MOTOGP ET WSBK : LE POGNON DECIDE DU TABLEAU DES ARRIVEES ET DES DEPARTS…

LAVERTY DESCEND D’UN CRAN

 

C’est un peu comme à la gare SNCF ou à l’aéroport, arrivées et départs dans les deux grands championnats du monde de vitesse se succèdent sans arrêt !

Et d’ailleurs, quand un avion décolle, quand un train siffle, c’est qu’il est d’abord arrivé…

Même principe en MotoGP et en WSBK où il ya… beaucoup de mouvements !

 

WSBK : LAVERTY ATTERRIT CHEZ SUZUKI, CAMIER DECOLLE…

LEON CAMIER OUT

LEON CAMIER OUT

 

Je ne dirais pas que Laverty déconne, je ne me le permettrais pas, mais sur ce coup-là, on peut quand même se poser quelques questions sur la logique du truc…

Il a roulé en 2013 sur une moto phénoménale, l’Aprilia, il est viré du team officiel, c’est Marco Melandri qui va prendre son guidon, et tout de suite la même usine lui propose une moto… d’usine, qui serait juste drivée par une équipe privée.

Laverty refuse et signe chez Suzuki, pour piloter une moto aux performances très largement inférieures à celles de l’ Aprilia.

Juste avant, il avait proposé ses services chez Ducati en MotoGP, pour reprendre le guidon de Spies, aujourd’hui dévolu à Yonny Hernandez, pilote colombien.

Il se dit que Laverty aurait demandé un demi-million de dollars, mais en face, d’abord Yonny est un pilote discret, pas une grande gueule, et surtout il est l’enfant chéri de la Dorna, qui a besoin de pilotes sud-américains parce qu’en 2014, deux GP seront organisés en Amérique Latine, l’un au Brésil, l’autre en Argentine.

Bon Suzuki.

Qui aurait aussi promis à Laverty un des deux guidons en MotoGP en 2015.

En WSBK, dans le team officiel Suzuki, comme Alex Lowes a remplacé Jules Cluzel, qui retourne en Moto2 avec Caterham, et que Laverty atterrit, c’est donc Leon Camier qui décolle, et qui en a gros sur la patate parce qu’après les premiers essais 2014 à Jerez, le tôlier du team lui avait serré la pince genre « à bientôt et bravo ! ».

Je l’écris souvent, toute histoire a son con et là c’est Camier.

Qui vise peut-être l’Aprilia privée délaissée par Laverty ou les championnats US et British.

Mais Suzuki en GP 2015, damned, ça devait pas être De Puniet ?

Si, si, enfin, pour l’instant.

 

SUZUKI VEUT GARDER DE PUNIET…EN 2014 ET SANS COURSES PARCE QUE PAS DE POGNON !

RANDY DE PUNIET SUR LA SUZUKI DE GP

RANDY DE PUNIET SUR LA SUZUKI DE GP

 

Bon, Davide Brivio, le boss du team test de Suzuki en MotoGP, souhaite le garder comme pilote-metteur au point en précisant que Randy ne courra aucun GP en 2014, même en Wild Card.

 « Nous ne pouvons pas offrir un programme de course et chaque pilote en première option préfère la course. Randy attend de voir s’il a quelque possibilité de courir ou pas avant de décider, mais nous attendons et nous serions heureux de continuer avec lui ».

Bref, pas de sous pour courir en 2014, ce qui aurait été sympa pour le pilote et intéressant pour les ingés, Randy pourra et tester la Suz’ et courir mais sur une autre marque, qu’il reste à trouver et à qui il faudra faire accepter que son pilote fasse de fréquents AR au Japon pour mettre la Suzuki au point…

Pas facile la vie…

Mais en 2015 il est sûr d’avoir le deuxième guidon avec Laverty ?

Euh…

WSBK : ARRIVEE DE MV AGUSTA… AVEC DU POGNON RUSSE

AGUSTA ET AGO,LA GRANDE EPOQUE...

AGUSTA ET AGO,LA GRANDE EPOQUE…

 

Avant de rappeler le palmarès démentiel de cette marque historique, juste un mot sur la légitimité de l’opération, le team russe Yakhnich a déjà gagné un titre Supersport 2013, avec Sam Lowes et Yamaha, Supersport qui est une des portes d’entrée du WSBK, le mondial Superbike, d’autant plus que les règles du WSBK transforment peu à peu la discipline principale… en Supersport, histoire de faire tomber les budgets.

Donc, monter d’un cran est logique pour ce team.

Sur une MV Agusta en plus, c’est un nom qui frappe !

MV Agusta a appartenu à la grande époque au comte Agusta,  qui a fait courir, avec titres à la clé,  Giacomo Agostini, Phil Read, Mike Hailwood, Gary Hocking et John Surtees !

Mazette !

Au fait MV signifie Meccanica Verghera, on prononce « vaireguaira », c’est une ville à côté de Varese, en Lombardie, où se trouvait l’usine.

En chiffres, c’est effarant.

Mon camarade Philippe Debarle a calculé, et je lui fais confiance, que la marque a décroché 75 titres mondiaux, 38 titres-pilotes, 37 titres-constructeur et 270 victoires !

Puis, le Japon a tout pris en compète et Agusta, marque totalement dédiée au sport, a pris discrètement la sortie, jusqu’à sa reprise il y a quelques années par les frères Castiglioni, après un passage par la Malaisie et un autre par Harley Davidson.

Elle revient doucement mais sûrement, également en Supersport, et est parmi les motos qui, une fois mises au point, seront capables de grosses perf lors de l’application de la règle EVO en WSBK à partir de 2015.

 

CHEZ YAKHNICH,ON ENVOIE!

CHEZ YAKHNICH,ON ENVOIE!

 

Cela se fera sans Sam Lowes, qui courra en Moto2 en 2014.

Mais l’histoire est belle, et l’on sait qu’en WSBK, même si cette année a vu une Kawasaki décrocher un titre qu’elle n’avait pas vu depuis 20 ans, l’Italie, avec Ducati, Aprilia et désormais MV Agusta, bref ses trois marques sportives les plus prestigieuses, sera en « Forza ! ».

 

JEAN LOUIS BERNARDELLI

PHOTOS WSBK/MOTOGP ET TEAMS

 

 

Moto Moto - Superbike Moto - Vitesse Sport

About Author

jeanlouis