24 HEURES TT DU MAROC 2014 : LAWRENCE D’ARABIE SUR MER…

LACHAUME ET ROUCHON LES PATRONS DU JOUR

LACHAUME ET ROUCHON LES PATRONS DU JOUR

 

La deuxième des quatre manches (six heures chacune) des 24 Heures TT du Maroc 2014 a été remportée par le buggy Optimus de Pierre Lachaume et Alexandre Rouchon, devant le proto BMW de Lavieille, Fouquet et Morin. Une bagarre démentielle en début de course entre quatre autos, à des cadences de spéciale de rallye raid, puis trois autos, puis deux, une vraie baston à l’usure, à la régulière et au talent comme l’endurance peut en produire. Le tout dans un décor totalement improbable et tellement grandiose !

 

UNIQUE AU MONDE !

 

D’abord, il y a l’Atlantique, énorme, au souffle puissant et rafraîchissant. Puis on découvre  la falaise, qui se bat depuis des millions d’années avec d’énormes trains de vagues. La paroi est d’un ton ocre qui joue comme une baguette magique géante avec le bleu incroyablement dense du ciel et de la mer. En haut de la falaise, un désert de sable, comme si une plage longue de dizaines de km et large d’autant avait été soulevée par une main de géant, celle de la nature qui fait si bien ce que les hommes font si mal.  Pour que le décor soit parfaitement inimaginable, sur ce désert qui flotte à 80 mètres au-dessus de l’océan, un troupeau de dromadaires broute les rares touffes de végétation… On se pince et c’est pourtant là, les couleurs et le décor du film Lawrence d’Arabie, qui a d’ailleurs été tourné au Maroc, la falaise, l’océan… Au Maroc, on en a pourtant vu des coins démentiels dans notre vie de pistards, mais un truc comme ça, tu l’imagines même pas dans tes rêves les plus fous !

Le village le plus proche s’appelle Aglou, on est à trente km de Tiznit, en bordure de mer, une architecture de petites maisons façon les îles grecques, et au nord d’Aglou se trouve cet endroit magique sur lequel se déroule la deuxième course des 24 Heures TT du Maroc 2014.

 

OPTIMUS OPTIMAL…

maroc 3 Jump 3

 

Comme on passe d’une ligne droite de départ  assez large à un pour un goulet à voie unique qui donne accès au décor suscité, pas de départ en ligne ou de front, mais une auto lâchée toutes les dix secondes avec bien sûr rattrapage du temps au chrono de la journée.

La BMW No 1 est partie devant, le Pro Truck juste derrière, puis vient l’Optimus No 3, piloté par Pierre Lachaume.

 

CHRISTIAN LA VIEILLE AU VOLANT DU BMW SODICARS

CHRISTIAN LA VIEILLE AU VOLANT DU BMW SODICARS

 

Déchaîné, il passe les deux autos devant lui, qui du coup lui emboîtent le rythme, et reviennent sur l’auto devenue ouvreuse de fait.

On a donc une bagarre hyper serrée et très rapide, ce circuit tracé par Jean Louis Dronne et ses équipes est parfois très large, parfois carrément serré mais avec partout des bosses de sable, le spectacle est dantesque…

Les coups de raquette sont d’une violence inouïe, il y a de rares bouts plats où la vitesse est effrayante, puis on entre à nouveau dans les successions quasi permanentes de whoops !

Quelle journée, mais quelle journée !

Bon, il y aura des dégâts, l’Optimus de Thomasse et Housieaux casse une transmission, répare en bord  de circuit et prend même le temps de venir offrir ensuite un rapide coup de sangle élastique à l’auto à bord de laquelle se trouve votre serviteur, ensablée aux portières deux cent mètres plus loin…

 

PASCAL THOMASSE A REPARE ET NOUS A ENSUITE SORTI DU SABLE: MERCI AMIGO

PASCAL THOMASSE A REPARE ET NOUS A ENSUITE SORTI DU SABLE: MERCI AMIGO

 

Des années que je n’avais pas planté de patates dans le sable, ça te refait une jeunesse en un rien de temps !

Encore un truc étonnant, par moments, la falaise est bordée de manches à air, pour les amateurs de parapente, par endroits, il y  a des à-pics de plus de deux cent mètres !

Unique au monde, vraiment, cet endroit !

 

LE PRO TRUCK NO 8 S’EST FORMIDABLEMENT BATTU

 

A bord de l’Optimus de tête, on résiste à tous les assauts, et un Pro Truck qui te file le train, c’est extrêmement impressionnant !

Ils sont deux à bord, et se relaient, faisant tantôt le pilote tantôt le navigateur.

Contrairement aux autres équipages où seul le navigateur s’offre six heures de shaker, eux font du plein temps !

Mais ça fonctionne, il est sûr que l’ensemble est réglé comme du papier à musique !

 

LACHAUME ET ROUCHON

LACHAUME ET ROUCHON

 

Au changement de pilote, l’autre lui annonce avant non seulement le terrain mais surtout la façon de le prendre !

Usant mais diaboliquement efficace !

C’est simple, durant toute la course, tour après tour (26km), l’Optimus No 3 restera en tête…

Le premier à lâcher la bande de tête est le Pro Truck.

A mi-course, il faudra d’abord réparer le filetage de la pompe à eau en bord de piste, la température est montée d’un coup quand l’eau est partie et pas question de risquer de tuer le moteur pour aller jusqu’au paddock, on colmate, on verse la réserve d’eau, on repasse par les stands et on change la pompe, trois tours perdus…

Qui plus est, cette auto emporte 520 litres d’essence, gagne certes le temps d’un ravito mais est lestée de près de 200 kg supplémentaires, l’équipage préfère rouler lourd que risquer un pépin  au moment de refaire le plein…

Bref, le très élégant Pro Truck n’est plus de la fête.

Puis c’est la BMW qui peu à peu cède du terrain, en fin de course.

 

En début de course, Christian Lavieille, double Champion du Monde d’Endurance Moto, vainqueur du Bol d’Or et des 24 Heures du Mans, puis, dans sa nouvelle carrière sur quatre roues,  brillant vainqueur de la Coupe du Monde TT, des Pharaons, la Tunisie, les 24 Heures de Paris, a bien tenu le rythme,  mais ensuite, quand on a changé de pilote sur la BMW,  l’Optimus a pris le large.

Pas beaucoup mais assez pour prendre la tête au général.

D’ailleurs,  à bord de l’Optimus, il y aura un nouvel échange de places, Lachaume, un poil plus rapide que son compagnon de route reprend le manche en fin de course et l’auto No 3 colle au final 7’45’’ à la BMW, prenant du coup la tête du général d’une petite minute quarante cinq.

 

LES JULIEN-GOSSELIN

 

Un clin d’oeil à ns amis Julien et Gosselin, le boulangers les plus enthousiastes au monde, totalement dans le bon rythme mais un souci qui les laisse en neuvième place, bien joué les garçons!

Arrivée, damiers, Loulou Dronne joue les toreros, pas mal!

 

LOULOU DRONNE TOREADOR

 

C’est finement joué mis rien n’est fait on n’a fait que la moitié des manches !

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS ALAIN ROSSIGNOL/DESERT RUNNER

 Classement de la manche GP d’Aglou

AGLOU CLT FINAL.pdf  (163 Ko) 

 

Sport

About Author

jeanlouis