24 HEURES DU MANS. TOYOTA TOUJOURS DEVANT AVANT LA LONGUE NUIT MANCELLE

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Préliminaire-Les-bolides-dans-les-stands-Photo-Max-MALKA

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Préliminaire-Les-bolides-dans-les-stands-Photo-Max-MALKA

24 Heures du Mans, le point à minuit.

24-H-DU-MANS-2014-La-TOYOTA-de-tete-Photo-MARTINOLI.

24-H-DU-MANS-2014-La-TOYOTA-de-tète-Photo-MARTINOLI.

 

 

Minuit marque la 9ème heure… et on se rapproche peu à peu de la mi-course. Après un début d’épreuve réellement échevelé, pour cause d’excitation des pilotes et des soudains orages qui ont entraîné bon nombre de sortie de route, dont les plus significatifs furent ceux de l’Audi N° 3 et de la Toyota N° 8, la course s’est petit à petit installée dans son rythme.

Et même plutôt un faux rythme, car si la première heure était prometteuse, avec 18 tours couverts, les huit heures suivantes on été moins performantes, pour cause de pluie et aussi de nombreux Safety Cars.

Car ces derniers sont beaucoup sortis! Si l’on a expérimenté une fois les Slow Zones, ces zones dans lesquelles les voitures ne doivent pas dépasser 60 km/h, ce sont surtout les safety cars qui ont été déployés, tout d’abord sous les orages et multiples averses, mais aussi pour dégager les voitures.

Par exemple lors de l’accident de l’Oreca KCMG d’Alexandre Imperatori dans la dernière section des virages du karting, il eut été facile de déclarer une slow zone au lieu de 20′ de Safety Car.

Mais le bilan est là : 18 tours pour la première heure, 10 pour la deuxième et la troisième, puis entre 16 et 17 pour les suivantes…

On ne risque pas de battre les records cette année encore! Après les émotions des deux premières heures, la grande bénéficiaire était la Toyota N°7.

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-TOYOTA-N°7-en-pole-avec-KAZUKI-NAKAJIMA-Photo-Antoine-CAMBLOR

24-HEURES-DU-MANS-2014-TOYOTA-N°7-en-pole-avec-KAZUKI-NAKAJIMA-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

En effet, lors de ravitaillement, elle ne s’est jamais trouvée immobilisée à la sorte des stands pour attendre le passage d’un Safety Car. On a même reculé un ravitaillement, grâce à une moindre consommation dans ces circonstances, pour l’éviter.

Chance et stratégie mêlées donc pour les Japonais.

Cela a permis de gérer sa course avec un matelas de 3’17’’ au terme de la deuxième heure.

En revanche, le jeu des ravitaillements permettra à la Porsche 919 Hybrid de pointer en tête avec une dizaine de secondes d’avance aux troisièmes et quatrièmes heures, alors que personne ne les attendaient à ce niveau en course. De quoi fêter le retour de Porsche dans la Sarthe au plus haut niveau.

 

 24 HEURES DU MANS 2014 FERRARI Scuderia AF CORSE Num 81 Photo Thierry COULIBALY


24 HEURES DU MANS 2014 FERRARI Scuderia AF CORSE Num 81 Photo Thierry COULIBALY

 

Mais la Toyota se retrouvait ensuite recalée dans ses ravitaillement par rapport aux carillons des heures successives, et la Toyota pointe en tête depuis la 5ème heure, avec un écart sur l’Audi N° 2 qui ne cesse de croitre : 49’’, 1’10‘’, 1’49’’ pour culminer à 2’29’’ au terme de la 9ème heure, à minuit.

Les Porsche ont finalement connu quelques ennuis de jeunesse – comme un problème de pression d’essence pour l’une d’elle, la 14 – qui les ont reléguées aux 4ème et 5ème places, à 2 et 5 tours de la tête.

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-AUDI-1-Photo-Max-MALKA.

24-HEURES-DU-MANS-2014-AUDI-1-Photo-Max-MALKA.

 

L’autre surprise de la première partie de course, c’est la bonne tenue des deux Audi restantes, aprés l’abandon de la N°3. On les pensait battues en performance, mais la redoutable organisation de la marque aux anneaux, leur permet de ne pas perdre pied Et si elles ne sont plus au contact, elles ont bien limité les dégâts. La N° 2 reste à près de 2’30’’ de la tête, tandis que la N° 1, troisième, elle, se bat pour ne perdre un tour sur la Toyota depuis deux heures et semble réussir cela.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2014-TOYOTA-avant la ligne droite des stands


24-HEURES-DU-MANS-2014-TOYOTA-avant la ligne droite des stands – Photo Antoine CAMBLOR

 

La lutte est donc terrible. Toyota conserve l’avantage de la vitesse, mais Audi a le bénéfice du nombre avec deux voitures encore en course, puisque la deuxième Toyota, celle qui a été accidentée, est reléguée à 11 tours et ne peux plus être d’aucun secours.

Quant aux nouvelles Porsche, elles ont d’ores et déjà perdu trop de temps pour espérer encore postuler à la victoire.

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-LIGIER-N°35-14-Juin-2014

24-HEURES-DU-MANS-2014-LIGIER-N°35-14-Juin-2014 -Photo Antoine CAMBLOR

 

En LMP2, la lutte est tout aussi sévère.

Après 9 heures de course, quatre voitures sont toujours dans le même tour, l’écart entre la première et la quatrième n’étant que de 1’45’’.

Et Jacques Nicolet, le patron de Onroak, peut être satisfait. Deux de ses toutes nouvelles Ligier sont première et quatrième. Entre les deux, on trouve l’Alpine Signatech et l’Oreca du Race Performance, l’équipe Suisse, dont le moteur Judd est bien isolé au milieu des Nissan qui équipent les trois autres voitures.

A noter, pour gâcher la bonne humeur de Jacques Nicolet, que la Morgan du Gdrive, qui bataillait juste derrière ce peloton, est immobilisée depuis une heure sur le circuit.

 

 Aston-Martin-GTE-Pro-N°-97


Aston-Martin-GTE-Pro-N°-97 – Photo  Max MALKA

 

 

En GTE Pro, c’est pareil. Une lutte monumentale se déroule sous nos yeux, avec trois marques différentes:

L’Aston Martin N° 97, la Ferrari de la Scuderia AF Corse N° 51 et la Corvette N° 74 se battent comme des chiffonniers.

 

 

Et si les écarts à la tombée de la 9ème heure semblent large, jusqu’à 1’10’’ d’écart, en piste elles se retrouvent le plus souvent ensemble et les manœuvres d’intimidation sont légions, dont beaucoup se terminent par un dépassement !

L’une des Porche Manthey arrive à se maintenir dans le même tour, à près de 2′ tout de même, la deuxième, la 92, est reléguée à 5 tours en raison de problèmes, notamment au niveau des freins.

 

PORSCHE MANTHEY Nim 91

PORSCHE MANTHEY Nim 91 – Photo Max MALKA

24-HEURES-DU-MANS-2014-FERRARI-AF-CORSE-en-pole-en-LM-GT-AM-Photo-Antoine-CAMBLOR

24-HEURES-DU-MANS-2014-FERRARI-AF-CORSE-en-pole-en-LM-GT-AM-Photo-Antoine-CAMBLOR

 

Enfin, en GTE Am, la disparition de la Ferrari AF Corse N° 81 qui pourtant bataillait avec la tête… du GTE Pro, grâce au magistral pilotage du jeune britannique Sam Bird, a permis à Aston Martin de marquer l’épreuve de son empreinte, en positionnant ses deux voitures en tête.

La Porsche du Dempsey Racing, a pourtant occupé un moment l’intérim à la faveur de la pluie, mais est ensuite rentrée dans le rang… La nuit, tombée depuis deux heures va maintenant faire son travail de sape auprès des différentes équipes : Fatigue des mécaniques et des hommes.

 

trick

La PORSCHE de Patrick DEMPSEY

 

Traditionnellement, la longue nuit du Mans, celle que les Japonais appellent depuis toujours ‘ Le long, long jour ‘ procure souvent, joies et peines, espoirs et déceptions au petit matin, au lever du jour…

Celui qui passera l’obstacle sans encombres, pourra commencer à espérer l’emporter.

Reste une question qui inquiètent tous les Teams-manager :

Quid de la pluie ?

Laquelle avec la nuit qui enveloppe la piste Sarthoise, pourrait de nouveau provoquer de sérieux dégâts !

 

 

Patrick MARTINOLI

Photos : Antoine CAMBLOR – Max MALKA- Thierry COULIBALY – Patrick MARTINOLI

 

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-ALPINE-A450b-N°36-du-trio-PANCIATICI-CHATIN-WEBB-

24-HEURES-DU-MANS-2014-ALPINE-A450b-N°36-du-trio-PANCIATICI-CHATIN-WEBB-

24-HEURES-DU-MANS-2014-La-MORGAN-Team-PEGASUS-Photo-Antoine-CAMBLOR

24-HEURES-DU-MANS-2014-La-MORGAN-Team-PEGASUS-Photo-Antoine-CAMBLOR

 24-HEURES-DU-MANS-2014-La-MORGAN-LARBRE-Photo-Antoine-CAMBLOR


24-HEURES-DU-MANS-2014-La-MORGAN-LARBRE-Photo-Antoine-CAMBLOR

ORECA NISSAN Team RACE PERFORMANCE

ORECA NISSAN Team RACE PERFORMANCE

CORVETTE N°74

CORVETTE N°74

 

Sport

About Author

gilles