BOL D’OR: NOUVELLE ET 3éme VICTOIRE CONSECUTIVE DE LA KAWASAKI A MAGNY COURS

 

 

 

BOL-D-OR-2014-VICTOIRE-DE-LA-KAWASAKI.

BOL-D-OR-2014-VICTOIRE-DE-LA-KAWASAKI.

 

 

Nouvelle victoire et 3éme victoire du SRC Kawasaki au Bol d’Or et Yamaha Racing GMT 94 Michelin et le Junior Team LMS Suzuki sur le podium

Épique, haletante, surprenante, et passionnante. Les qualificatifs manquent pour résumer les 24 heures que viennent de nous faire vivre les équipages du 78éme Bol d’Or à Magny-Cours

La météo et les faits de course ont éliminé certains favoris et le SRC Kawasaki s’impose devant la Yamaha Racing GMT 94 Michelin et un étonnant Junior Team LMS Suzuki.

Le SRC Kawasaki décroche sa troisième victoire consécutive au Bol d’Or mais c’est aussi la plus inattendue.

Personne n’aurait donné la Kawasaki officielle gagnante. Après la grosse chute de Matthieu Lagrive en essais libres, Gregory Leblanc et Nicolas Salchaud ont quasiment bouclé la course à deux. Une chute sur la piste piégeuse en début de course avait aussi renvoyé la Kawasaki N°11 au delà du Top 20.

 

BOL-D-OR-2014-La-KAWASAKI-11-de-nuit.

BOL-D-OR-2014-La-KAWASAKI-11-de-nuit.

 

Un parcours sans faute ensuite l’amène sur la plus haute marche avec cinq tours d’avance sur la Yamaha Racing GMT 94 Michelin.
La Yamaha Racing GMT 94 Michelin n’a jamais quitté le Top 3 durant ces 24 heures de course grâce à David Checa, Kenny Foray et Mathieu Gines.

La Yamaha officielle française a même pris la tête durant la nuit mais a été retardée dimanche vers 11 h par une chute sur une piste à nouveau piégeuse en raison d’une averse.

 

MOTO-2014-BOL-D-OR-La-YAMAHA-GMT-94

MOTO-2014-BOL-D-OR-La-YAMAHA-GMT-94

 

L’autre exploit de ce 78éme Bol d’Or est signé par le Junior Team LMS Suzuki. Cette équipe engagée en Superstock (privée de démontages rapides de roues) monte sur le podium aux côtés des équipes officielles avec Baptiste Guittet, Etienne Masson et Gregg Black malgré deux chutes en course.

 

BOL-DOR-2014-La-SUZUKI-N°72

BOL-DOR-2014-La-SUZUKI-N°72

 

Pour les 4éme et 5éme places, un véritable duel s’est joué en fin de course entre le Bolliger Team Switzerland et le Team Motors Events April Moto. Le Bolliger Team Switzerland a fait un superbe début d’épreuve dans le Top 5 et une extraordinaire fin de course grâce à Michael Sutter, impérial sous piste humide malgré une chute dans la nuit.

Pour sa première course en EWC, le Team Motors Events April Moto, vainqueur de la Coupe du Monde FIM d’Endurance 2011 et 2013, n’a jamais quitté le Top 10. Gregory Fastré, Michael Savary et Jimmy Storrar ont tenté de résister en vain à la remontée du Bolliger Team Switzerland. Mais ils ont su défendre leur 5éme place place face à des équipes expérimentées comme National Motos et sa Honda confiée à Olivier Four, Arturo Tizon et Greg Junod et le R2CL de Gareth Jones, Guy Martin et Gwen Giabbani, 2éme des 24 Heures du Mans 2013.

En Superstock, Yamaha ViltaÏs (Loic Bardet, Cyril Carrillo et Johan Nigon) décroche la 2éme place malgré une chute et devance la Suzuki du AM Moto Racing Compétition qui retrouve le podium avec Anthony Loiseau, Romain Maitre et Dylan Buisson.

On aura rarement vu autant de rebondissements et de coups de théâtre sur 24 heures de course. L’énorme averse qui a salué le départ a immédiatement bouleversé la course avec les chutes de la SRC Kawasaki, de la Honda National Motos et du Junior Team LMS Suzuki parmi les équipes en vue. La première partie de course s’est jouée au coude à coude entre le Suzuki Endurance RacingTeam et le Honda Racing.

 

BOL-D-OR-2014-La-SUZUKI-N°1-du-SERT

BOL-D-OR-2014-La-SUZUKI-N°1-du-SERT

 

Le SERT de Domnique Meilland – Champion du monde en titre – a quitté la scène dans la nuit après la chute et la blessure de Vincent Philippe.

Le Honda Racing, installé au commandement avec cinq tours d’avance après la superbe course de Julien Da Costa, Freddy Foray et Sébastien Gimbert, a abandonné juste avant midi, carters endommagés par un bris de transmission.

 

 BOL-D-OR-2014-La-HONDA-Racing


BOL-D-OR-2014-La-HONDA-Racing

 

Le Monster Energy Yamaha YART avait abandonné en début de soirée après plusieurs chutes qui ne lui ont jamais permis de défendre ses chances dans le peloton de tête.

Certains animateurs Superstock du début de course ont connu des fortunes diverses. La Kawasaki Hall Motos 02 a animé la tête de la catégorie mais abandonne sur casse moteur en fin de nuit après plusieurs chutes. Abandon sur casse moteur aussi pour Qatar Endurance Racing Team qui jouait le podium dans la catégorie et pour le Starteam PAM Racing qui pointait dans le top 5 Superstock en début de course.

 

ILS ONT DIT

BOL-D-OR-2014-Le-podium-avec-la-victoire-de-laKAWASAKI-devant-la-YAMAHA-GMT-94-et-la-SUZUKI-72

BOL-D-OR-2014-Le-podium-avec-la-victoire-de-laKAWASAKI-devant-la-YAMAHA-GMT-94-et-la-SUZUKI-72

 

Gilles Stafler, team manager de la SRC Kawasaki

« La semaine avait mal démarré. Avec le forfait de Fabien Foret mardi et la chute de Matthieu ensuite, je n’aurai pas misé sur notre victoire. La plus belle est notre victoire sur 24 heures, c’est notre 1ere victoire au Mans en 2010. Mais celle la a été la plus dure. Il y a eu le facteur chance dans le choix des pneumatiques et le soutien d’un staff technique très au point. »

Kenny Foray, pilote de la Yamaha Racing GMT 94 Michelin

« C’est génial de remonter sur le podium. J’ai fait une erreur et je le regrette. Quand j’ai rapporté la moto en très mauvais état, les mécanos ont remonté la moto en 12 mn. Je leur tire mon chapeau. »

Christophe Guyot, team manager de la Yamaha Racing GMT 94 Michelin

« Même si on considère que nous sommes des rescapés, tous les garçons qui sont sur ce podium peuvent être très fiers de ce qu’ils ont réalisé. »

Etienne Masson, pilote du Junior Team LMS Suzuki

« On jouait la victoire en Superstock mais quand on a vu qu’on pouvait décrocher le podium scratch, on ne s’est pas enflammé. Le plus stressé était Damien Saulnier, notre team manager. Le plus dur à gérer est le choix de pneumatiques. Nous n’avons pas de démontage rapide et il faut saluer l’équipe des élèves du LMS. Ils ont fait un super job pour leur première course. »

Grégory Leblanc, pilote de la SRC Kawasaki

« Je m’attendais une course difficile en raison de la météo et quand on est tombé 32éme place, il était difficile de croire à la victoire. Matthieu Lagrive est remonté de la 32éme à la 14éme place avec une vertèbre cassée, je crois que je ne l’aurais pas fait. Je n’ai pas vu la nuit passer. C’est une des plus belles mais des plus dures courses que j’ai disputé. »

Prochain rendez-vous en Championnat du Monde FIM d’Endurance le 27 juillet pour les 8 Heures de Suzuka.

 

Valérie MORENO

Photos : FIM et MICHELIN

 

 

Sport

About Author

gilles