F1. A SOTCHI, HAMILTON 1er ET ROSBERG 2éme OFFRENT LE TITRE MONDIAL CONSTRUCTEURS A MERCEDES

 

 F1-2014-SOTCHI-Le-podium-avec-HAMILTON-1er-ROSBERG-2-et-BOTTAS-3.


F1-2014-SOTCHI-Le-podium-avec-HAMILTON-1er-ROSBERG-2-et-BOTTAS-3.

 

MERCEDES s’assure déja un premier titre mondial avec celui des constructeurs dans l’attente prochaine de celui des pilotes
Nico Rosberg réalise son meilleur chrono en course avec des pneumatiques medium qui ont roulé plus de 51 tours!

Différentes stratégies, mais un seul arrét pour la majorité des concurrents

Nouveau doublé des monoplaces Allemandes ce dimanche à Sotchi, lors du tout premier Grand Prix de Russie de l’histoire de la Formule 1.

Et, nouveau triomphe du Britannique Lewis Hamilton qui l’emporte, en devançant une nouvelle fois son partenaire, l’Allemand Nico Rosberg, augmentant ainsi son avance sur lui au classement provisoire du Championnat, où il le précédait déjà de dix points avant cette 16éme des 19 manches du calendrier de la saison 2014, possédant désormais 17 points de plus.

 

F1 2014 SOTCHI HAMILTON triomphe devant ROSBERG et BOTTAS

F1 2014 SOTCHI HAMILTON triomphe devant ROSBERG et BOTTAS

 

Le podium étant complété par la Williams-Mercedes du toujours aussi brillant, régulier et performant, le jeune Finlandais Valterri Bottas
Suivent et dans l’ordre, les deux McLaren-Mercedes de Jenson Button et de Kevin Magnussen, puis la Ferrari de Fernando Alonso, les deux Red Bull-Renault de Daniel Ricciardo et Sebastian Vettel, la Ferrari de Kimi Räikkonen et enfin la Force-India-Mercedes du Mexicain Sergio Perez, qui complète le Top 10

Derrière, on pointe, la seconde Williams-Mercedes de Félipe Massa, la deuxième Force India-Mercedes de Nico Hülkenberg et les deux Toro Rosso de Jean-Eric Vergne et du Russe Daniil Kvyat, pourtant parti 4éme et seulement 14éme sous le damiers.

La Lotus-Renault de Romain Grosjean finissant 17éme

 

 F1 2014 SOTCHI - LE TEAM MERCEDES CHAMPION DU MONDE DES CONSTRUCTEURS.


F1 2014 SOTCHI – LE TEAM MERCEDES CHAMPION DU MONDE DES CONSTRUCTEURS.

 

La victoire de Lewis Hamilton et la deuxième place de son équipier Nico Rosberg à l’occasion de l’édition inaugurale du Grande Prix de Russie, ont assuré à l’écurie Mercedes, chaussée de pneumatiques Pirelli, le titre de champion du monde des Constructeurs.

En 1954, lorsque Juan-Manuel Fangio décrocha son titre mondial, l’Argentin pilotait une Mercedes, mais prit également le volant d’une Maserati chaussée par Pirelli. Ce sacre est par ailleurs le premier décroché par le constructeur allemand sous son propre nom depuis 1958.

 

F1-2014-SOTCHI-LEWIS-HAMILTON-1er-Vainqueur-du-GP-de-RUSSIE

F1-2014-SOTCHI-LEWIS-HAMILTON-1er-Vainqueur-du-GP-de-RUSSIE

 

Lewis Hamilton, premier lauréat de cette épreuve à Sotchi, indiquait:

« Je suis tellement heureux d’être ici. J’ai vécu une semaine incroyable, avec les fans et les organisateurs. Je remercie tout le monde et j’ai hâte de revenir ici très souvent, car ce n’est pas très loin de là où j’habite (Monaco), donc je reviendrai passer des vacances ici, c’est sûr. Nico (Rosberg) a fait du bon travail pour remonter – depuis la 20éme jusqu’à la seconde place- après son arrét en début de course. Nos voitures fonctionnaientt vraiment bien et nous avons bien travaillé en tant qu’équipe. Nous rentrons dans l’Histoire en décrochant le titre de champion des constructeurs et je suis très fier de faire partie de cette équipe, avec Nico et tous les gars en Angleterre et en Allemagne»

Pour sa part, Rosberg, se montrait très honnête sur sa faute au départ :

« Une partie de moi est extrêmement déçue de m’être loupé au départ mais l’autre moitié est vraiment contente car tout le monde dans l’équipe mérite le titre. C’est historique pour nous et je me sens fier de faire partie de cette équipe, c’est une belle journée. Je regrette d’avoir fait cette bevue au premier virage, c’était une erreur de ma part et ce n’était pas nécessaire. J’ai juste freiné trop tard et trop fort. Le virage était pour moi, j’avais dépassé Lewis mais j’ai manqué le freinage, je suis déçu. Ensuite, mes pneus étaient carrés et je ressentais énormément de vibrations, jusqu’à ne plus voir grand-chose en piste. J’ai dû m’arrêter et j’ai alors pensé que ma course était fichue car je naviguais en fond de peloton à la 20éme place. Alors je suis content d’avoir pu terminer deuxième»

 

F1 2014 SOTCHI   La MERCEDES de Nico ROSBERG
Hamilton s’est imposé depuis la pole position, mais Nico Rosberg a réalisé une performance remarquable en s’arrêtant dès le premier tour pour monter les P Zero Blanc Medium, en remplacement des P Zero Jaune Soft, à cause d’un « plat » provoqué par un blocage de roue au départ.

L’Allemand boucla ainsi 52 tours – soit plus de 300 kilomètres – avec le même train de pneus, ressortant des stands en 20éme position à l’issue de son pit-stop. Il signa ensuite son meilleur tour dans le …52éme, soit une boucle avant la présentation du drapeau à damier!

Adrian Sutil parvint également à couvrir 40 tours, mais disputa son premier relais avec les gommes tendres, soulignant la faible dégradation des pneumatiques à Sotchi.

La majorité des pilotes s’est élancée chaussée des enveloppes les plus tendres, le plus haut placé sur la grille avec les Medium, Sergio Perez et sa Force India, apparaissant au 12éme rang.

Le Mexicain boucla 23 tours avec son premier train avant de basculer sur les Soft, plus rapides, pour remonter dans la hiérarchie et arracher la 10éme place à l’arrivée. Il se bagarra avec Felipe Massa, le mieux classés des pilotes ayant respecté deux arrêts, 11éme après s’être élancé depuis la 18éme position.

Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport , nous confie :

« Sur cette nouvelle piste de Sotchi, l’usure des pneumatiques fut extrêmement contenue, ce qui permit aux pilotes de ne respecter qu’un seul arrêt et à Nico Rosberg de se hisser au deuxième rang après avoir parcouru 52 tours avec le même train de pneus. Félicitations à l’équipe Mercedes pour avoir décroché son premier titre de champion du monde des Constructeurs. Nous attendons désormais avec impatience de connaître le dénouement au niveau des Pilotes. Cette épreuve en Russie fut organisée de manière fantastique et nous avons été très bien accueillis dans cette magnifique destination. »

 

Le baromètre vérité Pirelli 

 F1-2014-SOTCHI-RED-BULL-RENAULT-de-VETTEL


F1-2014-SOTCHI-RED-BULL-RENAULT-de-VETTEL

 

Les techniciens du manufacturier Milanais, avaient prédits une stratégie à un seul arrêt comme la plus efficace pour boucler les 53 tours de la course, avec un départ en Soft avant de basculer sur les Mediums au 34e pour rejoindre l’arrivée.

Hamilton appliqua exactement ce schéma mais s’arrêta au 30éme tour.

De son côté, l’écurie Red Bull Renault, a livré aujourd’hui une performance relativement discrète lors de ce Grand Prix de Russie.  Daniel Ricciardo a décroché la septième place et terminé un rang devant son coéquipier Sebastian Vettel. Un peu plus loin, la Scuderia Toro Rosso a éprouvé des difficultés à confirmer la belle forme entrevue en qualifications, et connu une course délicate. Jean-Eric Vergne et Daniil Kvyat ont finalement dû se contenter des 13ème et 14ème places respectivement.

 

Faits marquants de la course

F1 2014 SOTCHI - Le Podium avec HAMILTON -ROSBERG et BOTTAS 12 octobre

F1 2014 SOTCHI – Le Podium avec HAMILTON -ROSBERG et BOTTAS 12 octobre

 

Soleil radieux, ciel bleu, et températures agréables, le Grand Prix de Russie se déroule dans des conditions climatiques diamétralement opposées à celles rencontrées à Suzuka le week-end dernier. La faible dégradation des pneus, notamment sur les gommes medium, permet à la majorité des concurrents de n’effectuer qu’un seul arrêt aux stands. Les pilotes parviennent en outre à maintenir un rythme élevé tout au long de chaque relais, et ce quel que soit le type de pneus utilisé.

S’élançant depuis la dixième place de grille, Vettel signe un bel envol et profite de la mêlée initiale pour émerger en septième position au second virage. Ricciardo reste dans ses échappements et le duo ne tarde pas à dépasser Vergne, lui aussi auteur d’un solide départ. Les deux pilotes Red Bull évoluent de concert jusqu’au 12ème tour lorsque l’Australien plonge dans la voie des stands pour observer son arrêt réglementaire et chausser des pneus medium. Vettel l’imite 19 boucles plus tard et Ricciardo en profite pour prendre le meilleur sur le Champion du Monde en titre et se lancer à la poursuite de la Ferrari de Fernando Alonso.

Face à la résistance de l’Espagnol et la remontée de Nico Rosberg avec l’épouvantail Mercedes, après son arrêt prématuré, l’Australien doit finalement se satisfaire de la septième place, devant Vettel.

Après avoir connu hier une séance qualificative prometteuse et hissé ses deux monoplaces parmi les dix meilleures, Scuderia Toro Rosso passe la majorité de la course à lutter au cœur du peloton.

Un départ électrique propulse Vergne de la neuvième à la cinquième place, mais le Français se voit vite rattrapé par ses poursuivants immédiats. JEV offre néanmoins une superbe résistance à la McLaren de Kevin Magnussen au prix d’une manœuvre pleine d’aplomb.

Contraint d’économiser du carburant, Vergne franchit finalement la ligne d’arrivée en 13ème position. Pourtant auréolé de sa meilleure performance en qualifications la veille, son coéquipier Kvyat subit le même sort et termine 14ème.

Sanctionné d’une pénalité ‘stop-and-go’ de cinq secondes pour un accrochage mineur avec la Sauber d’Adrian Sutil, Romain Grosjean, pilote de l’équipe Lotus, parvient à remonter en 17ème position, tandis que son coéquipier Pastor Maldonado conclut ce Grand Prix à la 18ème place.

 

Peter SOWL
Photos: Bernard ASSET – Teams et PIRELLI

F1 Sport

About Author

gilles