ENDUROPALE DU TOUQUET. AVEC LIVIA LANCELOT

 

 

 LIVIA-LANCELOT-photo-Pascal-HAUDIQUERT


LIVIA-LANCELOT-photo-Pascal-HAUDIQUERT

 

Livia Lancelot prête pour le Touquet

A quelques jours de l’Enduropale du Touquet, Livia Lancelot s’est programmé une semaine calme, afin de récupérer en vue de l’exigeante classique Nordiste ou elle va s’aligner pour la seconde fois. Quarante sixième l’an passé, une sacrée performance tout de même pour la jeune femme, Livia espère bien améliorer ce classement cette année et profiter de l’expérience acquise pour placer sa 450 Kawasaki un peu plus haut dans la hiérarchie.

Livia, comment te sens tu à quelques jours du Touquet ?

Je me sens vraiment bien, même si je n’ai pas pu travailler autant que je l’aurais voulu du fait de ma blessure au genou. Mais honnêtement il m’était impossible de bosser plus que je ne l’ai fait depuis que j’ai pu reprendre l’entrainement. Je me suis donnée à 100%, je vais arriver au Touquet avec un peu moins de préparation que l’an dernier, mais je partais aussi de moins loin donc je suis confiante.

Tu as disputé ta première course à Hossegor il y a trois semaines, quel bilan en as-tu tiré ?

Je me suis vraiment fait plaisir sur la moto à Hossegor, on avait bien bossé avec Valentin mon mécano et Thierry mon entraineur et je me sentais bien. Les ravitaillements se sont bien passé, la course aussi même si ce problème de transpondeur fait qu’au final je ne connais pas mon vrai classement. J’ai eu un bon feeling sur la moto, les deux premières heures je me sentais très bien physiquement mais une petite chute dans la troisième heure de course m’a cassé le rythme !

 Le sable risque d’être un peu lourd au Touquet ?

C’est sur que le circuit risque d’être chargé en eau, mais je ne pense pas que ca puisse être pire que l’on passé. Je préfère le sable du Touquet à celui d’Hossegor, et je pars confiante. Avec un petit numéro – le 40 – je serais dans le premier convoi entre le parc fermé et la piste, c’est important car quand tu es au milieu des 1000 concurrents dans la ville c’est limite dangereux. J’aurais aussi une bonne place sur la grille de départ, et puis après il n’y a plus qu’à prouver que je mérite ce petit numéro !

Quelles sensations as-tu avec cette 450 Kawasaki ?

Je me régale vraiment sur la 450, je me sens de mieux en mieux dessus et il faut dire que la Kawasaki est hyper facile à piloter. Je me sens bien, à la limite je regrette presque de ne pas pouvoir faire le championnat du monde avec ! Bon, on travaille bien avec Magic Racing sur le développement de la 250 aussi, je sais que j’aurais une moto qui marche pour le mondial

Tu as multiplié les apparitions télé ces derniers temps ?

Ces dernières semaines j’ai fait pas mal de plateaux télé, entre l’Equipe 21, Eurosport et bientôt la cinq, c’est agréable de voir tous ces médias s’intéresser à la discipline et plus particulièrement à moi ! Le Touquet est vraiment un beau vecteur de communication, c’est pour cela que j’ai commencé à le faire l‘an passé, quand je ne participais plus aux championnats du Monde. Et cette année, bien que je fasse le mondial, j’ai tenu à y retourner car je sais tout ce que cette course peut m’apporter. C’est quand même une course que je crains, car avec 1000 pilotes en piste, ce n’est franchement pas la moins dangereuse de la saison ! Je la crains aussi parce que je ne voudrais pas me ‘cramer’ à quelques semaines de l’ouverture du Mondial. C’est une course exigeante, deux jours plus tard, je serais en testing de ma 250 avant le MX de Valence mi février, puis deux semaines plus tard ce sera le Qatar et l’ouverture du Mondial. Mais pour l’instant c’est le Touquet mon objectif !

 

Texte et Photos : Pascal  HAUDIQUERT

 

LIVIA LANCELO sur la plus haute marche

LIVIA LANCELOT

Sport

About Author

gilles