LA CARRERA PANAMERICANA 2014. DES SOUCIS POUR LES STUDEBAKER DE DAMIRON ET COMAS

PANAMERICAINE 2014 Le Logo

 

 

Journée noire pour les Français : Damiron, KO, Comas héroïque…

La réputation de course difficile qui caractérise la Panamericana, que les gens associent souvent à tort à un genre de « Cannonball » pour écervelés lâchés dans le circulation avec la police à leurs trousses, a encore prouvé que même si elle n’était rien de cela mais un VRAI rallye et que comme tel elle ne pardonnait pas l’erreur…

Les pilotes s’élançaient donc au petit matin, comme tous les jours (ce qui fait aussi sa difficulté la fatigue s’accumulant au fur et à mesure), de Veracruz en direction de Oaxaca, pour une étape de 520 kms, dont 105 de spéciales chronométrées.

Le temps n’était pas trop de la partie puisque la pluie et aussi le brouillard allaient nous accompagner une bonne partie de la journée du fait d’une tempête tropicale qui rentre sur le Mexique depuis Acapulco et entraînait de ce fait des perturbations sur notre parcours, vu que la course se dirigeait dans sa direction vers l’ouest du pays…

 

PANAMERICAINE-2014-ARRIVEE-de-la-Speciale-pour-le-vainqueur-du-jour

PANAMÉRICAINE-2014-ARRIVÉE-de-la-Spéciale-pour-le-vainqueur-du-jour, Velasquez

 

 

A cette difficulté, allait s’ajouter la rapidité des spéciales proposées, magnifiques et rapides, longues de plus de 20 k ms pour certaines, qui allaient mettre matériel et pilotes à rude épreuve dès le début des « hostilités ». En l’occurrence c’est plutôt le matériel qui allait souffrir puisque 17 concurrents n’allaient pas pouvoir rallier l’arrivée sans problèmes, ce qui est un lourd tribut à payer dès le premier et les problèmes n’allaient pas épargner nos français en course.

Il faut dire que la préparation des véhicules pour une telle course ne pardonne pas l’erreur et c’est parfois pour des pannes sans grande gravité que les pilotes allaient se trouver handicapés, avec parfois de lourdes conséquences…

Vous vous souvenez certainement de la spectaculaire Ford Victoria 1951 entièrement argentée présentée le 1er jour ?

 

PANAMERICAINE-2014-Et-après-sa-déco-aux-couleurs-de-la-course-Brillante-pour-le-moins

PANAMERICAINE-2014-Et-après-sa-déco-aux-couleurs-de-la-course-Brillante-pour-le-moins

 

Eh bien elle n’est plus !

Victime d’un court-circuit ou d’une fuite d’essence (ou des 2) elle était entièrement réduite en cendres pendant la 3ème spéciale.

 

 PANAMERICAINE-2014-UNE-CARCASSE-ENTIEREMENT-CALCINEE-Tout-ce-qui-reste-de-cettez-FORD-VICTORIA


PANAMÉRICAINE-2014-UNE-CARCASSE-ENTIÈREMENT-CALCINÉE-Tout-ce-qui-reste-de-cette Belle-FORD-VICTORIA

 

D’autres allaient être plus chanceux et ne voyaient pas leur voiture réduite à néant, mais bel et bien toute chance de remporter la course et ce dès ce premier jour !

C’est malheureusement le cas de l’infortuné Hilaire Damiron qui allait être victime d’une « petite »panne d’arrivée d’essence, qui allait malheureusement l’immobiliser alors qu’il était en tête, l’empêchant de rejoindre le parc d’assistance de Nochitxtlan. Même si la course n’est pas terminée et qu’il pourra repartir il a par contre perdu toute chance de victoire…

 

PANAMERICAINE-2014-Eric-COMAS-perplexe-et-soucieux

PANAMERICAINE-2014-Eric-COMAS-perplexe-et-soucieux

 

Le sort d’Erik Comas est tout autre, même s’il a lui aussi connu pas mal de déboires ! Il a en effet pu rallier l’arrivée, mais aux prix d’efforts surhumains, dont je peux attester, ayant pu juger sur place alors qu’il me d épassait sur la route…

Il semble en effet que son véhicule souffrait d’un cruel manque de préparation, ce qui est surprenant de la part de l’équipe de Mats Hammarlund habituée aux premiers postes et ayant remporté plusieurs fois la course, mais jugez plutôt : hier une porte copilote qui s’ouvrait en route, une aile avant gauche qui se décrochait elle aussi en roulant, aujourd’hui un phare perdu… mais ça c’est pour les « broutilles »

 

 PANAMERICAINE-2014-Don-t-crack-under-pressure-prémonitoire-pour-Comas


PANAMERICAINE-2014-Don-t-crack-under-pressure-prémonitoire-pour-Comas

 

En effet, sa voiture s’avérait très peu performante au freinage et très difficile à pilote d’une fait d’une instabilité chronique du train arrière, qui faisait louvoyer la voiture en permanence, même en ligne droite !

C’est ainsi que lorsqu’il m’a dépassé en pleine ligne droite sa voiture faisait de violentes embardées, à tel point que j’ai pensé qu’il avait cassé quelque chose et allait s’arrêter. Mais non, il a roulé comme ça toute la journée, justifiant l’inscription sur sa voiture : « Don’t crack under pressure ».

Respect !

Non seulement il ralliait l’arrivée, mais il terminait sous le drapeau à l’arrivée en 3ème position, tout à fait extra-officiellement… victime aussi de problèmes de transpondeur, dont le rôle est de communiquer ses temps aux chronométreurs officiels ! Sur le classement au moment où je vous écris ces lignes, (très tard dans la soirée…) il apparaissait en 4ème position à seulement 1’53 », c’est vous dire l’exploit réalisé.

 

PANAMERICAINE-2014-Le-Vaunqueur-du-jour-dans-les-nuages

PANAMERICAINE-2014-Le-Vainqueur-du-jour-dans-les-nuages

 

La bonne affaire du jour est à créditer sur le compte du local de la course, Emilio Velasquez, qui terminait en tête et confirmait pour sa part son statut de favori. Derrière lui l’américain Hladky, lui aussi sur Studebaker comme le vainqueur, confirmait lui aussi ce statut et sa belle prestation de la veille aux qualifications, en terminant 2ème, alors que l’inusable Doug Mockett terminait 3éme, lui aussi sans surprise.

Rendez-vous donc demain pour la suite de cette lutte acharnée, en espérant que les soucis prennent fin pour Comas et qu’il puisse lutter à armes égales avec les autres postulants pour la victoire.

 

José CAPARROS
Photos : GURU 4

 

 PANAMERICAINE-2014-


PANAMERICAINE-2014-Arrivée victorieuse pour la STUDEBAKER d’Emilio VELASQUEZ

PANAMERICAINE-2014-MOCKET-et-son-inoxydable-OLDSMOBILE

PANAMERICAINE-2014- Doug MOCKET-et-son-inoxydable-OLDSMOBILE -Toujours la aux places d’Honneur, année après année

PANAMERICAINE-2014-STUDEBAKEZR-de-Tomás-López-Rocha

PANAMERICAINE-2014-STUDEBAKEZR-de-Tomás-López-Rocha

 

Carrera Panamericana Panamericana

About Author

gilles