MONTEZEMOLO L’AFFIRME :  » SENNA AURAIT REJOINT FERRARI « 

 

 

MONTEZEMOLO

Lucas Cordero di MONTEZEMOLO

 

Alors que les fans du monde entier s’apprêtent ce jeudi 1er mai – date du 20éme anniversaire de sa mort à Imola – à honorer le grand Champion, qu’était Ayrton Senna, Lucas Cordero di Montezemolo, Président du Groupe Fiat-Ferrari, a fait des révélations ce mercredi, affirmant :

« Ayrton Senna voulait terminer sa carrière chez Ferrari et déjà en 1994, à la fin de sa 1ere saison chez Williams, le Brésilien aurait probablement rejoint la Scuderia et rouler l’année suivante avec nous à Maranello. »

Et le Président de Ferrari ajoute :

« Ayrton voulait une Ferrari et je le voulais dans l’équipe

 

 LUCA-CORDERO-DI-MONTEZEMOLO-au-Musee-FERRARI


LUCA-CORDERO-DI-MONTEZEMOLO-au-Musee-FERRARI

 

Avant de se faire plus précis :

« Comme il était en Italie pour le Grand Prix de Saint-Marin, nous nous étions rencontré à mon domicile à Bologne le mercredi 27 Avril. Il m’a dit qu’il avait beaucoup apprécié la position que nous avions prise contre l’excès dans l’utilisation des aides électroniques dans les aides au pilotage, qui masquait les réelles qualités des pilotes. Nous avons parlé pendant un long moment et Ayrton m’a dit clairement qu’il voulait mettre fin à sa carrière avec Ferrari ce dont nous avions deja parlé quelques années auparavant. Mais cela n’avait pu se faire et ces premiéres tractations n’avaient pas abouties

Et il ajoute:

« Nous avions convenu de nous revoir bientôt afin d’étudier comment surmonter les obligations contractuelles qu’il avait à l’époque, étant en contrat avec le Team Williams. Tous les deux, nous nous sommes entendus sur le fait que pour un coureur comme lui, Ferrari serait la sortie idéale et normale pour terminer sa carrière, déjà brillante, voire unique.

Montezemolo conclut :

« Le sort l’a emporté tout comme Roland Ratzenberger au cours de l’un des week-end les plus tristes qu’ait connu la F1. Senna en privé, c’était la gentillesse et la simplicité lui qui semblait presque timide, en contraste frappant avec le fougueux pilote, se comportant toujours en combattant déterminé à vouloir constamment obtenir la victoire. Dans ma galerie des regrets, il occupe vraiment la pole position « 

 

Gianpietro CERVONIA

Photo : Bernard BAKALIAN et DR

 

 

F1

About Author

gilles