AFRICA RACE 2015 : JOUR 1, ORGA AU TOP ! PILOTES DANS LES TEMPS…

 

LA COUPE DU JOUR

LA COUPE DU JOUR

 

 

En style de copie « désert » l’étape du jour donne ça :

Mardi 30 décembre 2014

ÉTAPE N° 1 : NADOR / JORF EL HAMAM : 645 km

LIAISON : NADOR / HASSI BERKANE : 66 km

SPÉCIALE : HASSI BERKANE / MSOUN : 117 km

LIAISON : MSOUN / JORF EL HAMAM : 462 km

 

 

 

C’est parti.

Car au sud, plein sud !

 

Tout ce qui est écrit ci-dessous l’est au vu du seul suivi GPS des véhicules, dont certains peuvent avoir des systèmes en panne. En tout état de cause, s’il ya accident par exemple, le GPS signale simplement l’arrêt du véhicule, pas las cause de l’arrêt.

On est au Maroc, après avoir traversé l’Espagne sur 1093 km, embarqué à Motril en fin de soirée, on a débarqué vers 5h00, pas fermé l’œil de la (courte) nuit, on s’est bien énervés au passage de la douane, on a traversé dans le noir la ville de Nador et à huit heures du mat, les premiers concurrents sont en vue du DSS, départ de section spéciale de ce premier jour.

 

DEBARQUEMENT TRES TOT LE MATIN

DEBARQUEMENT TRES TOT LE MATIN

 

Cette année, René METGE et son équipe ont parcouru plus d’un mois durant les pistes africaines à la recherche de nouveautés pour rendre le parcours de la 7ème édition de l’AFRICA ECO RACE® toujours plus attractive.

Des reconnaissances éprouvantes en raison de conditions météo désastreuses au Maroc et très chaudes en Mauritanie.

Recos effroyables au Maroc confirmées par mon ami  Yann Duffillot, parti reconnaître sa propre épreuve, le prochain Baby Boomers Adventure.

Première journée que l’on commence par une très courte étape spéciale, à 66 km de Nador.

 

RENE METGE

RENE METGE

 

René Metge présente la journée.

 « Cette première spéciale de mise en jambe tombera très bien parce qu’elle n’est pas trop éloignée de Nador. Même si sa mise en place sera compliquée au niveau de l’équipe d’organisation, elle va permettre aux concurrents d’attaquer la liaison de bonne heure et de ne pas finir le secteur routier de nuit. C’est d’autant plus important que le bivouac sera installé plus loin au sud afin d’avoir moins froid la première nuit. Ce secteur chronométré ne sera pas long mais il devrait mettre en exergue les bons navigateurs car il y a énormément de petites pistes. A certains croisements, il y a jusqu’à six directions possibles. Il va donc falloir être bien concentré et appliqué dès le début du rallye. En dehors de cela, cette première spéciale plutôt vallonnée, regroupant tous les terrains que l’on rencontre sur un rallye tout terrain, à l’exception des dunes, ne comportera pas spécialement de difficultés. »

Voilà le programme, une étape très respectable pour une première dans un rallte africain, quand on a débarqué le matin même du bateau, ce qui ne doit plus se faire beaucoup, l’héritage de Thierry Sabine dont cette course est totalement légitime reste absolu.

Plus qu’à attendre au CH (Contrôle horaire) de départ que tous les motards aient été regroupés.

 

MOTOS : ULLEVALSETTER EN TRES GRANDE FORME…

PAL ANDERS A SAINT CYPRIEN

PAL ANDERS A SAINT CYPRIEN

 

Pal Andres Ullevålsetter, en vieux routard des rallyes, est sorti de la douane en premier et arrivé au CH le premier.

A l’heure.

A la même heure, Pascal Bouchet sort de Nador.

On partira un peu en retard…

En fait on lâche les premiers, qui doivent être à la limite de la congélation, il ne fait guère plus chaud au nord du  Maroc qu’en Europe, 3 degrés.

On les lâche d’ailleurs dans l’ordre des dossards, il semble que quelqu’un ait pris en main les priorités à la douane, et ce avec beaucoup de réussite…

Ce qui compte est le temps total, il sera bien temps au lendemain, quand le rythme de course aura été pris, d’attendre tout le monde avant de lâcher les premiers, et puis on sera 500 bornes dans le sud, la liaison après cette spéciale est longue, il fera plus chaud .

Et du coup, quelques concurrents éviteront de faire cette liaison, fût-elle routière, de nuit.

 

 

Pour tout dire, mais l’organisation est top, les contrôleurs d’arrivée ne sont pas encore en place, mais les CP, contrôles de passage, le sont.

René Metge mène sa troupe avec la dextérité d’un général surnommé « Renard du désert », sauf que ça se terminera mieux pour Metge que pour Rommel !

Derrière le Norvégien Ullevålsetter, roule Theurestzbacher, motard Autrichien qui s’est révélé l’an dernier, très rapide, et qui compte bien cette année aller jusqu’au bout sans rien casser, ni la moto ni le bonhomme.

Et il reprend Ullevålsetter , du coup les cinq ou dix premiers motards font leur sécurité eux-mêmes, en cas de pépin, un autre pourrait déclencher sa balise et faire arriver l’hélico médical en urgence. On rappelle que cette spéciale ne fait que soixante bornes de long.

D’ailleurs, il ya déjà deux Tango, les véhicule médicaux en position en milieu de spéciale. Vraiment top l’orga !

Theuretzbacher s’est fait reprendre par l’autre norvégien Lindtjorn,  le Belge Vanderweyen, et l’Ukrainien Pritulyak n’est pas très loin non plus.

Il est 8h30, la dernière moto, celle du Français Montaz-Rosset, a été lâchée du CP de départ. Le contrôle d’arrivée est en place un peu avant dix heures, Ullevålsetter est encore à trente bornes, il a relâché tout le monde derrière (on sait que la nav est délicate),  tout va bien…

Devant, Ullevålsetter roule à 30 km/h, la nav est un vrai merdier, il ya des pistes partout mais il est sur la bonne.

Il est totalement seul, il a passé le dernier tango médical depuis un bon bout de temps, pas de traces, éventuellement celle des ouvreurs, c’est sûr qu’ouvrir la piste dans ces conditions, c’est pas de la gnognote.

Mais il a trouvé le dernier CP, à priori plus de soucis jusqu’à l’arrivée, à un peu plus de 15 bornes.

Cela dit, les autres ont une jolie trace à suivre, et perdront moins de temps à se creuser le cerveau sur les pistes à prendre.

9h50, Ullevålsetter est arrivé.

Enfin en bout de spéciale, il reste 500 bornes de liaison mais il la fera de jour et sera le premier au bivouac, on sera alors pas loin du grand suxd marocain, et la température aura carrément grimpé.

Bref, belle balade en prévision…

Theuretzbacher est arrivé deuxième, Vanderweyen trois, maintenant il faut attendre les chronos car dans l’absolu, même le dernier parti peut faire le meilleur temps.

 

AUTOS/CAMIONS : LOOMANS ET KOVACS ONT FORMIDABLEMENT ROULÉ

 

JACKY LOOMANS

JACKY LOOMANS

 

9 heures : Le Toyota du Belge Loomans, première auto, est parti, tout se déroule toujours comme un concerto de Mozart, on est totalement dans les temps, à la minute près.

Pour un premier jour avec débarquement le matin, vraiment top !

Sabatier et Zapletal suivent, no problemo…

Lommans lâche vite ses adversaires, d‘abord il a le talent et surtout il a les traces des motards devant !

Ce n’est pas un hasard s’il est l’un des favoris de cette course, il est aussi un vieux routard…

Derrière, Yves Fromont, pourtant pas un manche non plus, emmène les six concurrents moutons derrière lui sur une fausse trace.

10 à 15 bornes pour rien…

50 minutes après le départ, Loomans a déjà doublé les dernières motos… Entre autres, David Frétigné qui sur son énorme 1200cc, n’est pas totalement à l’aise…

Notre ami Belge ne commet aucune erreur et met du gaz partout, il a doublé la jeune pilote Britannique Patsy Quick, soigneusement encadrée par ses amis pilotes anglais, de vrais gentlemen du désert. L’arrivée est en vue, pour eux, la partie sportive de la journée est finie. Eux (elles) aussi verront le bivouac de jour !

Loomans l’emporte avec …QUATRE petites secondes d’avance seulement sur le Hummer H3 du Kazakh Andrey Cherednikov

 

KAMAZ IMPRESSIONNANT MAIS BATTU!

KAMAZ IMPRESSIONNANT MAIS BATTU!

 

9h50, le premier camion est lâché dans la spéciale, il s’agit du Tchèque Tomecek, suivi du Kamaz de Shibalov, et du Hongrois Kovacs…

Il semble que le GPS mouchard du Man de la jolie Portugaise Jacinto ne fonctionne pas, il n’apparaît nulle part sur le tracking qui permet de suivre les concurrents…

Le sol tremble, les pachydermes mettent du gaz, quinze minutes après le départ, le Kamaz est passé en tête  et bien sûr il a déjà passe (en couvert de poussière !) plusieurs autos.

Le problème, c’est qu’il s’arrête, et quand il repart, Tomecek et Kovacs lui ont repris un km et demi. Petit arrêt donc mais avertissement…

11h40, le premier des camions dont le GPS fonctionne est arrivé, il s’agit du Hongrois Kovacs, ce qui est sûr, c’est qu’il s’est bien défendu face aux Russes, Shybalov est certes au dessus de 100 km/h mais à près de 10 km derrière !

Les classements tombent quelques heures plus tard, les voici. On note qu’à moto, il y a déjà de très gros écarts, sur seulement 110 km de spéciale, qu’en effet les quatre pilotes dont nous avons parlé sont devant et que malheureusement, Frétigné est en perdition en fond de classement.

En autos camions, Kovacs a fait le meilleur temps camion et le troisième temps de la journée, à 48 secondes de Loomans! On avait bien dit qu’il s’était fort bien défendu notre ami Hongrois.

Thierry Scharff nous communique la liste des incidents de la journée.

« Tout d’abord en auto avec le spectaculaire accident de Balazs SZALAY dont l’OPEL Moka est violemment sorti de la piste au km 24. Un accident qui a tout de même nécessité l’évacuation de Laszlo BUNKOCZI, le copilote, en hélicoptère à l’hôpital de Nador pour des examens médicaux. Ce fût heureusement le seul accident de la journée mais des problèmes mécaniques ont arrêté un long moment Yves FROMONT alors que Mathieu SERRADORI a également concédé beaucoup de temps. Une journée qui n’était d’ailleurs pas vraiment pour les deux roues motrices handicapées par un tracé particulièrement peu adhérant. C’est ce qu’expliquait Jean Antoine SABATIER en sortant de son Bugga One en 5ème position après avoir concédé près de 10 minutes au TOYOTA Pick Up de Jacky LOOMANS. 

L’Autrichien Robert THEURETZBACHER, a été victime de soucis de navigation.  Le dernier des grands noms de ce rallye AFRICA ECO RACE® à avoir connu des problèmes est David FRETIGNE dont le tableau de bord de sa YAMAHA s’est complètement désolidarisé de la moto après 19 km, l’obligeant à sangler l’élément et à finir la spéciale au ralenti. Il ne fait aucun doute que le multiple Champion du Monde d’Enduro aura l’occasion de se racheter et de refaire son retard conséquent d’ici la fin de l’épreuve. »

Demain, pour le dernier jour de cette année 2015, les concurrents de cette septième édition de l’Africa Eco Race retrouvront les premières dunes marocaines et une spéciale de 377 km entre Jorf el Hamam et Tagounite.

 

Classement moto après jour 1: 

 

En pdf sur:

http://www.africarace-live.com/fichiers/PDF/01MG.pdf

 

1  ULLEVALSETER Pal anders KTM 450 : 1h51’54

2  LINDTJORN John olav KTM 450 à 8’34

3  VANDERWEYEN Gilles KTM 450 à 10’42

4  THEURETZBACHER Robert KTM 450 à 16’08

5 PELLONI Stefano HONDA 450 à 18’05

6 GARDOSSI Claudio KTM 450 à 21’34

7  MONTAZ ROSSET Bernard HONDA +450 à 24’04

8 DUBOIS Norbert KTM +450 à 25:03

9 SHEPHERD Michael KTM 450 à 25:27

10 ZATKO Jan BMW 450 à 26’20

11  BOUCHET Pascal KTM 450 à 26’25

12 NEWLAND Andrew KTM 450 à 26’30

13  SMITH Matthew KTM 450 à 28’22

14  POWELL Robin KTM 450 à 29’17

15  SANCHEZ Julien YAMAHA 450 à 32:09

16  BARWICK Chris KTM +450 à 33:32

17  QUICK Patsy KTM 450 à 34’34

18  PRITULYAK Vadim KTM +450 à 36’24

19  SMITH Jamie KTM 450 à 36’29

20 WALDSCHMIDT Ingo KTM 450 à 37’18

21  NIFONTOVA Anastasiya HUSQVARNA  à 41’46

22 CONREAU Christophe KTM 450 à 44’16

23  MAJOLI Joerg KTM 450 à 1h05 »19

24  RIBEIRO Pedro YAMAHA 450 à  1h16’49

25  CASTRO Sergio KTM +450 à 1h17:55

26  FRETIGNE David YAMAHA OP à  1h21’29

 

Classement général auto-camions après jour 1: 

 

En pdf sur

http://www.africarace-live.com/fichiers/PDF/01AG.pdf

 

1 LOOMANS Jacques/DRIESMANS Frits TOYOTA T1 en 1h37’15

2  CHEREDNIKOV Andrey/TSYRO Dmytro H3 T1 à  4 »

3  KOVACS Miklos/CZEGLEDI Peter/ACS Laszlo SCANIA T4  à 48 » et premier camion

4  SAZONOV Yuriy/SAKHIMOV Arslan H3 T1 à 5’21

5  TOMECEK Tomas/LALA Ladislav TATRA T4 à 7’29 deuxième camion

6 ZAPLETAL Miroslav/BOBA Bartlomiej H3 T1 à 9’21

7  SHIBALOV Anton/AMATYCH Robert KHISAMIEV Almaz KAMAZ T4 à 9’51 troisième camion

8  SABATIER Jean antoine/ROJAT Jean-luc BUGGA ONE T1 à 9’54

9  KUPRIANOV Sergey/KUPRIANOV Alexander/TANIN Anatoly KAMAZ T4  à 11’54 quatrième camion

10 PORCHERON Philippe/RIVET Cedric BUGGY T1 à 13’00

11  BOUWENS Gregoor/BERGHMANS Dave/BOUWENS Igor IVECO T4 à 13’53 Cinquième camion

12  JACINTO Elisabete/TEIXEIRA MARQUES Jose/COCHINHO Marco MAN T4  à 14′ 41 Sixième camion

13 ESSERS Noel/LAUWERS Marc/COONINX Johan MAN T4  à 15’00 Septième camion

14  IMSCHOOT Erwin/FORTHOMME Jean paul TOYOTA T1 / 7 1.1 / à 18’02

16  MOLGO Pawel/GÓRECKI Ernest TOYOTA T2 à 18’58

17  JUCHAULT Jean louis/THIOLAT Philippe TOYOTA T2 à 20’10

18  MARTIN Patrick/METZ Jean VOLKSWAGEN à 27’52

19 DOMOWNIK Piotr/JANDROWICZ Janusz/UNGURIAN Michal UNIMOG T4  à 29’30

20 CONTOZ Guy/NORMAND COURIVAUD Jean-pierre MITSUBISHI T1 à 31’32

21AUBINEAU Olivier/AUBINEAU Christine TOYOTA T2 à 31’39

22  VIDAL Luc/VIDAL Marlene TOYOTA T1 à 32’31

23  MOGNIER Gerald/CARBONELL Guy PEUGEOT OP à 35’14

24  TOUZERY Bernard/DUPIECH Michel SMG T1 à 36’01

25  GRIGOROV Anton/SAUKANS Maris OSC T1 à 37’04

26  PITOUT Frederic/ANTONIOLLI Patrick R à 38’00

27  GARD Gilles/MOUCHARD Daniel MITSUBISHI T2 à 41’15

28  MAURY Thierry/HANS Olivier NISSAN T1 à 41’48

29  AIVAZIAN Marc/FOCKENIER Francois TOYOTA T2 à 42’07

30 ABYKAYEV Marat.CHIPENKO Andrei NISSAN T2 à 44’33

31  HAY Laurent/FILLAUDEAU Vincent TOYOTA T1 à  47’33

32 BRUN Jack/LARROQUE Charles henri BOWLER T1 à 55’25

33  SERRADORI Mathieu/HAQUETTE Didier PREDATOR OP à 1h00’12

34  ZIEGLER Michael/OAKELEY Ronald patrick TOYOTA T2 à 1h06’17

35  FROMONT Yves/FROMONT FranCois BUGGY T1  à 1h37’57

 

 JEAN LOUIS BERNARDELLI

Photos : ALAIN ROSSIGNOL ET ORGANISATION

Africa Race Rallye Raid

About Author

jeanlouis