AFRICA RACE JOUR 3 : UN VIKING, UN WALLON, DEUX EXTRA TERRESTRES…

ULLEVALSETTER INFERNAL

ULLEVALSETTER INFERNAL

 

Le viking est bien sûr le Norvégien Pal Anders Ullevålsetter, motard infernalement parfait, le Wallon est Jacky Loomans, à priori vainqueur de la journée en auto, les extra terrestres sont les deux pilotes russes des camions Kamaz, Shibalov et Kupriakov.

 

DEPART A LA FRAICHE

DEPART A LA FRAICHE

 

Comme toujours dans le désert, la nuit a été froide,  même agrémentée d’une coupe de champagne, cadeau offert par l’organisateur de l’Africa Race avec un  dîner spécial réveillon…

On se réveille quand même à 5h30, premier départ à 7h35.

L’endroit est plat comme la main, le soleil est très bas, ce qui veut dire départ rapide avec mauvaise visi des trous, mais bon c’est la règle du jeu depuis Thierry Sabine…

 

NIFONTOVA,VRAIE REVELATION

NIFONTOVA,VRAIE REVELATION

 

 

La jeune pilote russe  Anastasya Nifontova est au départ, sa très belle huitième place de la veille lui vaudra de partir avec la meute des grands violents qui se battent devant.

Le programme de la journée…

Vu par René Metge, traceur et boss du truc :

 

RENE METGE

RENE METGE

 

« Après quelques kilomètres sur une petite piste et le passage d’un canyon dans de la pierraille, les concurrents arriveront sur le plateau de l’Oasis Sacrée juste avant d’aborder l’Erg Chegaga qu’ils vont franchir sur une vingtaine de kilomètres. Compte tenu du fait que la journée va être particulièrement longue pour rejoindre Assa, nous avons été gentils dans Chegaga puisque nous les avons amené sur deux petits plateaux qui rendront le franchissement moins compliqué. A la sortie des dunes, le Lac Iriki permettra de faire parler les chevaux. Ensuite, une succession de pistes sablonneuse, de passages plus cassants, de cols, de canyons, d’oueds et de lacs à sec conduira les véhicules vers une très belle arrivée sur Icht. Une spéciale dont le moment fort sera le passage de l’Erg où il ne faudra pas connaître de problème sous peine de perdre beaucoup de temps. »

En style « désert » cela donne ceci :

jeudi 1er janvier 2015/ Etape n° 3 : Tagounite/ Assa : 525 km/ Départ depuis le bivouac/ Spéciale : Tagounite / Icht : 433 km/ Liaison : Icht/ Assa : 92 km

En coupe, voilà la même

 

Le parcours a juste été rallongé car la course doit contourner le lac Chiriki, endroit étonnant en mai car le lac n’existe plus mais on est en hiver et il est encore en eau.

L'ETAPE DU JOUR

 

La spéciale sera donc la plus longue du rallye, 448 km au total. On est dans le sud marocain absolu, décor naturel sublime, même à la fraîche quand on a encore envie de dormir un peu…

 

MOTOS : LA SAGA DU VIKING CONTINUE…

 

7h45, Ullevålsetter est parti, il a gagné haut la main les deux premières journées, suivi par le second de la veille, l’allemand Waldschmidt.

130 km/h, on est rapide, mais sage, ce n’est jamais là que se gagne une course et les photographes sont à priori beaucoup plus loin, dans des paysages à relief.

De deux minutes en deux minutes, toutes les motos sont lâchées dans l’ordre de l’arrivée en spéciale la veille, Lindtjorn, l’autre norvégien, pourtant second au général, part 22ème

Patsy Quick, l’autre féminine, une anglaise, part quatorze, Dubois, le premier Français, part dixième, il est neuvième au classement général à 1h40 du leader, pas terrible…

C’est sûr que le problème des rallyes internationaux, quand ils prennent de la légitimité dans le monde entier comme cet Africa Race, attirent aussi ce qui se fait de mieux…

Triste pour Dubois, qui n’a pas dit son dernier mot, mais génial pour la notoriété du rallye partout dans le monde.

On suit au début une très belle piste bien nette, Metge sait faire ce genre de cadeaux à ses concurrents pris à froid…

Dubois y prend carrément 150 km/h, ça met en forme pour la suite…

Six minutes derrière le Norvégien pour l’instant imbattable, le très fidèle Belge Vanderweyen est entouré par un Ukrainien, Pritulyak, et un slovaque, Zlatco.

Derrière il ya le très rapide Autrichien Theuretzbacher, mais qui doit être très avide de connaître toute la région en détail, chaque jour il a fait de grandes excursions hors du road book dont Ullevålsetter dit pourtant à Metge qu’il est très bien fait.

 

THEURETZBACHER

THEURETZBACHER

 

 

Et « Ulle » ne s’est pas gouré une fois en deux jours.

Comme quoi…

Là dès potron-minet, c’est Zatco qui s’est gouré de vallée, très classique dans le jardinage, ce qui va lui coûter bonbon en temps.

Et bien entendu, Theuretzbacher le suit dans son erreur !

Il ya en quand même qui ont le chic pour ça…

Alors qu’il ya des traces partout, et même si le matin, l’humidité fait qu’il ya peu de poussière soulevée devant…

On passe très au nord de M’Hamid, ville du désert où Gilles Gaignault et ma pomme connaissons bien l’hôtel du Drom Blanc, sur le plateau de sable où le monde entier vient se donner le grand frisson.

 

LE GRAND SUD ET LE GRAND FRISSON

LE GRAND SUD ET LE GRAND FRISSON

 

 

Avec raison d’ailleurs, on est aux confins du Sahara qui nous a tous fait rêver quand on était gosses.

C’est Frétigné qui ferme la marche des motos, on sait que son énorme cylindrée lui autorise des itinéraires un peu particuliers.

Il fait demi tour au bout de quelques kilomètres et revient vers le départ, à contre sens, les emmerdes s’accumulent au fil des jours.

Mais il en veut le garçon, il répare et repart, avec les dernières autos !

Ullevålsetter est arrivé dans un immense champ de dunes, là il faut tenir le cap, si l’on s’amuse trop à faire le tour des plus grosses, on perd le fil du road book et on risque de rater des WP,  les way points fictifs mais qui doivent réellement faire clic quand on s’e approche, si on les loupe ça coûte une blinde en temps.

Bref, faut y aller tout droit, en laissant une magnifique trace pour les suivants, qui savent que le Norvégien ne se trompe guère, l’atavisme sans doute, ses ancêtres vikings ont ainsi découvert la totalité du nord de l’Europe, et jusqu’au Canada..

Et pourtant…

Première erreur ?

Il part mystérieusement plein nord, à plus de six km de la trace théorique…

C’est manifestement la déviation indiquée par Metge pour contourner le lac Iriki encore en eau…

Au CP1, « Ulle » est passé avec 14 minutes d’avance sur Waldschmidt, l’expérience et la sûreté de pilotage de ce garçon sont vraiment exceptionnels.

 

WALSCHMIDT

WALSCHMIDT

 

 

Derrière, Frétigné est reparti comme en quarante, même avec son retard considérable du début !

Quant à Dubois, en cinquième position, dans la poussière de la voiture de Serradori,  il semble que la situation s’améliore, il peut y avoir au soir quelques bonnes places gagnées au général !

Devant, « Ulle »est vraiment en état de grâce.

Et il ne baisse pas de rythme, assurant bien dans les passages délicats bourrés de caillasse roulante, envoyant fort dès que c’est plat, passant les dunes avec maestria…

Cinq heures pour faire 447 km, pas mal !

Du coup, ses stats perso sont impressionnantes.

Troisième arrivée en tête de tout le rallye, troisième arrivée en tête des motos, troisième victoire d’étape et bien sûr, gros leader au général moto, Pal Anders Ullevålsetter est le super cador motard de ce début de rallye !

Il ya aussi UNE super cador…

Anastasia Nifontova a aussi formidablement roulé, elle est sixième du jour mais pas vue de la journée et pour cause, son GPS a cessé d’émettre depuis le trentième km…

En revanche, la Russe n’aura plus d’adversaire chez les femmes puisque Patsy QUICK a chuté lourdement, me dit Thierry Scharff de l’orga.

Relevée avec un traumatisme thoracique et une luxation de l’épaule, la pilote Britannique a été transportée à l’hôpital de Guelmine avec deux autres motards à savoir son compatriote Andrew NEWLAND, victime d’une fracture de la clavicule, et le Français Pascal BOUCHET souffrant d’un traumatisme facial et d’une contusion à l’épaule.

Les trois pilotes devraient être rapatriés vers l’Europe dès demain.

 

AUTOS ET CAMIONS : LOOMANS ET LES KAMAZ DEMENTIELS…

JACKY LOOMANS

JACKY LOOMANS

 

Trente cinq minutes après la dernière moto, les autos et camions sont lâchés, même chose, dans l’ordre de la spéciale de la veille.

Ce sont donc Serradori et Zapletane qui vont ouvrir, Loomans ayant été retardé à 10 km de l’arrivée par un plantage dans la boue, vestige des terribles pluies d’hiver tombés sur le pays il y a peu de temps, et du coup le pilote belge part de très loin!

Puis Elisabete Jacinto, qui a gagné la spéciale la veille et huitième au scratch,  partira premier camion, une minute devant Tomecek, deux avant Loomans.

Puis viendront trois et quatre minutes plus tard les terribles Kamaz de Shibalov et Kuprianov, qui sont particulièrement en rage de n’avoir gagné encore aucune spéciale et surtout d’avoir perdu celle de la veille sur un plantage, l’un aidant l’autre à s’en sortir, au même endroit que Loomans, à 10 bornes de l’arrivée !

Bref, il va y avoir du boucan dans le secteur…

 

LE PREDATOR DE SERRADORI COUPERA LA LIGNE DE DEPART ET CELLE D'ARRIVEE LE PREMIER

LE PREDATOR DE SERRADORI COUPERA LA LIGNE DE DEPART ET CELLE D’ARRIVEE LE PREMIER

 

9h13, Jacinto a pris le départ, derrière, on pense juste à la manger toute crue, la demoiselle ne va certes pas avoir la vie facile, mais elle a aussi du tempérament et beaucoup de talent.

Son Man en revanche, est loin en performances des camions qui se battent avec elles, le concept est qu’elle roule avec du matériel standard.

Enfin presque…

Elle est dans le bout droit du début à 140 km/h…

Mais derrière, le Kamaz de Shibalov, au même endroit, est à 147 km/h et plus vite que le Toyota pourtant hyper affuté de Jacky Loomans !

 

JACINTO:BON DEBUT MAIS PLANTAGE CHER!

JACINTO:BON DEBUT MAIS PLANTAGE CHER!

 

Il faut une heure pour que les Kamaz, qui ont largué tout de suite Tomecek, remontent au niveau de Jacinto.

Reste à la passer, ce qui devrait normalement se faire dans les dunes qui arrivent. Elle est un km devant eux.

En autos, Serradori a carrément pris la tête, Zapletal étant allé faire une incursion plein sud, très étonnant, il y avait des traces partout, il se fait une vingtaine de bornes en plus le garçon !

Quand il retrouvera la piste, ce sera pour rouler avec le camion de Kovacs, loin de tout ce qui se passe devant !

En camions, comme c’était prévisible, dans les dunes, la puissance colossale des Kamaz a parlé, Jacinto est rejointe.

Mais Kuprianov se plante et en principe, Shibalov va l’aider, déplanter un camion c’est assez titanesque, et ça le fait beaucoup mieux avec un gros camarade qui vous tend la sangle qui va bien.

Grosse sangle en l’occurrence !

TOMECEK CONTRE LES RUSSES, COMBAT TRES INEGAL!

TOMECEK CONTRE LES RUSSES, COMBAT TRES INEGAL!

 

Du coup, Tomecek et, devant, Jacinto prennent un peu d’air.

Un peu…

Pas longtemps, les russes ont un entraînement considérable.

En plus, c’est normal dans les dunes que l’on franchit de face, Jacinto se plante aussi.

Et personne pour la sortir, elle va perdre un temps colossal.

Elle est dans un sale coin ou Imshoot et Loomans, les deux Toyota, sont scotchés aussi.

L’horreur, Jacinto va voir tout le rallye lui passer devant !

 

TOMECEK PREND LA TETE QUAND JACINTO SE PLANTE

TOMECEK PREND LA TETE QUAND JACINTO SE PLANTE

 

Voilà les Russes sont passés et sont même maintenant à dache devant, mais Tomecek reste en tête des camions.

Pendant encore presque une heure…

Avec les deux Russes au cul qui ne se lâchent pas d’un poil et qui finissent par le passer.

Jacinto repart enfin, elle a perdu 25 minutes, elle roule avec son vieil ennemi Kovacs, qui était un univers derrière elle !

Ce plantage là va lui coûter infiniment cher !

Au CP3, les autos ont carrément pris le pouvoir, toutes catégories confondues, sur la moyenne calculée depuis le départ.

 

FORMIDABLE LOOMANS

FORMIDABLE LOOMANS

 

C’est Jacky Loomans qui fait péter le meilleur chrono !

Il a eu raison de rouler avec les deux camions russes, même si la veille, il a failli couler dans la même mare de vase que Shibalov, aujourd’hui il se rattrape notre belge ami !

A noter aussi que le deuxième temps absolu, toutes catégories, est pour le camion Kamaz de Shibalov !

Ullevålsetter, leader des motos, est  dixième au scratch absolu.

Mais en moto, il est très largement leader, trente minutes sur Vanderweyen et Waldschmidt, quarante sur Theuretzbacher !

Une fois qu’il est arrivé, et vite reparti, il ya 100 bornes de liaison jusqu’au bivouac d’Assa,  c’est un grand moment de solitude en attendant soit la moto suivante, Vanderweyen, soit juste derrière ce motard la première auto, celle de Serradori.

C’est finalement le Predator de Serradori qui arrive, mais il aura fallu attendre plus de quarante minutes pour que le désert recommence à vrombir !

 

LES DEUX KAMAZ ONT ETE IMPRESSIONNANTS

LES DEUX KAMAZ ONT ETE IMPRESSIONNANTS

 

Au CP3, Loomans et son Toyota sont encore passés en tête de scratch, devant le camion Kamaz de Shibalov.

Et pour l’étape, à priori, ce sont la première auto et le premier camion.

Et l’autre Kamaz, celui de Kuprianov, est troisième du jour…

Enfin, ça peut évoluer, il reste soixante véhicules dans la pampa et certains peuvent avoir fait un temps canon…

A suivre…

 

SAZONOV EN TETE AU CLASSEMENT GENERAL

SAZONOV EN TETE AU CLASSEMENT GENERAL

 

Au classement général, c’est le Kazakh Sazonov qui prend le pouvoir…

Discret, sixième de la spéciale, mais efficace…

Résultats mis à jour en permanence 

http://www.africarace-live.com/index.php/fr/cla-etp3

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS DESERT RUN-ALAIN ROSSIGNOL ET JORGE CUNHA

 

 

 

 

 

 

Africa Race Rallye Raid Sport

About Author

jeanlouis