24 HEURES DU MANS. ANNONCE DE LA VENUE DE FERRARI EN LMP1 CE SAMEDI AU MANS ?

Logo-Ferrari

 

 

La Scuderia Ferrari se rapproche de plus en plus des 24 Heures du Mans dont l’édition 2014, le week-end prochain, va nous offrir un ENORME défi entre Audi, Porsche et Toyota.

 

Et ce, dans l’attente de l’arrivée, l’année prochaine, et ce, pour deux saisons au minimum d’un 4ème larron, l’autre Géant Japonais Nissan, lequel s’apprête, à son tour, à venir se mêler à cette formidable bataille à partir de 2015. Après avoir été considérée comme l’une des deux disciplines majeures du sport automobile, aux cotés des Grands Prix des décennies durant, les plus illustres pilotes de monoplaces s’alignant chaque année également au départ des plus grandes compétitions d’endurance (par passion et pour les primes d’engagements…), la discipline avait pourtant régressé entre 1973 et le milieu des années 90, soit une bonne vingtaine d’années.

 

 

MATRA-départ-24-Heure-du-MANS en 1972

MATRA-départ-24-Heure-du-MANS en 1972 avec les TROIS  MATRA devant les ALFA ROMEO

 

 

Seule les 24 Heures du Mans, l’épreuve Reine, la course phare, parvenait encore à attirer chaque année quelques ‘ vedettes ‘ et autres têtes d’affiche des épreuves de monoplaces.

En tout cas, une fois leurs carrières en F1 terminées…

Mais depuis la renaissance de l’endurance, au milieu des années 90 donc, sous l’impulsion de Patrick Peter d’abord, qui avait lancé avec le BPR (avec Jurgen Bath et Stéphane Ratel) pour les GT, puis qui avait créé avec la caution et le soutien de l’ACO (Automobile Club de l’Ouest) le Championnat LMS (Le Mans Séries), puis ensuite avec le rapprochement avec l’IMSA pour la création de L’ALMS (American Le Mans Series) et enfin avec le lancement il y a trois ans d’un tout nouveau Championnat du monde dénommé WEC (World Endurance Championship) animé par l’ACO, qui en a confié les rênes à Gérard Neveu, l’ancien directeur du très réputé circuit Provençal du Paul Ricard et la relance de son p’tit frère l’ELMS (European Le Mans Séries),et la création de l’ALMS (Asian Le Mans Series cette fois-ci) la discipline revit et semble de nouveau comme autrefois, attirer les plus grands constructeurs.

 

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Préliminaire-L-armada-des-FERRARI-F458-de-la-Scuderia-AF-Corse-Photo-Max-MALKA

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Préliminaire-L-armada-des-FERRARI-F458-de-la-Scuderia-AF-Corse-Photo-Max-MALKA

 

Aussi bien, on l’a vu, dans la catégorie Proto que dans celle des GT, laquelle présente des plateaux exceptionnels avec la présence des marques les plus prestigieuses que sont Aston Martin, Corvette, Ferrari, Porsche ou Viper !

Si la très célèbre Formule 1, ne réunit que 22 bolides, le WEC, lui, propose cette année 28 voitures et l’ELMS, 42 !

Preuve de la solidité du renouveau et de l’intéret croissant tant auprès des décideurs que du grand public.

Aux USA, le tout nouveau Championnat d’endurance Tudor USCC – né de la fusion de l’ALMS (American Le Mans Séries) et du GrandAm – parvient à réunir des plateaux de qualité identiques, regroupant les DP, les Daytona Prototypes, et les LMP2.

Avec des pics pour ses épreuves majeures que sont les 24 Heures de Daytona ou les 12 Heures de Sebring, épreuves dont la notoriété outre atlantique veut se mesurer à celle du Mans !

C’est la raison pour laquelle, tous les géants de l’automobile regardent dans cette direction.

 

 

 24B-HEURES-DU-MANS-2012-Arrivee-des-4-AUDI-avec-la-1-victorisuse-TRELUYER-FASSLER-LOTTERER-Photo-ROLEX


24B-HEURES-DU-MANS-2012-Arrivée-des-4-AUDI-avec-la-1-victorieuse de TRELUYER-FASSLER-LOTTERER

 

 

Car si Audi, a longtemps régné depuis son arrivée en 1999, n’étant vaincu qu’une seule fois par la vaillante équipe Peugeot, désormais la firme d’Ingolstadt, voit arriver une nouvelle menace. La Bentley – marque qui fait partie du Groupe Audi-VW- victorieuse en 2003, n’étant qu’une Audi peinte en verte !

Toyota a en effet  pris le relais de Peugeot au début de la saison 2012. Et a depuis largement taquiné la marque Allemande, remportant de nombreuses victoires.

Mais Le Mans restait propriété de la marque aux anneaux. Cette année, ses TS040 Hybrid survolent le début de saison avec deux belles victoires à Silverstone, puis à Spa. Et, dimanche dernier, lors de la journée Test des essais préliminaires, les Toy ont encore été à la fête…

A tel point que bien des observateurs dont les journalistes d’autonewsinfo considèrent que c’est ‘ l’année Toyota ‘ et miseraient bien une petite pièce sur un succès nippon au Mans dimanche prochain.

Porsche, ensuite est venu ou plutôt revenu à son tour et cette fois officiellement, car jusqu’alors Stuttgart se contentait d’aider ses équipes ‘ clients ‘.

D’abord en GT au début 2013 avec le très réputé Team d’Olaf Manthey. Puis cette année en proto en LMP1 sous ses propres couleurs, rappelant par de larges banderoles depuis l’an passé que le Mans est leur jardin, leurs 16 victoires justifiant ces propos.

 

 

NISSAN Londres - présentation programme Nissan LMP1 - Nissan Nismo - Photo Patrick Martinoli

NISSAN Londres – présentation programme Nissan LMP1 – Nissan Nismo – Photo Patrick Martinoli

 

Et, à Londres, Nissan le vendredi 23 mai dernier – autonewsinfo y était invité – a elle aussi et fait savoir très officiellement qu’elle revenait en endurance en WEC et au Mans dès 2015 !

Après quelques rumeurs, la semaine passée, non confirmée et même infirmée depuis Detroit, d’un grand retour de Ford, plutôt aux Etats-Unis dans le très relevé championnat Tudor, mais aussi au Mans, la question qui se pose maintenant et depuis un certain temps est la suivante:

Allons-nous voir débarquer un fabricant italien engagé dans la catégorie reine, celle des protos LMP1?

Eh bien, selon toute vraisemblance la réponse pourrait nous être fourni et communiqué sous peu, en fait samedi prochain 14 juin à l’heure du déjeuner !

En effet, la traditionnelle conférence de presse des organisateurs, l’ACO, a été déplacé et reculé de 48 heures…

Certains y voient l’effet Ferrari et l’annonce du grand retour de bolides portant l’insigne du p’tit cheval cabré !

Vrai ou faux?

Vas savoir Charles…

 

 MONTEZEMOLO-Conference-de-presse-avant-depart-24-Heures-du-MANS


Lucas Cordero di MONTEZEMOLO le patron de FERRARI -Conférence-de-presse-avant de donner le départ-24-Heures-du-MANS en 2009. Un signe ?

 

Mais annonce ou pas en Sarthe, une chose est sûre.

Ferrari se prépare à revenir en endurance, la discipline qui, entre 1948 et 1965, l’a révélée avec … huit victoires au Mans.

Rappelons qu’en 2009, le Président  de Ferrari, Lucas Cordero du Montezemolo avait donné le départ  et tenu auparavant une conférence de presse… C’était assurément déjà un signe !

Depuis, il a souvent évoqué le retour possible et OFFICIEL des bolides de Maranello en Sarthe !!!

Si l’on en croit notre confrère transalpin Italiaracing,  il se murmure qu’à Maranello, Ferrari fait actuellement tourner sur des bancs moteur, un moteur LMP1, et ce depuis plusieurs semaines, et que le projet d’une voiture pour la catégorie LMP1 est déjà bien avancé !

Quoiqu’il en soit, Ferrari qui brille dans les épreuves d’endurance en GT dans TOUS les Championnats à travers le monde avec ses redoutables F458 Italia, RÊVE de regagner les 24 Heures.

A commencer par son Président, Lucas Cordero du Montezemolo.

Lequel, lorsqu’il avait été invité à donner le départ le 11 juin 2009, nous avait confié être extrêmement impressionné par l’immense succès populaire de l’épreuve mancelle et avouait une attirance marquée pour cette épreuve !

Autre signe :

C’est un certain … Fernando Alonso, le pilote de la Scuderia en GP, qui a été invité pour donner, à son tour, le départ des 24 Heures samedi prochain !

Enfin, ne serait-ce pas un challenge intéressant à confier à Stefano Domenicalli, injuste bouc émissaire des difficultés de Ferrari en F1 et démissionné… sans éclats de sa part.

Il pourrait ainsi rebondir en restant au sein de la marque dont le logo est gravé dans son cœur…

Vous conviendrez que Ferrari n’a jamais été aussi bien représenté en Sarthe…

Affaire à suivre !

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Max MALKA- Thierry COULIBALY – Patrick MARTINOLI

 

Sport

About Author

gilles