ELMS. ENTRETIEN AVEC PHILIPPE SINAULT AVANT LA COURSE DU PAUL RICARD

 

 ELMS-2014-le-Stand-ALPINE-SIGNATECH-PHILIPPE-SINAULT


ELMS-2014-le-Stand-ALPINE-SIGNATECH-PHILIPPE-SINAULT

 

 

 

Quelques jours avant l’épreuve ELMS qui se dispute ce week-end sur le circuit Paul Ricard, à l’occasion d’une journée de roulage de l’Ecole de Pilotage Euro Formula, installé sur le circuit de La Châtre, dans l’Indre, rencontre avec Philippe Sinault.

Philippe, le patron de l’équipe Alpine-Signatech, Championne d’Europe ELMS en titre et leader du Championnat 2014, à la veille de cette avant-dernière manche, l’ultime 5éme épreuve, se déroulant les 18 et 19 octobre prochain sur le circuit d’Estorul, aux portes de Lisbonne, au Portugal.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2014-Pesage-LES-3-Pilotes-ALPINE-AE450-SIGNATECH-Photo-Thierry-COULIBALY


24-HEURES-DU-MANS-2014-Pesage-LES-3-Pilotes-ALPINE-AE450-SIGNATECH-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Philippe, quel est le bilan 2014 de ton équipe endurance ?

« On a bien redressé la barre depuis la 1ére sortie à Silverstone et on s’est course aprés course, bien repositionné pour être en mesure de défendre et conserver notre titre. A Silverstone, on termine 5éme pénalisé par nos pneus, car tous les bons concurrents roulaient en Dunlop. A Imola, chaussé comme tous les bons acteurs du LMP2, on finit 3éme et on s’est retrouvé devant dans le match pour la gagne. Au Mans on jouait toujour la gagne, si on n’avait pas connu la casse d’un porte moyeu avant gauche à 9 Heures du matin. Jusqu’à cet incident, on se partageait la tête au gré des ravitaillements, avec la Ligier G Drive. Au Red Bull Ring, enfin, on connait la consécration attendue avec notre victoire qui nous permettait de reprendre la tête du championnat.»

 

 ELMS-2014-le-Stand-ALPINE-SIGNATECH-Les-casques-des-3-Pilotes


ELMS-2014-le-Stand-ALPINE-SIGNATECH-Les-casques-des-3-Pilotes

 

Comment, se présente l’épreuve du Paul Ricard ?

« C’est un tracé qui n’est pas défavorable a l’Alpine. Mais cette course, va être comme d’habitude ultra serré. Je reste convaincu que le résultat sera très serré entres les leaders et que le titre se jouera a Estoril. Et ce, car les positions en tête, sont et resteront très serré. Le titre 2014, se jouera lors de l’épreuve finale comme cela avait déjà été le cas en 2013, où cette finale se courait au Ricard.»

Quel est le rival le plus dangereux, le plus sérieux ?

« Notre principal rival en cette fin de saison reste le Team anglais Jota. Cette équipe depuis trois ans est constamment et toujours la devant pour la victoire. Jota fait rouler une très bonne auto – une Zytek – dispose de très bons pilotes – Simon Dolan Harry Tincknell et Filipe Albuquerque – d’un excellent encadrement. Ensuite, il faut aussi compter avec les équipes, Thiriet TDS, Morand et Race Perrformance, toujours placées.»

Alors, malgré tout optimiste ?

« Au niveau de nos propres performances, oui. Aprés, le trafic, avec la multitude de GT et les inévitables et habituels aléas de la course, feront comme souvent la différence mais c’est palpitant, non!»

C’est une évidence et le Team Jota qui caracolait en tête lors de l’épreuve inaugurale à Silverstone, en a fais les frais !

Et est, le mieux placé pour l’avoir vécu à ses dépends, Simon Dolan alors au volant de la Zyrek Jota, et facile leader, ayant été victime d’un accrochage avec une GT, propulsant sa voiture vers les rails de protection, détruisant le bolide !

Quand on dirige comme toi une équipe de course, peut-t-on être détendu et heureux ?

« J’arrive toujours a prendre du plaisir. Cela a été notamment le cas cette année au Mans, puis en Autriche. Notre victoire m’a redonné du baume au cœur et l’envie de nous bagarrer pour gagner. J’ai la chance de vivre au bord des pistes. Tant que cela me fait oublier les soucis de budgets, je continue car je sais que nous restons des privilégiés de faire ce que l’on aime.»

 

 F3-2014-le-Stand-SIGNATURE-A-Silverstone


F3-2014-le-Stand-SIGNATURE-A-Silverstone

 

Venons-en, justement à ce qui fâche et provoque des nuits blanches, le retour avorté en Championnat d’Europe de F3

« Renault-Oreca a décidé trop tard de partir. Nous étions en octobre. On a payé le prix fort, notre manque du roulage et de développement. Cet échec m’a miné. Ce fut le gros coup dur du début de saison. Tu t’es préparer pendant huit mois pour te présenter le jour J sous la bache. Cela ne m’était encore jamais arrivé en 23 ans. Je savais que si on commencait la saison, au vu des tests catastrophiques des 1ers essais collectifs,face à nos adversaires – VW et Mercedes – on allait au devant de gros problèmes. Alors, avec notre passé, notre histoire on se devait de jouer la gagne, d’être devant. Mais la c’était absolument impossible. A cause de nos contrats et en en accord avec nos engagements contractuels, nous devions être présents a Silverstone, tout en sachant que j’allais devoir déclarer forfait et annuler notre participation au Championnat d’Europe de F3! Malgré cet échec car c’en est un,nos relations demeurent trés bonnes avec Renault Sport qui reste un partenaire. Eux aussi étaient très déçu de ce qui s’est passé. Nous avons opté pour la moins mauvaise décision, assurément, la plus sage, vu la situation sportive en piste lors des essais d’avant-saison..»

Selon, ce qui se murmure en coulisses, il se dit que tu vas repartir en F3 Europe mais avec des moteurs VW. Pourquoi VW ?

« Actuellement, Renault a d’autres priorités que de se consacrer a ce moteur. J’ai donc entamé des discussions avec VW. Mais rien n’est décidé, il n’y a rien de signé encore. Notre volonté est bien de rouler en fin de saison. L’objectif est effectuvement d’être présent avec une ou deux auros. Cela dépend du motoriste, le préparateur Spiess. De savoir s’il peut nous fournir les moteurs necessaires. En 2015, il faut qu’on revienne à plein temps en Championnnat d’Europe de F3 et avec deux autos. Nous sommes en contact avec plusieurs pilotes étrangers pour la fin de saison de F3, des jeunes espoirs afin de préparer 2015.»

Philippe Sinault, ne cite aucun nom mais selon nos sources, il serait en contact avec le jeune anglais Will Buller, actuel pilote chez Arden dans le cadre des WSR et qui viserait de courir le GP de Macao F3 avec l’écurie Signature !

 

 FORMULE-E-2014-Test-DONINGTON-19B-aout-Stephane-SARRAZIN©AndyCarver_


FORMULE-E-2014-Test-DONINGTON-19 août-Stéphane-SARRAZIN au volant de la monoplace du Team VENTURI ©Andy Carver

 

Venons – en à la Formule E. La structure Venturi comme nous l’avons constaté lors de notre récente présence pour les derniers essais de Donington, repose sur la structure technique de Signature, ou on retrouve actuellement beaucoup d’éléments de qualités qui était justement sur le programme F3.

Qu’en pense Philippe?

« La Formule E, c’est un choc, un acte très fort, un pari très osé. La 1ére fois que je les au vu, cela m’a interpellé et je me suis posé beaucoup de questions sur avenir de la course. Parce que cette technologie exploratoire et cette recherche d’un environnement nouveau, sans bruit, c’est réellement d’abord un choc culturel mais je le précise pas dans le mauvais sens du terme. La recette est la même. Tu vibres quand même. Et, il y aura de la bagarre avec des pilotes qui ont tous un passé et un nom et surtout un excellent niveau, a la fois sportif et technique. Franchement quand tu regardes, c’est top et à part la F1, la Formule E est ce qu’il y a de mieux. Le plateau est de très grande qualité. Que des équipes de renom et des pilotes venus de la F1, de l’Indycar ou de l’endurance. J’ai prévu d’aller assister a une ou plusieurs courses.»

 

 24-Heures-du-MANS-2014-GRANDE-PARADE-Les-pilotes-ALPINE-Photo-Max-MALKA

24-Heures-du-MANS-2014-GRANDE-PARADE-Les-pilotes-ALPINE-Photo-Max-MALKA

 

 

Quid de l’avenir avec Alpine et les 24 Heures du Mans?

« L’objectif 2015 Endurrance est d’être ambitieux et de tenter de viser l’accession au Championnat du monde WEC. Mais il faut réunir le budget, 3,5 millions d’€, supérieur à l’ELMS avec Le Mans qui atteint un peu plus de 2 millions d’€.»

Peux-tu nous parler de l’absence de Pierre Ragues cette saison alors qu’il était co-Champion ELMS 2013, avec Nelson Panciatici ?

« Au départ, on avait programmé l’engagement de deux ALPINE A450B. Donc, je suis parti sur ce schéma. J’ai fait signé Webb trés tôt. Tout comme on l’avait également confirmé Chatin pour la 1ére auto. Avec Nelson Panciatici comme 3éme pilote, qui disposait lui d’un contrat de deux ans avec nous. Pierre était prévu pour la seconde voiture. Le non engagement de notre 2éme Alpine pour Le Mans, a été un choc, le 13 fevrier lorsque l’ACO a dévoilé la liste des équipes invités. Rien ne le laissait supposer car nous étions Champion ELMS 2013 et je pensais bien rentrer notre deuxième engagement. J’avais rencontré Vincent Baumesnil de l’ACO, deux semaines auparavant et il ne m’avait rien dit. Voila comment Pierre n’a pas pu rouler avec nous mais il fait toujours partie du clan Alpine-Signatech.»

Comment se présente la saison prochaine en Endurance pour Signatech?

« En 2015, nous serons toujours ALPINE et peut être avec une nouvelle voiture. On a actuellement une reflexion. Ma volonté est de continuer avec mon trio de pilotes. C’est réellement un tres bon équipage, ce qu’on appelle, une belle equipe, humainement une Dream Team. Je souhaite aligner deux autos au Mans et poursuivre en ELMS ou monter en WEC. Tout dépendra des finances. J’ai fixé un dead line, si on veut bien travailler. Ma decision maxi sera prise en novembre. Ragues est toujours resté dans la famille donc mon but est de le faire revenir dans l’aventure Alpine Signatech.»

 

 ELMS-2014-RED-BULL-RING-Le-Team-ALPINE-SIGNATECH-et-ses-pilotes-Paul-Loup-CHATIN-Nelson-PANCIATICI-et-Oliver-WEBB-Photo-Eric-REGOUBY


ELMS-2014-RED-BULL-RING-Le-Team-ALPINE-SIGNATECH-et-ses-pilotes-Paul-Loup-CHATIN-Nelson-PANCIATICI-et-Oliver-WEBB-Photo-Eric-REGOUBY

 

Parles- nous de tes pilotes?

« Webb , Il est le plus francophone des Anglais. Oliver représente la définition parfaite du bon coéquipier en endurance. Il a bon esprit, est humble. Un super pro dans l’auto et aussi en dehors avec le Team. Il est LE Team mate corporate.»

Paul loup ? Garçon incroyable de maturité. il confirme cette année, tous les espoirs depuis sa victoire dans le Volant EuroFormula en 2010. Il posséde une tête bien pleine, trés bon profil. Assume conjointement sa carriére de pilote et son statut d’étudiant à Sciences Po. Paul-Loup, c’est un vrai mec bien.»

Enfin, Nelson ? Lui, c’est un talent pur. Une pépite. Des qu’il ferme la visière, je sais qu’il va donner le meilleur de lui même. Je ne me pose même pas la question. Au bout de trois saisons avec nous, il a acquis la culture Signature.»

En conclusion de cet entretien, Philippe Sinault, précise encore :

« Nelson, Oliver et Paul-Loup, c’est un équipage qui ne forme qu’un.»

Il ne leur reste plus qu’à briller et ce des ce samedi lors des essais de ces 4 Heures du Paul Ricard dont la course est prévue ce dimanche.

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Max MALKA- Antoine CAMBLOR- Eric REGOUBY – Andy CARVER – DPPI

 

 ELMS-2014-RED-BULL-RING-ALPINE-SIGNATECH-Nelson-PANCIATICI-Photo-Eric-REGOUBY


ELMS-2014-RED-BULL-RING-ALPINE-SIGNATECH-Nelson-PANCIATICI-Photo-Eric-REGOUBY

 24 HEURES DU MANS 2014 - ALPINE SIGNATECH - Photo Max MALKA


24 HEURES DU MANS 2014 – ALPINE SIGNATECH – Photo Max MALKA

 ELMS-2014-RED-BULL-RING-ALPINE-SIGNATCH-OLIVER-WEBB


ELMS-2014-RED-BULL-RING-ALPINE-SIGNATCH-OLIVER-WEBB

ELMS Sport

About Author

gilles