PRÉSENTATION DU GRAND PRIX DE MONACO 2014 FAITES VOS JEUX ! MAIS GROSSE COTE POUR LES N° 44 et 6

 

 

 

F1-GP-DE-MONACO-Vue-depuis-la-place-du-PALAIS-PRINCIER

F1-GP-DE-MONACO-Vue-depuis-la-place-du-PALAIS-PRINCIER

Ce week-end se déroule le plus prestigieux, le plus réputé, le plus suivi et aussi et surtout le plus sélect des Grands Prix, celui de Monaco.

Lequel est aussi le plus fou, le plus dangereux pour les pilotes et leurs monoplaces.

Même si rares, y sont les accidents graves.

Seul en effet, l’infortuné champion Italien Lorenzo Bandini, y a perdu la vie, lors de l’édition 1967, trouvant la mort au volant de sa Ferrari, décédant à l’hôpital deux jours après le drame, le mardi 10 mai à l’hôpital Princesse Grace.

 

ROMAIN-GROSJEAN-assiste-a-sonb-1er-GP-le-GP-de-FRANCE-MOTO-2014-le-dimanche-18-Mai.

ROMAIN-GROSJEAN-assiste-a-son-1er-GP-le-GP-de-FRANCE-MOTO-2014-le-dimanche-18-Mai et évoque le GP de MONACO

 

 

Au sujet de cette course complètement folle, dimanche dernier à l’occasion du Grand Prix de France Moto au Mans et alors que nous le questionnions sur l’épreuve Monégasque, Romain Grosjean qui assistait pour la toute 1ère fois à une épreuve du Moto GP, nous avait lâché:

« En terme de plaisir de pilotage, c’est une vraie satisfaction de flirter en permanence avec les rails. On ressent une énorme charge émotionnelle.»

Il n’en reste pas moins que depuis trente ans, la très grande majorité des pilotes avec lesquels nous avons échangé sur ce GP  ‘ hors norme ‘ nous a toujours déclaré, ‘redouter cette épreuve redoutable’ !

Mais, venons-en au circuit

 

LE CIRCUIT DE MONACO EN CHIFFRES 

 F1-2013-GP-DE-MONACO


F1-2013-GP-DE-MONACO

(Classement effectué sur une échelle de 1 à 5, 1 étant le moins contraignant et 5 le plus exigeant)

Moteur à combustion interne: 1
MGU-K : génératrice électrique, système de récupération de l’énergie cinétique au freinage: 4
MGU-H : génératrice électrique, système de récupération de l’énergie thermique à l’échappement: 3
Batterie (ou réserve d’Energie): 4
Consommation de carburant: 1
Récupération de l’égergie: 4

VUE D’ENSEMBLE DU TRACÉ DE MONACO

F1-GRAND-PRIX-DE-MONACO-Le-parcours

F1-GRAND-PRIX-DE-MONACO-Le-parcours

 

 

RÉMI TAFFIN, Directeur des activités piste chez RENAULT SPORT F1, confie :

« Monaco est l’un des rares circuits du calendrier où la performance intrinsèque du moteur n’occupe pas un rôle prépondérant. Le bloc tourne à plein régime moins de 30 secondes sur un tour, soit à peine un quart de la distance. La clé réside donc au niveau de la souplesse du propulseur dans son ensemble, et non de sa puissance. Ceci dit, nous ne pouvons pas nous reposer uniquement sur les qualités du châssis pour signer de bons résultats. Le département moteur doit se concentrer pleinement sur sa tâche et apporter sa contribution.»

Et il précise:

« Nous avons identifié nos objectifs pour ce week-end, et ils consistent à optimiser et à améliorer la réponse des groupes motopropulseurs. Pour cela, nous explorons les limites du moteur à bas régime et ajustons le faible niveau de couple en entrée et sortie de virages lents. Ainsi, le propulseur répond correctement au moment précis où le pilote en a besoin.»

Avant d’ajouter:

« Monaco reste un circuit où ce dernier joue un rôle primordial. Tout notre travail consiste à le mettre en confiance en lui offrant la monoplace la plus docile possible. Le pilote a besoin de sentir que la voiture va réagir exactement comme il le souhaite, répondre instantanément et délivrer le couple au moment où il le faut. Les secteurs clés se situent au niveau du virage de la Rascasse, où les voitures viennent frôler les rails de sécurité, et de l’enchaînement de la Piscine, où le pilote doit effectuer un changement de direction extrêmement rapide tout en passant de la pédale de freins à celle de l’accélérateur.»

Enfin, Rémi enchaîne :

« Récupérer de l’énergie est une tâche relativement facile à Monaco vu le nombre de zones de freinage qu’offre le circuit. L’ensemble des 19 virages du tracé se négociant à moins de 100 km/h, le MGU-K aura largement l’occasion de se recharger sur un tour.»

Avant de conclure :

« Nous nous rendons à Monaco avec la détermination d’offrir un groupe motopropulseur permettant à nos écuries de viser plus haut que la troisième place. À la suite de notre séance d’essais probante à Barcelone, de nouvelles mises à jour seront apportées au niveau des logiciels, et celles-ci vont améliorer encore plus la souplesse et la fiabilité de nos différents systèmes. De la même façon, nous travaillons d’arrache-pied avec notre partenaire Total pour tester un nouveau carburant qui offre près de 10 CV supplémentaires, soit un gain de puissance conséquent. Si nous savons pertinemment que le défi est de taille, nous sommes fins prêts à le relever. »

DU CÔTÉ DE TOTAL

F1 Monaco plaque entree

 

Une essence de F1 est composée de plusieurs dizaines de molécules différentes (jusqu’à 200 !) provenant de coupes pétrolières produites en raffinerie. C’est l’assemblage de ces coupes en fonction de leurs caractéristiques et propriétés (volatilité, réactivité à l’inflammation, contenu énergétique, vitesse de flamme, indice d’octane) qui permet aux ingénieurs Total de créer le carburant le mieux adapté à la chambre de combustion du propulseur Renault Energy F1-2014. Un carburant classique ne conduirait pas à un rendement optimal. La perte serait de l’ordre de 30 à 40 chevaux.

 

RENAULT ENERGY F1-2014, LE SAVIEZ-VOUS ?

F1-GP-DE-MONACO-Mark-WEBBER-RED-BULL-RENAULT

F1-GP-DE-MONACO-Mark-WEBBER-RED-BULL-RENAULT-TOTAL : 1er en 2010 et 2012

 

Avec moins de 30 secondes de pleine charge moteur à Monaco, il se peut que le MGU-H ne participe pas à la récupération d’énergie, sa contribution se révélant particulièrement faible.

Récupérer de l’énergie au freinage étant chose relativement aisée en Principauté, le rendez-vous monégasque est l’un des rares de la saison où la gestion de la consommation de carburant ne jouera pas un rôle clé. D’autant plus que la distance totale du Grand Prix est notoirement courte.

Les moteurs à combustion interne turbocompressés fonctionnant à bas régime dans les rues de Monte Carlo, les pilotes ne seront plus aussi souvent au limiteur sur les différentes parties bosselées du tracé. Ceci soulagera les propulseurs puisque les montées dans les tours peuvent endommager les composants internes des V6.

BEAU PALMARÈS PRINCIER POUR RENAULT

 F1-GP-DE-MONACO-JARNO-TRULLI-victorieux-du-GP-de-MONACO-2004-avec-sa-RENAULT


F1-GP-DE-MONACO-JARNO-TRULLI-victorieux-du-GP-de-MONACO-2004-avec-sa-RENAULT

 

Les moteurs Renault se sont imposés à six reprises lors du Grand Prix de Monaco.

Deux fois au temps des V10 (1995 et 2004) et quatre au cours de l’ère des V8 (2006, 2010, 2011, 2012).

Le tout 1er pilote à offrir enfin le GP de Monaco à Renault se nomme… Michael Schumacher.

C’était le dimanche 28 Mai 1995, ou Schumi l’avait emporté au volant de sa Benetton-Renault devant la … Williams-Renault de Damon Hill !

Quant à un succès 100% Renault – voiture chassis et moteur – c’est le pilote Italien Jarno Trulli qui l’a offerte à la firme au losange, le dimanche 23 Mai 2004.

 

 F1-Alain-PROST-a-MONACO-avec-sa-RENAULT-TURBO


F1-Alain-PROST-a-MONACO-avec-sa-RENAULT-TURBO

En revanche, jamais un moteur Renault turbo n’a signé de succès en Principauté. Alain Prost a terminé troisième en 1983, tout comme Elio de Angelis et Ayrton Senna, respectivement en 1985 et 1986, mais la victoire s’est toujours refusée au constructeur français.

Le V6 turbo de 1,5 L s’est toutefois emparé de la pole position à trois reprises en 1982, 1983 et 1985.

Cette année, quatre écuries équipées du propulseur Français tenteront de viser une bonne performance et pourquoi pas la victoire voire un podium :

Red Bull -Renault, Toro Rosso-Renault, Lotus-Renault et Caterham-Renault.

Qui sortira vainqueur sur ce circuit.

Quel acrobate, quel magicien du volant l’emportera ?

Vas savoir Charles…

J’ai souvenir qu’en 1982, le vainqueur final n’occupait que la 4ème place à l’entame du dernier tour, avant que ceux qui le précédaient ne soient victimes, de casses mécaniques, sorties de piste et même panne d’essence !

Alors quel sera le bon N° ?

 

F1-2014-SEPANG-DOUBLE-des-pilotes-MERCEDES-au-GP-de-MALAISIE-le-dimanche-30-Mars-le-1er-des-Fleches-d-argent-depuis-1955

F1-2014-SEPANG-DOUBLE-des-pilotes-MERCEDES-au-GP-de-MALAISIE-le-dimanche-30-Mars-le-1er-des-Fleches-d-argent-depuis-1955

 

Au casino, sourds à la loterie de ce GP bien spécial, les bookmakers s’amusent cependant à jouer et PRIORITAIREMENT et dans l’ordre, le … 44 (Lewis Hamilton), le 6 (Nico Rosberg), le 3 (Daniel Ricciardo), le 1 (Sébastien Vettel), le 14 (Fernando Alonso), le 7 (Kimi Räikkonen).

Côté Français, sans grosse surprise, ils misent sur le N° 8, celui de la Lotus-Renault de Romain Grosjean mais n’excluent pas dans leurs mises le N°25, celui de la Toro Rosso-Renault de Jean-Eric Vergne !

Petit rappel.

Ces quatre dernières années, le moteur Renault a triomphé à trois reprises.

En 2010 et 2012 avec le pilote Australien de Red Bull, Mark Webber. Et, en 2011 avec l’Allemand Sebastian Vettel

Cependant que l’an dernier, la victoire revenait à son compatriote, pilote Mercedes, Nico Rosberg

La firme de Stuttgart, l’ayant également auparavant emporté comme motoriste à sept reprises

En 1998 avec le Finlandais Mika Häkkinen, en 2000 et 2002 avec l’Ecossais David Coulthard avec les McLaren-Mercedes. En 2005, 2007 et 2008 avec le Finlandais Kimi Räikonen, l’Espagnol Fernanbdo Alonso et le Britannique Lewis Hamilton, tous trois pilotes McLaren-Mercedes.

Enfin, en 2009, l’anglais Jenson Button gagne à son tour avec la Brawn GP à moteur Mercedes

 

F1-GP-DE-MONACO-19-MAI-1996-circuit-Monaco-1er-Olivier-Panis-Photo-Bernard-ASSET

F1-GP-DE-MONACO-19-MAI-1996-circuit-Monaco-1er-Olivier-Panis-Photo-Bernard-ASSET

 

On rappellera encore que le dernier pilote Français à l’avoir emporté en Principauté reste le Grenoblois Olivier Panis, vainqueur le dimanche   mai 1996 au volant de sa Ligier

Auparavant, quatre tricolores avaient gagné cette épreuve mythique :

Maurice Trintignant en 1955 (Ferrari) et 1958 (Cooper- Climax).  Jean Pierre Beltoise  en 1972 (BRM). Patrick Depailler en 1978 (Tyrrell). Alain Prost en 1984, 1985, 1986 et 1988 (McLaren).

Et donc on l’a dit, Olivier Panis, lors de l’édition 1996.

C’était il y a … 18 ans !

Cette année, Romain Grosjean, Jean Eric Vergne ou Jules Bianchi, les rejoindront t-ils ?

On le leur souhaite mais franchement au vu de l’insolente et outrageante domination cette année du duo Mercedes, Halmilton-Rosberg, qui n’a laissé que des miettes à la concurrence triomphant dans tous les GP déja disputés (Australie-Malaisie-Bahrein-Chine-Espagne), Mercedes devrait logiquement pouvoir ajouter un succès supplémentaire à son palmarès Monégasque !

Mais Monaco étant tellement particulier avec les pilotes qui flirtent en permanence avec les rails…

RIEN n’est moins sur !

 

Gilles GAIGNAULT
Photos : Bernard ASSET- Bernard BAKALIAN- Max MALKA

 

 F1-GP-DE-MONACO-1ére-victoire-100-RENAULT-avec-JARNO-TRULLI-en-2004


F1-GP-DE-MONACO-1ére-victoire-100% RENAULT-avec-JARNO-TRULLI-en-2004

 

A MONACO le GP attire toujours de ravissantes créatures. De beaux châssis !

A MONACO le GP attire toujours de ravissantes créatures. De beaux châssis !

F1

About Author

gilles