F1. AU GRAND PRIX D’AUSTIN AU TEXAS. PIRELLI FAIT FACE A UNE METEO MITIGEE AUX ETATS-UNIS

 

 

F1-2013-AUSTIN-TEXAS-RED-BULL-RENAULT-de-VETTEL

F1-2013-AUSTIN-TEXAS-RED-BULL-RENAULT-de-VETTEL

 

Le pneu dur Pirelli P Zero Orange et le medium P Zero Blanc seront les deux allocations proposées ce weekend, à l’occasion du Grand Prix des Etats-Unis dont les essais libres se sont tenus vendredi  par des conditions atmosphériques variables, allant d’un épais brouillard dans la matinée, à 25°C dans l’après-midi.

Le pilote le plus rapide de la journée fut Sebastian Vettel avec sa monoplace Red Bull-Renault, signant un temps de 1’37 »305 en medium lors des Essais Libres 2. Son coéquipier Mark Webber s’est adjugé le second meilleur temps, devant les deux Mercedes. Heikki Kovalainen, l’inattendu  » pigiste de luxe  » de l’équipe Lotus, a de son côté rapidement trouvé ses marques avec les deux mélanges Pirelli, signant le 5ème temps pour sa première pige au volant de la monoplace que pilotait Kimi Räikkonen.

La première séance matinale a été retardée en raison d’un épais brouillard, qui n’a pas permis à l’hélicoptère médical de manœuvrer. C’était alors Fernando Alonso qui avait placé sa Ferrari en haut de la hiérarchie avec le pneu dur. Avec un peu plus de roulage dans l’après-midi, les équipes ont tiré le meilleur parti des 90 minutes allouées.

Sur une piste encore en pleine évolution, les équipes se sont concentrées sur l’évaluation de la performance de course avec différentes charges de carburant sur les deux types de pneumatiques.

 

PIRELLI Paul Hembery A

 

Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport, expliquait :

«  Nous avons assisté à une grande variété de conditions météo aujourd’hui, mais nous nous attendons à des températures à la hausse durant le reste du weekend, ce qui rendra évidemment la tâche encore plus difficile aux équipes au moment de prédire le comportement des pneus, et donc, de décider de la stratégie. Par ailleurs, nous avons vu que la piste a évolué durant les deux séances, les temps devenant progressivement plus rapides. Globalement, il semble y avoir plus d’adhérence que l’an dernier, quand l’asphalte était encore neuf. Pour l’heure, d’après nos observations, nous pourrions assister à une course à un arrêt unique pour la plupart des concurrents, comme l’an dernier. Certains pourraient cependant tenter deux arrêts s’ils pensent que cela leur permet d’augmenter leur vitesse. L’usure et la dégradation sont là où nous les attendions : le medium sera nécessaire pour les qualifications, tandis que l’on voit peu de dégradation sur le dur, qui est tout juste moins d’une seconde plus lent au tour que le medium actuellement. C’est un écart assez important pour que la stratégie fasse la différence, particulièrement pour les pilotes partant en dehors du Top10, et n’ayant pas à attaquer la course avec les pneus utilisés en qualifications. Il y a encore beaucoup de données à analyser dans la soirée, avant que les équipes ne se concentrent sur les simulations de qualifications lors des EL3, qui devraient se tenir par des conditions plus représentatives de ce que l’on verra en course ».

 

Le fait Pirelli du jour :

Lewis Hamilton, le pilote Mercedes,  est le seul pilote F1 en activité à avoir remporté le Grand Prix des Etats-Unis, grâce à sa victoire de l’an dernier sur le Circuit des Amériques ici à Austin et celle d’Indianapolis, en 2007 !

Il porte ce weekend un casque dédié à son chanteur américain favori – Michael Jackson – et l’on espère bien que la course sera un…thriller !

 

 RÉMI TAFFIN, DIRECTEUR DES PRESTATIONS PISTE RENAULT SPORT F1

F1 2013  REMI TAFFIN

 

« Même si Austin est un circuit récemment apparu au calendrier, il est déjà devenu incontournable pour notre équipe. La ville est fantastique et le tracé est tout aussi impressionnant que l’accueil que nous recevons. C’est un beau mélange de virages techniques et les paramètres externes sont difficiles à maîtriser. Avec une vitesse moyenne proche des 200 km/h, c’est également une piste rapide.».

Il poursuit :

« Le moteur travaille à moyens et hauts régimes tout au long du tour et il y a quelques endroits très excitants, comme le virage n°1 ou le dernier secteur, où le moteur doit délivrer un bon équilibre entre réponse et souplesse. C’est l’une des pistes où nous travaillons le plus étroitement avec les équipes châssis, car il y a des virages aveugles où le pilote a besoin de « ressentir » les choses en ayant la certitude que la voiture se comportera comme il le souhaite.».

Et enchaîne :

« De même, la localisation de la piste, au milieu des prairies texanes, représente un défi en soi. Le manque d’humidité ambiante, similaire à Abu Dhabi et Bahreïn, produit deux effets sur le moteur, un positif et un négatif. Le point positif est que l’air contient plus d’oxygène pur, ce qui est bénéfique sur la puissance. En revanche, cette aridité use plus vite la mécanique. En fait, vous pouvez même faire ‘pétarader’ le moteur s’il n’est pas géré correctement. C’est un phénomène très destructeur qui consiste en une combustion anormale de l’air et de l’essence, provoquant d’énormes contraintes sur le piston. Pour éviter cela, le temps d’allumage est réglé avec beaucoup d’attention.»

Avant d’ajouter :

« Les températures étaient assez fraîches l’an passé, ce qui rendait la consommation au tour assez élevée. Le phénomène est encore accru par les changements d’altitude et les enchaînements ‘on-off’ du dernier secteur. Ce n’est pas un problème particulier mais cela signifie que la masse de carburant au départ sera l’une des plus élevées de l’année.»

Et, il conclut :

« Dans l’ensemble, c’est une course que nous avons hâte de disputer. Il reste seulement deux Grands Prix avant que le RS27 prenne sa retraite et nous avons atteint plusieurs records dans cette dernière partie de saison. Nous avons signé la 50e victoire du moteur RS27 et contribué aux deux derniers titres de l’ère des V8, pour un total de cinq couronnes sur les huit dernières saisons. Nous sommes motivés pour poursuivre sur cette dynamique et nous donnerons tout aux Etats-Unis et au Brésil pour améliorer nos propres records.»

 

Peter GRISWOLD

Photos : RED BULL et PIRELLI

 

 

F1 Sport

About Author

gilles