MOTOGP 2014 : MIKE DI MEGLIO SEUL FRANÇAIS EN MOTOGP !

 

Randy de Puniet se consacrant exclusivement au développement de la future Suzuki de GP, il ya malgré tout, encore un Français en MotoGP puisque Mike di Meglio arrive du Moto2 pour cette saison 2014.

Mike est le dernier Champion du Monde français de vitesse, c’était en 125 en 2008.

 

UNE VIE DE CHRONO…

CHAMPION DU MONDE EN 2008

CHAMPION DU MONDE EN 2008

 

Il a commencé à courir en 2002, lors du GP de l’avenir organisé par la FFM pour repérer les nouveaux talents.  Ensuite il profite de chaque occasion pour rouler avec les grands. Il roule avec Marco Melandri dans le team Liegois, en particulier dans le Championnat d’Espagne, déjà le plus relevé…

Ce qui lui donne la possibilité de rouler en 125 mondial sur une Aprilia compé-client.

Il a 15 ans !

Dur le métier, chutes à répétitions mais quand même 5 points marqués.

Cela s’améliore et en 2004, il est repéré dès le premier GP de l’année en Afrique du Sud (cinquième), puis il est pilote d’usine Honda en 2005.

Premier podium en Angleterre alors qu’il tombe des hallebardes  et première victoire au GP de Turquie.

La FFM se joint au team l’année suivante, en partenariat avec Honda, mais la moto marche mal et le pilote se met souvent au tas.

Idem l’année suivante, en 2007,  malgré un changement de team, et il est alors recruté par AJO, qui le fait rouler sur une Aprilia d’usine. Il gagne entre autres le GP de France 2008, il ya avait 26 ans qu’un Français n’avait pas gagné à domicile, il gagne quatre fois dans la saison et devient Champion du Monde 125.

En 2009, il roule en 250 sur une Aprilia du team Aspar Martinez, podium dès le premier GP au Qatar. Au passage, il fait sa première pole à Indianapolis, et termine huitième du Championnat.

 

TECH 3,OCCASION PERDUE

TECH 3,OCCASION PERDUE

 

Puis, en 2010,  le règlement change, c’est le Moto2 qui remplace la phénoménale classe 250, et Aspar, faute de cadre, on sait que c’est la base d’un succès dans cette catégorie puisque tout le monde y a le même moteur, Aspar donc n’a pas la bonne moto. Il ya eu une embrouille avec Aprilia qui avait promis des châssis puis s’est rétracté parce que faire rouler un moteur japonais n’intéressait plus la marque italienne, ce qui est d’ailleurs totalement justifié, c’est une connerie monumentale du règlement qui aurait dû faire tomber les coûts en Moto3 et non en Moto2, passons…

En 2011, Mike roule pour l’écurie française Tech3, avec le châssis Mistral 611.

Peu de résultats hélas, et en 2012, Mike passe chez les italiens, le team S/master Speed Upk mais il doit apporter un gros budget, n’y parvient pas, et est remplacé par un pilote italien qui lui trouve les sous, en Italie c’est un honneur d’être sponsor des sports mécaniques, en France on doit se cacher, c’est politiquement incorrect…

En 2013, c’est le team JIR mais un terrible High Side en république tchèque lui fait rater la moitié de la saison.

On ne l’a revu qu’en fin d’année, aux essais post GP de Valence, où il testait une moto du team espagnol Avintia Blusens à moteur Kawasaki et cadre FTR.

 

 

En 2014, il arrive donc en MotoGP où il courra sur cette moto, avec Hector Barbera. Hélas l’Avintia est  l’une des plus faibles du plateau en début d’année, mais au fil des sessions de tests, Mike a grignoté des secondes…

Cela dit, l’objectif 2014 n’est évidemment pas d’aller chercher les ténors.

Ce que dit Mike :

«Nous avons bien évolué à chaque sortie lors des essais hivernaux . Nous réduisons l’écart au fil des jours avec les pilotes de tête. À mon avis, il nous manque encore trois jours de tests pour franchir une étape et être encore plus près des Honda Open. L’association avec Hector Barberà, présent en MotoGP depuis 2010, se passe très bien.  Si nous arrivons à gagner entre cinq dixièmes et une seconde par rapport aux derniers essais, je pense que nous pouvons nous battre dans les points et face aux Honda Open. Je reste persuadé que si nous sommes avec eux dès le premier GP, nous partirons sur de très bonnes bases.»

Bon, Mike se battra dans le deuxième peloton, mais il se battra c’est sûr, il a 26 ans, et des rêves plein la tête…

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

Photos :  MOTOGP

 

 

Moto Sport

About Author

jeanlouis