AUX 24 HEURES DU MANS – RENCONTRE AVE GILLES PIRONI

 

 

 

GILLES-PIRONI-aux-24-HEURES-DU-MANS-2014-Photo-Antoine-CAMBLOR

GILLES-PIRONI-aux-24-HEURES-DU-MANS-2014-Photo-Antoine-CAMBLOR

Dans le paddock des 24 Heures, pour les inconditionnels du Mans, un visage ne passe pas inaperçu. La ressemblance est bien là. En effet, le jeune homme qui affiche 26 printemps,  est né le 6 janvier 1988 à Paris, et se nomme tout simplement … PIRONI Gilles PIRONI, l’un des deux fils de notre ami, le regretté Didier PIRONI. Il y a 36 ans, le 11 juin 1978, son père triomphait et remportait, associé a Jean Pierre Jaussaud, les 24 Heures du Mans. Cette année, Gilles qui travaille en Allemagne à Alzenau chez Hyundai Motorsport, où il est ingénieur au bureau d’études depuis le printemps 2013, est venu pour la toute 1ère fois assister aux 24 Heures. Gilles nous explique :

 » Cela fait très longtemps que je souhaitais venir et assister à l’épreuve Sarthoise et cette année, c’était la bonne occasion car j’ai souvent été empêché par mes études et notamment examens et ensuite autres contraintes professionnelles. Le fait qu’il y ait cette année, le retour de Porsche et de Ligier et aussi la présence d’Alpine, m’a incité a ne pas louper enfin cette course. Je suis arrivé d’Allemagne la nuit dernière pour profiter de l’expérience totale du week end complet avec des potes venus eux de Paris et qui comme moi partagent la même passion pour la course. »

Alors, 1ères impressions ?

 » Au delà de la course, ce qui m’interpelle, c’est l’ambiance, la foule et l’engouement général autour de cette épreuve mythique. »

Que représente Le Mans pour toi?

 » Cela représente tous les aspects de la compétition auto qu’on aime. Des équipes très pros avec un niveau technologique qui est à l’état de l’art de ce qui existe de nos jours. Ce qui se fait de mieux avec des GT et des protos de très grandes qualités. Et qui mélange Teams d’usines et équipes privées. C’est ce que j’aime au Mans, le mélange entre le professionnalisme le plus poussé qui côtoie des passionnés qui nous rappellent que le rêve est toujours accessible. »

Quel souvenir conserves tu de la victoire de ton père ici il y a 38 ans ?

 » C’est vrai que ce succès dans sa carrière reste comme l’un des plus significatifs dont on me parle souvent naturellement. Pour moi, ce qui reste de cette victoire c’est qu’en ce temps-là, les meilleurs pilotes étaient libres de leur calendrier et pouvait rouler aussi bien en GP, qu’en endurance. »

GILLES-PIRONI-et-BERNARD-OLLIVIER-Photo-Antoine-CAMBLOR-AUTONEWSINFO

GILLES-PIRONI-et-BERNARD-OLLIVIER-Photo-Antoine-CAMBLOR-AUTONEWSINFO

 

Croisant Didier Calmels à qui nous le présentons, ce dernier l’invite dans le stand Alpine. Gilles y retrouve Bernard Ollivier, le Président de la marque Diepoisse. Lequel informé de l’identité de son visiteur, lui rappelle ce merveilleux souvenir de la victoire de  son père, Didier associé à Jean Pierre Jaussaud en juin 1978, au volant de l’Alpine A442, tout en insistant :

 » Ah, alors c’est vrai, tu es bien le fils de Didier? »

A propos, Gilles est-t-il un pratiquant du sport auto ?

 » J’ai clairement donné priorité à mes études et à ma carrière d’ingénieur. Cependant en tant que passionné j’adore piloter et participe de temps en temps à quelques compétitions en circuit sérieusement mais exclusivement pour le fun et le plaisir. »l

A propos de la course, comment la voit-il ? « 

A mes yeux, le règlement est techniquement le plus intéressant en terme de discipline et il offre le plus de marge de manœuvre et d’imagination en terme de développement. »

Alors  moteur V4, V6, V8 ?

 » Je ne pense pas qu’il y ait de solutions mircales. Chaque approche est défendable. Ce que je trouve magique en endurance et au Mans, c’est qu aucune voiture n’est conçue de la même manière cependant les écarts restent infimes malgré la différence de choix technologiques. »

En tout cas la présence des deux marques avec lesquelles son père a obtenu ses plus belles victoires en endurance et en GP, Alpine et Ligier, lui font plaisir mais au delà de cela, Gilles est particulièrement enthousiaste de leur retour et de leur engagement qui s’annonce prometteur en compétition.

 

 »   Gilles GAIGNAULT

Photos : Antoine CAMBLOR

Sport

About Author

gilles