SPA 6 HOURS 2014: L’EQUIPAGE DIEGO FERRAO-MARTIN STRETTON (FORD GT40) EMERGE DU DELUGE.

 

 

« Spa 6 Hours » ou  » Apocalypse now » ?

 SPA-SIX-HOURS-2014-Le-départ-des-6-Heures-avec-déjà-les-Ford-GT40-en-tête-©-Manfred-GIET


SPA-SIX-HOURS-2014-Le-départ-des-6-Heures-avec-déjà-les-Ford-GT40-en-tête-©-Manfred-GIET

 

 

C’est en tout cas la question que les participants à cette prestigieuse épreuve d’endurance classique, se seront posée tout au long de la durée de ce quart de tour d’horloge, tant les conditions climatiques furent désastreuses.

Pour cette 22ème édition d’une épreuve Européenne, devenue incontournable pour tout amateur de belle mécanique ancienne, organisateurs et concurrents, n’auront pas été épargnés par Jupiter.

De mémoire d’inconditionnels de voitures classiques, personne ne se souvenant avoir déjà du faire face aux conditions climatiques présentes dans la cuvette de Spa-Francorchamps, samedi en fin de journée.

 

SPA-SIX-HOURS-2014-La-Ford-GT40-des-vainqueurs-au-général-et-classe-GTP-Ferrao-Stretton-©-Manfred-GIET

SPA-SIX-HOURS-2014-La-Ford-GT40-des-vainqueurs-au-général-et-classe-GTP-Ferrao-Stretton-©-Manfred-GIET

 

Un ballet de… sept Ford GT40 , auxquelles s’étaient joints une Jaguar Type E, une Marcos 1800 GT, ainsi que deux véloces Lotus Elan 26R, allait animer l’épreuve tout au long de cette endurance de six heures et dont le déroulement allait devenir dantesque.

Partis sous la canicule, les quelques 110 équipages au départ, allaient devoir faire face au premier orage aussi violent que soudain et qui allait redistribuer les cartes dès avant la fin de la première heure, dominée largement par les Ford GT 40, qui avaient pris la direction des opérations.

 

 SPA-SIX-HOURS-2014-La-Marcos-1800-GT-de-Tice-Conoley-9èmes-au-général-et-vainqueurs-en-classe-GTS-11©-Manfred-GIET


SPA-SIX-HOURS-2014-La-Marcos-1800-GT-de-Tice-Conoley-9èmes-au-général-et-vainqueurs-en-classe-GTS-11©-Manfred-GIET

 

Walker-Jordan, Wills-Littlejohn, Ferrao-Stretton et Voyazides-Hadfield, tous sur des Ford GT40, se disputaient la première place, suivis d’une étonnante Jaguar E Type de Graf-Adorf et deux autres Ford GT40 de Meins-Lillington-Price et Davies-Young, en embuscade, après une heure de course.

Ce  » mano a mano  » allait perdurer au fil de l’épreuve et au gré des orages et neutralisations qui se succédaient.

 

 SPA-SIX-HOURS-2014-La-Jaguer-Type-E-de-Graf-Adord-5èmes-et-vainqueurs-en-classe-GTS-12-©-Manfred-GIET


SPA-SIX-HOURS-2014-La-Jaguer-Type-E-de-Graf-Adord-5èmes-et-vainqueurs-en-classe-GTS-12-©-Manfred-GIET

 

A mi-course et après la troisième neutralisation, via les Safety-Cars, surprise lorsque la Jaguar pilotée par Adord, était classée en tête de la course, alors que la Ford GT40 de Gläsel et de l’ancien vainqueur des 500 Miles d’Indianapolis, Kenny Bräck rétrogradait après quelques arrêts intempestifs.

Derrière, c’était le « sauve-qui-peut » et ce suite aux conditions qui allaient encore empirer en cours de soirée et pour lesquelles quelques équipages allaient payer un lourd tribut, mais heureusement en matériel seulement.

Si la Jaguar Type E, a pu faire illusion à un certain moment d’une épreuve rondement menée, durant les deux dernières heures, la hiérarchie de la course retrouvait tous ses droits, depuis que les équipages Ford GT40, aient repris les choses en mains… ou plutôt sous les sabots de leur imposante cavalerie, fourni par les 4700 cc de leur moteur.

Et alors que le troisième gros orage de la soirée s’abattait sur Spa-Francorchamps, entraînant l’inondation de la piste et des paddocks, c’est finalement la Ford GT40 de l’équipage anglo-portugais, Martin STRETTON (quatrième succès aux Spa 6 Hours)-Diego FERRAO qui l’emportait…. sous drapeau rouge, à dix minutes du terme !

Et ce devant trois autres voitures du même type, dont l’équipage germano-suédois GLÄSEL-BRÄCK, lesquels, précisons-le, écopèrent de trois pénalités « drive trough » et qui par ailleurs, sans quelques ennuis techniques, l’eurent emporté, tandis que l’équipage gréco-anglais VOYAZIDES-HADFIELD, les vainqueurs de l’édition 2013, manquaient probablement le hat-trick, alors qu’ils revenaient très fort, avant que le dernier orage, ne se soit abattu sur Francorchamps!

 

SPA-SIX-HOURS-2014-l-étonnante-Lotus-Elan-de-Wilson-Wolfe-Stirling-7èmes-et-vainqueurs-en-classe-GTS-10-©-Manfred-GIET-

SPA-SIX-HOURS-2014-l-étonnante-Lotus-Elan-de-Wilson-Wolfe-Stirling-7èmes-et-vainqueurs-en-classe-GTS-10-©-Manfred-GIET-

 

A signaler l’exceptionnelle performance de la petite Lotus Elan 26 R, de l’équipage Wilson-Wolfe-Sterling qui termine 7ème du général et la brillante remontée au classement de la Porsche 911, des Belges José CLOSE-Philippe MENAGE, associé au Français Raymond NARAC et qui terminent au 11ème rang général et deuxième de catégorie.

 

Pour résumer cette épreuve laissons la parole au régional de l’étape José Close qui en a vu de toutes sortes dans sa carrière:

« De toute ma longue carrière de pilote en endurance et toutes les épreuves auxquelles j’ai participé, je n’ai pas souvenance d’avoir rencontré les conditions climatiques présentes à Spa-Francorchamps, durant cette épreuve très éprouvante et pour les hommes et les voitures. En tant que régional – il habite à quelques kilomètres de la piste – et connaissant parfaitement le moindre recoin de la piste, je me suis retrouvé à un moment donné en pleine ligne droite, les quatre roues dans l’herbe et celà durant au moins 100 mètres et alors que je ne savais plus où j’étais et avec une visibilité quasi nulle. Même derrière le Safety-Car, j’ai visité les bas-côtés de la piste. En fin d’épreuve, ce qui nous est tombé dessus, était absolument démentiel et la direction de course a bien agit en stoppant prématurément l’épreuve même à dix minutes de son terme. C’était devenu apocalyptique et la conduite était franchement devenue impossible dans un tel déluge qui à même vu des voitures s’emboutir après le drapeau rouge !»

Henry FORD a dit un jour:

« Lorsque tout semble aller contre vous, souvenez-vous que les avions décollent toujours face au vent !»

Une maxime dont les équipages Ford GT40, ont manifestement tiré la leçon en squattant véritablement le podium ….

Manfred GIET
Photos : Publiracing Agency

 

LE CLASSEMENT FINAL

SPA-SIX-HOURS-2014-Le-podium-final-©-Manfred-GIET.

SPA-SIX-HOURS-2014-Le-podium-final-©-Manfred-GIET.

 

 

1- FERRAO-STRETTON (P-GB) Ford GT 40, les 89 Tours en 5h27’16 » – Moyenne : 150,952 Km/h
2- VOYAZIDES-HADFIELD (GR-GB) Ford GT 40, à 2’26 »
3-WILLS-LITTLEJOHN (GB) Ford GT 40, à 1 tour
4-GLÄSEL-BRÄCK (D-S) Ford GT 40, à 1 tour
5-GRAF-ADORF (D) Jaguar Type E, à 2 tours
6-NOLTE-FUNKE-FURIANI (D) Ford GT 40, à 2 tours
7-WILSON-WOLFE-STIRLING (L-GB-GB) Lotus Elan 26 R, à 4 tours
8-DAVIES-YOUNG (GB) Ford GT 40, à 5 tours
9-TICE-CONOLEY (GB)Marcos 1800 GT, à 5 tours
10-SUMMERS-DONALDSON-COTTINGHAM (GB) Shelby Cobra, à 6 tours

 

 SPA-SIX-HOURS-2014-La-Ford-GT-40-de-Wills-Littlejohn-troisièmes-©-Manfred-GIET.


SPA-SIX-HOURS-2014-La-Ford-GT-40-de-Wills-Littlejohn-troisièmes-©-Manfred-GIET.

 SPA-SIX-HOURS-2014-La-Ford-GT40-de-Glasel-Bräck-au-volant-quatrièmes-©-Manfred-GIET


SPA-SIX-HOURS-2014-La-Ford-GT40-de-Glasel-Bräck-au-volant-quatrièmes-©-Manfred-GIET

 SPA-SIX-HOURS-2014-La-superbe-Ferrari-250-GT-de-Joy-Konig-Simon-26èmes-et-vainqueurs-en-classe-GTS-7©-Manfred-GIET


SPA-SIX-HOURS-2014-La-superbe-Ferrari-250-GT-de-Joy-Konig-Simon-26èmes-et-vainqueurs-en-classe-GTS-7©-Manfred-GIET

SPA-SIX-HOURS-2014-la-Ford-Mustang-MK1-de-Dumolin-Meyers-van-Riet-12èmes-et-vainqueurs-en-classe-CT10©-Manfred-GIET.

SPA-SIX-HOURS-2014-la-Ford-Mustang-MK1-de-Dumolin-Meyers-van-Riet-12èmes-et-vainqueurs-en-classe-CT10©-Manfred-GIET.

 SPA-SIX-HOURS-2014-La-Shelby-Cobra-de-Summers-Donaldson-Cottingham-10èmes-au-général-photo-Manfred-GIET


SPA-SIX-HOURS-2014-La-Shelby-Cobra-de-Summers-Donaldson-Cottingham-10èmes-au-général-photo-Manfred-GIET

SPA-SIX-HOURS-2014-Belle-performance-de-la-Porsche-911-de-Ménage-Close-Narac-11èmes-au-général-et-2èmes-de-classe-GTS-11©-Manfred-GIET

SPA-SIX-HOURS-2014-Belle-performance-de-la-Porsche-911-de-Ménage-Close-Narac-11èmes-au-général-et-2èmes-de-classe-GTS-11©-Manfred-GIET

 SPA-SIX-HOURS-Les-concurrents-devaient-passer-par-la-staion-service-du-circuit-pour-faire-le-plein-©-Manfred-GIET


SPA-SIX-HOURS-Les-concurrents-devaient-passer-par-la-staion-service-du-circuit-pour-faire-le-plein-©-Manfred-GIET

Sport

About Author

gilles