NEIGE ET GLACE 2014, JOUR DEUX, LA PLUIE DANS LE SOLEIL… ET LE TRIOMPHE DES BELGES !

 

N&G ouv 2014_031605_TZ-4

 

Il fait grand soleil et presque trop chaud (deux degrés !) par endroits, les sapins aux épines plates et les épicéas aux épines enroulées autour des branches, superbement recouverts de paquets de neige, se sont mis à goutter, d’abord faiblement, puis à ruisseler et en contre jour dans la forêt, l’effet est saisissant. Inoubliable, cette pluie du soleil. Parfois même, ce sont d’énormes paquets de neige qui tombent et pour qui est en dessous, c’est l’infiltration assurée sous les vêtements ! Et dans ce décor magique, cent voitures qui roulent en plein bonheur, avec quand même un pisse-froid dont on reparlera mais peu, ces gens n’ont pas de place dans autonewsinfo…  Le monde sans eux, on le croirait parfait et on se ferait ch… En tous cas ceux qui ne se font pas chier sont nos amis Belges, qui se vannent incroyablement entre eux maniant aussi bien l’humour que le cerceau…

 

SONS ET LUMIERES…

N&G alpine 2014_031705_TZ-17

Après sa grande et tardive première étape de nuit, le Neige Et Glace a repris ce lundi les petites routes des hauteurs, a retrouvé sa neige mais aussi sa glace, ce qui justifie totalement le nom de l’évènement mais  a aussi envoyé quelques concurrents folâtrer dans les champs en bas des descentes su un goudron trompeur… Mais ce qui est le fait du jour absolu, c’est l‘apparition du soleil, avec des jeux de lumière démentiels dans les sapins et les épicéas, mais aussi la fonte des secteurs routiers exposés au sud, l’eau redevenant de la glace au gré des ombres reprenant leur place et les températures négatives avec…

Le tout avec ces sons de voitures de sport qui nous foutent tellement le frisson…

La plus belle musique du monde jouée dans un décor naturel unique au monde…

 

N&G la 11 2014_031148_TZ-4

Bonheur !

Bonheur pour la famille Sanseigne, Monsieur et Madame, sponsors du rallye mais qui tenaient à y ressentir aussi le grand frisson.

 

 

Leur Lancia Y 10 4X4 rouge est un petit bijou, on sent dans les passages de pilotage un peu costauds que la voiture, menée de bonne main d’ailleurs, est réglée comme une horloge suisse, l’intérieur, le cockpit est chiadé comme un avion de chasse, ce sont effectivement des gens qui ont réussi dans la vie mais avec une passion du détail réussi qui fait comprendre comment ils ont fait…

Et aussi une passion tout court, ils ont pris le matin la piste en partant sixième, leur résultat de la veille, et ils ont donc été lâchés une minute avant Pescarolo et Périn, septièmes à l’issue de la première nuit.

Peut on imaginer leur bonheur de rouler avec les deux talents les plus capés du rallye ?

Leur fierté fait plaisir à voir…

Joël Sanseigne, raconte :

 » Il s’agit de notre troisième participation et cette petite Lancia que nous avons préparée en quelques semaines nous apporte beaucoup de satisfaction. Après une excellente soirée dimanche, nous sommes repartis devant Henri Pescarolo! Nous n’en attendions pas tant. La voiture marche exceptionnellement bien, surtout sur les terrains enneigés. Notre objectif est de tenter de remporter à nouveau le classement mixte et d’en profiter un maximum. Nous sommes de la région, mais ne connaissons pas les routes forestières que nous empruntons sur ce rallye. Aujourd’hui, le déjeuner de Damprichard s’est déroulé dans la salle où nous nous étions mariés, voici 22 ans!”

Bonheur aussi pour un équipage hélvético-français, qui roule sur une Triumph Dolomite, ils sont de grands habitués des rallyes « Classic », dont bien sûr le Monte Carlo, mais cette année leur truc c’était le Neige Et Glace,  beaucoup plus sportif que tous les autres disent ils, et ils ont raison, on le verra plus tard…

 

 

Claude Stoffel :

“Ce Neige et Glace auquel nous participons pour la 4e fois est nettement plus sportif que le Monte Carlo Historique. Beaucoup plus technique et plus difficile en navigation. Pour nous les Suisses, c’est de la dynamique qui nous tient éveillé!”

Malheur mais grandeur chez ce type formidable qu’est Lucien Guitteny, qui a couru plusieurs fois les 24 Heures du Mans, la Coupe Gordini, venu cette année, il adore ce rallye, avec une Alfa 2000 GTV qui  a eu des problèmes de pompe dus à un carburant de mauvaise qualité, qui a dû finir par abandonner, avec ces mots dignes des plus grands…

« La messe est dite »

Merci à Philippe Janssens qui m’a rapporté l’histoire…

 

GLACE A LA GRIMACE…

 

Attention séquence jardinage exceptionnelle!

Nous sommes en bas d’une descente, indiquée sur le road book, avec un T à droite en bas…

Une sorte de piège où beaucoup de monde va se faire coincer.

 

 

Et oui, la neige, on sait ce que c’est, ça se voit, ça se sent, le bruit sous les pneus, à clous ou pas, c‘est pas le même, l’auto envoie des signaux sur la neige, après on aime ou pas mais si on est ici c’est qu’on aime.

 

 

On sait aussi que le vrai verglas, cette couche dure comme du diamant et lisse comme une savonnette mouillée, survient s’il pleut sur un sol gelé, donc si le sol n’est pas gelé ou qu’il ne pleut pas c’est Byzance !

Et bah non…

 

 

Il y a des tas de moyens de faire de la glace, plus ou moins visible sur une route.

Une vieille plaque de neige ultra tassée et re-tassée passe au gris léger et devient un piège redoutable, c’est fréquent à l’ombre d’une forêt, sur un pont, la neige ne dégèle jamais et elle se durcit en changeant de couleur…

Une plaque de neige récente fond dans la journée et dès le soleil parti, regèle partiellement…

Piège à cons où tout routard ou pilote s’est au minimum fait avoir une fois.

Surtout quand c’est en descente.

 

 

Nous avions un photographe dans un de ces endroits, non pour la descente, finalement de peu d’intérêt, mais parce que le paysage autour était un peu suédois, une immense étende d’une pureté absolue et une ligne d’arbres à l’horizon, il y a fait de très belles photos d’ailleurs avant que le coin se transforme en Verdun (sans les morts), une auto, deux, trois et pour finir je ne sais combien vont s’y empiler.

D’où la série de photos de plantages/accrochages qui illustre ce paragraphe.

Pour la même raison, parce que c’était beau et grand, une équipe de TV était dans le coin.

Tout ce beau monde va assister au plantage de masse avec plus ou moins de jardinage et beaucoup d’entraide pour en sortir.
Car tout le monde a été sorti du piège, y compris le « chagrin » qui s’est mis à engueuler tout le monde alors que sa voiture était poussée vers la route au dessus…

Un pilote qui sort de route n‘est jamais très content, mais dans ces cas là, les vrais pilotes s’en prennent à eux-mêmes…

 

 

C’est d’ailleurs ce qui a été le cas de la plupart des gentlemen qui se sont retrouvés empilés au fond d’un champ avec des autos  auxquelles il pouvait manquer des morceaux.

Mais l’importun, lui, vous rappelle que dans un océan de bonheur, il y a toujours un écueil qui menace le plus beau des bateaux…

Nous savons tous ou presque tous que quand on se gaufre, on doit être humble, que l’on soit champion du monde ou amateur total…

 

 

La même chose est arrivée sur mon auto,  de façon moins grave, plus loin, mes potes nous ont vanné et nous ont sorti du tas de neige sur lequel nous étions posés, tout s’est passé dans la bonne humeur et  nous avons dit merci…

Dans ces cas là l’importun, lui,  insulte toute personne qui se trouve à proximité du lieu où il vient de prendre une taule, y compris bien sûr ceux qui sont venus le sortir de son piège…  trop lentement sans doute à son goût, se dégueulasser, prendre des monceaux de neige sale et de boue grasse dans la gueule et sur les fringues n’est pas assez…

 

TANDIS QUE LE LEADER DE LA VEILLE EST PARTI AU TROU, LE NOUVEAU LEADER,YVES DEFLANDRE, PSSE ROYALEMENT...

TANDIS QUE LE LEADER DE LA VEILLE EST PARTI AU TROU, LE NOUVEAU LEADER,YVES DEFLANDRE, PASSE ROYALEMENT…

Cela manque terriblement d’élégance et prouve que l’on peut être pilote dans les mains et les pieds sans l’être vraiment dans la tête…

Bon, on sait que dans le meilleur des mondes, la perfection attend toujours de naître…

Et le Neige et Glace reste en ce jour un formidable événement…

Et le sera encore le lendemain, et le surlendemain.

En attendant, la galerie des glaces de cet incident est un pur moment d’étonnement en images, profitez en!

 

L’ARMADA BELGE INVINCIBLE…

YVES DEFLANDRE-EDDY GULY

 

Les Belges représentent un petit tiers des équipages engagés, ce qui est important, on le sait, ils sont les rois de la spécialité « régularité ».

Mais je commence la rubrique purement sportive (encore ! c’est la journée !) par un grand mot…

Michel Périn, qui navigue Henri Pescarolo, à qui je demande qui est le responsable du fait que l’équipage a perdu une place au général, le navigateur ou le pilote, me donne  cette réponse, absolument sublime…

« On gagne ensemble et on perd ensemble »….

 

HENRI PESCAROLO- MICHEL PERIN

HENRI PESCAROLO- MICHEL PERIN

 

Un grand navigateur, un  grand pilote et deux mecs immenses, que je suis fier de connaître.

Neuvièmes au général, ils ont quand même la satisfaction, avec l’équipage Christophe et Anne Baillet, sixième, et le couple Sanseigne évoqué ci-dessus, Joël et Corinne, dixième, de défendre pas trop mal la réputation de la France en sports mécaniques car sur les dix premières places au général, au soir de ce lundi, tous les autres sont belges !

Yves Deflandre et Eddy Gully sont en tête, devant Michel Closjean et Robert Rorife, le troisième est l’équipage Jean Pierre Vandevauwer-Juline Paisse.

Ils sont tous trois sur Porsche, Deflandre pilote une 911 SC de 1972, Closjean une 356 de 1954, Vandewauver une 914 de 1970.

Yves Deflandre qui ne perd jamais son sens de l’autodérision…

« Hormis un camion poubelle qui nous a ralenti ce matin, tout se serait bien passé aujourd’hui… si je n’avais pas cassé les supports de mon siège. Il va vraiment falloir que je pense à faire régime!”

La Triumph de Stoffel et Sintes est trente huitième quant à la personne un tantinet indélicate évoquée dans ce reportage, sa voiture est à dache.

Il se trouve que la quasi totalité des témoins de la scène fait partie de mes confrères/amis, qu’on en rigole encore, parce que outre déplanter des pilotes qui nous engueulent, se marrer, ça on sait faire. Mdr !

D’ailleurs, se marrer, exception faite du cas évoqué quelques paragraphes ci-dessus,  on est tous là pour ça, organisateurs, pilotes, navigateurs, mécanos, amis, assistants, speaker, journalistes, sponsors, cela arrive des sociétés qui aiment se faire du bien !

Et on recommence ce mardi !

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS TOM ZANIROLI ET RICHARD BORD

 

 

 

 

 

 

Sport

About Author

jeanlouis