AVANT LES 24 H KARTING JPJ : ENTRETIEN AVEC JEAN PIERRE JAUSSAUD

 

 

JEAN-PIERRE-JAUSSAUD-REUNION-ALPINE-MUSEE-DES-24-HEURES-AU-MANS-MARDI-18N-JUIN

JEAN-PIERRE-JAUSSAUD-REUNION-ALPINE-MUSEE-DES-24-HEURES-AU-MANS-MARDI-18-JUIN 2013

 

Victime d’un malaise le mardi 12 juin 2013, lors d’une réunion débat organisée au Mans avec les anciens d’Alpine, l’ancien double vainqueur des 24 Heures du Mans, le normand Jean Pierre Jaussaud, un an après a retrouvé la grande forme et il sera à l’honneur ce week-end, à l’occasion des 24 Heures Karting programmées sur la piste de Mer près de Blois et dénommées, les 24 H JP Jaussaud

 

KARTING-24-HEURES-Jean-Pierre-JAUSSAUD-Affiche

KARTING-24-HEURES-Jean-Pierre-JAUSSAUD-Affiche

 

Avant de le retrouver donc ce week-end à Mer prés de Blois, en compagnie de son copain Henri Pescarolo, invité d’honneur pour cette compétition organisée par son fils Eric Jaussaud et en hommage à JPJ, nous lui avons rendu visite chez lui en Normandie, à Caen, l’espace d’une journée champêtre, autour d’un excellent repas, voué à la passion et à l’histoire de Jean Pierre

 

 JEAN-PIERRE-JAUSSAUD-chez-lui-a-CAEN-le-jeudi-15-Mai-2014-Avec-son-fils-Eric-et-Gilles-GAIGNAULT-photo-autonewsinfo


JEAN-PIERRE-JAUSSAUD-chez-lui-a-CAEN-le-jeudi-15-Mai-2014-Avec-son-fils-Eric-et-Gilles-GAIGNAULT-photo-autonewsinfo

 

Alors Jean Pierre, donnes-nous d’abord de tes nouvelles :

 » Après différents stages entre CHU, cliniques ici à Caen et centre de rééducation à Roscoff en Bretagne les mois qui ont suivi mon petit pépin physique, les forces et le moral reviennent à « vitesse grand V ». Mais,  j’ai entrepris entre temps une rééducation personnelle avec notamment des séances de vélo, montées d’escaliers et musculation tous azimuth pour mon renforcement musculaire. Aujourd’hui, j’ai repris une vie normale sauf que je ne vais pas encore m’asseoir dans un baquet ces prochains jours ! »

Qu’en est-t-il actuellement de ton interêt pour la course ?

 » Je continue de regarder les Grands Prix à la TV, de suivre l’actualité de l’endurance et tout ce qui touche en général à la course. Et, notamment mon jeune ami Caennais, Pierre Ragues qui brille en rallye et va retrouver le week-end prochain une fois de plus les 24 Heures du Mans – avec la Morgan L arbre – lui, qui a été sacré l’an dernier Champion d’Europe d’endurance avec l’Alpine en compagnie du jeune Nelson Panciatici. »

Justement à propos du Mans, comment vois-tu la course de cette année ?

 » Aux cotés d’Audi et de Toyota, l’arrivée de Porsche nous assure certainement d’une grande édition. Et ce dans la mesure où Le Mans a été longtemps la chasse gardée de Porsche avant qu’Audi ne prenne le relais. »

Concernant Porsche, cela doit te rappeler d’excellents souvenirs ?

 » Effectivement, j’ai eu l’immense bonheur de battre l’invincible armada Porsche lors des 24 Heures du Mans et à deux reprises, en juin 1978 avec la Renault Alpine A442B d’abord, puis à nouveau deux ans plus tard avec la Rondeau. Deux succès qui restent à jamais  bien gravés au fond de ma mémoire car taper Porsche à l’époque, c’était un événement retentissant. Alors le faire à deux reprises et à deux ans d’intervalle, c’était encore plus fort, grandiose. »

Qui vois -tu l’emporter cette année ?

 » J’ai une préférence pour l’équipe Japonaise Toyota parce que parmi ses pilotes, figure un certain Nicolas Lapierre, le fils de Serge Lapierre le boss de LSP pilotage, avec qui mon fils organise des animations en Fun Boost à Magny cours. Et je crois que cette année, vu leur beau début de saison et leurs deux victoires à Silverstone puis à Spa, Le Mans pourrait bien leur sourire.  J’ajouterais qu’à titre personnel, je conserve un excellent souvenir de mes deux Dakar – en 1991 et 1992 – avec les camions de la firme Japonaise Hino. »

Aimerais-tu piloter les voitures actuelles en endurance?

 » Pour être franc, j’aurais bien aimé et apprécié de les conduire pour toutes les aides multiples au pilotage et pour la puissance délivrée par les moteurs. Par contre, il y a une réelle adaptation aux nouvelles conditions de course qui n’ont plus rien à voir avec ce que l’on connaissait dans le temps, autrefois où tout était plus dur. Et ce, même si les passages en courbes étaient indéniablement moins rapides et les freinages moins forts. Il y a autre chose qui me chagrine, c’est la mémoire qu’il faudrait aux pilotes de ma génération pour emmagasiner toutes les informations et utiliser toutes les manipulations qui nous sont fournies à travers le volant, lequel est désormais gavé de boutons divers et variés. Sans oublier, l’aspect de communication, via les liaisons radios avec les ingénieurs et auxquelles on n’était vraiment pas, ni habitué, ni préparé. »

 

JEAN-PIERRE-JAUSSAUD-a-CAEN-le-jeudi-15-Mai-2014-photo-autonewsinfo.

JEAN-PIERRE-JAUSSAUD-a-CAEN-le-jeudi-15-Mai-2014-photo-autonewsinfo.

 

Il est vrai que bien des Champions des années pas si lointaines, les années 80-90, se plaignent tous de ce type d’assistance qui visiblement doit troubler en pleine bagarre, les pilotes actuels à qui le staff technique adresse depuis les stands des consignes, en veux-tu, en voila !

A ce sujet, Jean Pierre, nous indique :

 » Recevoir des instructions en permanence et devoir parfois y répondre, peut assurément vous troubler et ce alors que vous êtes en train de négocier une courbe et de doubler un attardé. »

Que penses – tu de l’endurance moderne ?

 » Je considère que l’endurance est en plein renouveau avec aussi bien en Championnat Européen (ELMS) que mondial (WEC) avec de très bons plateaux bien fournis, aussi bien en qualité, qu’en quantité et ce dans toutes les catégories, protos comme GT. Je m’en félicite, moi le spécialiste de cette discipline à laquelle je dois mes plus belles victoires (1978-1980), dans l’épreuve phare, au Mans. »

Un mot enfin sur le nouveau championnat réservé aux monoplaces électriques et à qui la FIA, a attribué le label de Championnat du monde.

Quel est l’avis de Jean Pierre ?

 » Je suis très favorable à la voiture électrique. Pour une utilisation quotidienne. D’ailleurs, je viens de bien hésiter à acheter une Zoe Renault mais finalement, même si je suis resté fidèle à Renault, j’ai repris une Clio Estate dont j’étais particulièrement content. Pour un usage personnel, l’installation d’une borne électrique était un peu compliquée chez moi. Mais savoir qu’il va y avoir des compétitions avec ce type d’énergie est plutôt une bonne chose, en espérant que cela reste dans des proportions financiéres acceptables par rapport aux sommes astronomiques que réclame la F1. Le regret c’est de savoir qu’on ne pourra plus entendre les sons mélodieux des moteurs comme le V12 Matra et tous les moteurs Ferrari. »

Et Jean Pierre de conclure :

 » On a déjà une petite idée de ce manque cruel de beaux bruits avec les nouveaux moteurs de F1 mais aussi avec ceux des diesels d’endurance. Quel dommage ! « 

Et JPJ alias ‘ Pappy ‘ Jaussaud de nous préciser:

 » On est bien loin de l’époque où pour bien vivre un GP, il fallait avoir tous les sens en éveil. Le nez avec les inoubliables odeurs de l’huile de ricin, les oreilles avec les fameux sons mélodieux dont on vient de parler et les yeux car on ne peur pas dire que les F1 modernes soient pour le moins très esthétiques ! »

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Patrick MARTINOLI –  Thierry COULIBALY – autonewsinfo

 

 

JEAN-PIERRE-JAUSSAUD-Fidele-lecteur-de-notre-site-autonewsinfo-devant-le-sujet annonçant les-24-H-Karting-jaussaud.

JEAN-PIERRE-JAUSSAUD-Fidèle-lecteur-de-notre-site-autonewsinfo-devant-le-sujet annonçant les-24-H-Karting-jaussaud.

 JEAN-PIERRE-JAUSSAUD-Avec-le-drapeau-qui-donnera-le-depart-des-24-Heures-Karting-JPJ-le-samedi-7-juin-2014-Photo-Gilles-GAIGNAULT-site-autonewsinfo


JEAN-PIERRE-JAUSSAUD-Avec-le-drapeau-qui-donnera-le-depart-des-24-Heures-Karting-JPJ-le-samedi-7-juin-2014-Photo-Gilles-GAIGNAULT-site-autonewsinfo

 24-HEURES-DU-MANS-2013-Pass-de-Jean-Pierre-JAUSSSAUD-au-MANS-en-juin-1978-Photo-Eric-JAUSSAUD


24-HEURES-DU-MANS-2013-Pass-de-Jean-Pierre-JAUSSSAUD-au-MANS-en-juin-1978-Photo-Eric-JAUSSAUD

Sport

About Author

gilles