AFRICA RACE JOUR 6 : LA MAURITANIE PAR LA ROUTE, VENT DE SABLE OBLIGE… ET VIDEOS MAROC

PAS D'HELICO, PAS D'IMAGES, PAS GRAVE MAIS PAS DE SÉCURITÉ...

PAS D’HELICO, PAS D’IMAGES, PAS GRAVE MAIS PAS DE SÉCURITÉ…

 

On s’est levé à quatre heures du mat’, on a roulé quatre cent bornes, fait la queue à la douane mauritanienne mais enfin, on y est !

Au paradis et au sublissime pays du rallye raid, la Mauritanie, immense bonheur et un peu d’appréhension bien sûr.

Le départ a a été retardé de trente minutes parce que d’une part la douane est longue, mais surtout hélicos et avions  ont dû aller douaner à Nouadhibou et que l’on ne donne pas le départ sans hélico de médecins ni sans avions de relais de transmissions !

L’étape du jour, décrite par René Metge…

 

 

« Après une bonne journée de repos, tous les concurrents devraient être d’attaque pour cette deuxième semaine de course. Après une longue liaison matinale jusqu’à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie, le passage du No Man’s Land entre les deux pays, les véhicules rejoindront le village de Boulanouar où sera donné le départ de la courte spéciale du jour. Une spéciale bien connue à présent, plutôt rapide sur un terrain sablonneux, mais pas toujours évidente au niveau de la navigation aux caps et en hors piste. Un exercice sympa qui permettra de se faire une idée du désert mauritanien. » 

 

En style road book cela donne les indications suivantes.

 

LUNDI 5 JANVIER 2015 /ÉTAPE N° 6 : DAKHLA / CHAMI : 621 km

LIAISON : DAKHLA / BOULANOUAR : 437 km/

SPÉCIALE : BOULANOUAR / CHAMI : 174 km

LIAISON : CHAMI / BIVOUAC : 10 km

En coupe, voilà le programme de la journée…

 

 

Géographiquement voilà ce qu’est l’étape du jour…

 

 

Et si avez envie se savoir où l’on est voici la carte récapitulative…

 

 

On peut y aller.

Norhert Dubois, meilleur français et surtout pilote symbole de l’Africa Race, cinquième au général, peut sans doute aller chercher les quelques minutes qui le déparent de Waldschmidt pour prendre la quatrième place du général.

Mais ensuite, pour le podium, c’est une heure qu’il faut reprendre à Vanderweyen ou Theuretzbacher.

Et là bien sûr, Dubois compte sur son métier de pistard, son instinct de navigation, on est dans un  vrai rallye raid où les écarts ne se comptent pas en secondes comme ailleurs, et où une erreur de navigation peut coûter un temps fou.

On entre en effet dans un monde de dunes, des petites, des grosses, des fastoches, des salopes, des dunes dures quand elles sont molles et vu la chaleur, elles sont tout le temps molles…

Mais à l’heure dite il y a encore des motos à 150 km/h sur la route qui sépare la douane de la zone de départ…

En plus il souffle un putain de vent parfois chargé de sable, pas agréable, le désert rend humble et en plus ça se mérite!

 

L'ATTENTE AU DEPART SENTAIT DEJA L'ANNULATION...

L’ATTENTE AU DEPART SENTAIT DEJA L’ANNULATION…

Alors on attend.

Je suis devant mon Iritrack à attendre que ça parte, Marc Pachot m’appelle pour me dire que Beltoise est mort, j’avais eu une info il ya deux jours sur un AVC… Hélas cette info était en dessous de la réalité.

Ciao Jean Pierre, symbole de tellement de belles choses dans ce milieu !

Ton sourire va me manquer, le reste est déjà dans le marbre de la légende…

13h56, avec une heure et demi de retard, Theuretzbacher bouge autour de la ligne de départ, ça sent le réchauffement moteur, ça va partir…

On sait que la nav’ n’est pas son fort, ce n’est vraiment pas le jour pour partir en tête mais c’est comme ça, il a gagné la spéciale la veille, il part en premier.

Mais fausse nouvelle, finalement, tout le monde prend la route qui descend tout droit vers l’arrivée, ça sent la spéciale annulée ou raccourcie.

Le PC Course me dit qu’en fait, le vent de sable est trop fort, Schlesser l’aviateur m’en a parlé samedi soir et cela avait contraint tous les moyens aériens à se réfugier à Laayoune.

Ce jour, le vent de sable qui s’est remis à souffler ne permet pas aux hélicos de sécurité de voler, la spéciale est annulée, pour tout le monde, on va au bivouac droit par la route.

Terriblement frustrant mais en 2015, on ne prend pas ce genre de risque, rouler sans hélico de sécurité c’était possible il y a trente ans, maintenant il ya des tas d’avocats prêts à prendre le manche en cas de pépin.

Le résultat au classement général est donc inchangé.

http://www.africarace-live.com/index.php/fr/cla-etp5

Pour vous consoler, voici des  vidéos reçues  aujourd’hui sur les premières étapes au Maroc, ça ne date pas d’hier mais c’est beau…

 

 

 

Les « Highlights » sont un collage de belles images sans commentaire et d’ailleurs parfois sans son, sur les ralentis et au début.

C’est le cas sur cette troisième vidéo.

Mais ça le fait très bien, regardez Ullevålsetter rouler vous comprendrez pourquoi il est en tête du rallye, écoutez le en norvégien à la fin en itw c’est rigolo, merci à Shibalov d’avoir tenté de nous expliquer en anglais pourquoi il avait perdu dix minutes…

 

 

Et sur cette vidéo, quand les Autrichiens gagnent ils parlent allemand, les Russes parlent russe,  qu’ils gagnent en auto ou en camion…

 

La journée de repos de dimanche à Dahkla et un bel entretien avec René Metge

 

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS ALAIN ROSSIGNOL/JORGE CUNHA/DESERTRUN ET TOURISME MAURITANIE

 

 

 

Africa Race Rallye Raid Sport

About Author

jeanlouis