de traversée approchent à grands coups de gaz…

Dès le début, Theuretzbacher tombe, il repart mais va rouler lentement.

Voilà une fois de plus le Viking en ouvreur…

 

INGO WALDSCHMIDT VA GARDER SA BRILLANTE TROISIEME PLACE

INGO WALDSCHMIDT VA GARDER SA BRILLANTE TROISIEME PLACE

 

On vient de passer le CP1, « Ulle » est premier chrono, Theuretzbacher second, Walschmidt trois, il passe sept minutes derrière les deux pilotes de tête.

Le cap est plein sud, les dunes sont orientées NE-SW, on prend donc les murs de face !

9h30, Ullevålsetter est sorti de la traversée des dunes, six minutes devant Walschmidt, il ya là le CP2 en plein milieu de nulle part.

Le Viking roule vite, 120 km/h, au CP2, Theuretzbacher avait huit minutes de retard, derrière Waldschmidt, pour l’instant pas de risque de changement au classement !

D’ailleurs Theuretzbacher lâche pied, il souffre depuis sa chute, il est rattrapé par Lindtjorn.

Pas sa journée cette dernière journée…

Il terminera cinquième au scratch et deuxième au général mais à presque trois heures du leader.

10h27, après deux heures et demi de course, Ullevålsetter passe la ligne d’arrivée.

 

ULLEVALSETER, NOUVEAU HEROS AFRICAIN

ULLEVALSETER, NOUVEAU HEROS AFRICAIN

 

Bien sûr, il faut encore s’enquiller la liaison jusqu’à St Louis et demain la plage de Dakar mais notre Viking a gagné cet Africa Race 2015.

Waldschmidt passe huit minutes plus tard.

Et Lindtjorn et Theuretzbacher arrivent presque une demi heure de retard sur « Ulle » qui a gagné cette étape comme il aime, seul, devant, intraitable, la razzia, c’est un peu leur truc aux Vikings, et celle là est sublime.

Nifontova est invisible, son signal GPS ne bouge plus, peut être est il « out »…

Elle rêve tellement du Lac Rose qu’on a une grosse pensée pour elle.

Finalement, elle passe l’arrivée, c’était donc bien son signal Iritrack qui était out.

 

NIFONTOVA,REINE DES SABLES

NIFONTOVA,REINE DES SABLES

 

Neuvième en plus, la jolie histoire continue !

Et un gros ouf !

 

AUTOS ET CAMIONS : SABATIER RAFLE TOUT… 

 

9h10, Sabatier a été lâché première auto, une minute derrière est parti le camion Kamaz de Shibalov, suivi comme son ombre par son ange gardien Kuprianov.

Sabatier a un seul objectif, comme il s’agit de la dernière vraie spéciale avant l’arrivée au Lac Rose, ne pas se faire reprendre les 55 minutes d’avance qu’il a au général sur le géant russe.

Et le Russe en question envoie fort derrière, plus de 140 km/h, sachant que dans la traversée des dunes, le léger buggy pourra le lâcher s’il ne se plante pas…

On imagine donc une certaine crispation dans le buggy, avec dans les rétros les nuages de fumée de poussière sous les roues du mastodonte.

 

LE COUPLE INFERNAL PREND TOUT CHEZ LES CAMIONS

LE COUPLE INFERNAL PREND TOUT CHEZ LES CAMIONS

 

En plus, dans les six premiers lâchés, il ya quatre camions, avec Jacinto et Tomecek qui ont magnifiquement roulé au scratch la veille, au général ils sont largués, seules deux voitures se trouvent dans la harde d’éléphants, le buggy de Sabatier devant, le 4X4 de Shagirov entre les eux camions russes.

 

TOMECEK TOUT PETIT ET POURTANT...

TOMECEK TOUT PETIT ET POURTANT…

 

Bref, là encore, dans l’auto, on doit se sentir tout petit…

Derrière Tomecek, c’est le buggy de Porcheron qui est parti, il ne dépassera pas le gros Tatra tchèque, les

Trente minutes après le départ, Sabatier est déjà en vue des dernières motos…

On attaque les choses sérieuses, crevaison autorisée, plantage aussi mais si on en sort comme la foudre !

Au CP1, à l’entrée de la traversée de l’Erg, Sabatier est passé avec sept minutes d’avance sur Shagirov, Kuprianov et Shibalov qui sont passés ensemble !

Ce qui a du faire un boucan, mais un boucan !

 

JACINTO EN PLEINE BOURRE AVEC LES DUNES

JACINTO EN PLEINE BOURRE AVEC LES DUNES

 

En revanche, Sabatier a en main, peut être, une nouvelle victoire d’étape, ce qui donnerait encore un peu de lustre supplémentaire à une victoire au général de toute façon sublime.

Mais ça, c’est à l’arrivée, il faut encore traverser ces p… de dunes et revenir au drapeau à damiers !

A la moitié de cette traversée, pas un pépin.

Derrière, Shagirov s’est planté, Jacinto passe, les camions passent tous d’ailleurs, en force, mais passent.

Kuprianov se plante, ou en tous cas s’arrête, peut être pour attendre Shibalov.

Devant Sabatier cravache… à 25 km/h pour sortir de la traversée des dunes.

Il passe bien  entendu au CP2 première auto, maintenant, c’est tout droit vers l’arche d’arrivée. Shibalov passe neuf minutes plus tard, suivi à cent mètres par Kuprianov.

 

KUPRIANOV DEUXIEME AU SCRATCH, TROIS AU GENERAL

KUPRIANOV DEUXIEME AU SCRATCH, TROIS AU GENERAL

 

Qui donc soit dit en passant, passé son « boss » au chrono !

Pour Sabatier, maintenant il faut tenir…

Et on envoie la purée, sévère !

Un truc incroyable à ce point de la course, dans les cinq premiers de la catégorie autos et camions, il ya une auto, celle de Sabatier, et quatre camions derrière !

Vrai moment de gloire pour ces camions qui, depuis l’arrivée d’un certain De Rooy sur le Dakar, l’authentique, dans les années 80, avec son Daf surpuissant, ces mastodontes sont un peu les vraies vedettes des rallyes raids.

On avait annoncé une belle bagarre entre les camions sur ce rallye, elle a lieu chaque jour, pas au général puisque Jacinto et Tomecek ont pris des grosses pertes de temps sur une étape, mais tous les autres jours ils ont roulé avec des résultats au scratch exceptionnels et c‘est bien parti pour être encore le cas !

 

SHIBALOV, UN CAMION DEUXIEME AU GENERAL

SHIBALOV, UN CAMION DEUXIEME AU GENERAL

 

11h40, Sabatier coupe la ligne d’arrivée première auto.

Il a gagné le rallye mais pas encore l’étape, il faut attendre au moins les dix premières arrivées qui créent parfois des surprises parties du fond de grille…

En tous cas,  Kuprianov et Shibalov sont battus.

 

SABATIER PREND TOUT GENERAL ET SCRATCH

 

L’honneur des autos est sauf…

On verra arriver ensuite les camions de  Jacinto et Tomecek, puis le buggy de Patrick Martin et celui de Philippe Porcheron.

Et il semble bien que l’ami Sabatier ait fait le doublé, général et scratch du jour, il a collé entre quinze et vingt minutes à tous ceux qui pouvaient le menacer.

Demain au Lac Rose, son arrivée sera royale!

Comme celle de Shibalov, premier camion, deuxième au général!

Et les petites reines,  Jacinto, neuvième au général autos/camions et  Nifontova, septième au général des motos, feront un triomphe sur le podium!

 

Résultats mis à jour en permanence

http://www.africarace-live.com/index.php/fr/cla-etp11

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS ALAIN ROSSIGNOL/JORGE CUNHA/DESERT RUN

Moto Motocross Sport

About Author

jeanlouis