F1. LA JUSTICE FRANCAISE DONNE RAISON A MAX MOSLEY FACE A GOOGLE

 

Max Mosley FIA

 

L’ancien Président de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile) le britannique Max Mosley, éclaboussé en 2008 par le scandale des images sado-masochistes,  révélé par le magazine Londonien ‘ News of the World ‘ a obtenu ce mercredi  de la justice française que les images soient interdites et bloquées pendant cinq ans par le moteur de recherche Google.

Max Mosley qui a longtemps vécu en France ou ses parents étaient installé au sud de Paris, dans la vallée de la Bièvre, avait en effet assigné le moteur de recherche  Google pour le contraindre et le forcer, sous peine d’astreintes financières, à non seulement retirer toutes les images incriminées mais également pour empêcher à l’avenir, leur diffusion.

 

Max-mosley-siege-FIA-Photo-Olivier-THIBAUD

Max-mosley-siege-FIA-Photo-Olivier-THIBAUD

 

Dans son jugement de ce 6 novembre 2013, la 17ème chambre civile du TGI (Tribunal de Grande Instance) donne deux mois à Google pour retirer pendant cinq ans l’affichage, sur son moteur « images », les neuf clichés litigieux et ce sous astreinte de 1.000€ par manquement  dument constaté.

D’autre part, Google a été condamné, à verser au plaignant, un euro de dommages et intérêts !

Daphné Keller, conseillere juridique de Google, a expliqué :

« Dans une décision perturbante, un tribunal français a décidé ce jour que Google devait fabriquer un filtre pour supprimer neuf images de Monsieur Max Mosley de nos résultats de recherche. Cette décision devrait inquiéter ceux qui défendent la cause de la liberté d’expression sur internet. »

 

Max-Mosley-en-colere-Congres-FIA-PHOTO-Bernard-BAKALIAN.

Max-Mosley-en-colère contre GOOGLE –PHOTO-Bernard-BAKALIAN.

 

De son coté, l’avocate conseil de Max Mosley, Maitre Clara Zerbib, avait invoqué l’atteinte à la vie privée et que même si Google a déjà retiré plusieurs fois ces photos, à sa demande, celles-ci revenaient néanmoins en permanence sur Google images.

Cette affaire avait à l’époque fait grand bruit à travers le monde et ruiné l’avenir de Max Mosley sur le plan sportif, celui-ci ne pouvant se représenter à la présidence de la FIA, comme il l’avait envisagé.

C’est le français Jean Todt, ancien Team-manager de la Scuderia Ferrari qui avait pris sa suite, étant élu, face au pilote Ari Vatanen, le 23 octobre 2009, à Paris

 

Aurélie ELBAZ

Photo : Bernard BAKALIAN et Olivier THIBAUD

 

mosley 4

 

Sport

About Author

gilles