VENTE AUX ENCHERES : LA MAISON BONHAMS AU GRAND PALAIS LE 6 FEVRIER

 

 

BONHAMS

 

 BONHAMS-2014-Grand-PALAIS-Couverture-CATALOGUE


BONHAMS-2014-Grand-PALAIS-Couverture-CATALOGUE

 

 

Les plus grandes marques du monde au Grand Palais à l’occasion de la vente aux enchères Automobiles de collection, Autos, Motos et Automobilia au Grand Palais  à Paris, le Jeudi 6 février 2014

La célèbre maison BONHAMS, la troisième plus grosse maison de ventes aux enchères après Sotheby’s et Christie’s  et qui détient le record de l’adjudication la plus élevée pour une automobile de collection (plus de 22 millions d’euros pour la Mercedes W196 de Juan Manuel Fangio en juillet 2013), retrouve le Grand-Palais à Paris avec l’une des plus importantes ventes jamais proposée en France :

150 automobiles pour une estimation totale d’environ 20 millions d’euros.

Par ailleurs la vacation consacrée aux motos mettra aux enchères la Harley-Davidson du Pape François offerte à l’occasion du 110ème anniversaire de la marque. Estimée de 12.000 à 15.000€, son produit sera reversé à une association catholique qui vient en aide aux sans-abris.

Plusieurs automobiles exceptionnelles seront présentées :

– Une Delage D6 3 litres compétition de 1947, dotée d’un remarquable historique sportif qui marqua le retour de la marque française à la compétition dans l’immédiate après-guerre (1,1 à 1,7 million d’euros).

– L’une des légendaires Mercedes 500K de 1935, fruit du talentueux designer Hermann Ahrens, ayant appartenu notamment à l’acteur français Henri Garat, et qui est la propriété du vendeur depuis 1969 (2 à 2,5 millions d’euros).

– Une Bugatti 35B construite en France en 1929, ayant appartenu à Jack Lemon Burton, le célèbre fondateur du Bugatti Owners’ Club. Cette voiture participa à de nombreuses compétitions en Angleterre, puis aux Etats-Unis, avant d’être exposée au Briggs Cunningham Museum pendant plusieurs années (1,5 à 1,8 million d’euros).

– Une Ferrari 275GTB/4 de 1968, certifiée par Ferrari Classiche, qui fut en son temps la réponse de la firme au cheval cabré aux nouveaux V12 Lamborghini lors du Salon de Paris de 1966. Cette voiture, dans un état exceptionnel, sort d’une restauration complète effectuée chez Bob Hougton. (2,1 à 2,5 millions d’euros)

Philip Kantor, directeur Europe du département automobiles de collection de Bonhams, nous explique :

« Ces automobiles exceptionnelles côtoieront d’autres autos issues de collections privées et fraîches sur le marché, dont un bon nombre de lots sans prix de réserve, créant ainsi au Grand Palais un évènement incontournable pour les collectionneurs du monde entier ».

 

BONHAMS-2014-Grand-PALAIS-HARLEY-du-PÄPE-FRANCOIS

BONHAMS-2014-Grand-PALAIS-HARLEY-du-PÄPE-FRANCOIS

 

La moto Harley-Davidson offerte au Pape François sera mise aux enchères par Bonhams lors de la vente de motos qui précédera celle des automobiles.

Il s’agit d’un modèle Dyna Super Glide que Harley-Davidson a remis au Pape à l’occasion du 110ème anniversaire de la marque américaine, en juin dernier.

Le souverain pontife l’a ensuite donnée à l’association catholique Caritas Roma, qui consacrera le produit de la vente à la rénovation de son foyer d’accueil pour les sans-abris, à Rome. La moto, qui porte la signature du Pape sur le réservoir, est estimée entre 12.000 et 15.000 euros.

Ben Walker, le directeur du département motos de Bonhams, nous confie :

« Nous sommes extrêmement honorés de vendre cet objet au nom de Caritas Roma. Nous espérons pouvoir rendre fiers le Pape François et Harley-Davidson en récoltant une somme importante pour une très bonne cause. »

 

Delage 3 litres D6 Compétition Grand-Prix Biplace 

BONHAMS-2014-au-GRAND-PALAIS-La-DELAGE

BONHAMS-2014-au-GRAND-PALAIS-La-DELAGE 3litres D6 de 1947

 

La Delage 3 litres D6 Compétition Biplace de 1947, est une auto de course qui a été utilisée par le constructeur au cours des saisons 1947-1949 comme voiture d’usine. A ce titre elle fut engagée dans de nombreux évènements, comme le GP de Pau et le GP de Belgique en 1947, les 24 heures de Spa, les 12 heures de Paris en 1948, et les 24 heures du Mans en 1948 et 1949, avec à son volant des pilotes prestigieux tels que Philippe  Etancelin, Maurice Trintignant, Auguste Veuillet et Carlo ‘’ Charles ‘’ Pozzi.

Cette auto est estimée entre 1,100,000 et 1,700,000 euros.

Considérée par les experts de la marque, comme la Delage 3L de course d’après-guerre la plus authentique à ce jour avec carrosserie, moteur boîte et pont d’origines, elle fut vendue à Auguste ‘’ Toto ‘’ Veuillet, le premier importateur de Porsche en France et fondateur de ‘Sonauto’, passant ensuite entre les mains du premier importateur français de Ferrari, Carlo ‘Charles’’ Pozzi, en 1951.

Ayant participé avant la guerre à de nombreuses épreuves, gagnant à Donington en 1938 et finissant à la deuxième place aux 24 heures du Mans en 1939, cette auto est dotée d’un historique ininterrompu et d’un magnifique palmarès de course. Delage, sous la direction de Walter Watney, en produisit cinq après la deuxième guerre mondiale. Cette Delage est l’une des meilleures voitures de course ayant été engagée dans de nombreux événements tant en GP qu’en endurance et jouit ainsi d’une place significative dans l’histoire du sport automobile français.

 

Mercedes-Benz 500K Cabriolet A 1935

BONHAMS-2014-Grand-PALAIS-Mercedes-Benz-500k-Cabriolet

BONHAMS-2014-Grand-PALAIS-Mercedes-Benz-500k-Cabriolet A de 1935

 

Cette auto, qui n’est pas apparue sur le marché depuis près d’un demi-siècle, est l’exemple parfait de ce que l’industrie automobile pouvait proposer de plus luxueux dans les années 30.

Livrée neuve en 1935 à Berlin à l’acteur français Henri Garat, qui tourna dans plus de 40 films dans l’entre-deux guerres, elle est restée dans la même collection suisse depuis 1969 et est estimée de 2,000,000 à 2,500,000€.

Issue de cette collection, une autre Mercedes-Benz, un modèle 300SL avec Hardtop d’usine de 1958, acquise en 1972, sera également vendu lors de cette vacation. Estimation ? Entre 650,000 et 850,000 €.

La Mercedes-Benz 500K était l’une des rares voitures des années 30 capable d’atteindre 160km/h. En 1936, le magazine Autocar la décrivait comme « une maîtresse automobile et pour une petite élite. La seule insolence de sa formidable puissance est déjà une expérience en soi ». La firme de Stuttgart n’a construit que 354 unités de la 500K dont seulement 31 cabriolets A, rareté qui renforce encore le caractère très exclusif de ce modèle.

La rareté, le style et la performance de ces grandes Mercedes à compresseur en font l’une des plus recherchées de toutes les automobiles classiques.

 

LA BUGATTI TYPE 35D

BONHAMS-2013-Grand-PALAIS-La-Bugatti-35B

BONHAMS-2013-Grand-PALAIS-La-Bugatti-35B

 

Construite en 1929 en France, la Bugatti type 35B Grand Prix de 1929 qui jouit d’un pédigrée en compétition exceptionnel depuis sa sortie des usines de Molsheim, a eu successivement des propriétaires prestigieux.

Jack Lemon Burton, membre fondateur du Bugatti Owners Club en fut le premier propriétaire, l’ayant reçu en cadeau d’anniversaire pour ses 21 ans. Son second propriétaire, Alan Bainton changea le moteur d’origine suite à un incident de course en 1935, ce qui justifia sa transformation en Type 35B.

Ainsi elle courut sur le tracée de Brooklands, ou encore à Shelsley Walsh, à plusieurs reprises. Acquise en 1946 par la fille du Duc de Westminster, Mary Grosvenor, pilote de course passionnée, celle-ci battut le record de vitesse dans sa catégorie à Prescott en 1947, record qui fut inégalé pendant 35 ans. L’auto traversa l’Atlantique, au début des années 1950, pour participer à de nombreuses courses historiques. Elle resta pendant 50 ans aux Etats-Unis, notamment au Briggs Cunningham Museum pendant les années 60 et prit part à de prestigieux concours d’élégance à partir de 1977, remportant ainsi de nombreux prix.

En 2007, elle fut entièrement remise aux spécifications d’avant son séjour américain par Gentry, retrouvant ainsi ses qualités de voiture de course.

Son estimation  ? De 1,500,000 à 1,800,000€ !

 

la  Formule 1 Ferrari 126 C4 M2 de 1984

BONHAMS-Vente-6-Fevrier-2014-Grand-Palais-a-PARIS-Ferrari-126-C4-1984-ex-Michele-ALBORETO

BONHAMS-Vente-6-Fevrier-2014-Grand-Palais-a-PARIS-Ferrari-126-C4-1984-ex-Michele-ALBORETO

 

Parmi les 10 Ferrari proposées à la vente, deux vont particulièrement attirer l’attention.

Une Formule 1 Ferrari 126 C4 M2 de 1984, également certifiée par Ferrari Classiche, a l’avantage d’être l’une des rares Ferrari F1 de course à pouvoir courir sans le soutien du Servizio Corse Clienti. Pilotée par Michele Alboreto lors de la saison des Championnats du Monde de Formule 1 de 1984 elle termina 4ème. Elle fut ensuite acquise par un collectionneur et inutilisée jusqu’à l’an dernier. Grâce à son état exceptionnel elle ne demande qu’à reprendre la compétition.

Une Ferrari 275 GTB/4 Berlinetta de 1968, certifiée par Ferrari Classiche et estimée entre 2,000,000 et 2,500,000 euros. Cette Ferrari, construite en janvier 1968, vient de bénéficier d’une restauration complète absolument exceptionnelle. Acquise par un italien en 1968, elle fut ensuite exportée aux Etats-Unis dans les années 1970 pour devenir la propriété de W. Michael Gray de Los Gatos, un dirigeant de société californien, avant de revenir en Allemagne en 1980 puis en Suisse et en Irlande. L’actuel propriétaire a commandé à Bob Houghton, l’un des spécialistes Ferrari les plus renommés du Royaume-Uni, une restauration complète s’élevant à plus de 230.000€ et qui fut terminée au cours de l’été 2013.

 

 

Facel Vega : Facel II Coupé 1962

BONHAMS-FACEL-VEGA-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais

BONHAMS-FACEL-VEGA-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais

 

De facture artisanale, les Facel Vega se démarquent par leur élégance, leur puissance et leur luxe, les plaçant ainsi directement en concurrence avec les Rolls-Royce, en leur temps. Cette magnifique Facel Vega ‘sortie de grange’ est présentée aujourd’hui telle qu’elle fut livrée à son premier propriétaire, revêtant ainsi une robe « bleu paon ». Son moteur et sa peinture sont dans leur état d’origine. Elle n’affiche que 49.000 kms au compteur. Son exclusivité et sa rareté la rendent digne d’une restauration complète en vue d’éventuelles participations à des concours d’élégance dans la classe préservation.

 

Porsche 911 speedster « version étroite » 1989

 BONHAMS-PORSCHE911-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais


BONHAMS-PORSCHE911-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais

 

La 911 speedster est un modèle emblématique de Porsche, faisant référence au glorieux passé de la marque de Stuttgart. Depuis sa livraison le 17 août 1989 en Suède, cette rare Porsche 911 speedster ‘version étroite’ de 1989 n’a parcouru que quelques 638 km, son propriétaire ne désirant la sortir qu’à de rares occasions. Cette voiture est dans un état absolument neuf.

Aston DB5 1965

BONHAMS-ASTON-MARTIN-DB5-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais

BONHAMS-ASTON-MARTIN-DB5-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais

 

Cette DB5 de 1965 est la parfaite harmonie entre vitesse et confort, dotée d’incroyables performances, la DB5 incarne une parfaite évolution de la DB4. Son moteur 6 cylindres, de 4 litres de cylindrée avec 3 carburateurs SU permet d’afficher 282 chevaux, et d’abattre le 0-100km/h en 7 secondes. S’il reste délicat de distinguer extérieurement la DB4 série 5 de la DB5, il n’en demeure pas moins que c’est cette dernière qui a été choisie pour donner la réplique à Sean Connery dans Goldfinger, ce qui permit de populariser la voiture de l’agent 007 dans le monde entier. D’ailleurs le modèle présenté aujourd’hui s’habille d’une livrée gris bouleau argentée, couleur voulue par M. Bond lui-même.

Le modèle que Bonhams propose est sans doute l’un des plus authentiques, ayant fait l’objet d’un entretien constant et minutieux par ses différents propriétaires tout en gardant ses cuirs d’origine.

 

Aston Martin DB 4 GT série IV coupé 1962

 

Perçue comme un modèle avant-gardiste lors de sa sortie, la DB4 se distinguait à la fois par un design très élégant et par un moteur développant près de 240 chevaux. La version GT de la DB4 bénéficie d’un moteur préparé augmentant significativement ses performances jusqu’à plus de 300 chevaux. Cette DB4 GT série IV fait partie de l’une des cinq Série IV livrées avec ce moteur. Sir Henry Dingley, puis S.A. Tayloe, seraient selon le vendeur, les deux premiers propriétaires de la DB4 GT Série IV. Cette voiture a été entièrement restaurée, autant du point de vue de la carrosserie que du point de vue mécanique.

 

 

Lagonda V12 Drophead coupé 1939

BONHAMS-LAGONDA-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais

BONHAMS-LAGONDA-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais

 

La Lagonda V12 est certainement l’un des chefs d’œuvre de W.O. Bentley. Elle marque un réel aboutissement mécanique en 1936. Cet exemplaire fait partie d’une série de seulement 189 unités. Cette marque qui avait triomphé au Mans en 1935, décida d’aligner son moteur V12 à l’ occasion de l’édition de 1939. Les deux biplaces finirent 3ème et 4ème.

Cet exemplaire livré neuf à Briggs Cunningham est ensuite resté pendant plusieurs décennies dans les salles d’exposition de son musée, avant d’être vendu et de passer entre les mains de différents propriétaires, jusqu’à l’actuel en 2000. Le compteur affiche aujourd’hui environ 12,000 kms, chiffre fort probablement exact, ce qui selon les spécialistes ferait de ce moteur, le V12 avec le plus faible kilométrage existant actuellement.

 

Voisin C23 Berline 1930

 BONHAMS-VOISIN-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais

BONHAMS-VOISIN-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais

 

Si Gabriel Voisin fut l’un des plus grands pionniers de l’aviation, il décida de reconvertir son activité aéronautique en industrie automobile, afin de maintenir son activité industrielle. Très vite ses autos connurent un vif succès auprès de nombreuses célébrités telles que Maurice Chevalier ou Joséphine Baker.

La C23 vient compléter la gamme des automobiles Voisin développant un modèle intermédiaire entre les 13 CV et les luxueuses 28 et 33 CV. Le moteur de 3 litres de cylindrée est habillé d’une magnifique carrosserie toute en angles, caractéristique de ce modèle au début des années 1930.

Le vendeur de cette auto en a supervisé l’entière restauration depuis le châssis, en ayant soin de conserver presque tous les éléments originaux. Le moteur de son coté a été entièrement refait par Superleggera. Cette auto qui est présentée aujourd’hui est le symbole vibrant de l’accord parfait entre science de l’aéronautique et automobile.

Jaguar 3.5 Litre roadster SS100 1938

BONHAMS-JAGUAR-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais

BONHAMS-JAGUAR-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais

 

La Jaguar SS100 de 1938 s’inscrit dans la lignée de la SS90 qui l’avait devancée, malgré de nombreuses modifications techniques. Son objectif premier fut la compétition automobile. Très vite les succès survinrent. Ainsi elle remporte l’International Alpine Trial en 1936, devant une Bugatti, ce qui permit de faire connaitre la marque naissante au grand public. Vont suivre des victoires au RAC Rally en 1937 et 1938.

Seuls 116 modèles de la série des 3 ½ litres ont été produits lorsque la Guerre éclate en 1939.

Le modèle présenté aujourd’hui a d’abord servi de véhicule de démonstration en concession en Angleterre, avant d’être exportée vers les USA où il deviendra la propriété du célèbre architecte John Lyon Reid à San Francisco, avant de rejoindre les salles du Briggs Cunningham Museum.

L’auto aux numéros concordants revient en Europe à la fin des années 1980, et rejoint l’Italie vers 1997, où sa carrosserie et sa mécanique furent intégralement restaurées en 1998. Depuis la Jaguar s’est montrée très performante lors d’épreuves de régularité. Ce modèle par son glorieux passé sportif est l’occasion d’acquérir l’une des autos à l’ origine de la légende Jaguar.

 

Renault Dauphine 1093 berline 1962 CD Panhard Coach de 1963

BONHAMS-RENAULT-DAUPHINE-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais.

BONHAMS-RENAULT-DAUPHINE-Vente-6-fevrier-2014-Grand-Palais.

 

Ces deux autos seront également intéressantes à suivre à l’occasion de la vente du Grand Palais, car elles témoignent du patrimoine automobile sportif français du début des années 1960.

En effet la Renault Dauphine 1093, développée en série limitée au cours des saisons 1962-63, est une version spéciale de la Dauphine, produite à la suite de la victoire au Monte-Carlo 1958 de l’équiopage Monraisse-Ferret.

Cet exemplaire à été entièrement restauré, tant la mécanique que la carrosserie.

 

La Panhard CD coach de 1963 remporta au Mans  en 1962, la victoire dans sa catégorie, se hissant à la 17ème place au classement général, s’adjugeant au passage l’indice de performance à une moyenne de plus de 142 km/h. Dotée du combattif moteur de 848 cm3 cet exemplaire du célèbre coach Panhard, a récemment remporté l’indice de performance au Mans Classic, et a terminé 2ème de l’épreuve en 2008. Le modèle présenté par Bonhams a été entièrement restauré entre 2005 et 2008 et est prêt à prendre part au Mans Historic dès cette année.

Enfin, il convient de noter que pas moins de cinq Citroën DS seront présentes lors de la vente, dont un coupé Concorde, un cabriolet d’usine ainsi qu’un rarissime cabriolet Le Caddy.

Bref, Bonhams va présenter à la vente, de sacrées belles bagnoles.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : BONHAMS

 

Jeudi 6 février. 10h30 : automobilia – 12h30 : motos – 14h : automobiles

Exposition mercredi 5 février, de 9h00 à 17h30 et jeudi 6 février, à partir de 8h00

 

 

Sport

About Author

gilles