WRC. VOLKSWAGEN CHAMPION DU MONDE EN… 20(+)14 points

 

 WRC-2014-AUSTRALIE-LES-HOMMES-DE-VW-CHAMPIONS-DU-MONDE


WRC-2014-AUSTRALIE-LES-HOMMES-DE-VW-CHAMPIONS-DU-MONDE

 

Champions du monde à nouveau…

Incroyable !

C’est pourtant ce que Volkswagen a réussi dimanche, pour la 2éme année d’affilée, grâce à son triplé au Rallye d’Australie.

Cerise sur le gâteau, il est écrit qu’un pilote Volkswagen, soit Sébastien Ogier, soit Jari-Matti Latvala, sera également Champion du monde.

Sans parler des coéquipiers, catégorie dans laquelle la couronne reviendra forcément à Julien Ingrassia ou à Miikka Anttila!

La totale…

Sur les plans sportif, technique et humain, voici 20+14 constatations et statistiques à propos des deux titres Constructeurs de Volkswagen en deux ans.

 

SUR LE PLAN SPORTIF

WRC-2014-AUSTRALIE-LE-TEAM-VW-CHAMPION-DU-MONDE-DES-CONSTRUCTEURS

WRC-2014-AUSTRALIE-LE-TEAM-VW-CHAMPION-DU-MONDE-DES-CONSTRUCTEURS

 

 

1- Le championnat Constructeurs, ainsi que le fait que seul un pilote Volkswagen puisse désormais prétendre au titre individuel, offre à Volkswagen Motorsport ses quatrième, cinquième et sixièmes titres en sport automobile.

Auparavant, Volkswagen avait déjà remporté la Coupe du monde des Rallyes-raids, grâce au Race Touareg, avec Bruno Saby-Michel Périn en 2005, et Carlos Sainz-Michel Périn en 2007.

2- Ce titre, remporté si tôt alors que 76,9 % de la saison ont été couverts, est celui qui a été décroché le plus rapidement, depuis que le barème de points actuel a été introduit (2010). Ne prendrait-on pas cet aspect en considération que seul un autre constructeur a touché au but encore plus rapidement de toute l’histoire du WRC : Lancia, qui a pris définitivement la mesure de Toyota en 1989, après six des dix manches du calendrier. Cela signifie que Volkswagen a été le constructeur à parvenir le plus rapidement à ses fins depuis 25 ans.

3- Le plus gros écart creusé par un équipage Volkswagen en 23 manches du WRC remonte à mars 2013. Dans ce qui constituait alors seulement la troisième sortie de la carrière de la jeune Polo R WRC, Ogier-Ingrassia l’ont emporté avec 3’ 28’’ 9 d’avance sur Mikko Hirvonen (Citroën). La différence la plus mince, au cours des deux derniers championnats, a été enregistrée cette année au Rallye de Finlande, avec seulement 3’’6 entre les équipiers de Volkswagen, Latvala-Anttila et Ogier-Ingrassia.

4- Jusqu’à la 10éme manche 2014, Rallye d’Australie inclus, Volkswagen a pris part à 23 manches du championnat du monde avec la Polo R WRC. Le team en a remporté 19, soit un pourcentage de victoires de 82,6%. Un équipage Volkswagen a fini sur le podium 36 fois durant la période. Depuis l’entrée en lice de la Polo, en janvier 2013, Volkswagen a disputé 428 épreuves spéciales et en a gagné 297. En 1.208 départs de spéciales, les Volkswagen boys se sont classés 679 fois dans le top 3, ce qui montre bien la contribution d’Ogier, Latvala et Mikkelsen à ce succès. Volkswagen a vu ses pilotes réaliser le triplé en spéciale à 40 reprises !

5- Depuis 2013, Volkswagen a gagné avec la Polo R WRC dans les 14 pays qui ont accueilli une manche du championnat – excepté à domicile, en Allemagne.
A savoir : Monte-Carlo, Suède, Mexique, Portugal, Argentine, Grèce, Italie, Pologne, Finlande, Australie, France, Espagne et Grande-Bretagne.

6- La Power Stage, dans laquelle sont attribués les points de bonus, est réellement une chasse gardée de Volkswagen. En 22 exercices de ce type, un équipage-maison l’a emporté 16 fois. Ce sont 39 points au total qui sont revenus aux hommes de Wolfsburg. En 2014, ils en ont gagné 8 sur 10. Pour couronner le tout, Volkswagen a réussi à empocher tous les points dans cette Power Stage – barème 3, 2 et 1 pt – deux fois cette saison, en Italie et en Pologne.

7- Un demi Tour du monde chrono : À ce jour, et depuis janvier 2013, les équipages Volkswagen ont parcouru 21.615,97 kilomètres en 428 épreuves chronométrées. La plus courte d’entre elles dans l’histoire de la Polo R WRC a été « Street Stage Guanajuato », (Mexique 2014, 1,01 km). La plus longue : celle de « Monte Lerno » (Italie 2014, 59,13 km). Côté températures, la machine de Wolfsburg a aussi connu des amplitudes extrêmes : moins 12° au Rallye de Suède 2013, + 34° à l’ombre au Rallye d’Italie 2014 !

 

SUR LE PLAN TECHNIQUE

 WRC-2014-AUSTRALIE-VW-Une-équipe-CHAMPIONNE-DU-MONDE


WRC-2014-AUSTRALIE-VW-Une-équipe-CHAMPIONNE-DU-MONDE

 

8- Le musée Autostadt de Wolfsburg va bientôt accueillir une Polo R très spéciale, portant le n° 11 en référence interne, et frappée du n° de châssis WVWZZZ6RZCWP00029, à bord de laquelle Ogier/Ingrassia ont signé la toute première victoire Volkswagen en WRC, au Rallye de Suède 2013. Ce châssis a été utilisé à six reprises cette année-là. Après la Suède il a été associé à quatre autres victoires : Portugal, Finlande, Autriche et Espagne. Aucun autre ensemble construit à Wolfsburg n’a connu un tel succès. Un autre châssis est toujours en cours d’utilisation, portant le n° 17 en interne. Cette Polo R WRC a pris le départ de six rallyes, et a subi une épreuve d’un autre genre, assez particulière. Elle a conduit Ogier-Ingrassia à la première place du Rallye de France et au titre mondial 2013. Si vous examinez attentivement sa carrosserie à lumière rasante, vous pourrez déceler de toutes petites bosses sur le toit : ce sont les traces que les deux Français ont laissé avec leurs pieds, en dansant dessus pour fêter leur victoire au championnat. La prochaine sortie de ce modèle emblématique est programmée au Rallye de France (2-5 octobre).

9- Zéro. C’est le nombre de fois que Volkswagen a enregistré une casse-moteur sur la Polo R WRC en championnat du monde à ce jour. La défaillance mécanique n’est d’ailleurs pas le genre de la maison : en 2013, Ogier-Ingrassia ont été contraints à un abandon prématuré au Rallye d’Italie, mais sont revenus en course, selon le règlement Rally 2, pour grappiller quelques points. En 2014, Mikkelsen-Markkula ont été privés de quelques kilomètres au Rallye d’Argentine, mais leur mésaventure s’est tout de même soldée par un épilogue heureux, puisqu’ils ont rejoint l’arrivée à la quatrième place.

10- L’un des secrets de la réussite : l’assistance Volkswagen. Généralement, les mécaniciens disposent chaque jour, dans un rallye, de 15, 30 ou 45 minutes pour procéder à la maintenance des véhicules. Certaines procédures sont ultra-rapides : moins d’une minute leur suffit pour changer un pneu. Moins de douze minutes pour remplacer une boîte de vitesses. Sept pour un roulement de roue.
Un exploit, quand on sait qu’il faut pour cela retirer la roue, démonter les freins et ensuite… remonter le tout !

11- Il faut environ 350 heures pour construire une Polo R WRC neuve, en partant de la carrosserie brute – sans le toit – pour arriver à la machine complète, prête à courir.

12- Un moteur est fait pour durer 5 rallyes en moyenne, soit 2500 km de spéciales en rythme de course, plus 10.000 km de liaison à peu près, dans le trafic classique. Tout au long de cette période, le moteur est scellé et placé sous contrôle de la FIA. Ensuite vient le temps de l’inspection. Le bloc est démonté en 300 pièces. Le service qualité vérifie chacune d’entre elles jusqu’au moindre écrou jusqu’au millième de millimètre. Imaginez juste que cette taillereprésente 500 fois moins qu’un grain de sel, ou 150 fois moins qu’une mèche de cheveu !

13- Sur la Polo R WRC, les disques de freins sont capables d’encaisser des températures jusqu’à 900 degrés Celsius. Pour le WRC, il est fait appel à des disques ventilés en acier. Ces freins hautes-performances, d’un diamètre de 355 mm à l’avant, sont fabriqués par la société anglaise Alcon.

14- La pression de freinage maximale mesurée à ce jour sur la Polo R WRC ressort à 74,8 bars (2014). Souhaiteriez-vous en faire l’expérience qu’il vous faudrait plonger par 748 mètres de fond. Attention cependant : tous les sous-marins ne sont pas équipés pour cela…

15- L’une des composantes mécaniques les plus en mouvement de la Polo R WRC est le turbo compresseur. Au cours d’une saison de WRC, les turbines des trois voitures accomplissent 1.312.565,550 tours. Le moteur 1.6 litre turbo repousse lui aussi les lois de la physique : au régime maxi de 8.500 t/mn exigé par le règlement, chacun des quatre pistons change de sens de déplacement 17.7 fois par seconde. Et couvre individuellement la distance de 78,41 mètres par minute à la vitesse maximale.

16- Les trois Polo R WRC respirent l’équivalent d’environ 20 ballons gonflés àl’air chaud pendant la saison. Les moteurs de 315 chevaux avalent quelque 75.840 mètres-cube d’air à travers les brides règlementaires, tout au long des 13 rallyes inscrits au calendrier.

17- L’équipe parcourt environ 100.000 km pendant la saison. Ce qui représente deux fois-et-demi le tour de la terre. Et encore ce chiffre n’inclut-il pas les 47.217,62 km de transfert maritime par cargo pour les trois épreuves outre-mer.

18- Volkswagen Motorsport voyage avec sept camions au total sur les rallyes européens. Ces ensembles routiers renferment les trois Polo R WRC, l’équipement de reconnaissances complet, les bureaux des ingénieurs et du staff managérial, toutes les pièces de rechange, les outils, les jantes, les râteliers de pneus, le dispositif de lavage des pièces, ainsi que les barnums de la zone d’assistance. A cet effectif s’ajoutent deux autres camions contenant les structures d’accueil du team et des medias, et un autre encore pour les toilettes.

19- La zone d’assistance technique Volkswagen prend des allures de grand garage lors des rallyes européens. Elle comprend 16 armoires de pièces de rechange et d’outils, quelque 40 servantes en aluminium destinées aux pièces supplémentaires et à l’outillage spécial, et encore 15 casiers de stockage pour l’équipement et les pièces d’usure. Dans les épreuves outre-mer, ces derniers,expédiés par avion-cargo, sont emballés dans 40 conteneurs aériens.

20- Seulement 66 outils différents sont utilisés pour assurer la maintenance des Polo R WRC. Cela va de la clé à chocs à la brosse métallique, des lames de cutter de rechange à la clé dynamométrique, en passant par les tournevis et le mètre-ruban. 15 outils supplémentaires sont utilisés pour l’assemblage initial et la préparation des rallyes.

21- Au cours des neuf premiers rallyes de la saison, et en 428 épreuves spéciales, les trois pilotes Volkswagen ont effectué la bagatelle de 57.155 changements de vitesses.

 

SUR LE PLAN HUMAIN

 WRC-2014-AUSTRALIE-VW-Une-équipe-CHAMPIONNE-DU-MONDE


WRC-2014-AUSTRALIE-VW-Une-équipe-CHAMPIONNE-DU-MONDE et bientôt des pilotes, Ogier ou Latvala ?

 

22- Volkswagen Motorsport se réjouit de compter sur sa page officielle plus de quatre millions de fans sur Facebook. Et il y en a encore bien plus – 4,7 millions – lorsque sont publiées des images, des vidéos ou des éléments d’information : jusqu’à 1 million d’échanges entre internautes sur un seul post dans ce cas-là.

23- Environ 36.000 fans suivent les reportages du WRC en direct sur Twitter. Depuis janvier 2013, Volkswagen Motorsport a déjà téléchargé rien moins que 5.000 tweets en 23 manches.

24- Lors de chaque rallye, Volkswagen Motorsport adresse des infos par SMS aux journalistes. Pendant cette saison 2014, 244.670 SMS ont été envoyés à un nombre croissant de destinataires en neuf rallyes. A rapprocher du chiffre total de la saison 2013, au cours de laquelle 185.415 messages avaient été expédiés par ce canal.

25- Les communiqués de presse diffusés par e-mailing offrent aux medias une information quasiment aussi vaste. Jusqu’au Rallye d’Allemagne inclus, ce sont 67 communiqués qui ont été produits en Allemand et en Anglais, soit un global de 514 pages d’informations pures.

26- Les invités de Volkswagen Motorsport et les mécaniciens boivent à eux seuls 240 litres de café par rallye. La marque Red Bull – partenaire de Volkswagen – fournit le team WRC en boissons énergétiques. Environ 1.400 canettes sont consommées à chaque fois.

27- Les ingénieurs de Volkswagen ont de quoi lire : ils évaluent à quelque 17,5 de gigas la somme de datas à ingurgiter chaque saison – soit l’équivalent de 3,1 millions de pages de texte pur !

28- L’âge moyen des trois pilotes Volkswagen est très précisément de 2 ans et 174 jours. Pour les coéquipiers, il ressort à 40 ans et 284 jours.

29- 6 à 3. C’est le score selon lequel se répartissent les victoires Volkswagen en neuf rallyes cette année. Sébastien Ogier s’est imposé à Monte-Carlo, au Mexique, au Portugal, en Italie, en Pologne et en Australie, tandis que Jari-Matti Latvala a gagné en Suède, en Argentine et en Finlande.

30- La plus grande réussite au volant de la Polo R WRC est à porter au crédit de Sébastien Ogier. En 23 départs, le Français a terminé 19 fois sur le podium et a signé 191 temps scratch en spéciales. Ogier a gagné à 15 reprises sur la WRC de Wolfsburg. Jari-Matti Latvala est monté 13 fois sur le podium en tant que pilote Volkswagen, dont 4 sur la plus haute marche. Il a contribué 90 fois au succès de la maison en spéciales. Quant à Andreas Mikkelsen, il en est à 4 podiums et 17 meilleurs temps.

31- Silke Hansen, l’experte-météo du team, fournit à chaque rallye des informations très importantes et détaillées aux pilotes. Ces prévisions sont ensuite relayées par les équipes météo déployées dans les épreuves spéciales. Toutes ces informations sont centralisées par un vainqueur du Dakar, Timo Gottschalk, qui reçoit aussi les temps de passage partiels et les relaye auprès des ingénieurs.

32- Nicolas Vouilloz, qui fait partie de l’équipe d’ouvreurs de Sébastien Ogier, est surnommé « l’inventeur des pneus croisés ». C’est en effet le choix qu’opèrent de plus en plus les pilotes, lorsque le temps est couvert et la météo incertaine. « Nous avons adopté ce système lors de tests avec Michelin il y a plusieurs années, et cela a donné un meilleur résultat que de monter des gommes différentes entre les trains avant et arrière », explique le Niçois, qui fut dix fois champion du monde de VTT en descente.

33- L’équipe Volkswagen est constituée de plus de 20 nationalités, avec des collaborateurs venant notamment d’Angleterre, Allemagne, Australie, Belgique, Espagne, Finlande, France, Hollande, Hongrie, Irlande, Italie, Lituanie, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pologne, Portugal, Russie, Slovénie, Suède et Suisse.

34- L’une des clés du succès de Volkswagen est l’esprit d’équipe. Le team de Wolfsburg se caractérise par le fait que le développement et l’engagement des Polo R WRC est entièrement assuré par le département compétition. L’unité concernée, qui s’est étoffée au fil des années, est constituée de professionnels à plein temps : mécaniciens, logisticiens et ingénieurs. Sur les membres du team désignés pour travailler sur le terrain en 2014, à peu près la moitié étaient déjà impliqués dans les trois victoires au Dakar en Amérique du Sud. 48,35% très précisément étaient de la campagne des succès enregistrés en Argentine et au Chili en 2009, 2010 et 2011 avec le Race Touareg.

 

Christian COLINET
Photos : TEAM

 

WRC

About Author

gilles