TOYOTA LANCE LA MIRAI

TOYOTA Fuel Cell

 

Toyota lance la Mirai. En route vers le futur !

La dernière grande révolution automobile, l’hybridation, nous vient déjà de Toyota.
On se souviendra que dès 1997, la Prius, alors réservée uniquement au marché japonais, proposait une motorisation essence accouplée à un moteur électrique lui permettant d’abaisser sensiblement la consommation de carburant.

Depuis, les Toyota Hybrid, Prius en tête, ont largement influencé le marché automobile puisque nombre de constructeurs, la quasi-totalité d’ailleurs, proposent dorénavant cette technologie.

Même la course automobile est devenue hybride, à commencer par la discipline reine, la Formule 1 dont les « power units » – le terme branché qu’il faut utiliser pour parler des groupes motopropulseurs des monoplaces – associent un moteur V6 de 1,6 litre à une « usine à gaz » électrique.
Mercedes, Ferrari et Renault, bientôt rejoints par Honda, sont aujourd’hui les spécialistes de cette motorisation.

Le Championnat du Monde d’Endurance fait lui aussi la part belle à l’hybridation et voit s’affronter d’autres grands constructeurs, Audi, Porsche et Toyota.

 

WEC-2014-FUJI-La-TOYOTATS0490 Hybride CHAMPIONNE du monde d'endurance  2014

WEC-2014-FUJI-La-TOYOTATS0490 Hybride CHAMPIONNE du monde d’endurance 2014

 

En 2014, si Audi a remporté les 24 heures du Mans, Toyota s’adjuge quant à elle, les titres mondiaux constructeurs et pilotes. Et Porsche, le nouveau venu, après avoir engrangé l’expérience nécessaire en cette première saison, sera, à n’en pas douter, le favori numéro 1 en 2015.

Toyota a donc été un précurseur dans la voie de l’hybridation. Gageons qu’il en sera de même pour la voiture à pile à combustible.
Et d’ailleurs, Toyota utilise les mêmes méthodes avec un style, disons un peu décalé, voire choquant.

La première Prius était vraiment différente, une façon de montrer qu’il ne s’agissait pas d’une voiture normale. La Mirai l’est également, encore même davantage.

Ce parti-pris stylistique renforce le parti-pris technique.

La Mirai fonctionne avec de l’hydrogène qu’elle utilise comme carburant afin de produire l’électricité nécessaire à son moteur électrique. Cela parait tout simple et reproduit le format de la voiture à carburant fossile alimentant un moteur thermique.

 

TOYOTA Fuel Cell B

 

Avec la Mirai, il n’est plus nécessaire d’utiliser des batteries coûteuses à produire, dont l’autonomie est altérée par les températures extérieures, et qui de plus sont lourdes et volumineuses avec des effets négatifs sur le comportement routier et l’efficacité énergétique puisque une partie de l’énergie dépensée à faire avancer la voiture est gaspillée par le poids des batteries. Sans compter les problèmes de recharge…

Avec l’hydrogène, il suffit d’un réservoir résistant aux hautes pressions et d’une pile à combustible. Il s’agit là, certainement, de LA solution pour rouler en voiture électrique. Le plein d’hydrogène ne prend que quelques minutes, comme un plein de carburant classique.

Nous avions eu l’opportunité au printemps dans la région Grenobloise de faire quelques kilomètres au volant d’un prototype Hyundai ix35 Fuel Cell, équipé d’un principe similaire et l’agrément de conduite était tout à fait comparable à celui de la version « normale » avec un total silence de fonctionnement.

Parions que cette Mirai, conçue dès le départ pour utiliser cette technologie, saura en tirer la quintessence.

La Toyota Mirai sera commercialisée au Japon dès le 15 décembre 2014, et sera disponible aux USA en Californie et dans certains pays Européens en septembre 2015.

Malheureusement, la France ne figure pas dans la liste initiale. Il nous faudra attendre au mieux 2017, et développer le réseau de distribution d’hydrogène, aujourd’hui fort de deux pompes sur le territoire, un peu juste si l’on n’habite pas à Paris ou à Grenoble, près des locaux d’Air Liquide, l’un des leaders mondiaux du secteur !

 

Gilles VIRMOUX
Photos :CONSTRUTEUR

 

TOYOTA Fuel Cell -Vue intérieure

Sport

About Author

gilles