MONTE-CARLO 1964: ENTRETIEN AVEC UNE LEGENDE, PADDY HOPKIRK

 

 

 

IL Y A 50 ANS l’IRLANDAIS PADDY HOPKIRK REMPORTAIT UNE VICTOIRE « MAXI » SUR UNE MINI ET FAISAIT NAÎTRE UNE LÉGENDE.

Paddy-Hopkirk-montre-fièrement-un-magazine-qui-retrace-son-exploit-©-Manfred-GIET.

Paddy-Hopkirk-montre-fièrement-un-magazine-qui-retrace-son-exploit-©-Manfred-GIET.

 

Il y a un demi-siècle, lorsque la première Mini quittait les chaînes de montage britannique de Birmingham, personne n’aurait imaginé le succès populaire et sportif de cette petite voiture, minuscule comme une boîte à tartines.

Et les succès sportifs aidant,au fil des années 60-70 elle était même parvenue à devenir une petite voiture citadine bestseller.

Due au coup de crayon magique de Sir Alec ISSIGONIS, avec ses quelques 1.000 ccm, ses petites roues et ses 600 Kg, elle avait plutôt l’air d’un jouet que d’un véritable moyen de locomotion finalement conçu pour faire face à la crise pétrolière qui annonçait ses prémices en pleine période de guerre froide.

Pour les quadras britanniques de l’époque, posséder cette voiture miniature avait un peu le même effet qu’actuellement les bracelets magnétiques anti-stress !

Et ne parlons pas des jeunes dans la vingtaine en ce temps là, qui ne connaissaient pas encore le Rap et le skate-board mais pour qui les Mini, surtout celles survitaminées et produites par John Cooper étaient tout simplement l’objet à la mode qu’il fallait absolument posséder.

 

Paddy-Hopkirk-1964-Monte-Carlo-LA-mini-victorieuse

Paddy-Hopkirk-1964-Monte-Carlo-LA-mini-victorieuse

 

Mais ce qui a surtout fait la gloire du constructeur anglais, c’est cette fameuse victoire acquise contre toute attente lors du Monte-Carlo 1964 avec la paire formée de Paddy HOPKIRK et Henri LIDDON, qui à bord de leur petite Mini, firent à la surprise générale, la nique aux puissantes et grandes favorites FORD FALCON.

Cette victoire prestigieuse était en effet celle de David contre Goliath !

Et pour commémorer cet anniversaire qui a fait le succès des Mini par la suite, l’importateur belge avait invité Paddy HOPKIRK – son équipier Henri LIDDON est malheureusement décédé dans un accident d’avion en 1987 – dans le cadre des LEGEND BOUCLES DE SPA, où une réplique à la gloire de la célèbre Mini rouge à toit blanc portant le N° 37 était engagée au nom de la paire DAFFE-SIBILLE.

 

Paddy-Hopkirk-entouré-des-pilotes-de-deux-équipages-Mini-aux-Legend-Boucles-de-Spa-©-Manfred-GIET.

Paddy-Hopkirk-entouré-des-pilotes-de-deux-équipages-Mini-aux-Legend-Boucles-de-Spa-©-Manfred-GIET.

 

Paddy Hopkirk, même s’il s’est fait discret sur le plan participation à des épreuves historiques n’en demeure pas moins toujours un personnage de légende, volubile et dont la sympathie éclaire l’entourage comme à l’époque la galerie de phares longue portée de sa Mini dans le col du Turini.

La vraie vedette de ces 56ème « BOUCLES DE SPA », les 6èmes sous le label « Légende » était incontestablement ce sympathique octogénaire Irlandais, qui même sans y participer, avait toutes les faveurs du public.

 

Paddy-Hopkirk-avec-Chritophe-Weerts-le-PR-de-BMW-MINI-BELUX-©-Manfred-GIET

Paddy-Hopkirk-avec-Chritophe-Weerts-le-PR-de-BMW-MINI-BENLUX-©-Manfred-GIET

 

Alors racontez-nous un peu cette fameuse victoire au Monte-Carlo 1964

« Ah ce fut un moment épique. Nous partions de Minsk en URSS, une contrée vraiment sordide et dépourvue de tout et il faisait un froid de canard, pour rejoindre Monaco. A cette époque, les étapes de liaison étaient à elles seules déjà une sacrée épreuve.La seule chose qui était bien en ex-Union Soviétique, c’était les jolies filles et nous avions amené des dessous féminins que nous avons échangés contre du caviar et dont nous avons fait profiter le grand Fangio à Monaco par la suite ! »

PADDY-HOPKIRK-La-carte-du-trajet-de-liaison-entre-Minsk-et-Monaco-expliqué-par-P-Hopkirk-©-Manfred-Giet

PADDY-HOPKIRK-La-carte-du-trajet-de-liaison-entre-Minsk-et-Monaco-expliqué-par-P-Hopkirk-©-Manfred-Giet

 

La légende raconte que vous avez du rajouter de la Vodka dans le lave-glace à certains moments tellement il gelait !

« A cette époque tous les moyens étaient bons du moment qu’ils apportaient une solution.Il fallait juste se méfier lors des passages douaniers où nous avons connu une petite mésaventure avec un douanier un peu trop zélé qui en plongeant sa main dans le sac contenant la roue de réserve se griffa aux spikes du pneu clouté et qui nous en voulait! »

A propos de vous en vouloir, en 1964, nous supposons qu’ il n’y a pas que les douaniers qui vous en on voulu ?

« Oh oui et surtout après notre victoire surprenante face à des caïds comme le favori Suédois Ljungfeldt, les français Gréder ou Schlesser sur de puissantes Ford Falcon de 385 cv. Ou encore les allemands Linge sur Porsche ou Böhringer et Glemser sur Mercedes 300 SE. Je me marre encore aujourd’hui du bon tour que mon équipier et moi avons pu leur jouer avec notre miniscule Mini d’à peine 90 cv et ses petites roues  de 10 pouces qui dans les cols tournaient à la cadence d’un disque de meuleuse pour trouver du grip.Mais dans les descentes ,là où les grosses cylindrées faisaient du billard entre les murs de neige, notre petite Mini hyper légère avec ses 580 Kg et 997 ccm de cylindrée, se faufilait telle une diva et presque partout pied au plancher entre les obstacles et ce après un parcours de concentration de quelques 4000 Km particulièrement long et éprouvant . »

 

 Paddy-Hopkirk-avec-le-livre-qui-lui-a-été-consacré-et-qui-lui-a-pris-beaucoup-de-temps-©-Manfred-GIET


Paddy-Hopkirk-avec-le-livre-qui-lui-a-été-consacré-et-qui-lui-a-pris-beaucoup-de-temps-©-Manfred-GIET

 

Est-ce cela qui a été déterminant dans l’obtention de la victoire ?

Ce qui a été déterminant c’est notre régularité. Contre les puissantes Ford, Mercedes, Porsche ,Volvo ou Saab en vitesse pure, nous n’avions aucune chance et comme le parcours était fortement enneigé, la maniabilité et la tenue de route de notre Mini ont fait merveille sur les tronçons sinueux où la concentration était plus importante que la puissance. »

Mais la victoire s’est jouée tout en fin d’épreuve seulement :

 » Oui, et nous l’avons appris de nuit à 4 heures du matin lorsque Bernard Cahier (Ndlr: un journaliste -photographe célèbre qui suivait toutes les grandes épreuves en sport automobile à l’époque, décédé en juillet 2008) nous réveilla en sursaut dans notre chambre d’hôtel pour nous annoncer la grande nouvelle. Il faut savoir qu’à l’époque, on disputait l’épreuve selon un système de handicap pour justement permettre aux plus petites cylindrées de pouvoir tenir tête aux voitures nettement plus puissantes. Et lors de la dernière spéciale sur la piste du GP de Monaco, où nous étions évidemment nettement moins véloces que nos concurrents mieux desservis par la puissance de leur voiture, nous avons pu,après de longues vérifications des calculs,garder une infime avance de 30 points au classement des pénalités! Et du coup la N° 37 et son N° de plaque minéralogique 33 (Ndlr:l’année de naissance de Paddy) EJB, entrèrent dans l’histoire. »

 

PADDY-HOPKIRK-John-COOPER-celui-qui-dynamisa-la-Mini-©-Manfred-GIET

PADDY-HOPKIRK-John-COOPER-celui-qui-dynamisa-la-Mini-©-Manfred-GIET

 

On peut imaginer que vous avez été le déclencheur d’une « Mini-mania » et que votre nom restera toujours associé à la marque ?

 » Tout à fait, cette victoire a eu tellement de résonance que les chiffres de vente de la Mini devinrent exponentiels. De nombreuses célébrités devinrent acquéreurs d’une Mini et encore aujourd’hui je suis fier du message écrit et signé des célèbres Beatles qui nous a été transmis après notre victoire. » 

La légende raconte aussi que chez Ford qui était venu en force sur le Monte-Carlo 1964 avec l’ambition de remporter la mise, la déception était tellement grande qu’ils avaient même envisagé de faire couler le bâteau qui devait ramener les voitures aux States !

 » Oui mais honnêtement je crois qu’il s’agit de légende, même s’ils ont mis du temps à se remettre de cette débâcle ».

 

Paddy-Hopkirk-en-2004-a-refait-le-même-parcours-que-40-ans-plus-tôt-©-Manfred-GIET

Paddy-Hopkirk-en-2004-a-refait-le-même-parcours-que-40-ans-plus-tôt-©-Manfred-GIET

 

Et maintenant, un demi siècle après cette victoire historique quel est votre emploi du temps ?

 » Oh, je n’ai pas le temps de m’ennuyer surtout cette année avec le 50ème anniversaire de cette victoire, je suis pratiquement pris tous les week-ends pour participer à des galas ou des œuvres de charité. Ce sera encore le cas le week-end prochain à Belfast dans ma ville natale où je suis invité pour un grand gala réunissant 600 invités au Titani (sic !!!) pour une oeuvre de charité. Je donne aussi beaucoup de conférences avec projection d’images d’époque ou de 2004, année où j’ai refait à bord d’une Mini notre parcours de 1964 et à partir de Minsk. Je voyage aussi pas mal comme par exemple à l’occasion des « Legend Boucles de Spa » où je suis invité et où j’ai fait un petit crochet par Liège que je connaissais pour y être venu lors du célèbre Rallye  LIEGE-SOFIA-LIEGE en 1963 et avant de retourner en Irlande , j’aimerais encore faire un petit crochet par le circuit de Spa-Francorchamps où j’ai disputé les célèbres 24 HEURES en 1964 avec un autre as de la Mini,le belge Julien Vernaeve. Récemment est sorti aussi un livre sur ma carrière qui m’a pris beaucoup de temps . »

 

PADDY-HOPKIRK-Ce-dont-il-est-fier-pouvoir-restaurer-cette-ancienne-Harding-de-1922-reçue-en-cadeau-du-curé-de-son-village-©-Manfred-GIET

PADDY-HOPKIRK-Ce-dont-il-est-fier-pouvoir-restaurer-cette-ancienne-Harding-de-1922-reçue-en-cadeau-du-curé-de-son-village-©-Manfred-GIET

 

Et sinon, vous remettre au volant à l’une ou l’autre occasion lors d’une épreuve historique ?

 » Non cela ne me tente plus. Que pourrais-je encore faire face à tous ces jeunes ? Car il faut savoir que le sport automobile à terriblement évolué depuis mon époque. A notre époque c’était du vrai amateurisme duquel se cristallisait le talent. Aujourd’hui avec des géants comme Red Bull, les plus jeunes talents sont directement pris en charge et conditionnés pour en faire des vedettes tôt ou tard. Et en Formule 1, depuis que Bernie en a pris les rênes, il n’y a plus de place pour les amateurs non plus. Mais j’ai quand même souvent la satisfaction de voir des gens ébahis face aux photos ou aux images de reportages d’antan et qui n’imaginent pas que cela ait pu exister.Ou, qui s’extasient encore aujourd’hui face à cette superbe voiture qu’est la Mini et qui doit peut-être sa survie à notre victoire en 1964″.

En conclusion,cette victoire au Monte Carlo 1964 restera certainement comme la plus belle de votre carrière ?

 » Je vais vous étonner en disant non ! Certes, le Monte Carlo 1964 est une victoire illustre suite à ce que j’ai décrit avant, mais la plus belle de ma carrière restera celle acquise  à l’Acropole en 1967 avec Ron Crellin sur la Mini en raison de sa spécificité qui est la terre. »

 

Voilà le récit de ce personnage attachant et passionnant irlandais aussi illustre que le fameux café et qui en plus d’une belle carrière en Rallye affiche également six participations aux 24 Heures du Mans, dont une 11ème  place au classement de 1965 sur une MGB et dont le palmarès fait qu’il est aujourd’hui membre du très sélect BRDC (British Racing Driver Club).

 

Manfred GIET

Photo : Publiracing Agency

 

Paddy-Hopkirk-narrant-la-lépreuve-de-1964-au-Monte-Carlo-©-Manfred-GIET

Paddy-Hopkirk-narrant l’épreuve-de-1964-au-Monte-Carlo-©-Manfred-GIET

Sport

About Author

gilles