ENDURO ISDE 2014 : LA FRANCE COMMENCE BIEN

PIERRE ALEXANDRE RENET

PIERRE ALEXANDRE RENET

 

On est donc dans le championnat du monde par équipes, que la France a remporté de nombreuses fois, y compris l’an dernier, en Trophée et en Juniors.

Pasacal Haudiquert nous raconte les débuts plutôt prometteurs des équipes de  France.

 

PASCAL HAUDIQUERT

PASCAL HAUDIQUERT

 

Leader en Trophée et seconde en Junior au soir de la première des six journées de ces ISDE, les Équipes de France ont bien entamé cette édition en Argentine qui s’annonce particulièrement difficile comme ont pu le constater deux autres équipes favorites de cette compétition.

Ouvrant la piste tout au long de la journée, Christophe Nambotin a parfaitement exploité cet avantage en prenant d’entrée de jeu la tête du classement général devant Pierre-Alexandre Renet.

Nos deux champions du monde 2014 se sont bagarrés à distance pour finalement dominer leurs rivaux.

À l’arrivée de cette première journée, Renet s’impose avec une seconde cinquante d’avance sur Nambotin et vingt et une sur l’Australien Toby Price.

« Ce fut une très belle première journée, l’Équipe de France est en tête et c’est le plus important ! Tout le monde a fait du bon boulot. On était six au départ et on est encore six ce soir ce qui n’est pas le cas de toutes les équipes. La semaine va être vraiment longue car les conditions sont difficiles avec la poussière et les pierres » confiait Pierre-Alexandre Renet.

« Je savais qu’ouvrir la piste était un avantage car cela permettait d’éviter la poussière et d’arriver le premier dans les portions sablonneuses. Même si je n’étais pas totalement confiant au niveau des repérages, j’en ai profité. J’ai fait un bon premier tour et pris la tête au scratch avant de perdre un peu de terrain dans la cinquième spéciale. » analysait de son côté Christophe Nambotin.

Dans le sillage proche des deux champions du monde, Marc Bourgeois a signé de jolies performances pour son retour aux ISDE.

 

MARC BOURGEOIS

MARC BOURGEOIS

 

Sixième au scratch, à une petite minute de ses équipiers, Marc s’est lui aussi fait plaisir sur ces spéciales.

« On a pris beaucoup de plaisir à ouvrir les pistes en roulant avec une petite marge de sécurité. On a pu choisir nos traces sur quatre terrains diversifiés puisqu’on a eu du fesh-fesh (sable mou), du caillou et des graviers. On est l’équipe attendue que ce soit chez nos adversaires ou en France du côté des supporters donc ça met toujours un peu de pression ! » expliquait Marc en rentrant sa moto au parc fermé.

Avec Jérémy Tarroux 11ème, Fabien Planet 18ème et Anthony Boissière 22ème, l’Équipe de France mène la course devant les Américains et les Australiens, deux équipes qui ont joué leur joker avec la casse de Zach Osborne et la blessure de Daniel Milner.

 

LARRIEU

LOÏC LARRIEU

 

Chez les juniors, Loic Larrieu a signé tout au long de la journée de grosses performances en terminant la journée à la 8ème position du scratch.

Les résultats de ses équipiers, Jérémy Carpentier (31ème), Theo Bazerque (44ème) et Anthony Geslin (49ème) permettent à l’Équipe de France de monter sur la seconde marche du podium entre les Australiens et les Suédois.

Pour Philippe Thiebaut, Directeur Technique National des Équipes de France, la course est bien lancée. « Ces ISDE commencent magnifiquement avec le Trophée bien sûr mais aussi avec les Juniors. On n’en espérait pas forcément tant dès le début. Ce premier jour a confirmé que ces ISDE seraient extrêmement durs pour la mécanique. Je pense que l’épreuve risque de se jouer sur ce plan là. On a la chance d’avoir une excellente équipe d’assistance et on a pu voir aujourd’hui que les Australiens et les Américains tapaient dans la mécanique. La moitié des pilotes de nos Équipes de France ont été changés pour diverses raisons par rapport à l’an dernier. Cependant, on voit que les résultats sont toujours aussi bons ; on a en France le meilleur championnat national d’enduro au monde où les jeunes peuvent apprendre et monter au plus haut niveau. »

 Si le chef dit qu’on est les meilleurs, ce doit être vrai…

« Le chef a toujours raison », ce serait donc au moins une fois vrai, dans la vie je veux dire…

Génial…

 

PASCAL HAUDIQUERT/JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS ORGANISATION

Motocross Sport

About Author

jeanlouis