WRC. LES PILOTES VW VISENT UNE NOUVELLE VICTOIRE AU RALLYE D’ARGENTINE

WRC-2014-ARGENTINE-VW-POLO-OGIER-Photo-TEAM

WRC-2014-ARGENTINE-VW-POLO-OGIER-Photo-TEAM

.

Volkswagen retrouve l’Amérique du Sud avec une soif insatiable de victoire

 

En pleine dynamique du succès, avec l’envie de poursuivre sa belle série en Argentine. Volkswagen aborde la cinquième manche de la saison, en tête du Championnat du monde WRC. Sébastien Ogier, Jari-Matti Latvala et Andreas Mikkelsen figurent parmi les favoris à Villa Carlos Paz (province de Córdoba)

Volkswagen vise clairement la victoire au Rallye d’Argentine, classique du genre, qui va soumettre hommes et machines à rude épreuve. Face à ce marathon de 405,10 km d’épreuves spéciales chronométrées, la marque allemande aligne ses troupes habituelles et composées de Sébastien Ogier-Julien Ingrassia, tenants du titre et leaders du championnat WRC 2014, Jari-Matti Latvala-Miikka Anttila, leurs dauphins actuels, et Andreas Mikkelsen-Mikko Markkula, en quatrième position au classement général.

C’est une rude tâche qui attend les Polo R WRC de 315 ch, avec des variations d’altitude de plus de 1 500 mètres, de vastes étendues caillouteuses, des passages à gué et beaucoup de secteurs très sinueux. Les trois équipages officiels vont s’y attaquer avec une motivation maximum, soutenus avec passion par des milliers de fans, tout au long des 14 spéciales au programme.

 

WRC 2014 ARGENTINE - Team VW JOST CAPITO - Photo TEAM.

WRC 2014 ARGENTINE – Team VW JOST CAPITO – Photo TEAM.

 

« Le Rallye d’Argentine est l’une des épreuves-phare de la saison » annonce Jost Capito, Directeur de Volkswagen Motorsport.

Il poursuit:

« Il comporte des spéciales très longues, avec de gros deltas d’altitude, certaines très sinueuses, de la terre et des cailloux, des passages à gué… Autant de difficultés exigeant de la part de nos pilotes, de leurs coéquipiers et de nos machines une forme au top du top une fois encore. Nous avons déjà prouvé beaucoup en ce début de saison, ce qui amène la plupart des observateurs à faire de nous les favoris. Cependant, à la première spéciale, tout le monde repart de zéro. Seuls, ceux qui savent conserver intacte toute leur concentration durant les trois journées du rallye, qui ont la sagesse de ménager leur matériel et commettent le moins d’erreurs ont une chance de l’emporter. Cela vaut pour les pilotes, les ingénieurs et l’ensemble de l’équipe. Il n’y a aucun doute là-dessus : nous voulons gagner. Mais nous n’ignorons pas que le sport ne fait jamais de cadeau. Nous abordons ce nouveau challenge bien n’est pas sans poser quelques problèmes aux mécaniques. La gestion-moteur doit en effet assurer les mêmes performances aussi bien à 2.138 mètres d’altitude – point culminant d’El Condor – qu’à 620 mètres – le point le plus bas du rallye, au départ des ES 7/9, Amboy-Yacanto. Un tel dénivelé – 1.518 mètres – n’a pas d’équivalent au calendrier, faisant de cette épreuve un véritable Scenic Railway !conscients que tout est toujours possible en rallye. »

 

Une grande fête populaire : la fièvre du rallye en Argentine

Le Rallye d’Argentine attire chaque année une énorme foule d’enthousiastes et de fins connaisseurs de la discipline dans la province de Córdoba, la deuxième plus grande ville du pays. Et partout où se réunissent plus de deux Argentins, vous pouvez être sûrs que le barbecue n’est pas loin ! Pour les acteurs du Championnat du monde, cela compose une ambiance unique, comparable à une formidable kermesse. Des grappes humaines envahissent les spéciales, y installent leurs inévitables rôtissoires, poussent leurs favoris à se surpasser.

Pour la première fois depuis près de dix ans, l’épreuve couronnera un nouveau vainqueur, dès lors qu’aucun des engagés de cette édition 2014 n’a encore inscrit son nom au palmarès. Un seul d’entre eux a goûté aux joies du podium là-bas : le coéquipier d’Andreas Mikkelsen sur Volkswagen, le Finlandais Mikko Markkula, lequel a gagné ici en 2010 en compagnie de Juho Hänninen sur une Škoda Fabia Super 2000. Mais à cette époque, l’épreuve ne comptait pas pour le championnat du monde…
§ « El Cóndor » passe… et le rallye repasse

Ceux qui ont participé à la dernière édition en 2013 possèderont forcément un certain avantage : 10 des 14 spéciales au programme sont identiques à l’an passé. Deux autres empruntent quasiment le même tracé. En fait, le parcours est à 84.62 % semblable à celui de 2013. Pour autant, n’en déduisez pas que la tâche des pilotes et de leurs coéquipiers en sera facilitée. La fameuse spéciale dénommée « El Cóndor » est une grande classique, célèbre dans le monde du rallye. Elle propose non seulement un large éventail de toutes les difficultés que l’on peut rencontrer dans un rallye, avec des épingles serrées suivies de grandes courbes très rapides.

Mais elle se caractérise également par des conditions uniques, avec des secteurs enveloppés d’un épais brouillard, suivis par une piste écrasée de soleil aussitôt après ! Ce chrono sera parcouru à deux reprises, le second passage constituant la Power Stage en fin de rallye, attribuant les points de bonus pour les auteurs des trois meilleurs temps.

 Altimètre en folie : les WRC sur le Scenic Railway argentin

 

WRC-2014-ARGENTINE-VW-POLO-de-Seb-OGIER-Photo-TEAM

WRC-2014-ARGENTINE-VW-POLO-de-Seb-OGIER-Photo-TEAM

 

A peine lancées dans les 16 km et quelques d’El Cóndor, les World Rally Cars plongent du point culminant du Rallye d’Argentine vers le fond de la vallée. Si le Rallye du Mexique est considéré comme le toit du monde pour les WRC, l’Argentine propose les plus grandes amplitudes en termes de dénivelé, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes aux mécaniques. La gestion-moteur doit en effet assurer les mêmes performances aussi bien à 2.138 mètres d’altitude – point culminant d’El Condor – qu’à 620 mètres – le point le plus bas du rallye, au départ des ES 7/9, Amboy-Yacanto. Un tel dénivelé – 1.518 mètres – n’a pas d’équivalent au calendrier, faisant de cette épreuve un véritable Scenic Railway !

Séries victorieuses : l’Argentine est l’Eldorado de Volkswagen

 

Volkswagen entretient une sacrée histoire d’amour avec l’Argentine : le constructeur de Wolfsburg y compte deux unités de production, près de 90 succursales, et une part du marché automobile atteignant environ 25%. Au cours de ces dernières années, Volkswagen Group a renforcé sa position de leader dans le pays. En matière de sport aussi, l’Argentine est l’Eldorado de Volkswagen : avec le Race Touareg, la marque y a signé trois victoires d’affilée en 2009, 2010 et 2011, lorsqu’y étaient jugés départ et arrivée du Dakar. La toute première victoire de Volkswagen en rallye-raid a également eu pour théâtre ce pays d’Amérique du Sud : c’était en 2005, au Rallye « Por las Pampas ».

Ce record d’invincibilité s’est poursuivi durant la préparation du projet du Mondial des Rallyes 2012 avec la Polo R WRC, lorsque Ogier-Ingrassia ont remporté la catégorie S 2000 – aujourd’hui WRC 2 – sur la Fabia Super 2000, Škoda étant, comme on le sait, une marque de Volkswagen Group.

Néanmoins, une autre série victorieuse a peut-être été encore plus impressionnante en 2013 : celle de Sébastien Loeb (Citroën), qui a gagné en Argentine pour la huitième fois d’affilée l’an dernier, bien que 10 des 14 spéciales fussent revenues à la Polo R WRC. Le chiffre 8 est tout aussi d’actualité pour Volkswagen à ce stade de la saison : si Ogier-Ingrassia, Latvala-Anttila ou Mikkelsen-Markkula venaient à s’imposer, Volkswagen réussirait alors une incroyable série, soit 9 victoires d’affilée pour un constructeur, ce qui ne s’est encore jamais vu.

Lors de la manche précédente, au Portugal, Volkswagen a, en effet, égalé le record de Citroën, après avoir triomphé successivement en Australie, France, Espagne et Grande-Bretagne en 2013, puis au Monte-Carlo, en Suède, au Mexique et au Portugal cette année.

Uno, dos, cuatro : les équipages Volkswagen ouvriront la route

 

Les équipages Volkswagen vont être une fois de plus confrontés à une problématique qui leur devient familière : ouvrir la route lors de la première journée.

Le règlement stipule en effet que le leader du championnat doit s’élancer en premier – ce qui est le cas de Sébastien Ogier. Il sera suivi d’un autre pilote Volkswagen, en l’occurrence Jari-Matti Latvala.

Actuellement quatrième au classement général, Andreas Mikkelsen occupera donc logiquement cette position sur la route pour les cinq premières spéciales ce jeudi et demain vendredi.
Déclarations avant le Rallye d’Argentine

 

 WRC-2014-ARGENTINE-OGIER-Photo-TEAM.


WRC-2014-ARGENTINE-OGIER-Photo-TEAM.

 

Sébastien Ogier (Volkswagen Polo R WRC n° 1)

« Nous nous sommes préparés en Sardaigne, car le terrain sablonneux est assez similaire à ce qui nous attend en Argentine. Même si le revêtement est un peu plus souple en Amérique du Sud, ces tests nous ont procuré de précieux enseignements. Je n’ai encore jamais gagné ce rallye. J’y ai frôlé la victoire en 2011, et l’an dernier c’est passé très près aussi, c’est pourquoi je suis très motivé pour l’emporter. Le parcours est presque identique à celui de l’an dernier, ce qui pourrait nous avantager sensiblement. Toutefois, un rallye sur terre peut se révéler radicalement différent d’une année à l’autre. Nous devrons donc être particulièrement concentrés pendant les reconnaissances, de manière à n’effectuer ensuite qu’un minimum de corrections dans nos notes. »

 

WRC-2014-ARGENTINE-LATVALA-Photo-TEAM

WRC-2014-ARGENTINE-LATVALA-Photo-TEAM

Jari-Matti Latvala (Volkswagen Polo R WRC n° 2)

« C’est ici que je suis monté pour la première fois sur le podium pour Volkswagen la saison dernière. Ce rallye convient bien à mon style de pilotage mais il est loin d’être facile. Si vous n’êtes pas suffisamment concentré, vous pouvez facilement taper une grosse pierre dès que vous poussez à la limite, en particulier lors du deuxième passage. Il convient donc de conserver en toute circonstance une petite marge de sécurité, afin de réagir très vite si nécessaire. A l’arrivée, je me satisferais tout à fait d’une place sur le podium. Par rapport à 2013, la majorité des spéciales est inchangée, ou très peu. Seule celle de « Mina Clavero », le dernier jour, sera disputée en sens inverse. C’est nouveau, et il faudra s’en accommoder. Au Portugal, il y a un mois, tout n’a pas été rose. Maintenant, il conviendra de ne plus commettre de fautes, et de faire preuve de la même régularité que celle que nous avons montrée dans les trois premiers rallyes de la saison. « 

 

WRC-2014-ARGENTINE-MIKKELSEN-Photo-TEAM

WRC-2014-ARGENTINE-MIKKELSEN-Photo-TEAM

 

Andreas Mikkelsen (Volkswagen Polo R WRC n° 9)

« C’est agréable d’aborder une épreuve que je commence à bien connaître depuis deux ans. En 2012, sur nos Škoda Fabia Super 2000, nous nous sommes livré une belle bagarre avec Sébastien Ogier. L’an dernier, nous nous sommes montrés un peu trop généreux dans notre désir de signer de bons temps, mais finalement nous avons pu terminer dans les points. Même si mes résultats personnels n’étaient pas une priorité pour ma première saison au volant de la Polo R WRC, je souhaiterais progresser. Pour ce qui concerne l’Argentine, cela signifierait de terminer le rallye sans incident majeur, le plus près possible des leaders. La Power Stage qui clôturera l’épreuve dimanche prochain s’annonce vraiment comme un temps fort: le départ d’El Cóndor-Copina représente le point culminant du rallye. De là-haut, la route serpente et fait le grand plongeon vers le fond de la vallée. Je suis impatient d’y être : cela implique un exercice qui réclame courage et précision au volant. « 

 

Christian COLINET
Photos : TEAM

 

 

WRC

About Author

gilles