F1. CHEZ RENAULT, ON GARDE SON CALME…EXPERIENCE OBLIGE !

 

 

 CHEZ RENAULT, ON GARDE SON CALME…

Logo Renault F1 Team

 

Renault, le motoriste Français, partenaire des équipes Red Bull et Lotus, habitué  à se trouver en haut des feuilles de temps depuis de nombreuses années, se retrouve en ce débit d’année 21014, aux abonnés absents :

En effet lors des deux premières journées des essais d’avant-saison à Jerez, les monoplaces équipées du nouveau propulseur ‘’made in France’’ dans leur version 2014,  en piste, se retrouvent larguées par la concurrence qui utilise soit le Ferrari, soit le Mercedes !

A tel point que le quadruple Champion du monde en titre qui a écrasé et survolé les dernières saisons de GP, l’Allemand Sebastian Vettel, pointe ce mardi à     de l’homme du jour, le Britannique Jenson Button et sa McLaren-Mercedes ;

La veille, il n’avait pu couvrir que trois petits tours et sans obtenir le moindre chrono, roulant à trop faible allure… pour se voir attribué un temps

Résultat, ‘’ l’ogre ‘’ des GP et digne successeur de Michael Schumacher, n’a bouclé en deux jours que … onze  tours du tracé andalou !

Oui, vous avez bien lu et ne rêvez pas… 11 tours !

Selon les rumeurs qui circulent en coulisses, le mal proviendrait de problèmes

 

 F1-RENAULT-REMI-TAFFIN


F1-RENAULT-REMI-TAFFIN

 

Alors que les essais venaient de se terminer, Rémi Taffin, l’ingénieur et habituel porte-parole sur les Grands Prix de Renault F1, prenait vu la situation inhabituelle et dans l’urgence, la parole devant un parterre de journalistes afin de tenter d’apporter des éclaircissements:

« Nous avons identifié le problème, même si les sources sont parfois différentes d’une voiture à l’autre selon l’intégration des systèmes dans chaque monoplace. Nous allons y remédier en renforçant les éléments défectueux ce soir et les teams pourront reprendre la piste demain. Nous possédons les ressources nécessaires pour procéder au remplacement des pièces sur place. C’est naturellement malheureux d’avoir perdu ainsi de la présence en piste, car identifier puis résoudre le problème a exigé beaucoup de temps, mais ce sont des maladies de jeunesse prévisibles dans le contexte de cette nouvelle réglementation. »

L’ingénieur n’est évidemment pas rentré dans les détails, mais selon ce qui se dit, il semble bien que le souci rencontré provienne d’un logiciel d’alimentation électrique.

Problème qui s’était déjà produit sur la Toro Rosso de Jean-Eric Vergne la veille et désormais équipée du Renault et non plus du Ferrari. Couac qui visiblement se serait de nouveau manifesté ce mercredi et conjointement sur la Red Bull  de Vettel et la Caterham du jeune Rookie Ericsson !

 

 F1-2014-JEREZ-Remi-TAFFIN-Ingenieur-RENAULT-F1


F1-2014-JEREZ-Remi-TAFFIN-Ingenieur-RENAULT-F1

 

Rémi Taffin, concluant :

« Nous sommes en plein processus de développement. Cela fait partie des aléas de cette période préparatoire. L’intégration des différents systèmes est très complexe et nous découvrons en conditions réelles des difficultés que nous n’avions que deviner sur les bancs d’essais. En utilisant des composants plus robustes que nous allons intégrer ce mercredi soir, les monoplaces vont pouvoir reprendre la piste ce jeudi. On essayera de rattraper le temps perdu en accumulant suffisamment de kilomètres et de données pour assurer ici la suite du programme sans encombre, et ensuite naturellement lors des prochains tests à Bahreïn. »

Il n’empêche, vu le peu de journées de roulage prévu avant la manche d’ouverture, le GP d’Australie à Melbourne, ce premier contretemps, ne manque pas d’inquiéter en interne chez les hommes de Viry-Chatillon…

Mais eu égard à l’énorme expérience de Renault Sporten F1, parions que les soucis devraient être malgré tout, vite résolus. Et un mauvais souvenir… des balbutiements du nouvrau né, le Renault V6 Turbo Energy !

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Max MALKA

F1

About Author

gilles