RALLYE NEIGE ET GLACE 2014 : OUVERTURE DE LEGENDE AVEC L’AVENTURE PEUGEOT…

 

PEUGEOT 302 LE MANS 1937

PEUGEOT 302 LE MANS 1937

 

Ce dimanche, premier jour, du Rallye Neige et Glace 2014 a été inoubliable, pour plein de raisons, historiques, voire légendaires. Le Rallye a fait son rassemblement au Musée de l’Aventure Peugeot de Sochaux,  endroit sublime, en y ajoutant un parc fermé magique au dehors, gros effet et public nombreux.

 

 

PATRICK ZANIROLI

PATRICK ZANIROLI

Superbe idée de Patrick Zaniroli l’organisateur, et des responsables du patrimoine Peugeot… Mais retour au début de l’histoire avant celle avec un grand « H »…

 

SOIREE, PUIS MATIN DE CONTE DE FEES… 

 

Il neige, les arbres ont blanchi pendant la nuit, les Chasse Neige sont déjà passés deux fois à sept heures du matin, bon signe pour le Rallye Neige et Glace 2014.

Nous quittons Malbuisson, le centre nerveux du rallye, au tout petit matin vers les vérifs, après une soirée passée avec Henri Pescarolo et son coéquipier Michel Périn, juste débarqué d’Amérique du Sud où il a magnifiquement navigué Nani Roma puisqu’ils ont gagné le grand rallye de fin d’année, le très couru et très commercial Rosario-Valparaiso…

Périn, que nous félicitons tous, a fait le calcul, quatre Dakar pour lui, quatre 24 Heures pour Pesca, l’équipage a donc une certaine légitimité…

Henri ajoute que d’une part, il est le seul concurrent à avoir couru l’ancien Neige et Glace, le Critérium qui suivait immédiatement le Monte Carlo, et aussi qu’il a gagné le premier Neige et Glace repris par Zaniroli l ya onze ans, en rallye de régularité, mais qu’il avait été déclassé car sa Porsche était équipée de sièges baquet et à l’époque, on devait courir avec des sièges d’origine…

Pesca qui me dit enfin qu’il a  avec lui le meilleur navigateur du monde mais que Michel croit avoir le meilleur pilote du monde…et qu’il se goure !

Les bons mots fleurissent.

 

GROSSE COMPLICITE PESCAROLO-PERIN

GROSSE COMPLICITE PESCAROLO-PERIN

 

Bref, assaut d’amabilités et  de souvenirs deserto-bitumesques, de ces soirées délicieuses avec des hommes d’exception dont on se souvient encore des années après.

Michel rappelle que bien sûr, avec la cohorte de Belges qui débarquent, et qui sont des sortes d’Attila de la régularité, hyper pointus avec des autos réglées comme des montres suisses, finir cinq serait un triomphe.

Petit matin donc sous une jolie neige blanche, à Pontarlier, puis on descend vers Montbéliard et Sochaux puisque les vérifs se passent dans un des plus beaux endroits du monde, le Musée de l’Aventure Peugeot justement sis à Sochaux.

Gros contraste, la neige a fait place à la pluie et qu’il s’agisse de la nature ou des villes traversées, tout est glauque, gris, moche dehors, mais à l’arrivée, le musée est une véritable île au trésor.

Sur le parking, arrivent d’autres trésors, les 103 concurrents de ce Neige et Glace 2014, 103 autos aussi belles, c’est un rêve, une vraie magie.

 

 

 

Ceux qui ne sont pas passés par Malbuisson la veille n’ont pas vu un flocon, désespérés, surtout ceux qui viennent pour la première fois, on les rassure, le rallye se passe plus haut, ce ne sera pas le grand blanc de l’an dernier mais ce sera la neige tant attendue.

 

LE PARKING DEVENU MAGIQUE DU MUSEE PEUGEOT

LE PARKING DEVENU MAGIQUE DU MUSEE PEUGEOT

 

Bref, contrôles techniques exceptionnels.

 

 

Le musée est un endroit très fréquenté, et le parking fermé du Neige et Glace ajoute un gros atout supplémentaire à l’endroit, surtout pendant les vérifs!

 

 

Et bonne idée, très bien reçue par les concurrents chauds bouillants on rentrera de Sochaux à Malbuisson de nuit, avec des étapes de régularité nocturnes se terminant à la fameuse montée du Laramont qui surplombe Pontarlier.

On se couchera tard mais on aura vécu une journée formidable, historique.

Bon le musée…

 

L’AVENTURE  (SUBLIME!) PEUGEOT…

Le nom est assez bien trouvé, en effet, Peugeot est une belle aventure, car si l’on connaît les automobiles, les cycles et peut être les motos, on sait moins qu’il y a eu des moteurs d’aviation et de marine Peugeot, des fusils, des radios Peugeot, des machines à laver et dans les seventies, des lave vaisselle…

 

 

Les initiés savent aussi que l’un des spécialités mondiales de la maison est le moulin, en particulier à poivre…

 

PEUGEOT CHAMPION DU MONDE DES MOULINS....

PEUGEOT CHAMPION DU MONDE DES MOULINS….

 

Ce musée est un colosse, un peu par la taille, énormément par l’histoire et la légende qui vous flanquent le frisson quasiment à chaque véhicule ou autre objet.

Créé en 1988, l’idée était d’y faire figurer la totalité des produits sortis des usines Peugeot depuis 1894, date fièrement inscrite à l’entrée du musée sous la photo d’Armand Peugeot.

Je ne vais pas vous faire la visite du musée en entier, juste quelques coups de cœur, de nostalgie, de découvertes…

Découverte de ces premières autos où les passagers étaient en vis-à-vis et qui revendiquaient fièrement  17 km heure !

Ou des premiers véhicules hippomobiles vendus par les frères Peugeot avant d’y ajouter  un moteur Daimler…

 

 

Ou encore, cette Type 5 de 1893 qui a remporté la première course automobile de toute l’histoire, un Paris-Rouen en 1894.

D’un scooter Peugeot (1958), d’une mob bleue, à l’époque les mecs avaient des Motobec, les filles des Peugeot… quand j’étais au lycée, j’avais un vélo, on sortait avec les copains et des copines qui avaient des mobs…

 

LES S SCOOTERS PEUGEOT

LES S
SCOOTERS PEUGEOT

 

Souvenir, elle était belle et dans une montée elle m’a tendu le bras en me disant « Je t’offre l’hospitalité »…

Et oui on tombait amoureux pour une côte volée comme un baiser de Charles Trenet…

Ma passion pour la moto a dû commencer là…

Coup de cœur ? Le 601 Roadster de 1934…

 

 

 

Une beauté absolue, on est en plein art déco, on s’attend à en voir descendre une jolie fille coiffée à la garçonne…

Coup de cœur ? La 404, en particulier le cabriolet, il n’y a pas eu de voiture aussi élégante, dans toutes les voitures de grande série, c’est à dire celles que Monsieur tout le monde pouvait acheter.

En prime, le coupé!

 

 

 

Il y a un rayon compétition, avec de beaux souvenirs, la 205 Turbo 16 Championne du Monde de Rallyes, l’auto de  Vatanen et Giroux au (vrai) Dakar, la 404 de l’East African Safari, l’auto de Vatanen qui gagne Pikes Peak, à l’époque, cela se courait sur terre, les Peugeot qui ont gagné les 24 Heures du Mans…

 

 

 

Et encore bien d’autres mais encore une fois, c’est juste pour vous donner envie d’y aller, si vous avez déjà la langue pendante, voici les infos des visites ci-dessous, sachez juste que Sochaux est à 350 bornes de Paris, 130 de Strasbourg, 270 de Grenoble, 250 de Lyon.

 

 

C’est vraiment un truc qu’il faut avoir vu dans sa vie !

 

 

Infos : Musée de l’Aventure Peugeot

Carrefour de l’Europe

25 600 Sochaux

Tel 03 81 99 42 03

www.museepeugeot.com

www.facebook.com/PeugeotMuseum

Ouvert tous les jours (sauf le 25 decembre et le 1er janvier) de 10h a 18h

Boutique et brasserie sur place

Tarifs Musée : Adultes : 8,50 €

Enfants de 7 a 18 ans : 4,50 €

Enfants de – de 7 ans : gratuit

 NUIT …NOIRE! 

LA DATSUN 240Z DES BELGES NICOLAS-CHAIDRON

LA DATSUN 240Z DES BELGES NICOLAS-CHAIDRON

La première étape partant de Sochaux, les spéciales de régularité se feront sur route noire, d’abord parce que l’on est de nuit, ensuite parce que nous sommes en plaine, les routes sont dégagées, dites noires.

C’est seulement à l’arrivée sur Pontarlier que la blanche magique va refaire son apparition.

 

LA 914 DE REUTER-VANDEVORST

LA 914 DE REUTER-VANDEVORST

 

Cela dit, ces spéciales sont intégrées au classement général, il ne faut pas se rater!

Nous sommes avec le photographe Tom Zaniroli dans le début d’une des spéciales de la nuit et … c’est le Turini!

Enfin comme dans le Turini, il y a un monde fou, des photographes partout, des bagnoles de spectateurs garées tout au long de la route…

Il fait moins un, le brouillard tombe tellement dru que nos capuches gouttent, et l’enthousiasme est total, à quelques km au dessus de Bief, sur la route de Pont de Roide, la magie des grandes épreuves comme le Monte Carlo (quand il avait lieu de nuit) revient…

Qui plus est, l’auto no 1, la Porsche 914 du Belge Daniel Reuter, vainqueur l’an dernier, passe avec une élégance rare, en glissade sur ses pneus cloutés, on rappelle qu’on est sur du goudron pur et dur, la neige fait grève dans le coin.

Puis la Porsche 356 d’un autre Belge, Michel Closjans, joue à égalité dans le concours d’élégance, on sent les spectateurs heureux dans la montée qui continue au-dessus, dans la brume et les arbres.

 

L’AUDI QUATTRO DE CONREAU-OLIVIER EN ELEGANCE ET… PAS LOIN DES PIEDS DU PHOTOGRAPHE!

 

En fait, les Belges sont quasiment invincibles, d’abord ils sont très nombreux, plus de trente équipages, mais surtout, ils sont les rois de la régularité, encore plus quand les conditions sont difficiles, et là, la nuit, plus le brouillard, tout ça avec un petit côté Ardennais qui va bien, ils sont là comme un des poissons dans l’eau…

Henri Pescarolo et Michel Périn passent aussi de façon assez royale, vite, propre, sans à coups.

 

PESCAROLO-PERIN

PESCAROLO-PERIN

 

Deux heures plus tard, l’humidité glaciale commence à nous tomber sur les épaules et nous rappelle que nous ne sommes pas du coin…

Je suis pourtant équipé comme un caribou, mais effectivement ça commence à tirer dans les muscles, et pourtant à chaque passage, il y en a de très beaux et de complètement  ratés,  nous sommes comme des lutins joyeux…

 

LA MORRIS COOPER 1300  DE SEUROT-OSSARD

LA MORRIS COOPER 1300 DE SEUROT-OSSARD

 

Idem pour tout le public, qui ne bougera qu’après le passage de la voiture balai.

La grande nuit du Neige et Glace termine cette journée totalement folle de façon gigantesque.

A l’Hôtel du Lac à Malbuisson, il n’est plus du tout l’heure de discuter et pourtant, il y a au moins deux cents personnes en train de refaire la course…

On s’engueule un peu, on rigole beaucoup, on se vanne un max, le bonheur est parfois aussi simple que ça…

Le grand monde tourne, et deux cent personnes s’en sont fait un petit rien qu’à eux, l’espace d’une soirée, à Malbuisson dans le Jura.

Et ça fait du bien parfois…

Zaniroli a gagné son pari de la première journée.

Demain est un autre jour… et justement, on l’attend avec impatience.

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS TOM ZANIROLI ET RICHARD BORD

 

 

 

 

Sport

About Author

jeanlouis