MITJET. LA GRANDE PREMIÈRE DU PÈRE JUJU ! JULIEN FÈBREAU PARDI !

MITJET-2014-Julien-FEBREAU-Photo-Claude-MOLINIER

MITJET-2014-Julien-FEBREAU dans le baquet de la Mitjet de Seb LOEB -Photo-Claude-MOLINIER

 

MITJET. LA GRANDE PREMIÈRE DU PÈRE JUJU !

 

 

Sur la pré grille, les habitués des épreuves de Mitjet le regardaient, en se disant :

« Ce petit gars -là ?  On le connait » !

Julien Febreau, le commentateur des GP sur Canal puisque c’est de lui qu’il s’agit, nous raconte ce que fut son week-end Manceau, de pilote, lui plutôt habitué a commenter qu’à se retrouver derrière un cerceau … et surtout interviewé !

Il nous explique d’abord :

 » A part une bonne expérience en rallycross, où je compte  une dizaine de courses en championnat et une victoire  – de prestige dans le temple et l’arène de la discipline –  à Lohéac, je n’avais jamais encore roulé en circuit avant de venir au Mans ce week-end. »

Et, Julien précise :

 » L’idée est récente car cela s’est fait au dernier moment,  jeudi dernier.  Jean Philippe  (Dayraut le promoteur des séries Mitjet) m’a téléphoné a 9 heures, en me proposant de venir rouler au Mans si j’étais dispo. Il a fallu a toute vitesse obtenir ma licence 2014 auprès de l’ASACO Bretagne. J’en profite pour remercier Pierre Tollemer qui m’a bien facilité la tache. »

Et, il poursuit:

« J’ai donc découvert et la voiture et le Bugatti vendredi matin. Il s’agit d’une Mitjet 2 Litres de 230cv pour un poids de 720 kilos. Un petit bolide propulsion avec le moteur de la Clio RS. »

 

MITJET-2014-La-22-du-Team-LOEB-de-Julien-FEBREAU-Photo-Claude-MOLINIER1

MITJET-2014-La-22 de-Julien-FEBREAU-Photo-Claude-MOLINIER

 

Alors quelles furent tes 1ères impressions avec ton premier roulage sur le sec :

 » J’ai piloté une voiture facile a prendre en main. Pas piégeuse et qui pardonne même les erreurs d’un débutant . Du coup, cela m’a mis en confiance et ma progression  en fut rapide. La piste du Bugatti est très sécurisante, donc tu repousses facilement tes propres limites. Les qualifications m’ont ensuite rassuré car avec pas moins de 37 Mitjet en piste. Je n’étais pas largué, me situant pas loin des meilleurs, dans le peloton, le bon wagon 8ème à 1″5 de Dayraut. Jean Phi m’a d’ailleurs ouvert la route en fin de qualifs pour me faire piger quelques astuces du tracé et de la voiture et m’ a expliqué, que la où je pouvais encore gagner et progresser, c’ était sur les freinages. »

 

MITJET-2014-La-22-de-JUJU-FEBREAU-Photo-Claude-MOLINIER

MITJET-2014-La-22-de-JUJU-FEBREAU-Photo-Claude-MOLINIER

 

Nullement inquiet, Julien Febreau débarque serein dans le paddock, samedi matin lorsque nous le croisons, avant de disputer sa 1ère course

 

1ère course : Sur piste sèche samedi matin

 » La grande découverte a été le départ lancé en peloton… là, tu te retrouves entouré d’ une meute de furieux et j’avoue que j’étais impressionné. Du coup, au freinage, j’ai soulagé tôt a l’amorce de la courbe Dunlop et quelques uns, en ont naturellement bien profité. Dans l’opération, je dois bien concéder trois places. Au fil des tours, je remonte et je comprends de  mieux en mieux, le fonctionnement de la voiture. Je finis sixième très satisfait »

2éme course : Toujours sur piste sèche samedi après-midi

 » Cette fois, je ne me laisse plus impressionner au départ et à défaut de gagner des positions, je n’en perd pas et dans la Dunlop, je ne me laisse pas faire. Bonne course et je finis une nouvelle fois six au terme des dix tours »

3éme course. Dimanche matin sur une piste cette fois détrempée

 » Je ressens une petite angoisse car jamais je n’ai roulé en circuit sous la pluie et je n’ai aucune idée du comportement de l’auto dans ces conditions mais on m’avait monté des pneus pluie. Mon chef mécano, Ludovic m’a fait un réglage pluie aux petits oignons et avant le tour de chauffe, alors que le m’élançais, il m’a crié  » Elle est pour toi ‘  . je réalise mon meilleur départ de mes quatre courses et je sors trois de la Dunlop. Je me rends compte que le grip était assez bon et ce malgré la pluie qui continuait de tomber et redoublais même d’intensité. Du coup, je me lâche et attaque un peu plus. A l’entame du chemin aux bœufs, je me rends compte que je réussis à freiner plus tard que les deux qui me devancent  et c’est ainsi que je les dépasse, un tour plus tard au freinage a cet endroit. Après, j’assure sans prendre de risques et je gagne avec 1″5 sur Romano Ricci et Karim Kaddoura. Evidemment, je suis étonné et surpris de gagner et suis vraiment très heureux de m’en sortir aussi bien et de triompher sous la pluie. Jean Philippe vient me féliciter et me dire ‘ Suis pas étonné car j’étais sûr que tu allais la gagner car tu as un peu l’habitude du rallycross’

4éme course : Dimanche après-midi.  Piste séchant puis mouillée

 » Je pars cinq à nouveau et au dernier moment on décide comme beaucoup de chausser des slicks. La course ? Départ prudent en slicks sur la piste bien humide. Je sors à ma place de la Dunlop mais il se remet à flotter. Du coup les pilotes en pluie, nous dépassent. Pour ma part, je m éclate et m’amuse à tenter de gérer la glisse en slick et je commence a appliquer les consignes de Dayraut, à savoir, aller chercher les extérieurs. Je termine et conlu ce w-end, 6ème. Mais, après l’arrivée, pour ne pas avoir vu un drapeau jaune, je récolte 30″ de pénalité et glisse a la 22éme position « 

 

MITJET-2014-22-vla-Juju-FEBREAU-Photo-Claude-MOLINIER

MITJET-2014-22-vla-Juju-FEBREAU-Photo-Claude-MOLINIER

 

Nous lui faisons alors remarquer qu’il sera plus indulgent dorénavant lorsqu’il retrouvera son micro de commentateur des Grands Prix vis à vis des pilotes qui indiquent ne pas toujours apercevoir ces foutus drapeaux jaunes, agités parfois mollement au bord des pistes

Julien tout sourire, lâche:

 » Aucune importance  d’avoir été rétrogradé. Mon seul souvenir restera l’immense plaisir que j’ai eu au volant ces trois jours. J’adresse un énorme merci a Jean Philippe Dayraut, et son équipe pour accueil ultra chaleureux et pour l’ambiance qui règne en Mitjet. Il peut être fier de la voiture qu’il a conçue. »

Et le père Fébreau de la 22 (Son N°de course), conclut:

 » Franchement, à renouveler au plus vite mais vu mon job de commentateurs des GP sur Canal, il ne me sera pas facile de trouver une date… « 

En attendant, on le retrouvera tout de même cette année derrière un volant !

En effet, son prochain week-end de pilote est déjà retenu

Mais, cette fois, l’ami Juju se retrouvera  derrière un volant d’un autre type de bolide, un engin du Championnat de France de Drift !

Rendez-vous est pris pour les 31 mai 2014 et 1er juin 2014 sur le circuit de Croix en Ternois  près d’Arras, où il partagera cette fois, le volant d’une Mustang de 600ch avec  son pote ….Franck Montagny!

Encore du grand spectacle en perspective !

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Claude MOLINIER et Thierry COULIBALY

 

MITJET Sport

About Author

gilles