PORSCHE CARRERA CUP. VICTOIRE DE L’ANGLAIS BARKER DEVANT LES FRANCAIS DILLMANN ET MARTINS

 

 

PORSCHE-CARRERA-CUP-24-Heures-du-MANS-14-juin-BEN-BARKER-Photo-Antoine-CAMBLOR

PORSCHE-CARRERA-CUP-24-Heures-du-MANS-14-juin-BEN-BARKER-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Ben Barker et Laurent Pasquali remportent la Porsche Carrera Cup France et Grande-Bretagne sur le légendaire circuit du Mans

L’événement exceptionnel que constituait la course de Porsche Carrera Cup France et Grande-Bretagne disputée en lever de rideau des 24 Heures du Mans promettait d’être exceptionnelle et elle l’a été en tous points. Le spectacle des 61 Porsche 911 GT3 Cup venues de France, d’Angleterre et des quatre coins de la planète, a enthousiasmé les centaines de milliers de spectateurs massés autour des 13,659 kilomètres du circuit de la Sarthe. Si Kevin Estre (Tsunami RT), auteur de la pole position, a dominé les débats, une crevaison dans le dernier tour a offert la victoire au Britannique Ben Barker.

 

PORSCHE-Cup-24-H-du-Mans-Tom-DILLMANN-Photo-Antoine-CAMBLOR

PORSCHE-Cup-24-H-du-Mans-Tom-DILLMANN-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Il est talonné à l’arrivée par Tom Dillmann (RMS), lauréat du classement Français devant Lonni Martins de Racing Technology et Laurent Aiello du VIP team Porsche AG.

L’ancien vainqueur des 24 Heures du Mans avec la Porsche 911 GT1 en 1998 a ainsi effectué son retour à la compétition après dix ans d’absence. Dans le peloton tout aussi animé des Gentlemen Drivers, Laurent Pasquali le pilote IMSA Performance Matmut, a transformé sa pole en victoire, précédant Jean Glorieux de Speed Lover et Christophe Lapierre dans le Top 3 tricolore.

Grâce à leur résultat, Ben Barker victorieux des classement confondus français et britanniques et Laurent Pasquali 1er Gentleman au général, se sont vu remettre une montre Chopard – modèle Super Fast griffé de l’épreuve – offerte par ce partenaire de Porsche Motorsport et chronométreur officiel de l’écurie qui tentera ce week-end de remporter la victoire absolue aux 24 Heures du avec la 919 Hybrid LM P1.

Les conditions sont idéales lorsque les concurrents sont lâchés pour 45 minutes d’une course qui restera dans les mémoires, tant par la quantité de voitures sur la grille que par la qualité des pilotes au volant.

 

PORSCHE-Cup-24-H-du-Mans-Kevin-ESTRE-Photo-Antoine-CAMBLOR

PORSCHE-Cup-24-H-du-Mans-Kevin-ESTRE-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Poleman, Kevin Estre prend un départ idéal et pointe en tête à la chicane Dunlop.

Le lauréat de la Porsche Carrera Cup France 2011 et Allemagne 2013 doit résister aux assauts du Néo-Zélandais Earl Bamber qui a débordé Tom Dillmann au freinage de la chicane Michelin. S’engage alors un duel intense et un contact qui provoque l’abandon du Champion 2013 de la Carrera Cup Asia dans le 2éme tour.

Dès lors qu’il s’isole en tête du classement, Estre, ainsi qu’il l’avait souhaité au terme des qualifications, creuse l’écart et compte 2’’3 sur Ben Barker à l’issue de la 2éme boucle.

Derrière, Tom Dillmann complète le tiercé de tête devant Lonni Martins, Sacha Bottemanne, Laurent Aiello, Steven Palette et Nicolas Armindo, le vainqueur de la Carrera Cup allemande en 2010. Si Martins parvient à se détacher de ses poursuivants, Aiello réussit au 5éme tour à prendre la mesure de Bottemanne.

 

PORSCHE-CUP-2014-LONNI-MARTINS

PORSCHE-CUP-2014-LONNI-MARTINS

 

Mais en étant obligé de couper la deuxième chicane de la ligne droite des Hunaudières, ce dernier endommage son train arrière. Tandis que Palette, l’Espoir Carrera Cup France 2014, doit se retirer en raison de problèmes de direction, Bottemanne voit dès à présent un peloton compact constitué du Britannique Michael Meadows, Nicolas Armindo, Alexandre Cougnaud et Maxime Jousse, revenu de sa 11éme place de grille, grossir dans ses rétroviseurs. Ses rivaux opérent la jonction, tandis que Josh Webster recolle au peloton.

Dans le 8éme tour, Kevin Estre porte son avance à 3’’6 sur Barker et Jousse, déchaîné, s’empare de la 7éme place à Indianapolis au détriment d’Armindo. Le Varois revient sur son équipier Bottemanne qu’il dépasse, provisoirement, dans le tour suivant.

Dans l’avant dernière boucle, alors qu’il venait de passer les deux pensionnaires du Sébastien Loeb Racing, Armindo part en tête à queue à Arnage et abandonne, laissant Bottemanne en découdre avec Jousse, Webster et Meadows qui ne trouveront jamais l’ouverture.

Dans le dernier tour, Estre semble s’envoler vers la victoire qui lui a échappé en 2010 lorsqu’ il est victime d’une crevaison, cédant ainsi la victoire à Ben Barker devant Tom Dillmann qui s’était élancé en première ligne. Le Français n’en décroche pas moins la victoire au classement de la Porsche Carrera Cup France. Lonni Martins, à l’image de Dillmann, a évolué en solitaire et se réjouit de son premier podium de la saison devant Laurent Aiello.

Grâce aux abandons successifs d’Armindo et de Estre, Sylvain Noël (Racing Technology), vainqueur sur ce circuit en 2010, entre dans le Top 10 devant Joffrey de Narda (@LoebRacing).

 

PORSCHE-Cup-24-H-du-Mans-Laurent-PASQUALI-Photo-Antoine-CAMBLOR

PORSCHE-Cup-24-H-du-Mans-Laurent-PASQUALI-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Dans le classement des Gentlemen Drivers, Laurent Pasquali choisi de respecter une certaine sagesse au départ et cède son leadership à son grand rival Christophe Lapierre (@LoebRacing), auteur d’un excellent envol, dès le premier tour.

L’actuel second du championnat creuse l’écart en tête de la catégorie et contrôle les opérations avant de partir à la faute au freinage de Mulsanne dans son 6éme tour. Pasquali n’en demandait pas tant pour se porter au sommet de la hiérarchie devant le pilote du championnat anglais Karl Léonard, très pressant.

 

Mais dans le 10éme des 11 tours de courses, ce dernier ne peut résister à Jean Glorieux de Speed Lover qui arrache la deuxième marche du podium. Lapierre coupe pour sa part la ligne d’arrivée en 4éme position, la 3éme française, et précède le Norvégien Roar Lindland (Sébastien Loeb Racing).

 

Tom Dillmann (RMS) – 2éme du classement général, 1er Porsche Carrera Cup France

« C’est une opportunité extraordinaire qui nous a été offerte de rouler sur un circuit aussi mythique que celui-ci. Le tracé n’est pas difficile à assimiler, mais l’aura du lieu met beaucoup de piment dès l’instant où l’on monte dans la voiture. Il ne s’agit que de mon quatrième meeting avec la Porsche 911 GT3 Cup et j’ai montré que je continuais à progresser à son volant. Nous étions dans le coup, comme en témoigne ma première ligne aux côtés de pilotes comme Kevin Estre ou Earl Bamber. Ma course a ensuite été solide, j’ai pu attaquer du premier au dernier tour, mais il m’en a manqué pour parvenir à suivre le rythme despremiers. Sachant que j’étais devant Ben Barker en qualifications, je suis un peu déçu de ne pas avoir gagné au général, mais sur l’ensemble du week-end je pense m’être bien montré. C’était important, et dans ce contexte, repartir avec un podium et la victoire française, c’est bien. Je suis désolé pour Kevin car il aurait mérité la victoire, mais c’est la course. »

 

Lonni Martins (RMS) – 3éme du classement général, 2éme Porsche Carrera Cup France

« Ce n’est que du bonheur de décrocher un podium sur une piste aussi prestigieuse. Je suis parti un peu stressé, comme beaucoup je pense, j’ai donc essayé de canaliser cette tension, gérer mes pneumatiques, et maintenir l’écart sur mes poursuivants pour les empêcher de profiter de mon aspiration. Une fois que je me suis isolé, mon objectif consistait à essayer de rattraper Dillmann. C’est devenu compliqué lorsqu’à mi-course, j’ai bloqué mes roues. Avec un plat sur les pneus avant, l’auto vibrait beaucoup en ligne droite et nous avons craint une crevaison. Nous avons alors décidé de calmer jeu et de nous contenter de cette position pour finir la course. Ce résultat m’enchante car je n’imaginais pas un jour réaliser un podium en ouverture des 24 Heures du Mans. Désormais, je rêve de participer à l’endurance ! »

 

Laurent Aiello (Porsche AG) – 4éme du classement général, 3e Porsche Carrera Cup France
« Après dix ans sans rouler, je ne m’attendais vraiment pas à grimper sur le podium. Ce que je voulais avant tout, c’était me faire plaisir et vivre un moment très sympa avec l’équipe avec laquelle j’avais gagné les 24 Heures du Mans en 1998. Même ingénieur, même décoration de voiture, même numéro, c’était un très beau clin d’œil pour le retour de Porsche au Mans. Le but était de s’amuser et je me suis régalé ! Sur un circuit aussi difficile et rapide, la Porsche 911 GT3 Cup est très efficace mais il faut s’y habituer, notamment au freinage. Ce n’est pas donné à tout le monde de se produire sur un circuit comme celui-ci et comme le plupart de mes adversaires, j’ai adopté la prudence au départ pour passer les premières chicanes sans encombre. Grâce au comportement en tout point parfait de l’auto j’ai ensuite pu dépasser plusieurs concurrents. En partant de la 14éme place le chemin s’annonçait compliqué mais j’ai pu revenir – du moins à distance – sur les leaders. »

 

Laurent Pasquali (IMSA Performance Matmut) – 1er français classement gentleman

« J’ai essayé d’être prudent au départ, car la course ne se gagne pas au premier virage et il fallait être sérieux. Christophe (Lapierre) a pris un très bon départ et il m’a dépassé dans le premier tour avant de commettre une erreur. J’ai donc repris la tête et durant une demi-heure, nous avons entrepris une belle bagarre avec Karl Leonard sur qui j’ai pris le dessus avant de prendre le large. Notre lutte a été très propre, ce n’est pas le genre de pilote à tenter des attaques suicides quand ça ne passe pas. Pole position, victoire… Le week-end a été parfait et j’ai eu l’honneur de recevoir une magnifique montre Chopard. Je suis ravi ! »

 

Florence ELBAZ

Photos : Antoine CAMBLOR et Max MALKA

 

Classement général final

 

1. B. Barker (A) Parr Motorsport, les 11 tours en 45’07’’642 – 2. T. Dillmann (A) RMS, à 5″029 – 3. Lonni Martins (A) Racing Technology, à 8″269 – 4. L. Aiello (A) Porsche AG, à 13″082 – 5. S. Bottemanne (A) Sébastien Loeb Racing, à 25″427 – 6. M. Jousse (A) Sébastien Loeb Racing, à 25″633 – 7. J. Webster (A) Redline Racing, à 26″138 – 8. M. Meadows (A) Samsung UHD TV Racing, à 26″577 – 9. S. Noël (A) Racing Technology, à 27″044 – 10. J. De Narda (A) @LoebRacing, à 27″223 -11. A. Cougnaud (A) Racing Technology, à 35″905 – 12. L. Pasquali (B) IMSA Performance Matmut, à 40″196 – 13. Jean Glorierux (B) Speed Lover, à 40″965 – 14. Paul Rees (A) ON2 Racing, à 41″154 – 15. Karl Leonard (Parker Racing), à 42″533 – 16. Thomas Biaggi(A) Momo Megatron, à 44″455 – 17. Christophe Lapierre (B) @Loeb Racing, à 45″406 – 18. Roar Lindland (B) Sébastien Loeb Racing, à 1’03″967 – 19. Illya Melkinov (B) Sportec, à 1’04″365 – 20. Yves Provins (B) N Race 1’24″101.

 

PORSCHE-CUP-2014-24-H-du-MANS-Laurent-AIELLO-Photo-Antoine-CAMBLOR

PORSCHE-CUP-2014-24-H-du-MANS-Laurent-AIELLO-Photo-Antoine-CAMBLOR

 PORSCHE-CUP-2014-24-H-du-Mans-Josh-WEBSTER


PORSCHE-CUP-2014-24-H-du-Mans-Josh-WEBSTER -Photo Antoine CAMBLOR

PORSCHE-CUP-2014-24-H-du-MANS-Michael-MEADOWS

PORSCHE-CUP-2014-24-H-du-MANS-Michael-MEADOWS -Photo Antoine CAMBLOR

PORSCHE-CUP-2014-24-H-du-MANS-Maxime-JOUSSE

PORSCHE-CUP-2014-24-H-du-MANS-Maxime-JOUSSE-Photo Antoine CAMBLOR

PORSCHE-CUP-2014-24-H-du-Mans-Christophe LAPIERRE - photo Antoine CAMBLOR

PORSCHE-CUP-2014-24-H-du-Mans-Christophe LAPIERRE – photo Antoine CAMBLOR

Porsche Cup Sport

About Author

gilles