WRC. CITROËN RACING DÉBUTE SA SAISON AU RALLYE MONTE-CARLO

 

 

 WRC-les-equipages-CITROEN-2014-Présentaion-lundi-16-decembre-a-SATORY-photo-Gilles-VITRY-pour-autonewsinfo


WRC-les-equipages-CITROEN-2014-Présentaion-lundi-16-decembre-a-SATORY-photo-Gilles-VITRY-pour-autonewsinfo

 

 

Citroën Racing débute sa saison sportive cette semaine avec le traditionnel Rallye Monte-Carlo, annuellement manche d’ouverture du Championnat du Monde des Rallyes WRC.

Deux DS3 WRC sont alignées sous la bannière du Citroën Total Abu Dhabi World Rally Team. Elles sont confiées aux équipages Kris Meeke – Paul Nagle (n°3) et Mads Østberg – Jonas Andersson (n°4).

Pour la première fois depuis ses débuts en WRC, Citroën Racing renouvelle totalement ses effectifs d’une saison sur l’autre.7

De l’ID19 de 1959 à la DS3 WRC de 2013, Citroën a décroché neuf succès en Principauté.

 

 

CITROËN ET LE RALLYE MONTE-CARLO : UN PEU D’HISTOIRE…

WRC-2013-RALLYE-MONTE-CARLO-DS3-CITROEN-de-SEBASTIEN-LOEB Photo Jo LILLINI

WRC-2013-RALLYE-MONTE-CARLO-DS3-CITROEN-de-SEBASTIEN-LOEB Photo Jo LILLINI

 

Au cœur d’un record de victoires en WRC (93 succès depuis 2001), le Monte-Carlo occupe une place à part dans l’histoire sportive et médiatique de Citroën.

Féru de marketing, André Citroën n’avait pas hésité à engager son dernier modèle lors de l’édition 1934. Même si cette nouvelle réalisation, le T45, était un… autocar de présérie avec une dizaine d’hommes d’équipage qui terminèrent 98ème du classement général !

En 1959, la Marque s’imposait pour la première fois grâce à la Citroën ID 19 du tandem Paul Coltelloni et Pierre Alexandre. Sept ans plus tard, Pauli Toivonen et Ensio Mikander offraient une victoire plus inattendue à la DS 21.

Avec l’engagement officiel de Citroën au début de la dernière décennie, la Créative Technologie a aligné les succès en Principauté.

Qu’on en juge :

En 2002, le duo Sébastien Loeb et Daniel Elena domine l’épreuve, sans pour autant apparaître au palmarès. Puis, à sept reprises en huit participations, la paire franco-monégasque s’est imposé avec les Xsara WRC, C4 WRC et DS3 WRC.

L’édition 2003 fût même marquée par un podium 100% Citroën composé des équipages Sébastien Loeb – Daniel Elena, Colin McRae – Derek Ringer et Carlos Sainz – Marc Marti.

L’an passé, les mêmes Sébastien Loeb et Daniel Elena avaient confirmé leur suprématie, en dominant l’épreuve après s’être déjoués des nombreux pièges tendus par la météo.

L’emportant une dernière fois devant la VW Polo de Sébastien Ogier-Julien Ingrassia

 

 

PRÉPARATION SPÉCIFIQUE POUR UNE ÉPREUVE INCOMPARABLE

WRC-2013-MONTE-CARLO-CITROEN-PARC-ASSISTANCE

WRC-2013-MONTE-CARLO-CITROEN-PARC-ASSISTANCE

 

Épreuve hivernale disputée entre les Alpes et la Méditerranée, le Rallye Monte-Carlo se caractérise généralement par des conditions de route très variées. Asphalte sec ou mouillé, verglas, neige car la surface évolue au fil des heures, des kilomètres et du passage des voitures.

Pour se préparer, l’équipe Citroën Total Abu Dhabi a organisé plusieurs séances d’essais dans le sud-est de la France, au plus près du parcours du rallye.

Ingénieur en charge de l’exploitation des DS3 WRC, Didier Clément détaille la méthode appliquée par l’équipe :

« Nous avons mené notre campagne de tests en deux temps. Avant Noël, les deux équipages ont effectué deux jours chacun dans les Alpes-Maritimes. Ils ont pu appréhender le pilotage de la Citroën DS3 WRC sur des bases sans piège. À quelques jours du rallye, nous leur avons compliqué la tâche. Ils ont dû rouler avec des pneus cloutés sur le sec, ou des slicks sur la neige. Nous avons également testé les configurations intermédiaires, avec des gommes panachées. Kris et Mads devaient intégrer ces situations qui peuvent se présenter à un moment ou un autre pendant le rallye. »

En balayant un maximum de cas de figure en essais, l’équipe a ainsi consolidé son énorme base de connaissances.

Didier Clément, prècise :

 « Pendant le rallye, il s’agit de faire les meilleurs – ou moins mauvais – choix de pneumatiques. Il faut réussir à anticiper les conditions, en recoupant les informations fournies par les ouvreurs, par nos hommes météo et par Météo France »

Et il poursuit :

  « Avec toutes ces données, en fonction de notre expérience et des essais, nous préconisons une monte aux équipages. Mais c’est toujours le pilote qui a le dernier mot, car il doit se sentir en confiance au volant pour pouvoir attaquer. »

Pour cette épreuve, chaque pilote pourra utiliser un maximum de 45 enveloppes. Au sein de la gamme Michelin, les titulaires de l’équipe Citroën Total Abu Dhabi, choisiront entre des slicks tendres et extra-tendres, ainsi que des pneus hiver, cloutés ou non.

 

 

LE SIXIÈME MONTE-CARLO DE KRIS MEEKE, MAIS SON PREMIER EN WRC 

WRC-2014-Kris-MEEKE-portrait-photo-Jo-LILLINI.

WRC-2014-Kris-MEEKE-portrait-photo-Jo-LILLINI.

 

Avec cinq départs, Kris Meeke possède déjà une bonne expérience du Monte-Carlo :

« Mon meilleur souvenir remonte à 2005. C’était mon premier rallye au volant d’une Citroën, j’étais engagé en Junior WRC avec la C2 Super 1600. Les conditions étaient difficiles, comme toujours, avec de la neige et du verglas. Je me souviens surtout de cette édition, car je m’étais imposé dans ma catégorie ! »

De par son expérience, Kris sait qu’un Monte-Carlo peut se jouer sur des détails :

« Comprendre la route, parvenir à lire le revêtement et à réagir en conséquence est la meilleure façon de réussir. Il est inutile de viser tel ou tel résultat. L’objectif est d’être régulier, d’éviter les erreurs et de se concentrer sur ce qui est prioritaire : être à l’arrivée. Si tout se passe bien, un bon résultat vient récompenser ces efforts. »

Et il enchaine :

« Les essais m’ont permis de découvrir le comportement de la DS3 WRC dans des conditions particulièrement délicates. Sur la neige ou le verglas, il est essentiel d’avoir confiance en soi et dans la voiture. Le travail que nous avons fait m’a fait apprendre et progresser. Reste à voir ce que nous réserve la météo pour la course ! »

 

 

MADS ØSTBERG ESPÈRE LA NEIGE !

WRC-les-pilotes-CITROEN-2014-Présentaion-lundi-16-decembre-a-SATORY-Mads-OSTBERG-photo-Gilles-VITRY-pour-autonewsinfo

WRC-les-pilotes-CITROEN-2014-Présentaion-lundi-16-decembre-a-SATORY-Mads-OSTBERG-photo-Gilles-VITRY-pour-autonewsinfo

 

Participant pour la première fois à l’épreuve en 2013, Mads Østberg se souvient surtout de la mythique spéciale du Turini :

 « Je pensais perdre plusieurs minutes, car je n’arrivais pas à trouver le grip. Je me battais dans la voiture en ayant l’impression d’être totalement impuissant. Au point-stop, j’ai enlevé mon casque, j’ai pris ma tête à deux mains tellement j’étais frustré… Et on m’a annoncé que j’avais fait le meilleur temps provisoire. J’étais devant tous les leaders ! »

Comme tout pilote scandinave, Mads est particulièrement à l’aise lorsque l’adhérence est précaire. Le Norvégien ne serait donc pas contre des conditions totalement hivernales :

« Le Monte-Carlo est un vrai défi pour débuter la saison. Je n’ai pas encore fait beaucoup de kilomètres avec la voiture, mais j’ai de bonnes sensations après les essais. Je trouve que la Citroën DS3 WRC est bien stable, avec un moteur très puissant. Les tests m’ont permis de découvrir tout ce qui peut nous attendre pendant le rallye. J’ai eu l’impression de bien m’en sortir en slicks sur la neige, même si cela s’apparentait plus à de la survie qu’à du pilotage… En tous cas, si je pouvais choisir la météo, je demanderais un maximum de neige ! »

 

 

LE MONTE-CARLO REVISITE SES CLASSIQUES

WRC 2013 MONTE CARLO LES DS3 en parc ferme Photo Jo LILINI

WRC 2013 MONTE CARLO LES DS3 en parc ferme Photo Jo LILINI

 

Basé à Valence ces dernières années, le rallye change de physionomie, avec un itinéraire modifié à plus de 90% par rapport à l’an passé.

Jeudi 16 janvier, le départ de cette 82ème édition sera donné de Gap. La course débutera par une boucle de trois spéciales parcourue à deux reprises au cours de la journée :

Orpierre – Saint André de Rosans (25,49 km), Rosans – Sainte Marie – La Charce (17,98 km) et Montauban sur l’Ouvèze – Col du Perty – Laborel (19,34 km).

Vendredi 17 janvier, les équipages feront une nouvelle boucle autour de Gap avec Vitrolles – Col d’Espreaux – Faye (49,03 km) et Selonnet – Col des Garcinets – Bréziers (22,68 km).

Après la pause de mi-journée, ils prendront la route de Monaco avec un second passage dans Vitrolles – Col d’Espreaux – Faye puis Sisteron – Col de Fontbelle – Thoard (36,85 km).

L’arrêt effectué à Digne-les-Bains permettra de changer de pneumatiques avant Clumanc – Col du Défend – Lambruisse (20,77 km).

Pendant ce temps, les équipes démonteront les structures d’assistance, installées près du stade nautique de Gap. Elles seront mises en place au cours de la nuit sur le port de Monaco, point névralgique de l’étape du samedi.

Cette dernière journée s’articulera autour du Col du Turini, avec deux boucles constituées de La Bollène Vésubie – Col de Turini – Moulinet (23,40 km) et Sospel – Col de Brouis – Breil sur Roya (16,55 km).

L’arrivée finale sera jugée à 22h41.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Jo LILLINI  – Gilles VITRY et CITROEN

 

 WRC-2013-RALLYE-MONTE-CARLO-SEB-LOEB-CITROEN.


WRC-2013-RALLYE-MONTE-CARLO-SEB-LOEB-CITROEN.

 

WRC

About Author

gilles