YAMAHA MAJESTY S ET MBK SKYLINER S : URBAINS ET HORS BAIN…

DIX MINUTES DE SOLEIL,LAURENT BENCHANA A EU LE TEMPS DE SHOOTER AVANT LE DELUGE...

DIX MINUTES DE SOLEIL,LAURENT BENCHANA A EU LE TEMPS DE SHOOTER AVANT LE DELUGE…

 

Urbains car ils sont clairement destinés à la conduite en ville et en petite périphérie. Hors-bain parce que le tablier, sans même acquérir le tablier protège-jambes (ça porte le même nom, c’est con non ?) prévu en option, protège bien en cas de déluge, de même que le pare-brise, il se trouve qu’en essai en juillet à Paris on a pris un ouragan sur la gueule, on a failli appeler Noé au secours, mais le test valait le coup, sous la flotte,  et sous nos cieux cela arrive, l’engin est facile et protecteur.

 

Pour compléter leurs gammes de scooters 125, un marché qui s’est écroulé et que les constructeurs tentent de relancer par tous les moyens, Yamaha/MBK  proposent  à leurs clients et à leurs clientes, car le scooter devient un engin très utilisé au féminin, une gamme très complète où les nouveaux Majesty S et Skyliner S viennent rejoindre Xenter-Delight et Océo-Flipper.

Bienvenue donc au(x) petit(s) nouveau(x) de Yamaha et MBK, Majesty S et Skyliner S.

 

RETOURNONS LE MONDE QUAND IL MARCHE A L’ENVERS !

 

On vit vraiment une drôle d’époque, limite merdasse.

Le 125 est aujourd’hui le seul vrai moyen intelligent de mobilité urbaine, il est totalement maniable à l’arrêt pour le garer dans des coins improbables ou sur des parkings idoines (mais tordus !), il est fabuleusement maniable au pilotage pour s’extirper d’un carrefour bloqué un jour de grève du RER, et de façon non accessoire, il génère peu d’accidents. Bon, il coûte toujours trop cher mais là on parle juste d’intelligence.

Et ce pauvre 125 est en chute libre dans les ventes parce que sans permis moto, il faut se cogner sept heures d’apprentissage pour avoir de droit de l’acheter, sept heures qui sont en général payées par les constructeurs mais voilà, un 125 est un achat compulsif, on en veut un tout de suite parce que la veille, on a perdu quatre heures pour traverser Paris en bagnole, parce que c’est joli, parce qu’il se met à faire beau, parce qu’on a envie du petit filet d’air frais quand on roule au lieu de la clim auto qui fout des bronchites chroniques,  et paf, il faut passer par les fourches caudines de la loi imbécile.

Au lieu de cela, aujourd’hui, si tu as le permis auto, tu peux t’acheter un 400/500 trois roues et partir  librement sur un engin ultra puissant…

Que tu as payé 10 000 balles, bref, si t’es riche et tu conduis une baleine t’es pas emmerdé, si t’es pauvre et que tu fais chier personne, on te tombe dessus, je suis un vieux con de républicain mais ça choque mon  sens de l’intelligence collective…

 

LA LIGNE « S »…

PLANCHER PLAT, C'EST UN MILLIARD D'AVANTAGES!

PLANCHER PLAT, C’EST UN MILLIARD D’AVANTAGES!

 

Compact, maniable, confortable, ces lignes « S » le sont, mais sur un scooter c’est un minimum, pas toujours respecté d’ailleurs.

Mais, premier gros argument, j’ai déjà expliqué qu’outre la facilité pour monter dessus, cela fait des tas d’heureux(ses) : seniors qui ont mal à la hanche, nanas avec des jupes qui dépassent à peine le nombril, voyageurs qui partent à la gare et qui peuvent y loger ce p… de m… de b… de sac à la con, te permettant ainsi d’avoir ton train parce qu’en 125, tu arrives à l’heure prévue. Ce qui est un énorme privilège, il n’y a que les cons de décideurs politico-policiers qui roulent en voiture de fonction pour ne pas le savoir.

J’ai aussi expliqué qu’un jour, un crétin assassin a brûlé un feu et m’a pris par le travers, j’ai eu le temps de glisser les deux pieds du côté opposé, j’ai même  sauté pour ne pas partir en glissade façon pilote de GP dans le sable, et même pas mal alors que je devais au minimum y laisser une guibole.

Bref, fond plat, et de grande surface, très bon point.

 

LA VIDE POCHE IMPORTANT ET LE CROCHET  RECOURBÉ POUR NE PAS LÂCHER LE SAC...

LA VIDE POCHE IMPORTANT ET LE CROCHET RECOURBÉ POUR NE PAS LÂCHER LE SAC…

 

Pour les transports de petits sacs, en ville, il y a sur le tablier un crochet pas mal fait, qui ne lâchera pas sa proie au premier passage dans un trou, il est un peu recourbé en haut.

La selle biplace est à double étage, le passager derrière verra autre chose que la taille de votre casque en gros plan pendant un quart d’heure!

 

BIEN FOUTU POUR LE DUO

BIEN FICHU POUR LE DUO

 

C’’est d’autant un vrai plus que ça libère un peu d’espace sous la selle, où l’on peut mettre tout l’équipement de pluie, on a compris que ça a servi durant l’essai, mais aussi un casque intégral, enfin pas les gros, mais de toute façon, un scooter en ville sans top case c’est un peu comme un cheval qui aurait un seul étrier…

On peut quand même monter dessus pais c’est nettement moins confort!

 

 

LE TOP CASE,LA VRAIE PLACE DU CASQUE

LE TOP CASE,LA VRAIE PLACE DU CASQUE

 

Les constructeurs ont d’ailleurs, en même temps que les scooters, dessiné des accessoires spécialement adaptés, entre autres un top case avec possibilité de dosseret de confort pour le passager,  un tablier protège-jambes et pas mal d’autres trucs bien pensés encore, comme des porte paquets.

Voici quelques uns de ces accessoires proposés dans le réseau Yamaha et MBK.

 

TOP CASE

TOP CASE, 145 EURO

 

PORTE PAQUETS

PORTE PAQUETS, 45 EURO

 

TABLIER PROTEGE JAMBES

TABLIER PROTEGE JAMBES 119 EURO

 

Bon, l’esthétique vous en jugerez par vous-même, je la trouve sympa mais ,  comment dire, assez internationale, Alexandre Kowalski, de Yamaha Motor France, m’a expliqué que le scooter est un marché volatile, que pour le sortir à un prix humain, il faut le fabriquer à beaucoup d’exemplaires, et que chaque pays a son truc…

Un casse tête vraiment chinois, d’ailleurs ces scooters sont fabriqués à Taïwan…

Donc on essaie de sortir des engins relativement consensuels au niveau mondial et forcément, quand c’est consensuel, ce n’est pas unique mais je chipote.

Ce n‘est pas un chef d’œuvre façon Michel Ange, mais on monte dessus sans se dire que l’on passe pour un radin.

 

 

Il y a même carrément des éléments qui permettent de se la péter un peu, les feux à LED par exemple, le tableau de bord un peu futuriste, même le pare brise (monté en série) est beau, en tous cas vu de l’extérieur.

Ensuite, il y a les petites astuces qui font que c’est rigolo, les repose-pieds arrière sont rétractables, et bloqués, il faut pousser dessus pour les ouvrir et pour les rebloquer.

 

REPOSE PIEDS PASSAGER INTEGRES ET RETRACTABLES,GRAND STYLE!

REPOSE PIEDS PASSAGER INTEGRES ET RETRACTABLES,GRAND STYLE!

 

Autre astuce, merci, même si cela existe sur d’autres modèles, c’est quand même très rassurant, merci donc pour la selle anti-cons, quand elle est relevée, elle ne se referme pas toute seule… quand vous avez par exemple les clés à la main et vous les lâchez en retenant cette conne de selle, ça fait un « clac » sinistre et vous vous retrouvez sans clé, sous la flotte, vos vêtements de pluie sous la selle, il drache, pas de taxi, les bus en grève et le portable déchargé pour appeler quelqu’un chez vous qui vous apporterait le double, bref vraiment comme un con avec un grand C…

 

LA SELLE ANTI CONS

LA SELLE ANTI CONS

 

Le tableau de bord est bien fichu et très lisible, il y a même un mode de sélection pour aller chercher différentes infos, en particulier quand il faut penser à la révision, tous les 6000 km.

Le compteur est numérique, le compte tours analogique, on voit tout bien… sauf quand il pleut des cordes car ces compteurs sont un peu à plat et la flotte reste dessus.

Oui, le pare brise protège mais en ville, on s’arrête… feux rouges, piétons, taxis qui coupent la rue en travers, ambulances ou pompiers qui font pin pon, etc…

 

VROUM !

FREINAGE SUPER BIEN VU

FREINAGE SUPER BIEN VU

 

J’ai noté avant de monter dessus que le freinage est impressionnant, disque AV et AR, 260 et 240 mm, qui feront merveille sur le sec et sur le mouillé, et c’est un vrai plus en ville, je conseille toujours un stage en TT pour apprendre à freiner sur le gras mais c’est sûr que des disques comme ça aide !

Divine surprise ! Moi qui aie les pattes courtes,  je pose les deux pieds à terre quand je suis en selle.

C’est un élément de sécurité et de bien être absolu.

Intéressant pour les nanas, cela dit la jeune génération a des jambes de basketteuses, mais pour celles que l’on peut encore regarder les yeux dans les yeux, ce détail est loin d’en être un !

En selle, en fait, à l’arrêt ou en roulant, on est bien.

 

LE SCOOTER BONHEUR!

LE SCOOTER BONHEUR!

 

Les spécialistes appellent sans doute cela l’ergonomie, donc c’est réussi à part un petit détail mais il faut sans doute s’y faire, j’ai klaxonné plusieurs fois en voulant mettre un clignotant…

L’ergonomie a peut être été dessinée par un prestidigitateur !

Bon, tant qu’ casser la gueule à ces deux scooters, et ça s’arrêtera là, il y a très peu de défauts finalement, j’ai trouvé la suspension avant carrément ferme, c’est vachement bien en courbe rapide, ce qui est somme toute assez rare en ville, mais c’est carrément chiant quand les pavés forment des trous, voire des fosses.

Le maire de Paris ferait bien, avant de nous emmerder avec ses projets à la con de stationnement payant et d’interdiction de la voie des motards sur le périf, de réparer un peu ses rues !

En revanche, la suspension arrière est un délice, qui avale tout, c’est peut-être pour ça que l’on trouve l’avant ferme, il est peut être juste classique !

 

 

C’est un mono amortisseur à plat, ça t’avale tout, et c’est hyper précis en guidage, que ce soit à basse ou haute vitesse.

Gé-nial !

Le moteur est à refroidissement liquide, à terme cela deviendra obligatoire.

 

MOTEUR ET SUSPENSIONS ARRIERE BIEN PENSÉS

MOTEUR ET SUSPENSIONS ARRIERE BIEN PENSÉS

 

Il est brillant, pas un foudre de guerre au démarrage mais ce n’est pas fait pour gagner un GP…

Il est à injection, il consomme donc peu, bref, ce qu’on demande à un scooter c’est souvent de se faire oublier et c’est parfait, confort de conduite absolu.

Encore vu un truc positif et un autre qui l’est moins durant l’essai.

Il y a devant, sur le tablier, un vide poche pas mal fait, on peut y mettre la bouteille d’eau, les gants quand tu t’arrêtes pour téléphoner, la tranche de jambon que tu viens d’acheter en rentrant du boulot parce que le frigo est vide et les mômes râlent, etc…

Donc ça, c’est bien.

 

LE COIN RATÉ...

LE COIN RATÉ…

 

Moins bien… L’esthétique… disons très russe façon époque rideau de fer / mur de Berlin des deux maîtres cylindres au guidon, ainsi que les attaches de rétroviseurs et les deux flexibles de frein qui partent en arceau vers les étriers de roues, pas beau.

Et oui, je l’ai dit plus haut, le consensuel, des fois, ne donne pas forcément une esthétique parfaite partout.

Peut-être qu’à Taipei, à Saigon ou à Delhi on trouve ça beau après tout…  (Oui je sais, on dit Ho Chi Minh ville mais je préfère Saigon…)

Bon, cela dit, l’engin est élégant d’une façon générale, il est hyper facile à piloter, son pare brise protège en effet et ne gêne pas la vision juste devant la roue avant quand on fait du slalom entre les bus.

 

 

Ces scooters sont confortables,  bien pensés, rassurants en cas de freinage d’urgence, ils roulent bien sous la flotte, ils ont des accessoires bien fichus, alors what else ?

Bon, je trouve toujours les scooters hors de prix, je ne vais pas revenir là-dessus.

La ligne « S » de Majesty et Skyliner coûte 3490 euro.

Ils sont disponibles dès maintenant.

Chez MBK, le Skyliner S est disponible en gris mat et noir, le Yamaha Majesty S propose aussi le blanc.

 

 

On résume, avec les deux ou trois objections faites en court d’essai :

– Scooter urbain 125 cm³ élégant et fonctionnel

-Carrosserie compacte, pratique.

–  Position de conduite naturelle et ergonomique

– Grand plancher plat

–  Feux de position et feux arrière à LED

–  Tableau de bord élégant et complet

–  Coffre de rangement sous la selle

–  Vide poche et crochet porte-sac à l’avant

–  Moteur de 125 cm³ quatre temps à refroidissement liquide, brillant

– Suspension arrière mono-amortisseur

– les disques de freins de type « wave » de grand diamètre

– Les jantes en alliage de 13 pouces à 5 bâtons

– Partie cycle permettant une grande maniabilité en ville, tout en assurant un comportement dynamique à vitesse élevée sur voie rapide

 

Infos sur www.mbk.fr et www.yamaha-motor.eu

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

Photos : CONSTRUCTEUR/LAURENT BENCHANA

 

 

Moto Sport

About Author

jeanlouis