ENDURANCE MOTO: LE CALENDRIER DU CHAMPIONNAT DU MONDE ÉVOLUE POSITIVEMENT

 

24 H MANS MOTO 2012 BANDEAU Photo MIchel Picard AutoMotoNewsinfo

24 H MANS MOTO 2012 _ Photo MIchel Picard AutoMotoNewsinfo

 

L’endurance constitue un monde très particulier dans le sport motocycliste avec des épreuves phares ancrées en France (Bol d’or et 24 heures du Mans) et une programmation somme toute assez peu internationale.
Lors de cette saison 2013, les instances fédérales (FIM) ont été à l’initiative d’une large concertation visant à associer les organisateurs et les équipes afin de chercher ensemble donner une meilleure visibilité au championnat du monde qui rappelons-le ne comportait que 4 courses, mais aussi une plus grande attractivité pour chacune des courses.

 

Paul DUPARC_ Photo Michel Picard Automotonewsinfos

Lorsque nous avions interviewé Paul DUPARC coordinateur des courses sur route de la FIM, une course supplémentaire à NAVARRA en Espagne semblait actée, or le calendrier provisoire récemment annoncé n’en fait plus état. Plutôt que de laisser place aux supputations et interprétations baptisées bruits de paddock, nous avons préféré interroger l’homme de la situation, Paul DUPARC.
Voici sa réponse :

« La FIM reprend la maitrise du Championnat d’Espagne dénommé « CEV ». Le circuit de Navarra accueillera le CEV en 2014 et ne pourra accueillir 2 manches internationales (budget ….).
Nous projetons une manche en Espagne du championnat du monde d’Endurance pour 2015, et nous nous rendrons sur le circuit de Navarra mercredi prochain pour définir l’homologation « Endurance » du circuit (pour 2015).

 

Qatar Circuit de Losail _ Photo Michel Picard Autonewsinfo

 

De plus, avec le retour du Qatar dans le calendrier, nous avons un calendrier plus étoffé qu’en 2013 et nous veillons également à ce que les budgets des équipes n’explosent pas, avec six manches.
Cinq manches (dont 2 de 24H) nous semblent constituer un calendrier assez raisonnable. »

 

La moto du SERT avant le départ du Bol 2013 à Magny Cours _ Photo Michel Picard Automotonewsinfos

 

Suite à ces précisions nous avons recueilli la réaction de Vincent PHILIPPE quant à ce nouveau calendrier. Du haut de ses huit titres de champion du monde et avec toute la modestie et le sens de la mesure qui le caractérisent et avant d’aller rouler en enduro le pilote nous déclare :
« De prime abord je suis déçu, je me réjouissais de découvrir ce beau circuit de Navarra. L’Espagne ce n’était pas loin et pas cher…heureusement qu’il y a le Qatar toujours très attachant comme épreuve. Avec un championnat avec cinq courses, ça va faire du bien, il y aura un peu moins de tension pour le titre. Je peux comprendre que la question des budgets serrés incite à la mesure, mais le format avec six courses me semble pourtant idéal pour un championnat du monde. Enfin on va faire comme d’habitude, mais pour une saison plus dense j’aimerais bien pouvoir disputer une ou deux manches en Superbike. »

 

DSC_0943

Christophe GUYOT à d et Dominique MELIAND se souhaitent bonne chance avant les 24 h du Mans 2013_ Photo Michel PICARD autonewsinfo

 

Nous avons souhaité avoir la réaction d’un manager d’écurie à propos du calendrier 2014 et des perspectives annoncées par la FIM. Christophe GUYOT ex pilote d’endurance et manager reconnu pour sa connaissance fine du monde de l’endurance bien que mobilisé par le congrès de la FFM nous a fait parvenir le message suivant :

« Voici une nouvelle qui donnera raison à tous les optimistes qui n’ont jamais douté que le championnat monde d’endurance n’en resterait pas longtemps à quatre épreuves. Nous revenons à un championnat mieux équilibré. L’Endurance se porte bien comme l’a démontré l’excellente édition des 24 Heures Moto 2013 qui a conclu la saison avec le plein de pilotes, de très nombreux spectateurs et un enthousiasme retrouvé.
Six épreuves en 2015 ? Pourquoi pas. En attendant la FIM a raison de ne pas chercher à aller trop vite. Suzuka et le Mans ont affiché complet en nombre d’engagés. Magny-Cours et Oschersleben étaient proches du compte. C’est important que le plus grand nombre puisse participer à ce championnat. Cinq (épreuves) me parait être un bon chiffre pour cela. Vivement 2014 et rendez vous au Bol d’Or en avril. »

Calendrier provisoire du championnat du monde d’endurance 2014 :

27 avril : Bol d’Or
27 juillet : 8H de Suzuka
24 août : 8H d’Oschersleben
21 septembre : 24H du Mans
16 novembre : Qatar

 

8 H Doha 2012 la perle du désert _Photo Michel Picard autonewsinfo

 

On pourra noter que le format de la course au Qatar n’est pas encore arrêté et, que la date du 16 novembre est donnée de manière indicative. En effet, les autres calendriers internationaux ne sont pas tous bouclés et des ajustements seront peut-être nécessaires.
En tout cas, il est certain que les teams traditionnellement engagés dans ce championnat que ce soit en EWC ou en Superstock, seront ravis d’aller disputer la dernière course de la saison au Qatar, tant cette épreuve a pu les marquer positivement lors des saisons passées.

Paul DUPARC a tout à fait raison d’évoquer les budgets. Le nerf de la guerre en période de crise est très difficile à mobiliser.
On sait bien que la marque SUZUKI multi championne du monde d’endurance ne supporte pas intégralement le programme, laissant à la France le soin de monter le budget complémentaire, qui doit être contenu au maximum.

On s’interroge toujours pour savoir si KAWASAKI usine va enfin s’engager dans cette discipline, où elle brille par éclipses en remportant par exemple en 2013, les deux courses françaises de 24 heures.

 

3_ Christian BOURGEOIS Directeur Compétition KAWASAKI France _Photo A Monnot autonewsinfo

Christian BOURGEOIS Directeur Compétition KAWASAKI France _Photo Alain  Monnot autonewsinfo

Après la récente victoire de la KAWASAKI N° 11 aux dernières 24 heures du Mans, et à la suite de notre reportage, Christian BOURGEOIS, responsable compétition KAWASAKI France, nous avait écrit ceci :

« Je te confirme que le programme Endurance est financé à 100% par KMFR, succursale France de Kawasaki. Cela a d’ailleurs toujours été le cas même lors de l’époque Team Kawasaki France.
Nous avions cependant un support technique important de l’usine pour les 750.
Le fait de gagner ou non, ne rentre en rien dans la décision de participer au Championnat du Monde.
Gilles STAFLER, comme KMFR souhaitent et, c’est somme toute logique, de franchir le pas. C’est d’abord une décision politique et ensuite financière.
En effet, la situation financière n’est guère brillante et avant de faire plus, la priorité actuelle est de verrouiller le programme 2014 sur les mêmes bases que celui de 2013. (Bol et 24 heures)
Pour le championnat du monde, c’est un peu comme si la succursale AUDI du Mans se mettait en tête de participer au championnat WEC. »

 

Public à Suzuka _ Photo Michel Picard Automotonews infos

 

Non sans humour, il nous précisait par ailleurs que les Japonais étaient parfaitement au courant des performances obtenues en endurance et, que s’ils envisageaient une participation officielle en championnat du monde, ils sauraient où s’adresser.
Nous n’en doutons pas.

 

Suzuka _ Photo Michel Picard Automotonewsinfos

 

Dans cette affaire, les questions financières sont directement indexées aux questions commerciales. Il ne faut pas être grand clerc pour savoir que les ventes de motos se sont effondrées. Dans ces conditions, il est peut être illusoire de croire, que les spectateurs des courses d’endurance vont s’identifier aux pilotes et vont franchir le pas pour passer à l’acte d’achat.

Alors, conjuguer réalisme et pragmatisme afin de bâtir un championnat qui reprend un peu des couleurs, nous semble une très bonne chose. La montée en charge avec une sixième manche en 2015 ne devrait pas empêcher la FIM de travailler sur une véritable internationalisation des circuits organisateurs. Il n’est plus possible d’ignorer que le centre de gravité du monde n’est plus l’Europe et il convient d’intégrer l’Asie dans la cartographie des championnats du monde d’endurance à venir.

 

Voyages lointains, ici en vol pour SUZUKA_Photo Michel Picard Automotonewsinfo

 

Par contre, les coûts inhérents aux transports lointains avec toutes les contingences liées aux questions logistiques, demeurent toujours des obstacles difficiles à surmonter pour des équipes aux structures « amateur ».

Pour ces raisons, la catégorie Superstock est actuellement dispensée de la course japonaise mais, si l’on veut réellement donner une valeur forte au championnat du monde, il faudra bien un jour faire le grand saut. Les gisements commerciaux s’ouvrant ailleurs qu’en Europe, nul doute que la compétition ne pourra très longtemps rester hors de cette réalité.

 

Le fret aérien a un coût important_Photo Michel Picard Automotonewsinfos

L’évolution va sans doute se poursuivre et nous pouvons peut-être prendre rendez-vous en 2016, pour reparler de cette question !

 

Le circuit d’ Oschersleben_ Photo Michel Picard Automotonewsinfos

 

 

Alain MONNOT
Photos : Michel PICARD autonewsinfo

 

Déplacements plus faciles en Europe, ici à  Magny Cours_  Photo Michel Picard Automotonews infos

Déplacements plus faciles en Europe, ici à Magny Cours_ Photo Michel Picard Automotonewsinfos

Moto Moto - Endurance Sport

About Author

admin