ECONOMIE. MIA ELECTRIC : QUEL AVENIR ?

 

 

LOGO MIA EECTRIC

 

La nouvelle tant redoutée est tombée. Mia, le constructeur de voitures électriques a été placé en redressement judiciaire avec période d’observation de six mois.

« La mise en redressement judiciaire est la moins mauvaise solution et va nous permettre de mettre à plat les comptes et la stratégie de l’entreprise » a déclaré à l’AFP Ségolène Royal, la Présidente de la région Poitou-Charentes, actionnaire de Mia Electric à hauteur de 12%.

Surement, mais il n’empêche qu’au-delà des comptes et de la stratégie de l’entreprise, se pose inévitablement la question de l’avenir du constructeur de Cerisay, au cas particulier, et de la filière de la voiture électrique dans son ensemble.

Avec 200 voitures immatriculées seulement en 2013, Mia Electric est loin des objectifs fixés de plusieurs milliers de voitures par an, condition sine qua non pour être rentable sur le long terme.

 

MONDIAL-AUTO-2012-Mia-Paris

MONDIAL-AUTO-2012-Mia-Paris

 

Il est vrai néanmoins que les perspectives de vente annoncées notamment par Renault à propos de sa Zoé qui envisageait de commercialiser 50.000 unités en 2013 sont très loin d’être atteintes.

Faut-il remettre en cause pour autant l’avenir de la voiture électrique ?

Surement pas, mais le décollage industriel tarde à venir.

Si les constructeurs généralistes, habitués au lancement de produits, aux études marketing fines et complexes, et qui prouvent même que le lancement de marque en partant de presque zéro (Dacia) peut être une réussite, les « petits » constructeurs comme Mia Electric, peuvent-ils espérer un avenir ?

 

La MIA Commerciale

La MIA Commerciale

 

C’est ce que semblait croire, M. Edwin KOHL – créateur de plusieurs business à succès dans le monde – quand il a décidé de reprendre le constructeur de voitures électriques en juin 2010 à la barre du tribunal de commerce de Niort (déjà !).

Ni l’élargissement de la gamme, voiture particulière à 3 ou 4 places, ni l’arrivée d’une version utilitaire avec TVA récupérable, ni même la montée en gamme avec un modèle «premium» destiné au marché allemand notamment n’ont réussi à faire décoller les ventes.

Et pourtant l’actionnaire Kohl a joué le jeu en investissant plus de… 50 millions d’€dans la société…….jusqu’en juin 2013, date ou il a passé la main à des investisseurs … Coréens.

Depuis, changement de direction, baisse des prix et marketing renouvelé n’ont pas été la clé de la réussite espérée jusqu’au dernier dépôt de bilan en date.

Reste qu’au-delà des stratégies financières et industrielles, c’est près de deux cents salariés qui se posent des questions aujourd’hui.

Finalement la seule question ‘ Existe-t-il un marché aujourd’hui pour MIA ‘ tient en la réponse’ Non, hélas…

En témoigne les maigres ventes de 2013 évoquées plus haut !

 

Pascal ROUX

Photos : Patrick MARTINOLI et Olivier THIBAUD

 

NOTRE PRÉCÉDENT ARTICLE SUR MIA

http://www.autonewsinfo.com/2012/07/13/vehicule-electrique-la-mia-prend-position-54652.html

 

MIA au MONDIAL DE L'AUTOMOBILE de PARIS 2012.

Une MIA .

Sport

About Author

gilles