24 HEURES DU MANS 2014. TROIS CONSTRUCTEURS AVEC … 3 PROJETS DIFFERENTS !

 

 

WEC-2014-SILVERSTONE-Depart-et-envol-en-tete-pour-la-TOYOTA-N°7-de-SARRAZIN-WURZ-NAKAJIMA-aux-SIX-Heures-de-SILVERSTONE-le-20-avril.

WEC-2014-SILVERSTONE-Départ-et-envol-en-tète-pour-la-TOYOTA-N°7-de-SARRAZIN-WURZ-NAKAJIMA devant les PORSCHE et AUDI -aux-SIX-Heures-de-SILVERSTONE-le-20-avril.

 

 

Dans la catégorie Reine, celle des LMP- H, cette 82éme éditiob rassemble trois constructeurs – Audi, Toyota et Porsche – lesquels ont developpé trois projets différents !

Mais l’année 2014, est bien celle des hybrides.

Sur la route, plus de 2,5% des ventes de véhicules en France, durant ce premier trimestre 2014, sont des hybrides, chiffre en constante progression.

Sur la piste également, où on les trouve dans les deux disciplines majeures du sport automobile, en Formule 1 et en Endurance.

On dit hybrides, dès qu’il y a un mixte d’énergie pouvant entraîner un véhicule. Ce mixte est généralement réalisé en associant une unité de puissance thermique (un moteur essence ou diesel) avec une autre unité de puissance, électrique celle-là.

La première va consommer du carburant que l’on met dans un réservoir (apport externe) tandis que la seconde va utiliser de l’énergie électrique.

Mais cette énergie électrique, n’est pas apportée par l’extérieur lors d’un ravitaillement, Elle est générée par de la récupération des énergies dissipées par le véhicule durant ses différentes phases de fonctionnement.

En effet, un véhicule classique ne voit que de 35 à 50 % de son énergie consommée restituée en puissance aux roues. Cela veut dire que sur 1 litre d’essence consommée et 100 g de CO2 émis au kilomètre, seuls 0,35 à 0,50 litres d’essence sont consommés pour la propulsion.

Le reste est perdu en frottements et en chaleur.

De plus durant les phases de freinage, le ralentissement de la masse de la voiture est dissipé également en chaleur…

Or une partie de ces quantités d’énergie peuvent être récupérées, et c’est ce que l’on fait avec les véhicules hybrides.

On peut récupérer de l’énergie sur les gaz d’échappement. On l’a fait déjà depuis longtemps mais incomplètement avec le turbo compresseur.

Maintenant il est possible de transformer, avec des turbos alternateurs (turbine entraînée par les gaz d’échappement et alternateur qui produisent de l’électricité), l’énergie des gaz d’échappement en énergie électrique que l’on va ensuite stocker dans des batteries.

On appelle cela des MGUH (Moto Generator Unit Heat).

On peut aussi récupérer de l’énergie au freinage. Au lieu de freiner avec les disques de freins, on freine avec un générateur électrique qui va produire de plus en plus de courant au fur et à mesure où il applique un couple de freinage de plus en plus important aux roues.

On parle alors de MGUK (pour Moto Generor Unit Kinetics).

En Championnat du monde d’endurance WEC et donc au Mans qui compte comme 3éme manche de cette discipline, chaque voiture peut embarquer, outre son moteur thermique, deux MGU au choix.

Et déjà là, les solutions diffèrent chez les trois constructeurs impliqués.

Audi, le 1er concurrent à s’être intéressé a choisi de n’utiliser qu’une seule MGUK à l’avant, soit un système de récupération d’énergie au freinage sur les roues avant.

 

24 HEURES DU MANS 2014 Pesage POUR LES GRANDES FAVORITES les TOYOTA Photo Thierry COULIBALY.

24 HEURES DU MANS 2014 Pesage POUR LES GRANDES FAVORITES les TOYOTA Photo Thierry COULIBALY.

 

Toyota ensuite qui est arrivé il y a deux ans, a choisi d’en utiliser deux, tous les deux de récupération d’énergie au freinage, mais un à l’avant et un à l’arrière (moteur-générateur placé entre le moteur thermique et la boite de vitesse).

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-Pesage-Arrivee-de-l-equipe-PORSCHE-et-des-919-Photo-Thierry-COULIBALY

24-HEURES-DU-MANS-2014-Pesage-Arrivee-de-l-equipe-PORSCHE-et-des-919-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Porsche enfin qui débarque cette année, a choisi également d’en utiliser deux, un MGUK sur les roues avant et un MGUH (générateur électrique connecté mécaniquement au turbo compresseur) qui agit avec le moteur thermique sur les roues arrière.

 

24 HEURES DU MANS 2014 - Présentation des 3 AUDI après le pesage - Photo Thierry COULIBALY

24 HEURES DU MANS 2014 – Présentation des 3 AUDI après le pesage – Photo Thierry COULIBALY

 

A noter qu’Audi prévoyait initialement également un deuxième MGU, branché sur l’échappement de son V6, mais y a renoncé à l’issue de leurs tests hivernaux !

De plus, le législateur a décidé de permettre aux concurrents d’exploiter à des niveaux plus ou moins élevés la partie hybride de leurs véhicules.

Les constructeurs ont ainsi le choix de la quantité d’énergie à électrique à utiliser, ce qui leur autorise en échange une quantité d’énergie maximale à consommer en carburant par tour de circuit et également un débit maximum de ce carburant.

Les moteurs thermiques sont, eux, libres en termes d’architecture (nombre de cylindre et cylindrée), mais sont soumis à des contraintes de consommation en fonction des degrés d’hybridation de la voiture.

Ainsi les quatre classes d’hybridations (2, 4, 6 et 8 Mega Joules restituées) donnent quatre possibilités de consommation en énergie fossile (essence ou diesel), les non hybrides ayant elles aussi des limites de consommation comme indiqué ci-dessous :

 

Released Energy MJ/Lap :      (non hybrid)        < 2        < 4          <6         < 8

Car Mass kg :                          850 (810)           870       870         870        870

Petrol Energy MJ/Lap :            150.8                146.3    141.7      137.2     134.9

Max Petrol Flow kg/h :             95.6                  93        90.5        87.9       87.3

 

De nouveau, nos trois compétiteurs ont choisi trois solutions différentes.

WEC 2014 PROLOGUE au PAUL RICARD -La PORSCHE N°14 quitte la zone des stands - Photo Antoine CAMBLOR.

WEC 2014 PROLOGUE au PAUL RICARD -La PORSCHE N°14 quitte la zone des stands – Photo Antoine CAMBLOR.

 

Porsche a choisi la classe de récupération d’énergie la plus haute (8 Mj) tandis qu’Audi avec une seule MGU n’a choisi que la plus faible (2 Mj). Toyota pour sa part a opté pour une valeur intermédiaire haute de 6 Mj.

Etant donné que les réservoirs ont des capacités identiques, on devrait donc voir les Audi ravitailler plus tôt que les Toyota et que les Porsche.

Enfin, le principe de stockage de l’énergie est lui aussi différent sur les trois voitures.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Preliminaire-Les-Audi-semblent-moins-agiles-en-entrée-de-virage-que-les-japonaises-Photo-Patrick-Martinoli


24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Preliminaire-Les-Audi-semblent-moins-agiles-en-entrée-de-virage-que-les-japonaises-Photo-Patrick-Martinoli

 

La Porsche utilise des batteries, tandis que l’Audi continue comme l’an passé avec un volant d’inertie et que la Toyota a pris pour option des super-condensateurs.

Trois solutions différentes, de poids et d’encombrement différents.

Reste le cas des voitures non hybrides, les Rebellion.

Véritablement larguées durant les essais préliminaires, le législateur a décidé de baisser leur poids à 810 kg alors qu’il était fixé jusqu’à présent à 850 kg.

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-Journee-Test-la-REBELLION-R-One-n13-photo-Thierry-COULIBALY

24-HEURES-DU-MANS-2014-Journee-Test-la-REBELLION-R-One-n13-photo-Thierry-COULIBALY

 

Cette solution a sans doute été choisie en constatant que les Rebellion allaient aussi vite que les hybrides en ligne droite, mais peinaient dans les secteurs sinueux où les reprises dues à leur seul moteur thermique manquaient de vigueur par rapport aux autres dont les moteurs thermiques sont soutenus par les moteurs électriques.

Par ailleurs leur capacité de réservoir d’essence a été augmentée de 3,5 litres.

Bref, derrière la course des pilotes, il y a bel et bien une véritable compétition des ingénieurs et des solutions techniques.

Le vainqueur dimanche de cette 82éme édition des 24 Heures du Mans, pourra se prévaloir de l’efficacité de ses solutions et ne manquera pas de faire passer ce message auprès de ses clients… dans les publicités qui ne vont pas manquer d’inonder la planéte car Le Mans reste LA PLUS GRANDE COURSE au monde !

La PLUS connue aussi, d’où la présence des plus grands constructeurs qui y sont, y viennent ou y reviennent

 

 

Patrick MARTINOLI
Photos : Max MALKA – Thierry MARTINOLI – Antoine CAMBLOR

 

 

 24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-TOYOTA-Num-8-Photo-Thierry-COULIBALY


24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-TOYOTA-Num-8-Photo-Thierry-COULIBALY

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-PORSCHE-Num-14-Photo-Thierry-COULIBALY

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-PORSCHE-Num-14-Photo-Thierry-COULIBALY

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Journee-Preliminaire-AUDI-Num-2-de-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER-file-vers-la-Courbe-DUNLOP

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Journée-Préliminaire-AUDI-Num-2-de-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER-file-vers-la-Courbe-DUNLOP – Photo Max MALKA

 

 

Sport

About Author

gilles