24 HEURES DU MANS ESSAIS PREMIMINAIRES. LUTTE SERREE ENTRE AUDI,TOYOTA ET PORSCHE… ALPINE DEVANT EN LMP2

 

 

 

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-AUDI-Num-3-Photo-Thierry-COULIBALY

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-AUDI-Num-3-Photo-Thierry-COULIBALY

 

 

Ce dimanche à l’heure de la pause-déjeuner, aux essais préliminaires des 24 Heures du Mans qui se dérouleront les 14 et 15 juin prochains, une Audi occupe la tête à la mi-journée mais ce n’est pas celle que l’on attendait !

C’est sous un superbe soleil, qu’a été lancée la grande quinzaine des 24 heures du Mans.

Première étape, les traditionnels essais préliminaires, transférés du mois d’avril au dimanche quinze jours avant l’épreuve et ce depuis bien des années. C’est ainsi pour des raisons pratiques car les concurrents étrangers lointains (américains, asiatiques) peuvent venir participer à cette séance avec un seul transport, aucune autre épreuve d’endurance d’importance n’étant organisée entre temps.

Cela permet également de gérer la montée en puissance de l’épreuve durant ces mêmes deux semaines, ainsi que cela se pratique aussi à Indianapolis où l’on a même rajoutée un Grand Prix sur le circuit ‘infield’ deux semaines avant célèbres 500 Miles.

Les premiers moteurs se sont donc fait entendre dès 8 h 57 ce dimanche matin pour une ouverture de piste à 9 heures pile.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-TOYOTA-Num-8-Photo-Thierry-COULIBALY


24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-TOYOTA-Num-8-Photo-Thierry-COULIBALY

 

La Toyota n° 8 aux mains d’Anthony Davidson s’est lancée la première, immédiatement suivie de l’Audi n° 3, confiée au Portugais Albuquerque et de la Zytek LMP2 de Kimber-Smith. En GTE Pro, ce sont les Corvette qui s’élanvent en tête pour un tour de reconnaissance.

La plupart des voitures rentrent alors aux stands pour faire un ‘check’ rapide, tandis l’Audi n° 2 entame une une première série de tours lancés .

Sensation au bout de onze minutes : Kazuki Nakajima au volant de sa Toyota n° 8 fait déjà claquer un chrono en 3’33’’272, tandis que la première Audi est encore en 3’39’’. Et je japonais enfonce le clou !

Deux tours plus tard, la Toy tourne en 3’28’’192, soit à moins de six secondes de la pole de 2013, tandis que Lotterer sur l’Audi n°2 est en 3’33’’. Visiblement la Toyota est à l’aise sur la piste et Nakajima est déchainé.

Banzai !

Au bout d’une demi-heure d’essais, les deux Toyota pointent toujours en tête, Davidson en 3’27’’662 ayant pris le meilleur sur Nakajima qui reste à… 192/1000 seulement.

La première Audi est en 3’33’’934 et la première Porsche en 3’38’’915.

En LMP2, les voitures signées Onroak se mettent en évidence. Les Ligier du Oak Racing avec Brundle en 3’46’’819 et celle du Thiriet by TDS racing avec Thiriet à bord, encadrent l’Oreca SMP Racing de Minassian, tandis que la Morgan du New Blood Racing Christian Klein pointe quatrième.

En GT Pro, les deux Corvette jouent les leaders imitées par la Ferrari du SMP Racing de Bertolini en GTAM.

Au terme de la première heure, les Toyota continuent leur festival, Nakajima en 3’26’’371 devançant Davidson en 3’27’’341. Porsche commence à monter en puissance, avec Mark Webber, troisième en 3’28’’657 devant la voiture-soeur de Neel Jani en 3’31’’688. Les Audi pointent seulement ensuite, la meilleure étant celle de Lotterer qui tourne en 3’32’’317. La toute nouvelle R-One de Mattias Beche est à sa place, huitième en 3’42’’082.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2014-ALPINE-A450-Photo-Thierry-COULIBALY.j


24-HEURES-DU-MANS-2014-ALPINE-A450-Photo-Thierry-COULIBALY.j

 

En LMP2, le classement est chamboulé, l’Alpine A450 Signatech de Paul L oup Chatin occupant le haut de la feuille en 3’43’’082, devant l’Oreca 03-Nissan du Murphy Prototype et la Ligier du Oak Racing. En GT, la Ferrari GTAM du 8 Star se signale en devançant les Corvettes GTE Pro…

Après 1 h 20, Audi se dévoile un peu grâce à un 3’27’’ réussi par André Lotterer.

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Sortie-de-piste-pour-la-PORSCHE-IMSA-Photo-Max-MALKA

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Sortie-de-piste-pour-la-PORSCHE-IMSA-Photo-Max-MALKA

 

A 10 h 39, La Porsche IMSA Performance de Raymond Narac sort de la route à la chicane Dunlop. La voiture de l’écurie normande est rapidement dégagée et repartira assez abimée à l’arrière, mais par ses propres moyens.

Bien entendu, le Safety Car a été déployé, mais durant seulement 5′. Ensuite, l’ACO a profité de cet incident, nécessitant la réfection d’une barrière de pneumatiques, pour tester le tout nouveau mode « slow » sur cette zone.

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-La-PORSCHE-Num-20-Photo-Thierry-COULIBALY

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-La-PORSCHE-Num-20-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Rappelons que ce mode de course permet de laisser les voitures libres de rouler à fond sur tout le circuit, sauf sur la zone où travaillent les commissaires. Des panneaux ‘slow’ et des panneaux de limitation de vitesse à 60 km/h y sont déployés. Cette vitesse étant également la vitesse limite dans les stands, le pilote n’a qu’à appuyer sur le même bouton que dans la pit lane pour maintenir cette vitesse. Les commissaires de l’ACO effectuent bien entendu des contrôles de vitesse durant cette phase.

Visuellement, c’est assez curieux de voir pleine piste des voitures se suivre à allure fortement réduite, dans le ‘ratatouillage’ cacophonique des moteurs dont l’allumage est coupé régulièrement pour maintenir ces soixante km/h.

Néanmoins sur le reste du circuit, les voitures évoluent à grande vitesse ce qui satisfait pleinement les spectateurs.

C’est durant cette période que la Nissan ZEOD prend enfin la piste, en mode hybride pour le moment. Le bruit de son 3 cylindre semble aussi particulier que son look est différent. Il est important pour elle d’aligner des tours puisque deux de ses pilotes doivent satisfaire au règlement qui leur impose de couvrir chacun un relais de 10 tours .

Après une période d’accalmie, on signale des voitures en difficultés. La Nissan rentre depuis Mulsanne au ralenti, tandis que la Ligier du TDS Racing, alors pilotée par Tristan Gommendy est ramenée au paddock sur un plateau.

 

 24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-La-TOYOTA-Num-7-Photo-Thierry-COULIBALY.


24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-1er-juin-La-TOYOTA-Num-7-Photo-Thierry-COULIBALY.

 

Dans la courbe Dunlop, l’impression dégagées par les LMP1-H est assez différente : les Toyota semblent les plus efficaces, très vives, mais proche du décrochage, tandis que les Audi paraissent plus confortables mais peut-être plus pataudes. La Porsche quant à elle se situe entre les deux, plus réactive que l’Audi mais nécessitant moins de corrections au volant.

Après trois heures d’essais, Sébastien Buemi améliore le record du tour matinal en 3’25’’681, mais dix-sept minutes plus tard, Audi réplique enfin réellement et démontre à tous que la version circuit rapide de sa R18 , n’a rien à envier à ses concurrentes :
Bonanomi signe un 3’25’’297!

Au même moment, l’Alpine profite au mieux de son kit aérodynamique 2014 et reprend le commandement en LMP2 en 3’40’’593, devant la Ligier de Jann Mardenborough du OAK Racing, en lui assénant 1’’5 d’avance.

Une demi-heure avant la fin de la première session, le Safety Car est de nouveau sorti pour permettre le dégagement de la Ferrari SMP Racing et pour permettre également un petit exercice du service médical.

 

A 13 heures alors que le drapeau à damiers est agité signifiant la fin de la 1ére session matinale, après 4 heures d’essais, les LMP1 s’excitent !

Bonanomi, encore lui, décidément très en forme fait claquer un 3’23’’799 qui le place à un peu plus d’une seconde de la pole 2013 et qui laisse la meilleure Toyota à plus de… deux secondes !!!

Le jeune Néo-zélandais Brendon Hartley, se signale également en intercalant sa Porsche, à la troisième place entre les deux Toyota.
Décidément, pour des voitures qui, consommant 30% de moins que l’an passé, sont censées aller moins vite, nul doute que la pole 2013, sera battue sinon à la fin de la journée, tout au moins lors des séances de qualifications dans dix jours !!!

La grande bataille du Mans est toutefois deja lancée.

 

Patrick MARTINOLI
Photos : Thierry COULIBALY – Max MALKA

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Préliminaire-AUDI-Num-3-au-stand-Photo-Max-MALKA

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Préliminaire-AUDI-Num-3-au-stand-Photo-Max-MALKA

Classement des essais à la pause déjeuner

 

1. Audi n°3: Albuquerque-Bonanomi-Jarvis, en 3’23’’799
2. Toyota n°8 : Davidson-Lapierre-Buemi, en 3’25’’881
3. Porsche n°20 : Webber-Hartley-Bernhard, en 3’26’’179
4.Toyota n°7 : Wurz-Sarrazin-Nakajima, en 3’25’’371
5. Audi n°2 : Treluyer-Lotterer-Fassler, en 3’26’’886
6. Audi n°1 : Kristensen-Duval-Di Grassi, en 3’27’’517
7. Porsche n°14 : Dumas-Jan-Lieb, en 3’27’’770
Toutes ces voitures sont regroupées en 3’’971
8. Rebellion n°13 : 3’36’’637
9. Rebellion n°12 : 3’37’’495
10. Alpine Signatech n°36, en 3’39’’922 : 1ere LMP2
11. Zytek Jotta n°38, en 3’41’’268
12. Oreca Murphy n°48, en 3’41’’364
13. Morgan NewBlood n°43, en 3’41’’681
14. Oreca KCMG n°47, en 3’41’’691
15. Ligier Oak Racing n°35, en 3’41’’924
….
27. Nissan ZEOD n°0, en 3’52’’574. Elle n’a couvert que 10 tours.
28. Ferrari AF Corse n°51, en 3’57’’982 : GTE Pro
29. Ferrari RAM Racing n°52, en 3’58’537: GTE Pro
30. Chevrolet Corvette n°74, en 3’59’’289 : GTE Pro
31. Ferrari AF Corse n°60, en 3’59’’296 : GT AM
32. Chevrolet Corvette n°73, en 3’59’’529: GTE Pro
33. Ferrari AF Corse #71, 4’00’’038 : GTE Pro
34. Porsche Manthey n°93, en 4’00’’228 : GTE Pro…
44 – Aston Martin n°97, en 4’02’’350 : GTE Pro

 

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Préliminaire-Les-bolides-dans-les-stands-Photo-Max-MALKA

24-HEURES-DU-MANS-2014-Test-Préliminaire-Les-bolides-dans-les-stands-Photo-Max-MALKA

Sport

About Author

gilles