AFRICA RACE JOUR 4 SUPERBE, MAIS DESASTRE POUR JACINTO

africa ambiance mùoto

 

Une épreuve spéciale qui part du bivouac, avec liaison zéro, 380 bornes de spéciale et quinze petits km au bout pour rejoindre le bivouac, voilà typiquement le jour idéal !

Dans bien d’autres rallyes, les liaisons sont majoritairement, chaque jour, plus longues que les spéciales, pas ici.

 

PETIT DEJ...AU PIED DES PISTES!

PETIT DEJ…AU PIED DES PISTES!

 

On est dans le grand sud du Maroc, pas loin de la frontière algérienne au début, puis le tracé s’incurvant ouest vers la côte atlantique et la ville d’El Aaiun.

La température va monter encore un peu, génial…

Dans un style très « copilote », voilà le programme de la journée.

 Vendredi 2 janvier 2015/ ÉTAPE N° 4 : ASSA / AS SAKN : 394 km/ DÉPART DEPUIS LE BIVOUAC/SPÉCIALE : ASSA / OUED AARRAID : 379 km/ LIAISON : OUED AARRAID / AS SAKN : 15 km

Grand sachem René Metge, qui l’a tracée, raconte la piste du jour :

 

LE ROI RENÉ...

LE ROI RENÉ…

 

« Cette 4ème spéciale était déjà au programme en 2014 mais nous avons réussi à trouver quelques petites nouveautés bien sympathiques. J’adore vraiment ce parcours parce qu’après le CP 1, les concurrents entrent dans des vallées où le terrain est sablonneux avec une piste qui serpente entre les arbres mais sans aucun piège. Au final, une portion qui sera un vrai régal pour le pilotage au milieu de paysages magnifiques et variés. Attention toutefois de ne pas confondre vitesse et précipitation. Il y aura aussi quelques oueds à franchir mais rien de méchant et une dernière partie aux terrains très changeants avant d’aborder les 30 kilomètres finaux très roulants. »

La voici en coupe :

 

africa Etape04

 

Et la voici en carte, juste le parcours du jour…

 

africa étape 4 géo

 

Et vu sur la totalité du parcours, voilà, on sait où on est et où on va, alors, on y va!

 

africa race 23015 carte

 

MOTOS : ULLEVALSTER MAIS VRAIMENT SUR LA FIN

« ULLE » A ATTENDU LE BOUT DE LA SPECIALE POUR ENVOYER

 

7h45 heure locale, une heure de plus en France, ce sont les motards qui partent les premiers, même si la veille, les meilleurs temps scratch ont été réalisés par le Toyota de Loomans et les deux camions russes Kamaz incroyables de Shibalov et Kuprianov.

 

CASQUE D'OR

CASQUE D’OR

 

Alain Rossignol m’a envoyé une superbe collection de photos d’ambiance désert, du genre qui donne envie de partir,  je la dissémine tout au long de ce papier, moi ça me fait rêver…

Chez les motards donc, Norbert Dubois, nous le pressentions en le regardant rouler hier, a fait une belle remontée de la dixième à la cinquième place, devant Anastasia Nifontova, une révélation,  qui roule très régulièrement, vite et n’a eu aucun souci.

 

J’AI VU LE PHOTOGRAPHE,JE SAUTE!

 

Trois motards, une femme, Patsy Quick, Andrew Newland et Pascal Bouchet ne partent pas, blessés la veille.

Ils ont été emmenés par hélico, ce vrai miracle dans la sécurité des rallyes raids.

 

 

HELICO,FORMIDABLE MACHINE

 

Pal Anders Ullevålseter est donc parti devant, en ouverture, il a jusqu’à présent tout gagné, il est heureux de sa course, roule comme il aime rouler, vite, c’est nécessaire pour sa concentration, il connaît pas trop mal le coin ou en tous cas les types de terrain sur lesquels il roule, un pilote heureux.

120 km/h dans le premier vallon que la course doit suivre, plein ouest avec donc le soleil rasant dans le dos, mauvaise visibilité des trous, mais  tout va bien.

 

CE QUI S’APPELLE ENFUMER LA CONCURRENCE?

 

Il a entre une heure quarante (Vanderweyen, deuxième) et deux heures quarante d’avance au général (Nifontova, sixième), il peut donc éventuellement jardiner (se perdre) un peu mais depuis le début de la course, il n’a pas fait une erreur de navigation.

La piste est facile à suivre, en tous cas bien différent des secondaires qui partent dans tous les sens, le road book est précis, c’est ce qui limite la vitesse des motards, car à chaque embranchement il faut vérifier et recaler le road book.

Et regarder un peu la piste en même temps !

 

africa nifontova

ANASTASIA NIFONTOVA

 

Au premier CP, et c’est la première fois depuis le début du rallye, Ullevålseter n’a pas été le plus rapide, il a concédé un dixième de seconde à l’Autrichien Theuretzbacher, autre pilote très rapide mais qui a fait chaque jour une belle erreur de nav…

Dubois, troisième chrono à ce même CP,  déboule, parfois à plus de 140 km/h, à la poursuite de Vanderweyen, le numéro trois du classement, c’est du pur plaisir de pilotage, vu les écarts entre les pilotes, assez colossaux.

Ce qui prouve qu’ici nous sommes dans un vrai rallye raid et pas un truc où l’écart entre les leaders reste à dix secondes pendant toute la course, et variant de l’un à l’autre selon l’ordre de départ…

 

THEURETZBACHER (102) EN BASTON

 

Frétigné est passé dixième à ce CP, il n’a eu que des emmerdes, plus des erreurs de navigation depuis le départ, bref il a un milliard d’années de retard au général et c’est donc maintenant seulement du plaisir, on lui souhaite juste que ça dure comme ça jusqu’au bout.

Deuxième CP, Theuretzbacher, qui a résolu son problème de nav en suivant le Norvégien, passe encore derrière Ullevålseter mais premier au chrono, il a repris presque une minute !

 

BASTON,TOUJOURS!

BASTON,TOUJOURS!

 

On lui conseillerait bien de ne pas le doubler… mais du coup il ne peut pas lui reprendre plus de deux minutes !

Ach, kolossal brauplaimeu !

Au Ravito, il a d’ailleurs repris les deux minutes au Norvégien.

Que faire ?

 

UN TRES BEAU…TRACÉ

 

Finalement, il continue de rouler avec son copistard norvégien, de toute façon il a deux heures de retard au général, gagner une étape serait déjà très bien…

Mais voilà, la fin de spéciale arrive,  Ullevålseter se perd Theuretzbacher pense tenir le bon bout mais du coup lui se perd vraiment et il prend sept minutes dans la gueule!

12h55, « Ulle » coupe la ligne d’arrivée.

 

PELLONI MAESTRO!

PELLONI MAESTRO!

 

Et on s’aperçoit que Theuretzbacher a même perdu la deuxième place au profit de la Honda de l’Italien Pelloni, parti du fond de grille et qui a roulé comme un sprinter d’un bout à l’autre!

Fond de grille parce qu’il a chopé  des  dizaines d’heures de pénalité sur casse moteur.

Stefano Pelloni qui vient de placer sa Honda dans une véritable meute de KTM, congratulazione!

 

AUTOS ET CAMIONS : ZAPLETAL LA TOTALE

 

Trente minutes après la dernière moto, première auto lâchée, il s’agit du Belge loomans, qui a gagné la spéciale la veille, mais n’a toujours pas repris la tête au général, l’avant-veille il s’est planté sévère dans une flaque de boue imprévisible, où le Russe Shibalov, qui voit les choses de haut, est allé se scotcher un peu plus tard d’ailleurs.

Mais Loomans a dû s’en sortir seul, il a perdu un temps noir, alors que les Russes roulent toujours ensemble et se sont sortis assez vite du merdier.

 

JACKY LOOMANS

JACKY LOOMANS

 

Loomans qui disait avec son superbe humour belge « qu’aller se flanquer dans la  boue en plein désert, il fallait quand même le faire »…

Idem le jour suivant où un plantage russe est immédiatement secouru quand Elisabete Jacinto, la pauvre, a perdu 25 minutes pour se déplanter, laissant la belle bagarre de camions à laquelle elle participait de façon très brillante se faire entre Tomecek et les deux Kamaz.

Et le pire est encore à venir!

 

africa jacinto 11

JOURNEE EFFROYABLE POUR JACINTO

 

Il se passe d’ailleurs un truc assez incroyable, Shibalov est arrêté tout de suite en début de spéciale et Kuprianov a continué…

Clairement, il ne pouvait pas l’aider…

Cela dit, petite alarme, Shibalov est reparti au bout de quelques minutes.

Tiens, à propose de camions…

Hier, Alain Rossignol a eu l’occasion, depuis l’hélico, ou Jorge Cunha je ne sais pas, ils signent leurs clichés ensemble, a saisi ce moment incroyable en rafalant quatre images sur un saut du camion de Bouwens, en haut d’une barkane, dune en pente douce d’un côté, abrupte de l’autre.

Un.

Ouaouh !

Moi aussi je saute, comme les motos !

 

 

Deux, euh… je me reçois sur le nez…

 

 

Trois, si ça continue à lever du cul comme ça, on va passer la cabane sur le chien !

En bateau, passer cul par-dessus tête par l’arrière, on appelle cela « sancir » et c’est ce qui peut arriver de plus grave car tout le poids du véhicule (ou du bateau !) retombe sur l’avant et sur ses pilotes…

 

 

Quatre… Ouf !

 

 

Et pendant ce temps, devant, Loomans envoie comme un dingue.

Quarante cinq minutes après son départ, il commence déjà à doubler les dernières motos…

Derrière, Tomecek s’arrête, Jacinto va pouvoir lui reprendre un peu de temps.

Au CP1, c’est Zapletal qui est passé avec le meilleur chrono.

 

ZAPLETAL EN TËTE DES CHRONOS DE BOUT EN BOUT

ZAPLETAL EN TËTE DES CHRONOS DE BOUT EN BOUT

 

 

Au CP2, Zapletal est toujours en tête, avec le meilleur chrono calculé depuis le départ.

Et aussi le meilleur chrono scratch, devant les motos. Même le meilleur camion, Kuprianov, a été plus vite que les motos, c’est dire si c’est un jour où ça envoie…

Mais pour d’autres, c’est le désespoir…

Le désespoir, c’est symbolisé par la formidable photo ci-dessous.

Planté, et horizon très très vide!

 

 

Jacinto aussi va connaître le désespoir.

Elle remonte le long de la piste, puis part carrément jardiner à dache de la piste.

Très mauvais plan !

En plus casse d’amortisseur…

 

DOMMAGE C'EST FOUTU POUR CETTE ANNEE MAIS C'EST LE PLUS BEAU CAMION ET IL VA SUPER VITE§

DOMMAGE C’EST FOUTU POUR CETTE ANNEE MAIS C’EST LE PLUS BEAU CAMION ET IL VA SUPER VITE§

 

Elle se retrouve en queue de course.

Largement en queue, c’est la débandade, carrément !

Et pour finir, rentre par le goudron.

Un vrai désastre.

Kovacs ira plus loin mais ne terminera pas la spéciale non plus.

Boîte cassée.

 

LE FRANCHISSEMENT, C'EST D'ABORD TROUVER LA BONNE VOIE ET SI POSSIBLE A DEUX

LE FRANCHISSEMENT, C’EST D’ABORD TROUVER LA BONNE VOIE ET SI POSSIBLE A DEUX

 

Devant, Zapletal passe une nouvelle fois en tête de chrono au CP4, déchaîné le garçon, il a pris douze minutes à Loomans avec qui il roule maintenant, en tête de toutes les autos et tous les camions.

Et Shibalov vient se joindre à la  fête, le trio doit faire du bruit, de la fureur et de la poussière !

 

SHIBALOV SAUVE L'HONNEUR DES CAMIONS

SHIBALOV SAUVE L’HONNEUR DES CAMIONS

 

Bon, il mène depuis le début, il gagne la spéciale devant Serradori et prend la tête du général, le Tchèque Zapletal était de très bon Hummer aujourd’hui…

 

SERRADORI DEUXIEME AU SCRATCH

SERRADORI DEUXIEME AU SCRATCH

 

Serradori a été à cinq minutes de la victoire d’étape, son Prédator est maintenant six au général, il est aussi le premier Français.

En camions, personne n’a vraiment brillé, le meilleur, Shibalov, est quatrième au scratch et cinquième au général, derrière, un peu la déroute, on a vu que Jacinto rentre par le bitume, Kovacs ne termine pas la spéciale, Tomecek est dix de la spéciale, Kuprianov encore derrière, heureusement que Bouwens nous a fait une belle figure de style et s’est mis une bonne trouille pour faire parler ds camions avec des sifflements d’épate !

Classements en mise à jour permanente

 http://www.africarace-live.com/fr/cla-etp4.html

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS ALAIN ROSSIGNOL ET JORGE CUNHA/DESERT RUN

 

 

 

 

Africa Race Rallye Raid Sport

About Author

jeanlouis