F1. APRES L’ACCIDENT DE JULES BIANCHI A SUZUKA, L’ENQUÊTE EST -T-ELLE SERIEUSE ?

 

 

 F1-2014-SUZUKA-Les-SECOURISTES-autour-de-Jules-BIANCHI


F1-2014-SUZUKA-Les-SECOURISTES-autour-de-Jules-BIANCHI

 

On sait que la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile) a diligenté une enquête pour tenter de faire au plus vite toute la lumiére – tant est qu’on puisse connaitre un jour la vérité – sur le terrible accident survenu dimanche dernier lors des 42qéme et 43émes tours du Grand Prix de Formule 1 du Japon sur le circuit de Suzuka ;

Et impliquant d’abord la Sauber-Ferrari de l’allemand Adrian Sutil puis ensuite un tour plus tard, la M russia-Ferrari du malheureux pilote Français Jules Bianchi.

Si Sutil n’a fort heureusement pour lui pas été touché; on le sait il en va tout Autrement pour le jeune espoir tricolore sévèrement touché à la tête

Cinq jours aprés ce drame, le jeune Azuréen se trouve toujours dans le coma à l’hôpital de Yokkaichi et son état est déclaré comme critique mais stable, ce qui ne manque pas d’inquiéter sur ses chances et de survie et de retrouver un jour une vie normale

Selon les informations qui circulent à demi-mots en coulisses dans le paddock du Grand Prix de Russie, l’enquéte aurait été confiée à… Charlie Whiting !

Curieux …

 

CHARLIE-WHITING dans une cabine de direction de course

CHARLIE-WHITING dans une cabine de direction de course

 

Comment peux-t-on confié une telle analyser à l’homme qui était tout simplement le directeur de course ?

Lui qui a laissé la course se poursuivre après la sortie de la Sauber-Ferrari de l’Allemand Adrian Sutil et malgré des conditions de course périlleuses avec une piste de plus en plus glissante, n’a pas saisi comme l’imposait le bon sens, l’opportunité d’envoyer en piste la voiture de sécurité !

Cette ‘ pseudo ‘ enquête démarre donc mal, commençant tout simplement par un beau conflit d’intérêts !

Comment espérer une enquête sérieuse ?

 

Surtout que la vidéo ‘ amateur ‘ qui a maintenant fait le tour du monde, puisque les images ‘ officielles ‘ ont été tout simplement occultées, démontre et prouve la ‘ trés grave faute professionnelle grave ‘ de l’organisation !

Cette vidéo PROUVANT et juste avant que l’on aperçoive dans la foulée, la monoplace Marussia de l’infortuné Bianchi fonçait vers le tractopelle, la présence d’un drapeau vert agité par un commissaire au dessus de l’engin en train de tenter de soulever la Sauber de Sutil, au point de l’accident…

Une chose e tout cas est évidente.

 

F1  GP DE MONACO Vue depuis la place du PALAIS PRINCIER

 

Pourquoi dans une discipline qui se veut la REINE des épreuves automobiles mondiales, pourquoi cette Formule 1 qui draine annuellement des sommes colossales et vertigineuses, pourquoi les dirigeants de cette F1 qui vit en permanence et depuis des décennies sur un train de vie de milliardaires, ne s’impose t-elle pas et sur chaque circuit et comme le fait chaque printemps lors du pourtant difficile d’accès, l’ACM (Automobile Club de Monaco) pour son GP avec un peu partout des grues géantes télescopiques, l’obligation d’utiliser ce type de matériel ?

OUI, POURQUOI ?

C’est déjà après la faute lourde de l’absence de voiture de sécurité suite à la sortie de Sutil et la présence du tractopelle, une 2éme question de simple bon sens et de logique !

Si on est capable de le faire sur une piste aussi tourmentée et sinueuse qu’à Monaco, pourquoi ne jamais l’avoir imposé sur les circuits permanents, ou il n’y a pas les problèmes que l’on peut rencontrer en ville, comme en Principauté …

Une chose est sure, il y a bien eu CARENCE dans les décisions

 

F1-2013-JULES-BIANCHI-

F1-2013-JULES-BIANCHI-

 

Cette dramatique affaire en tout cas, risque hélas de nous priver désormais à l’avenir et à tout jamais du talent d’un trés grand espoir du sport automobile !

Car Jules Bianchi est de la trempe des grands pilotes

Quelque soit l’issue de ce drame odieux, dans notre coeur de passionné, rien ne sera plus jamais comme avant

Car cette image de la Marussia, s’encastrant sous cet engin, n’est pas prête de disparaître de notre mémoire…

 

 KARTING-2006-Au-Japon-Jules-BIANCHI-2ème-de-la-Coupe-du-Monde-derrière-un-autre-pilote-francais-Arnaud-Kozlinski-en-2006-photo-KART-MAG


KARTING-2006-Au-Japon-Jules-BIANCHI-2ème-de-la-Coupe-du-Monde-derrière-un-autre-pilote-francais-Arnaud-Kozlinski-en-2006-photo-KART-MAG

 

Jules, nous l’avons connu tout jeune sur les pistes de karts, ou nous le suivions souvent en compagnie de son pére, Philippe.
Jules, c’était un talent fou, une pépite. Un diamant.

Son ascension fulgurante vers le sommet de la course est la pour en attester.

Aprés deux ans d’apprentissage en GP, où il a fait ses gammes, un trés grand avenir se présentait.

Hélas la bétise de quelques irresponsables, risque bien de gacher à tout jamais ce qui s’annonçait pour Jules Bianchi, à savoir une formidable carrière !

Comme nous le rappelait ce vendredi, Jacky Foulatier, le patron du célèbre magazine KART MAG, il faut toujours que survienne un drame, un accident, un mauvais concours de circonstance, pour qu’il faille se rendre compte en haut lieu… de ses erreurs !
Ce vendredi à Sotchi, théâtre du Grand Prix de Russie, Charlie Whiting au cours d’une réunion à laquelle assistait également notamment le Président de la FIA, Jean Todt, et dont l’objectif était d’essayer de trouver une solution pour que les accidents, tel que celui de Suzuka, ne se renouvelle plus, a tenu à précisé au sujet du crash de la Marussia :

« Jules Bianchi a bien ralenti à l’endroit de l’accident de Sutil mais il a rencontré un problème d’adhérence. »

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : KART MAG – Max MALKA- Bernard BAKALIAN et Jean François THIRY

 

F1-2014-MARUSSIA-Jules-BIANCHI-Photo-Bernard-BAKALIAN.

F1-2014-MARUSSIA-Jules-BIANCHI-Photo-Bernard-BAKALIAN.

 F1-MONACO-2014-LE-TEAM-MARUSSIA-FETE-LA-9éme-place-de-Jules-BIANCHI-et-sestous-premiers-points-au-CHAMPIONNAT-DU-MONDE-Photo-Jean-Francois-THIRY.


F1-MONACO-2014-LE-TEAM-MARUSSIA-FÊTE-LA-9éme-place-de-Jules-BIANCHI-et-ses tous-premiers-points-au-CHAMPIONNAT-DU-MONDE-Photo-Jean-Francois-THIRY.

Sport

About Author

gilles